Le Fil Dentaire n°159 mars 2020
Le Fil Dentaire n°159 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°159 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 105 Mo

  • Dans ce numéro : pièges anatomiques en implantologie conduit par le CEIOP.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
FOcUS CLINIC Dr. Norbert COHEN Rédacteur en chef du Fil Dentaire DU d'implantologie Post Graduate de parodontologie et d'implantologie de l'université de New-York DU de chirurgie pré et péri implantaire norbertcohen@msn.com FRACTURES EN IMPLANTOLOGIE  : comment les prévenir ? depuis la publication des travaux de Brånemark, l’implantologie dentaire n’a cessé de se développer transformant complètement au fil des années le quotidien de nos cabinets. Le succès et la sécurité aidant, de plus en plus de confrères ont intégré cette activité dans leur pratique. Le nombre d’implants posé dans le monde en général et en France en particulier, augmente chaque année de façon exponentielle. Le corolaire de la popularité de cette discipline est l’augmentation parallèle de deux facteurs d’échecs implantaires  : la péri-implantite et les fractures du système implantaire. L’altération des différentes vis ainsi que la fracture de l’implant sont autant de situations génératrices de grand stress pour le praticien et de perte de confiance pour le patient. L’objectif de cet article est d’analyser les différentes causes de fracture mais aussi de dégradation afin de les prévenir et de gérer leurs complications dans le but final de préserver la pérennité de l’implant. CHRONOLOGIQuemeNT, Le PRemIeR PRObLème Que L’ON PeuT ReNCONTReR APRèS LA PÉRIOde d’OSTÉO- INTÉGRATION eST L’ImPOSSIbILITÉ de dÉvISSeR Le PILIeR de CICATRISATION Le tournevis tourne à vide dans la vis car l’encoche de la tête de vis est altérée. Il devient impossible de la dévisser et donc d’avancer sur la réhabilitation prothétique. Cette dégradation est exceptionnellement due à un défaut de fabrication mais le plus souvent l’encoche est détériorée par le tournevis au vissage le jour de la pose ou au dévissage après la période d’ostéointégration. Il y a plusieurs façons d’arriver à la dévisser malgré tout  : Pour commencer, on peut utiliser un morceau de téflon, de digue ou de coton qu’on va positionner dans l’encoche pour permettre au tournevis de mieux « l’accrocher ». Si cela ne fonctionnait pas, on pourra utiliser d’autres techniques en fonction de la position du pilier de cicatrisation. a) Si la vis du pilier de cicatrisation est très distante de la gencive  : on peut facilement la dévisser avec un instrument de serrage fort à manier avec précaution  : une pince gouge par exemple. B) Si la vis du pilier de cicatrisation est au ras de la gencive et qu’il n’est pas possible de la saisir  : on peut réaliser une saignée le long du diamètre de la vis et utiliser un tournevis à tête plate pour la dévisser ; on peut aussi utiliser un tourne-à-gauche de vis qui va « 46/LEFILDENTAIRE.COM accrocher » l’encoche et permettre le dévissage. Il est quelquefois nécessaire d’approfondir l’encoche avec une fraise fine. Ces deux techniques sont en générales suffisantes mais en cas d’insuccès on peut élever un lambeau et se retrouver dans le premier cas (a). Un tourne-à-gauche est un outil à filet inversé qui permet de retirer la tige d'une vis dont l’encoche est détériorée Le tourne-à-gauche adapté au trou, y est enfoncé progressivement par vissage antihoraire Légèrement conique, il s'enfonce progressivement jusqu'à ce que son diamètre excède celui du trou foré ; Lorsque l'extracteur atteint cette limite, la force du vissage se transmet à la vis qui sort de son logement. (source Wikipédia) Figure 1  : Tourne à gauche de vis
dANS uNe CHIRuRGIe eN deuX TemPS, ON PeuT êTRe CONFRONTÉ À L’ImPOSSIbILITÉ de dÉvISSeR LA vIS de FeRmeTuRe On peut également dans ce cas utiliser le téflon, la saignée ou le tourne à gauche de vis. PRévENTIoN Comme prévenir est toujours plus facile que de gérer les complications, il faut s’attacher à  : toujours utiliser le bon tournevis  : il faut éviter d’utiliser des tournevis « faussement compatibles » d’une autre marque qui peuvent détériorer l’encoche de la vis ; changer régulièrement le tournevis qui s’use avec le temps ; vérifier que l’encoche de la vis est libre de tout résidu alimentaire (pour le pilier de cicatrisation) qui pourrait empêcher le tournevis de s’enclencher à fond ; utiliser un tournevis suffisamment long dépassant le plan occlusal pour ne pas être gêné par les faces proximales des dents adjacentes qui pourraient nous empêcher de positionner le tournevis dans l’axe de la vis ; ne pas réutiliser plusieurs fois les piliers de cicatrisation. FRACTuRe de L’ImPLANT Le risque de fracture d’implant est relativement rare puisqu’il est estimé par de nombreux auteurs entre 0,6 et 1,5%. Les mêmes études relèvent que la majorité de ces fractures surviennent au niveau des prémolaires et des molaires, distribuées de manière égale au maxillaire et à la mandibule. Bien évidemment, le risque de fracture diminue avec l’augmentation du diamètre de l’implant car plus le diamètre de l’implant est grand et moins la vis recevra de stress. Cependant de nombreux auteurs clament  : « moins de métal plus d’os » car une épaisseur d’os convenable autour de l’implant préserve de la péri-implantite et aussi de la fracture de l’implant. Il faudra donc choisir l’implant en fonction de la dent à remplacer et ne pas hésiter à réaliser une greffe si le volume osseux est insuffisant. L’attitude qui consiste à placer un implant dont le diamètre est choisi en fonction du volume osseux sans prendre en considération la nature de la dent à remplacer est une erreur importante qui va entrainer une péri implantite et/ou une fracture de la vis ou de l’implant. des mécanismes agissent en synergie pour contribuer à la fracture de l’implant  : une sur occlusion peut conduire à une lyse osseuse péri-implantaire qui va entraîner une fracture de l’implant à cause de la combinaison de la surocclusion associé à la perte de tenue osseuse du col de l’implant. Plus encore, si cette perte osseuse s’étend au-delà du premier tiers dans une zone de faiblesse structurelle de l’implant. En cas de fracture de l’implant, il faudra procéder à sa dépose  : soit avec un tourne à gauche d’implant  : c’est la méthode la plus simple, la moins traumatisante pour le patient et la plus rapide. Vous insérez l’instrument dans l’implant et vous tournez dans le sens antihoraire en vous aidant d’une clé pour augmenter le couple. s’il est impossible d’utiliser cet outil, (fracture trop basse, filetage interne de l’implant dégradé…) on utilisera une tréphine dont le diamètre contiendra précisément le diamètre de l’implant et dont la longueur sera supérieur à celle de l’implant. Son utilisation est plus longue et plus délabrante au niveau osseux., Figure 3 : Les trèphines de différents diamètres Figure 2  : Tourne à gauche d'implant On pourra dans la même séance placer un implant de diamètre supérieur si le volume osseux résiduel le permet. Si le patient ne souhaite pas déposer l’implant, il est possible de le laisser en place en fermant son orifice avec un capuchon (sorte de vis de fermeture fabriquée par le prothésiste après avoir pris une empreinte de l’implant) scellée avec un ciment définitif. On pourra alors remplacer la dent manquante en réalisant un bridge, solution que le praticien et le patient souhaiteraient éviter mais qui peuvent permettre à l’un de ne pas rester sur un échec et à l’autre, de sentir que son praticien ne l’abandonne pas. LE FIL DENTAIRE N°159/47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 1Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 2-3Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 4-5Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 6-7Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 8-9Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 10-11Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 12-13Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 14-15Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 16-17Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 18-19Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 20-21Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 22-23Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 24-25Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 26-27Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 28-29Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 30-31Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 32-33Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 34-35Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 36-37Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 38-39Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 40-41Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 42-43Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 44-45Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 46-47Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 48-49Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 50-51Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 52-53Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 54-55Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 56-57Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 58-59Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 60-61Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 62-63Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 64-65Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 66-67Le Fil Dentaire numéro 159 mars 2020 Page 68