Le Fil Dentaire n°158 février 2020
Le Fil Dentaire n°158 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°158 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 112 Mo

  • Dans ce numéro : dentisterie esthétique comtemporaine, conduit par la Bioteam Bordeaux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
EDITO Les nouveaux talents Dr. Jean-François LASSERRE Maitre de Conférences, service de Prothèses Praticien Hospitalier au CHU de Bordeaux Directeur Adjoint de l’UFR de Sciences Odontologiques Chargé des Relations Internationales Collège des Sciences de la Santé Université de Bordeaux Membre d’honneur de la BIOTEAM Bordeaux Dans toutes les approches chirurgicales de la médecine contemporaine les techniques minimalement invasives sont à l’honneur. L’odontologie n’échappe pas à cette tendance, en témoigne le succès grandissant des formations post-universitaires en biomimétique et en bio-émulation et le développement, par la plus jeune génération, de study-groupes postuniversitaires d’esthétique appelés « les Bioteams » sous l’impulsion, encore une fois clairvoyante de mon ami Gil Tirlet. Les capacités mécaniques des composites et des céramiques actuels, assemblés à l’aide des protocoles adhésifs les plus récents, se confondent avec celles de la dent naturelle. Les dentistes bien formés sont capables de faire des restaurations hautement mimétiques et durables mais aussi structurellement et biomécaniquement performantes. La dentisterie restauratrice actuelle est donc du domaine de la bionique, la science qui recopie le fonctionnement et l’organisation intimes des structures naturelles. Nul n’est besoin de rappeler qu’en tant qu’enseignants universitaires et surtout praticiens hospitaliers, nos missions ont pour objectifs de former nos étudiants au meilleur niveau possible, et de prendre en charge nos patients pour les meilleurs soins à leur prodiguer. au sein de l’UFr d’Odontologie et du Pôle de Médecine et Chirurgie Bucco-Dentaire du CHU de Bordeaux, et ce conformément aux données actualisées de la science, l’esthétique a toujours été l’un des critères importants dans la formation et dans la prise en charge des patients. a partir de 2015, à la demande du Docteur Yves Lauverjat, nous mettions en place, au sein de l’unité de soins de Pellegrin, service PQr, une consultation d’esthétique tous les lundis, s’inscrivant dans une approche pluridisciplinaire en étroite collaboration avec la parodontologie, la chirurgie buccale et l’orthodontie. Le professeur Bruno Ella-Nguema, chef de pôle de médecine et chirurgie buccodentaire au CHU de Bordeaux, encourage et souhaite même développer cette consultation spécialisée qui amène l’odontologie hospitalière Bordelaise au coeur de la dentisterie contemporaine adhésive internationale. C’est en particulier dans ce cadre que nos internes en médecine buco dentaire (MBD) et que nos étudiants de cinquième et de sixième année, peuvent préparer les concours cliniques d’esthétique proposés par plusieurs partenaires industriels. Ils connaissent un vif succès voire même une mode auprès des étudiants motivés et ce depuis plusieurs années. Grâce à beaucoup d’efforts de formation (en particulier dans le domaine de la macrophotographie dentaire) et d’abnégation des enseignants tuteurs, du personnel soignant et des prothésistes sollicités pour les wax-up, les récompenses tombent traduisant l’extraordinaire talent de nos jeunes en dentisterie esthétique. Cette reconnaissance bordelaise est cette année d’autant plus valorisée qu’elle s’est faite par trois premiers prix au niveau national et deux prix au niveau international. Nous les félicitons pour leur enthousiasme et leur engagement hospitalier qui confirme le vieil adage que la valeur n’attend pas le nombre des années. 22/LEFILDENTAIRE.COM
Dr. Wallid BOUJEMAA Ancien AHU, Université de Bordeaux Attaché Universitaire Bordeaux Pratique privée, Ondres Membre de la Bioteam Bordeaux Dr. J.-F. LASSERRE MCU-PH - Département de Prothèse - CHU de Bordeaux Directeur Adjoint de l’UFR des Sciences Odontologiques Chargé des relations internationales Collège des sciences de la Santé - Université de Bordeaux Pratique privée, Bordeaux Membre d’honneur de la Bioteam Bordeaux QUELLE pLacE pOUR Préservation Tissulaire Préservation Tissulaire  : Moins mutilant Plus mutilant 1 Orthodontie Eciaircissement Microabrasion 1. Le « Gradient thérapeutique (développé et adapté uniquement ici u cadre des anomalies Méga abrasion esthétiques sur dents naturelles antérieures 1 et unitaires). Le gradient thérapeutique. Stratifications FOcUS CLINIC LA STRATIFICATION DE COMPOSITES dans nos restaurations à visée esthétique ? La dernière décennie a été marquée par une nouvelle façon d’aborder les situations de réhabilitation à visée esthétique. En 2009, les docteurs Gil Tirlet et Jean-Pierre attal ont défini la notion de gradient thérapeutique (fig. 1) [1], faisant écho au concept de « puzzle physiologique » des docteurs Pascal Magne et Urs Belser [2]. Un changement de paradigme s’est alors opéré, plaçant la préservation tissulaire comme élément central dans la réflexion thérapeutique. Si la longévité des restaurations a toujours revêtu une importance capitale, celleci ne peut plus se faire au détriment des tissus dentaires. a cet égard, les restaurations au composite en technique directe permettent une économie tissulaire maximale. L’amélioration des propriétés physico-chimiques et optiques des résines composites les a en outre rendues compétitives face à des techniques indirectes. Toutefois, leur intégration esthétique et fonctionnelle dans le temps dépend de nombreux facteurs, parmi lesquels le respect de leurs indications. Le patient joue Facettes Inlays Onlays 1 Couronnes Périphériques (Tirlet et Atte', 2009) également un rôle clé et doit être placé au cœur du traitement. Le praticien doit tenir compte non seulement de ses doléances, mais aussi des facteurs biologiques et fonctionnels environnants, propres à chaque cas. Dans les secteurs antérieurs, les techniques de stratification avec des masses d’opacité et de translucidité différentes selon les tissus, permettent de copier la Nature. ainsi, lorsque tous les critères sont réunis, la maitrise de la technique reste le dernier point garantissant le succès, car, comme dans tout domaine en dentisterie, elle est soumise à une courbe d’apprentissage. Enfin, si ces techniques autorisent l’expression d’un certain savoir-faire artistique, elles sont régies par quelques règles auxquelles on ne peut déroger [3-6]. L’observation minutieuse de l’anatomie et de l’agencement des tissus des dents environnantes sont essentiels, et certains points clés permettent de gagner en efficacité et d’éviter des pièges. L’objet de cet article est de reprendre ces points clés, à travers la récente expérience de praticiens en devenir (étudiants ou internes de nos centres de soins), qui ont su les appréhender et apporter un regard neuf sur des cas de réhabilitations esthétiques. alors qu’ils faisaient leurs premiers pas en dentisterie restauratrice, ils ont pu, à force d’entrainement et de persévérance, fournir un travail de qualité permettant d’obtenir la plus belle des récompenses  : la satisfaction de leur patient. Ils ont ainsi souhaité, au fil de trois situations cliniques pour lesquelles ce type de restaurations était indiqué, partager leur expérience en détaillant les étapes les plus sensibles, et donner les quelques astuces qui leur ont permis de sublimer le résultat final. Par ailleurs, ces cas cliniques, réalisés au sein des différents services d’Odontologie de Santé Buccale du CHU de Bordeaux, dans le cadre de Concours de Dentisterie restauratrice et Esthétique Etudiants, sont les ambassadeurs d’une économie tissulaire maximale, dans des situations où le recours à des techniques indirectes pourrait aussi être envisagé. LE FIL DENTAIRE N°158/23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 1Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 2-3Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 4-5Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 6-7Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 8-9Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 10-11Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 12-13Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 14-15Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 16-17Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 18-19Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 20-21Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 22-23Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 24-25Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 26-27Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 28-29Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 30-31Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 32-33Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 34-35Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 36-37Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 38-39Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 40-41Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 42-43Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 44-45Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 46-47Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 48-49Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 50-51Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 52-53Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 54-55Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 56-57Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 58-59Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 60-61Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 62-63Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 64-65Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 66-67Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 68