Le Fil Dentaire n°158 février 2020
Le Fil Dentaire n°158 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°158 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 112 Mo

  • Dans ce numéro : dentisterie esthétique comtemporaine, conduit par la Bioteam Bordeaux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
FOcUS CLINIC Dr. Patrick ROUAS MCU-PH Département d’Odontologie pédiatrique Université de Bordeaux CHU de Bordeaux Chercheur Permanent temps partiel, laboratoire PACEA, UMR5199 Président de la Société Française d’Odontologie Pédiatrique (SFOP) Membre fondateur de la BIOTEAM Bordeaux PRENDRE EN CHARGE les taches blanches des incisives permanentes liées à une hypominéralisation molaire incisive (MIH)  : L’INFILTRATION RÉSINEUSE EN PROFONDEUR INTRODUCTION L’érosion-infiltration résineuse constitue une thérapeutique minimalement invasive permettant de faire disparaitre certaines taches amélaires disgracieuses visibles lors du sourire. Ce traitement est en phase avec les concepts actuels définissant une dentisterie moderne. Celle-ci privilégie la préservation du capital dentaire, la biomimétique1 et l’adhésion tissulaire 1-2. au départ, cette option thérapeutique était dévolue à l’infiltration de lésions carieuses non cavitaires au niveau des dents postérieures. Mais, cette solution s’est avérée également intéressante dans le masquage des taches présentes sur les dents antérieures. Le principe consiste à infiltrer une résine fluide de très faible viscosité et d’indice de réfraction proche de celui de l’émail sain progressant par capillarité au niveau du réseau de porosités d’une tache blanche, ceci permettant alors de faire disparaitre le défaut inesthétique et de rendre l’émail translucide. En fonction de la profondeur du défaut de structure au sein de la couche d’émail, et par conséquent en fonction du diagnostic, des variantes thérapeutiques existent. L’infiltration en profondeur consiste à éliminer quelques centaines de microns d’émail en regard du défaut de manière à accéder aux taches les plus profondes de la couche amélaire vestibulaire 3-5. L’hypominéralisation molaire incisive, dont l’acronyme 16/LEFILDENTAIRE.COM Dr. Julia ESTIVALS AHU Département d’Odontologie pédiatrique Université de Bordeaux CHU de Bordeaux Dr. Elsa GAROT MCU-PH Département d’Odontologie pédiatrique Université de Bordeaux CHU de Bordeaux Collaborateur bénévole, laboratoire PACEA, UMR5199 Pr. Charles PILIPILI Professeur Émérite UC Louvain, Odontologie pédiatrique & soins aux personnes avec handicap (Belgique) Vice-Président Universités des Montagnes (Cameroun) anglo-saxon est MIH pour Molar Incisor Hypomineralisation, est une anomalie de structure qualitative de l’émail caractérisée par des opacités délimitées brunes, beiges, jaunes ou blanches. Le diagnostic de MIH est posé à partir du moment où une opacité est observée sur au moins une première molaire permanente 6. Dans de nombreux cas, des stigmates sont également observés sur les incisives permanentes, et plus rarement sur d’autres dents (comme au niveau des cuspides des canines permanentes). Cette anomalie est relativement fréquente, atteignant aujourd’hui près de 15% de la population 7. Ces défauts tissulaires débutent à la jonction émail-dentine et s’étendent dans la couche amélaire en direction de la surface vestibulaire. Ils sont par conséquent profonds d’emblée. Les taches observées sont des hypominéralisations intégrant de l’eau ou de l’air au sein du réseau de porosités, chaque milieu ayant un indice de réfraction différent de l’hydroxyapatite. Lorsque l’œil observe les taches, le rayon lumineux incident ne traverse pas la totalité de la couche amélaire jusqu’à la jonction émail-dentine avant de se réfléchir et revenir à l’œil comme cela se produit pour une dent de structure normale. au niveau d’une tache, le rayon lumineux va être dévié à chaque fois qu’il va traverser un élément d’indice de réfraction différent, ce qui va créer un labyrinthe optique, procurant son aspect blanc à la tache 8.
INTRODUCTION raphaël, 13 ans, se présente en consultation avec sa mère pour la prise en charge de ses taches amélaires présentes sur ses incisives centrales et visibles lors du sourire (fig. 1). 1 L’interrogatoire et l’examen clinique permettent de définir précisément la demande. L’examen clinique sur dents nettoyées et séchées laisse apparaitre  : une tache jaune clair, aux limites nettes, occupant le centre du 1/3 occlusal de la dent 11 sans implication du bord libre (fig. 2), et une tache blanche aux contours bien définis siégeant au niveau de la portion mésiale du 1/3 occlusal de la dent 21 avec implication partielle du bord libre. 2 Le jeune patient ne souhaite pas traiter le bord libre de la dent 12 présentant une coloration moins disgracieuse. La présence d’une tache blanche au niveau de la cuspide mésio-vestibulaire de la dent 46 permet de poser le diagnostic de MIH. Nous notons également la présence d’une restauration relativement modérée disto-occlusovestibulaire sur cette dent, nous permettant d’énoncer l’hypothèse d’un défaut tissulaire d’étendue plus importante (fig. 3). L’étude de la mosaïque des paramètres cliniques d’analyse des défauts permet de préciser le design des taches sur les dents antérieures 9. 3 L’enregistrement de la couleur de la masse émail du matériau composite doit être réalisée avant la mise en place du champ opératoire. En effet, l’isolation optimale des dents concernées entraine en quelques minutes un dessèchement des dents et donc une modification temporaire de la couleur de ces dents. L’enregistrement de la couleur est réalisé en déposant de petits échantillons de matériau photopolymérisé sur la face vestibulaire de la dent à restaurer. Lorsque le praticien est à la recherche d’une masse dentine adéquate, il déposera les petites billes de matériau pouvant être sélectionnées au niveau de la moitié cervicale de la face vestibulaire, alors que lorsqu’il recherche une masse émail, il déposera ces billes au niveau du 1/3 occlusal. L’analyse numérique de la luminosité des échantillons de masses émail peut se faire à l’aide de logiciels de retouche d’image, sur des images en noir et blanc, visant à comparer les luminosités du matériau et de la dent naturelle. L’intervention demeure au niveau amélaire, même si dans le cadre des MIH le défaut tissulaire de l’émail est profond, débutant à la jonction émail-dentine. En cas de sensibilités initiales, une anesthésie locale peut être envisagée préalablement. Un fil de soie floche est insinué au niveau des points de contacts inter-dentaires pour anticiper d’éventuelles difficultés de mise en place de la digue. Cette dernière est alors posée, isolant les quatre incisives du secteur antérieur maxillaire (Nictone, MDC Dental). Nous procédons à une légère mutilation tissulaire de l’ordre de quelques centaines de microns (quelques dixièmes de millimètres), au niveau des taches des dents 11 et 21 à l’aide d’une fraise diamantée olive (fig. 4). "119 4 Cette intervention est opérateur-dépendant. Elle peut également être réalisée à l’aide d’un insert d’ultra-sonoabrasion (insert boule diamanté Excavus, Sopro-acteon) ou de sono-abrasion. Ce moyen de préparation peut être également remplacé par une micro-abrasion amélaire (si le plafond de la lésion est supposé être peu profond au sein de la couche amélaire, Opalustre, Ultradent) ou par un sablage à l’oxyde d’alumine à 50µm. L’appréciation de la profondeur de retrait tissulaire s’observe selon différents angles. L’état de la coloration éventuelle est contrôlé. L’infiltration ne doit être réalisée que sur des taches blanches. Dans le cadre d’enfants ou d’adolescents de LE FIL DENTAIRE N°158/17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 1Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 2-3Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 4-5Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 6-7Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 8-9Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 10-11Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 12-13Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 14-15Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 16-17Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 18-19Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 20-21Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 22-23Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 24-25Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 26-27Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 28-29Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 30-31Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 32-33Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 34-35Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 36-37Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 38-39Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 40-41Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 42-43Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 44-45Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 46-47Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 48-49Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 50-51Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 52-53Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 54-55Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 56-57Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 58-59Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 60-61Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 62-63Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 64-65Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 66-67Le Fil Dentaire numéro 158 février 2020 Page 68