Le Fil Dentaire n°156 décembre 2019
Le Fil Dentaire n°156 décembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°156 de décembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 44,4 Mo

  • Dans ce numéro : spécial formation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
qui travaillent avec vous font la richesse de votre cabinet. En réalité, la formation de l’ensemble de votre équipe représente le meilleur outil de management à votre disposition. Assister ensemble à une formation est une façon redoutable de souder votre équipe. Elle est un remarquable outil de changement. La sérénité que vous allez acquérir en vous formant régulièrement est inestimable. Votre efficacité au fauteuil deviendra un atout majeur pour vos patients. Cela vous laissera plus de temps pour manager vos équipes et faire de vous un véritable leader. La formation est aussi un moyen de satisfaire vos patients en élargissant vos compétences thérapeutiques et en réalisant les meilleurs traitements possibles. Ces savoir-faire sont l’occasion de proposer un éventail plus large de plans de traitements et par la même occasion d’augmenter leur taux d’acceptation. Vous pourriez croire, à tort, que votre expérience et votre pratique quotidienne suffisent. En réalité, les évolutions sont permanentes dans tous les domaines et seule la formation continue vous permettra de gagner en sérénité. Cependant, une formation ne doit pas uniquement vous faire gagner en compétences techniques. Il ne faut pas oublier le savoirêtre. Ce peut être une évidence de le rappeler ici mais je constate que cet aspect relationnel est parfois oublié. C’est pourtant ce qui offrira toute sa dimension à vos qualifications. Valoriser son équipe La formation est également l’occasion de montrer à votre équipe que vous valorisez leur travail. En effet, en engageant vos assistant(e)s dans un cycle de formation, vous ne faites pas qu’améliorer leurs compétences professionnelles. Vous répondez à leurs besoins et vous les fidélisez. La formation permet de rester motivé et engagé. Comme, je l’ai déjà indiqué, elle devient alors un outil de management. Ne sous-estimez pas le message que vous envoyez à votre équipe. Elle perçoit la formation comme une marque de confiance. Et si en plus, la formation s’intègre dans une logique de développement, vos collaborateurs prennent conscience de l’importance de leurs compétences et savent qu’ils s’inscrivent dans une vision sur le long terme pour le cabinet. Vous leur proposez un puissant levier de motivation. Vos collaborateurs pourront prendre plus d’initiatives. Ils (elles) se sentiront plus en confiance pour le faire. Aussi dynamisez leur motivation en leur proposant régulièrement de nouvelles formations. Laissez leur l’opportunité de choisir. Vous prouverez ainsi la confiance que vous leur faites. Votre équipe s’épanouira dans son travail. Elle sera plus motivée et performante. En développant les compétences de chacun et en stimulant l’engagement de votre équipe, vous constaterez rapidement les effets sur la croissance de votre cabinet. I Créer la cohésion d’équipe La formation peut s’organiser au sein même de votre cabinet même si elle s’avère être un peu plus compliquée à organiser. Cependant, je vous invite à assister à des formations en dehors du cabinet. En effet, même si la décision a été prise de fermer le cabinet pour la journée, le téléphone sonne continuellement, les distractions sont importantes. Sortir du cabinet permet de couper avec ses obligations professionnelles. Force est de constater que les équipes apprécient ces moments. Les déplacements, le partage des repas dans des lieux inhabituels, le contact avec d’autres équipes sont autant d’instants où les conversations et les idées vont bon train. Les nouvelles idées surgissent et cela devient un moment de convivialité où l’on apprend à mieux se connaître. De retour au cabinet, le sentiment d’une plus grande complicité se fait sentir. Certes, le temps passé en cours est important pour votre équipe mais le temps passé durant les pauses également. Et c’est cette dynamique qui peut transformer une équipe et la rendre plus solide ! CONCLUSION Même si se former et former son équipe est un investissement financier, même si l’investissement temps est un facteur non négligeable, le retour sur investissement peut être considérable si la formation est bien choisie. Aussi est-il indispensable pour votre cabinet de participer à des cycles de formation au cours de l’année. Vous y gagnerez, soyez-en certain ! En effet, vous vous devez de proposer aux patients les meilleurs soins et de présenter une équipe compétente. C’est-à-dire qui entretient son savoir et qui développe de nouvelles connaissances. Les cycles de formation que vous suivrez et que vous proposerez à votre équipe seront rentabilisés. En effet, vous, praticien, gagnerez en compétence et par capillarité en efficacité. Et votre équipe se verra valorisée grâce à la confiance que vous lui accorderez en l’inscrivant à des formations. Qu’elle soit clinique ou non, au cabinet ou à l’extérieur, elle constitue un socle pour améliorer la qualité de services et de soins. Elle vous aidera à répondre aux évolutions de notre profession. Votre capacité d’adaptation est la clé. La formation est votre meilleure alliée !
BiLLet « Un hypocrite est un patient dans la double acceptation du mot  : il calcule un triomphe et endure un supplice. » - Victor Hugo M’entretenant récemment avec un « haut dignitaire » élu dans le sérail de nos éminentes fédérations dentaires, nous convînmes de l’incohérence des messages délivrés par nos instances dirigeantes  : - en regard de l’information et la formation continue auxquelles sont régulièrement invités les chirurgiens-dentistes d’une part, - et des contraintes administratives et réglementaires que nous subissons d’autre part. D’un côté, l’on nous incite-oblige à investir (formation continue, mise aux normes de nos cabinets, acquisition de matériels et matériaux en rapport avec les multiples évolutions technologiques…) ; de l’autre on charge notre benne d’obligations administratives, dont la récente imposition conventionnelle de proposer différents devis à nos patients en y incluant le fameux « RAC 0 ». Ce dernier fait par ailleurs, l’objet d’une publicité tapageuse sous couvert d’information politico-sociale qui enfonce le clou dans les esprits avertis du message déjà bien ancré : « les soins de santé gratuits sont un droit acquis inclus dans nos cotisations sociales » … Information qui reste vague sur les conséquences économiques de son application - évidemment - dans un contexte de croissance morose et de déficit annuel aggravé de la Sécurité Sociale (dans le rouge annoncé à plus de 5 milliards d’euros en 2019 et 2020). Dans le sillon de cette démagogie politique, on assiste à une flambée des publicités de la part des marchands de rêves à bon marché (prothèses fabriquées à l’étranger, centres dentaires non soumis aux contraintes ordinales…). Selon le haut responsable de mon entretien, les données statistiques sont significatives en la matière : la grande majorité des praticiens (60% !) choisit clairement de moins s’investir dans la formation et les acquisitions, préférant tenter de subvenir à ses besoins en suppléant le quantitatif-moins compliqué au qualitatif-plus exigeant… Ils suivent en cela la tendance de notre économie de marché qui veut que les consommateurs cherchent plus volontiers le moins coûtant plutôt que se donner les moyens d’accéder au meilleur. Malheureusement, l’équation n’est pas si simple et les résultats se font ressentir quasi-systématiquement en termes de mécontentement quand on en vient (plus ou moins rapidement) à constater à quel point le moins coûtant est surtout peu fiable, voire délétère. Dr michel Abbou Parodontie - Implantologie - Chirurgie buccale Fondateur sicteiel Il serait temps que nos instances professionnelles (à commencer par le Conseil de l’Ordre et l’ensemble des 26 fédérations dentaires qui constituent l’ADF) s’accordent à délivrer un message de transparence qui soit le même envers les patients qu’envers les professionnels  : - OK, pour un minimum d’équité sociale imposant un effort collectif afin de permettre aux patients les moins aisés financièrement d’accéder à un plateau de soins avec RAC 0 s’il le faut… Mais ce n’est pas au praticien libéral (qui ne peut pas se permettre d’être en déficit comme la Sécurité Sociale) d’en assumer le coût ! Ce RAC 0 - promesse de campagne d’Emmanuel Macron - a été consenti par nos syndicats en échange de (trop) faibles revalorisations tarifaires… qui étaient pourtant dues et attendues depuis longtemps par les chirurgiens-dentistes conventionnés. - Les patients doivent également être mieux instruits (et pas seulement par les praticiens consultés) quant à l’existence de techniques, de technologies et de matériaux plus élaborés dont la mise en œuvre est plus coûteuse… qui nécessitent donc des efforts personnels tant du côté des prestataires (chirurgiensdentistes) que des consommateurs (patients). Ainsi, de même que la plupart de ces derniers investissent désormais dans des smartphones (très chers et non remboursés) qui rendent plus de services que les simples téléphones portables (moins chers), il faut que nos patients soient mieux informés et plus incités à consommer des soins de haute qualité. Arrêtons de leur « vendre du rêve pas-cher » et invitons-les plus franchement à mieux connaitre nos belles technologies ainsi que notre haute technicité au titre desquelles nos élites enseignantes brillent dans le monde entier. Les praticiens seront alors peut-être plus tentés de s’investir dans leur métier avec d’autres perspectives que purement alimentaires ! Facile à dire, encore plus facile à écrire… J’en conviens. Mais qui ne dit mot consent et qui ne tente rien n’a rien. A bon entendeur, salut ! 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 1Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 2-3Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 4-5Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 6-7Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 8-9Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 10-11Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 12-13Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 14-15Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 16-17Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 18-19Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 20-21Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 22-23Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 24-25Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 26-27Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 28-29Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 30-31Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 32-33Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 34-35Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 36-37Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 38-39Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 40-41Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 42-43Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 44-45Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 46-47Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 48-49Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 50-51Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 52-53Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 54-55Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 56-57Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 58-59Le Fil Dentaire numéro 156 décembre 2019 Page 60