Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°155 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 104 Mo

  • Dans ce numéro : le sourire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
c’EST vOUS QUI V YEZ Une rubrique orchestrée par Dr. Michel Abbou a Voilà plus de 25 ans que le microscope est utilisé de façon routinière en endodontie conventionnelle et chirurgicale. Ses plages de grossissement sont de loin supérieures à ce que l’on peut trouver avec des loupes et son éclairage coaxial illumine le champ opératoire. Nul doute que son introduction a totalement bouleversé notre approche chirurgicale qui est devenue beaucoup moins traumatisante du fait de l’utilisation d’une instrumentation directement dérivée de la chirurgie ophtalmique et de la chirurgie ORL. Il est possible de détecter des fêlures ou des cracks invisibles à l’oeil nu, et de prendre de ce fait les bonnes options thérapeutiques. (Fig. 1) L’utilisation d’une micro instrumentation autorise un abord plus économe en tissu osseux lors de l’accès à l’apex de la dent, ainsi qu’une gestion atraumatique des tissus mous. 36/LEFILDENTAIRE.COM TRAITER-CONSERVER ou EXTRAIRE-REMPLACER ? … Voilà bien une problématique qui taraude l’esprit de chaque praticien tout au long de son exercice. En attendant l’efficience promise de l’Intelligence Artificielle, il n’existe pas d’arbre décisionnel suffisamment élaboré pour répondre indiscutablement et infailliblement à toutes les situations cliniques qui suscitent cette interrogation… Mais il faut bien admettre que nous disposons aujourd’hui de moyens techniques et technologiques que nous auraient certainement enviés nos ainés, moyens qui nous permettent d’envisager plus largement, plus finement et plus sereinement l’option TRAITER-CONSERVER (de même que son alternative EXTRAIRE-REMPLACER !). Parmi ces moyens, le microscope opératoire judicieusement manipulé par des endodontistes-chirurgiens d’exception tels que le docteur David BENSOUSSAN est un outil bienvenu – voire indispensable – dans le cadre d’explorations et/ou de reprises de traitements endodontiques requérant des interventions a retro (par voie chirurgicale). PASSAGE AU CRIBLE DES AIDES VISUELLES EN ODONTOSTOMATOLOGIE LA PLACE DU MICROSCOPE Dr David BEnSOUSSan Endodontiste OPÉRATOIRE exclusif à Paris EN ENDODONTIE CHIRURGICALE 1 Micro-fêlure d’une racine entrainant une perte osseuse très importante. La dent est à extraire
2 Fig. 2  : radiographie des dents 25 et 26. Les lésions à l’apex de 25, ainsi qu’à la racine MV de 26 de guérissant pas il est décidé d’intervenir par voie chirurgicale. Il est bon de rappeler que le traitement chirurgical ne se conçoit pas d’emblée mais en complément d’un traitement conventionnel dans plus de 90% des situations cliniques. C’est le seul moyen d’obtenir des taux de succès élevés sur du moyen et long terme. 3 Fig. 3  : l’utilisation d’une micro-lame à double tranchant permet de dégager le champ opératoire et surtout de dessiner notre tracé d’incision de façon précise. 4 Fig. 4  : en fin d’intervention, on recherche une fermeture étanche du site et c’est la coaptation parfaite des berges de la plaie qui aboutit à une cicatrisation de première intention. Cette coaptation est la même que celle d’un inlay de classe 1 (Dr Jean- Claude Yulzari). La cicatrise fibreuse, résultat d’une cicatrisation par seconde intention (notamment dans les secteurs visibles) est souvent disgracieuse d’autant plus que les dents traitées sont le plus souvent restaurées avec de la prothèse conjointe que cette dernière soit collée ou scellée. 5 Fig. 5  : contrôle à un mois post chirurgical. La maturation des tissus va prendre au minimum 6 mois mais la préservation des papilles reste un élément clé dans le résultat final. 6 Fig. 6  : vue vestibulaire du secteur antérieur. La dent 22 présente une perforation vestibulaire au niveau cervical ainsi qu’une déviation dans les derniers millimètres apicaux. 7 Fig. 7  : élévation d’un lambeau d’épaisseur total qui met à jour la perforation vestibulaire. 8 Fig. 8  : cicatrisation à 3 jours. L’adaptation est parfaite. Sutures au mono-filament 6:0. LE FIL DENTAIRE N°155/37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :