Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°155 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 104 Mo

  • Dans ce numéro : le sourire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
BILLET V YEZ aux patients se trouvant en situation de capital ostéogingival réduit à cause de l’échec entretenu par les techniques conventionnelles qui ont jalonné leur histoire dentaire. Heureusement, certains parodontistes émérites (8, 9) ont aussi su prendre à temps le train de l’implantologie pour optimiser les résultats de nos thérapeutiques parodontales et prothétiques. Je veux ici leur rendre hommage et affirmer que c’est dans leur lignée que je m’inscris en défendant les couleurs d’une implantologie intégrée en omnipratique (10), c’est-à-dire d’une discipline qui doit trouver sa place légitime à tous les étages de la dentisterie lorsqu’il s’agit de peser le pour et le contre d’un choix thérapeutique en examinant les incidences probables à court-moyen et long termes, mais surtout en prenant en considération objectivement le bénéfice/risque pour le patient au vu du recul dont nous jouissons aujourd’hui. Nous avons tout à y gagner, à commencer par la reconnaissance gratifiante de nos patients pour les avoir bien informés en amont et pour leur avoir prodigué des soins efficaces et satisfaisants en adéquation avec nos promesses et conventions thérapeutiques (11, 12, 13). REMPLACEMENT PROPHYLAXIE Société d'Intérêts Communs pour Travailler Mieux P RIS 2O2O jeudi 16 janvier Cas cliniques & Iconographie  : Dr Michel Abbou - Paris BIBLIOGRAPHIE 1. M. ABBOU  : Le bon sens clinique envers et contre les dogmes institutionnels. Dentoscope n°168, Nov 2016 ; 12-26 – éditions EdP dentaire 2. P.SAFAR,C. TOUBOUL  : L’histoire clinique, hommage à J-C HARTER « Pourquoi j’ai jeté mon iconographie clinique aux oubliettes » JSOP, FEV. 2009 ; 26-27 3. F. JOACHIM  : Traiter-conserver ou extraire-remplacer  : la réponse des experts. Paroles d’experts - Dentalespace, 01-06-2017 4. M. ABBOU, D. ABENSUR, P.MISSIKA  : Techniques avancées en implantologie  : à propos d’un cas clinique. Rev. Odontostomatol., 1995 ; 24(3)  : 165-178 5. M. ABBOU  : Traiter-conserver ou extraire-remplacer  : observations factuelles suite aux avis d’experts. Paroles d’experts - Dentalespace, 15-06-2017 6. N. FRYDMAN  : The Facebook-based dentistry. L’édito d’Implant – CdP.fr, 18-09-2018 7. M. ABBOU  : All on four… Not for all patients and practitioners Paroles d’experts - Dentalespace, 0904-2019 8. J. GUNNE, P.ASTRAND, K. AHLEN, K. BORG, M. OLLSON  : Implants in partially edentulous patients. A longitudinal study of bridges supported by both implants and natural teeth. Clin. Oral Implants Res. 1992, Jun ; 2  : 49-56 9. P.GENON,C. GENON-ROMAGNA  : L’apport des implants dans le traitement des parodontites avancées. Comment les implants peuvent contribuer à améliorer le pronostic des dentures à parodonte réduit. J. Parodontol. Implantol. Orale., 1997 ; 16 (2)  : 177-189 10. M. ABBOU  : Smart sailing in implantology – Plaidoyer pour une implantologie intégrée en omnipratique. Séminaire A.C.D.R.A – SICT MIEUX du 21-06-2019 11. M. ABBOU  : New sensations with latest implant generations allowing high performance strategies in oral implantology. Periodontics and Prosthodontics 2016, 2 (3)  : 1-13 12. M. ABBOU  : Les techniques d’esthétique dentaire. Médecine TV, interview du 10-07-2019 13. M. ABBOU, S. PELLEGRINO, B. DELCOMBEL  : Réactions à la charte de l’UNPS. Décisions qui font débats du 17-09-2019, Parresia-Edp dentaire Fil DIAGNOSTIC TRAITEMENT CONSOLIDATION/MAINTENANCE
SUNSTAR, GUIDOK paroclineî% Gel pour usage dentaire PAROCLINE° agit au coeur de la poche parodontale. ANTIBIOTIQUE LOCAL  : Agit sur la flore pathogène' Fortes concentrations in situ' Libération lente et continue' I traitement = 3 applications PAROCLINE est indiqué dans le traitement antibactérien en complément des traitements mécaniques habituels des parodontites. Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens. Les recommandations de bonne pratique de l'ANSM (juillet 2011) relative à la prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire précise que "L'antibiothérapie par voie locale, à libération immédiate ou contrôlée, n'est pas indiquée en odontologie et en stomatologie en raison de la faiblesse du niveau de preuve en termes de bénéfice thérapeutique et d'une sécurité d'emploi problématique par risque de sélection de mutants résistants."Toute prescription d'antibiotique a un impact sur les résistances bactériennes. Elle doit être justifiée". DENDMINATION  : PAROCLINE 2%, gel pour usage dentaire. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  : Pour une seringue  : Chlorhydrate de minocycline - Quantité correspondant à minocycline base  : 10.0 mg. Excipients hydroxyéthylcellulase, chlorure de magnésium, copolymère d'acrylates et de méthacrylates (EUDRAGIT RS), triacétine, glycérol. FORME PHARMACEUTIQUE  : Gel pour usage dentaire. DONNEES CLINIQUES  : Indications thérapeutiques  : Traitement « antibactérien,'en complement des traitements mécaniques habituels de la parodontose. n convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens. Posologie et mode d'administration  : Insérer le bout de l'applicateur dans les poches parodontales de chaque dent le plus profondément possible, avant l'administration d'une quantité suffisante de gel pour remplir les poches. Approximativement 25 mg de gel sont administrés dans les poches de 5 à 7 mm de profondeur. Le traitement commencera par des applications tous les 14 jours, jusqu'à un total de 3 ou 4 applications (4 à 6 semaines). Ensuite, les applications seront faites tous les 3 mois. Contre-indications  : Allergie aux antibiotiques de la famille des tétracyclines. L'emploi de ce médicament doit être évité chez l'enfant de moins de 8 ans, en raison du risque de coloration permanente des dents et d'hypoplasie de l'émail dentaire. Grossesse et Allaitement (voir rubrique Grossesse et allaitement). Association avec les rétinoides (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions). Mises en garde et précautions d'emploi  : Le brossage des dents, l'utilisation de bains de bouche ou de fil dentaire doivent être limités pendant les deux heures qui suivent l'application, ainsi que toute prise alimentaire. En raison de la possibilité de sensibilisation locale, la zone traitée devra être soigneusement observée. Si les signes et/ou les symptômes de sensibilisation (prurit, oedème, papules) se développent, il convient d'arrêter le traitement. Les précautions liées à l'administration systémique de minocycline doivent être prises en considération avant l'utilisation de ce médicament, en particulier  : le surdosage expose à un risque d'hépato-toxicité ; la minocycline doit être utilisée avec précaution en cas d'insuffisance hépatique. En cas d'apparition d'éruption cutanée, de fièvre ou d'adénopathies, il convient d'arrêter le traitement (cf. Effets indésirables). Des cas de syndrome d'hypersensibilité ont été rapportés avec la minocycline. Le risque de survenue et la sévérité de ces réactions semblent être plus élevés chez les patients de phototype foncé (phototype V-VI)Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d7nteractions : Association contre-indiquée : Retinoïdes(voie générale) : risque d'hypertension intra-cranienne. Associations faisant l'objet de précautions d'emploi  : Anticoagulants oraux  : augmentation de l'effet des anticoagulants oraux et du risque hémorragique. Contrôle plus fréquent du taux de prothrombine et surveillance de l'INR  : adaptation éventuelle de la posologie des anticoagulants oraux pendant le traitement anti-infectieux et après son arrêt. Sel, oxydes, hydroxydes de magnésium, d'aluminium et de calcium (topiques gastro-intestinaux) : diminution de l'absorption digestive des cyclines. Prendre les topiques gastro-intestinaux à distance des cyclines (plus de 2 heures, si possible). Sels de fer (voie orale)  : diminution de l'absorption digestive des cyclines (formation de complexes). Prendre les sels de fer à distance des cyclines (plus de 2 heures, si possible). Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR  : De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état pénéral du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d antibiotiques sont davantage impliquées  : il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines. Grossesse et allaitement  : La minocycline passe dans le placenta et le lait maternel ; son emploi doit être évité chez les femmes enceintes ou celles qui allaitent (risque d'anomalie du bourgeon dentaire ou de dyschromie dentaire chez l'enfant). Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  : Les précautions liées à l'administration systémique de minocycline doivent être prises en compte, à savoir  : attirer l'attention des conducteurs ou utilisateurs de machines sur les risques de sensations vertigineuses avec impression d'idéation ralentie. Effets indesirables  : Irritation gingivale, douleur locale, ecchymose, oedème gingival, abcès dentaire. Diarrhée, douleur gastrique. Les syndromes suivants ont étés rapportés  : Syndrome d'hypersensibilité consistant en une réaction cutanée (tel que éruption cutanée ou dermite exfoliative), éosinophilie et une ou plusieurs des manifestations suivantes  : hépatite, pneumopathie, néphrite, myocardite, péricardite. Fièvre et lymphadênopathie peuvent être présentes. (Cf. rubrique « Mises en garde et précaution particulières d'emploi «) . Déclaration des effets indésirables suspectés  : La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration  : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance — Site Internet  : wm.ansm.santelr. Surdosage  : En cas de surdosage, faire un lavage gastrique. Il n'existe pas d'antidote spécifique. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  : Propriétés pharmacodynamiques  : PRODUIT PROFESSIONNEL DENTAIRE - ANTIBIOTIQUE DE LA FAMILLE DES CYCLINES (A  : Appareil digestif et métabolisme/J  : Anti-infectieux). La minocycline est un antibiotique de la famille des tétracyclines. Ce gel, de par son principe actif, la minocycline, a une activité antimicrobienne qui porte sur la majeure partie de la flore responsable parodontites. SPECTRE D'ACTIVITE ANTI-BACTERIENNE  : les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes  : S 4 mg/I et R > 8 mg/I. La prévalence de la -rés istance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu'une orientation sur les probabilités de la sensibilité d'une souche bactérienne à cet antibiotique. Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en France est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée entre parenthèses  : ESPECES SENSIBLES  : Aérobies à Gram positif  : Bacillus, Entérocoque (40-80%), Staphylococcus méta-S, Staphylococcus méti-R* (70-80%), Streptococcus A (20%), StreptococcusB (80-90%), Streptococcus pneumonie& (20-40%). Aérobies à Gram négatif  : Branhamella catarrhalis, Bruce la, Escherichia coli (20-40%), Haemophilus influenzae (10%), Klebsiella 0-30%), Neisseria oonorrhoeae, Pasteurella, Vibrio cholerae. Anaérobies  : Pro,oionibacterium acnes. Autres  : Borrelia burgdorferr Chlamyde, Coxiella burnetth Leptospire, Mycoplasme pneumoniae, Rickettsie, Treponema pallidum, Ureaplasma urealyticum. ESPECES RÉSISTANTES  : Aérobies à Gram négatif  : Acinetobacter, Proteus mirabilis, Proteus vulgaris, Pseudomonas, Serratia. "La fréquence de résistance à la méticilline est environ de 30 à 50% de l'ensemble des staphylocoques et se rencontre surtout en milieu hospitalier. Remarque  : ce spectre correspond à celui des formes systémiques de la minocycline. Avec les présentations pharmaceutiques locales, les concentrations obtenues in situ sont très supérieures aux concentrations plasmatiques. Quelques incertitudes demeurent sur la cinétique des concentrations in situ, sur les conditions physico-chimiques locales qui peuvent modifier l'activité de l'antibiotique et sur la stabilité du produit in situ. Propriétés pharmacocinétiques  : Les concentrations de minocycline dans le fluide gingival du sillon sont restées à des niveaux cliniquement efficaces pendant une durée minimum de trois jours après l'administration de 0.05 g de gel (1 mg de minocycline) dans les poches parodontales. Les concentrations sériques de minocycline après administration sous gingivale comme après administration orale de 0,5 g de gel (10 mg de minocycline), sont de l'ordre de 0.1 à 0.2 pg/ml. Ces concentrations sontplus faibles que celles observées après administration orale de 100 à 200 mg/jour de minocycline, doses utilisées en thérapeutique systémique. DONNEES PHARMACEUTIQUES  : Incompatibilités : sans objet. Durée de conservation  : 2 ans. Precautions particulières de conservation  : A conserver entre + 2°C et + 8°C (au réfrigérateur). A conserver dans l'emballage extérieur d'oriin et à l'abri de la lumière. Nature et contenu du récipient:0 5 g de gel en seringue jetable (polypropylène) sous sachet (aluminium). Boite de 1 ou 3 seringue(s). Précautions particulières d'élimination et de manipulation  : Un traitement préalable-détartrage et polissage radiculaire - est toujours conseillé ; il devra être le moins traumatique possible. La mesure de la profondeur moyenne des poches sera effectuée à l'aide d'une sonde parodontale. L'application du gel sera fait en dehors de la présence de la salive  : l'isolement des dents est impératif. Une anesthésie pourra être nécessaire. TITULAIRE DE L'AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  : SUNSTAR France - 55/63, rue Anatole France - 92300 LEVALLOIS-PERRET. NUMERO(S) D'AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE : 339125-4 ; 05g de gel en seringue jetable (polypropylène)sous sachet (Aluminium), boîte de 1.360 940-5 ; 0,5 g de gel en seringue jetable (polypropylène) sous sachet (Aluminium), boîte de 3. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L'AUTORISATION  : 28 juin 1995/28 juin 2010. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  : Décembre 2015. CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE  : Liste I. Réservé à l'usage professionnel dentaire. EXPLOITANT DE [AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  : CENTRE SPECIALITES PHARMACEUTIQUES - 76, avenue du Midi 63800 Cournon d'Auvergne. Médicament non remboursable et non agréé aux collectivités. 1. Satomi et al. Minocycline HCI concentration in periodontal pocket alter administration of LS007. Journal of Japanese Society of Periodontology, 1987 ; 29(3)  : 937-43 - 2. Résumé des caractéristiques du produit SUNSTAR 55/63, rue Anatole France - 92300 LEVALLOIS-PERRET - Tél.  : 01 41 06 64 64 - Fax  : 01 41 06 64 65 - www.guidor.com FRANCE 19/04/66680 127/PM/004 - Avrd 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :