Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°155 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 104 Mo

  • Dans ce numéro : le sourire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
BIuem une alternative à la chlorhexidine. Etude pilote : bain de bouche bluem plus efficace que la chlorhexidine* ✓ efficace pour l'élimination des pathogènes unicellulaires de la carie (planctoniques) S. mutans ✓ efficace pour l'élimination des pathogènes multicellulaires (biofilm) de la carie du S. mutans V très efficace pour l'élimination des biofilms épais et âgés (3 jours) V presquel 0 fois plus efficace que la chlorhexidine Pourcentage de cellules survivantes 100 10 - 6h 3 jours 1 jour 1 - 6 h 0.1 - 0.01 CHX Elimination des cellules du biofilm (± SD) Biofilm Chlorhexidine blue°m 1 jours blue°m 6h 10.13 (± 11.70)% 97.80 (± 0.59)% 1 j 38.53 (± 33.37)% 99.94 (± 0.07)% 3 j 20.53 (± 21.29)% 99.96 (± 0.04)% 3 jours ern oxygen for health mouthwash fluor'Je free www.proparo.fr www.bluemcare.com bluern oxygen for health Etude pilote du : Dr. Céline M. Lévesque Associate Professor, Oral Microbiology, Faculty of Dentistry, University of Toronto Canada Research Chair in Oral Microbial Genetics Honorary Associate Professor, Faculty of Dentistry, The University of Hong Kong In vitro evaluation of antimicrobial activity of blueem mouthwash : a pilot study Aim : to evaluate the antibiofilm and antimicrobial effects of blue°m mouthwash against the caries pathogen Streptococcus mutans. Date : January 24,2018
Dr. Michel Abbou Fondateur de Ils étaient bien nombreux au milieu des années 80 à observer d’un mauvais œil l’avènement de l’implantologie ostéointégrée d’importation suédoise (1) ! Et (rendons à César ce qui lui appartient) il a fallu bien de l’audace et de la conviction à Patrick MISSIKA pour créer en 1986 le premier service universitaire parisien d’implantologie ostéointégrée. Ce service devenait une branche du département de chirurgie dédié jusqu’alors aux seules extractions dentaires et autres chirurgies conventionnelles. Ce n’est que bien plus tard que les services de parodontologie se sont progressivement transformés en services de parodontologie et implantologie… A mesure que les parodontistes admettaient de plus en plus la pertinence thérapeutique de l’implantologie. A l’image de l’évolution des noms d’associations scientifiques de l’époque (APC devenue APCI, SFP devenue SFPIO…) certains parodontistes « implantoconscients » ont en effet jugé bon d’intégrer les implants dans leur arsenal thérapeutique. Si nombre de praticiens et enseignants de renom ont mis bien du temps avant de baisser les bras pour admettre la validité de cette discipline émergeante (2), d’autres ne l’ont acceptée qu’à titre d’ultime recours, c’est-à-dire lorsque toutes les autres techniques « conventionnelles » s’avouent en position d’impossibilité de solutionner une situation clinique (3). C’est malheureusement cette posture « radicale » qui génère des situations cliniques bien embarrassantes  : en effet tout clinicien expérimenté n’ignore pas que dans les cas où la parodontologie et la prothèse fixe ne peuvent plus solutionner une problématique clinique, le BILLET PARO ET IMPLANTO Cousines solidaires ou sœurs ennemies ? capital ostéo-gingival (nécessaire à l’implantation) est le plus souvent lui aussi réduit à peau de chagrin. Paradoxalement, nous constatons ainsi des situations cliniques similaires chez les patients victimes d’extractions dentaires intempestives (1, 4) et chez les patients « victimes » d’acharnements thérapeutiques de la part de parodontistes « jusqu’au-boutistes » (5). Mes pérégrinations sur les différents groupes professionnels constitués au sein des réseaux sociaux (6) m’amènent d’ailleurs à constater que ce sont ces mêmes parodontistes « puristes » qui s’offusquent encore aujourd’hui de la propension d’exécution de techniques à types d’ALL ON FOUR (7) … En occultant le fait que ces techniques sont essentiellement proposées LE FIL DENTAIRE N°155/27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :