Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
Le Fil Dentaire n°155 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°155 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 104 Mo

  • Dans ce numéro : le sourire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
TEnDancE DÉCO 1 Une clinique dentaire innovante Dans le cadre de la rénovation d’une clinique dentaire en région parisienne, j’aimerais vous parler ce mois-ci d’une nouvelle approche de conception des espaces réalisée en partenariat avec le cabinet de consulting Efficience Dentaire. C’est en partant d’un certain constat, que nous avons décidé de mettre en place ces changements afin d’améliorer les conditions de travail du praticien mais également les conditions d’accueil des patients. En effet, ces dernières années, l’activité du chirurgiendentiste a considérablement évolué, impliquant le praticien à réaliser des tâches beaucoup plus lourdes et nombreuses qu’auparavant. Sur le plan clinique, son activité est devenue plus complexe puisqu’elle comporte aujourd’hui plus d’une dizaine de disciplines le poussant à avoir une approche plus omnisciente. D’un point de vue administratif, le travail à réaliser est bien plus important de la télétransmission au dossier, notamment avec les devis à réaliser, le consentement éclairé, et le respect des normes obligatoires. Enfin, côté communication, le patient, qui est aussi client et consommateur, ne se laisse plus convaincre par de simples faits cliniques, il attend à présent un échange plus 22/LEFILDENTAIRE.COM Tout au long de l’année, notre rubrique déco sera décryptée et expliquée aux dentistes par la décoratrice d’intérieur Pauline Pannequin. Cofondatrice de la société Opale Décoration, elle vous fera part de son expérience auprès des professionnels et des solutions qu’elle met en place sur ses projets. au service de l’accueil et de l’écoute des patients profond et engageant pour mieux comprendre la situation et prendre des décisions. Dans ce contexte, il nous a semblé important que l’aménagement de certains espaces évoluent pour être en mesure de mieux s’adapter à ces nouvelles contraintes... Une réinvention totale de l’accueil En général, la zone d'accueil dans les cabinets est souvent étroite et comporte une banque d’accueil avec une assistante polyvalente installée derrière cette dernière.
Même si la banque d’accueil est très à la mode, ce type d’installation n’est pas toujours optimisé. En effet, gérer les questions administratives dans un espace ouvert à la vue de tous n’est pas forcément approprié. Ce modèle de meuble peut être la source de nombreux inconvénients. Tout d’abord, c’est un élément assez coûteux qui nécessite un certain investissement de la part du praticien. Par ailleurs, il ne permet pas une confidentialité auditive et visuelle puisqu’il ne bénéficie pas d’intimité. De plus, si un papier important est laissé par malheur sans surveillance sur le comptoir, il peut être volé, ce qui pourrait être catastrophique pour le cabinet. Enfin, il y a une dimension très chronophage avec cet agencement qui implique la présence permanente d’une personne à ce poste sans pouvoir se libérer. Pour la conception de la nouvelle clinique, un bureau vitré a été proposé afin qu’il soit ouvert la journée pour accueillir le patient mais également qui puisse se fermer pour plus d’intimité et de protection des données si nécessaire. Les vitrages permettant de conserver un lieu d’accueil lumineux offrant le même degré d’accessibilité tout en étant plus confidentiel. L’objectif a donc été de créer un espace plus confortable aussi bien pour les patients que les assistants. Ces recommandations sont valables car la clinique est dans un schéma comportant deux praticiens pour commencer. Au delà, il sera souhaitable d’engager un(e) deuxième personne installé(e) derrière une banque d’accueil pour effectuer des. tâches dites «front office» (téléphone/accueil physique/encaissement/carte vitale). Tandis que l’autre assistant(e), qui occupera le bureau, aura un travail tourné vers le «back office» (agenda, parcours de soin, traitements, devis, aspects financiers) qui nécessite plus de confidentialité. Une clinique sans salle d'attente Au sein de la clinique, les praticiens travailleront sur rendez-vous. Dans ce contexte, il sera donc rare d’avoir plus de deux patients pour un même praticien en situation d’attente. Le seul cas qui pourrait contredire cela, serait que ce dernier accumule du retard et, dans ce cadre, il préviendra le patient et lui proposera un autre rendez-vous ou horaire pour lui éviter une attente trop longue. Par conséquent, nous sommes partis du constat que la salle d’attente n’allait servir qu’à gérer le retard. C’est pourquoi, dans l’approche de conception de l’espace, l’idée a été plutôt d’inviter le patient dès son arrivée à se rendre dans une salle nommée «salle de prophylaxie». Au lieu de le faire attendre, le patient aura l’impression d’être pris en charge à l’heure pendant qu’un soin se termine à côté. Il sera alors possible d’échanger avec lui, de faire de la motivation à l’hygiène... Ce qui entraîne un réel gain de temps pour le praticien. Nous avons donc repensé la salle d’attente plutôt comme un hall d’entrée à l’image de la clinique. LE FIL DENTAIRE N°155/23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :