Le Fil Dentaire n°152 jui/aoû 2019
Le Fil Dentaire n°152 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°152 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 58,4 Mo

  • Dans ce numéro : cap vers les bonnes postures.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
SUR LE FIL APPLICATION MEDIEVAL4I  : LE NOUVEAU SITE INTERNET QUI NOTE LES MÉDECINS Trivago, la Fourchette, AirBnB, Uber…autant d’applications qui, au-delà d’offrir un service, proposent un système de notation par les utilisateurs. C’est désormais au tour des médecins d’y être soumis avec la nouvelle plateforme MediEval4i qui vient de faire son entrée dans le paysage de la santé. « On n'évaluera pas la compétence médicale du professionnel de santé, nous ne sommes pas médecins » précise Mathias Matallah, président fondateur de Medicine4i, maison mère de MediEval4i. Les patients internautes peuvent donc donner leur avis sur cinq critères  : qualité de l'accueil, durée de la consultation, qualité de l'écoute, ponctualité du médecin et enfin les explications sur le traitement. « À partir de ces appréciations nous donnerons une note moyenne », poursuit le PDG de Medieval4I. Cette note pouvant aller de 1 à 5 sera illustrée par des cœurs. Une modération très stricte des avis, pour éviter le dénigrement, la diffamation, la misogynie… ainsi qu'un droit de réponse du médecin ont été mis en place. Lorsqu’un patient se connecte à la plateforme, il peut effectuer une recherche par nom, par spécialité et/ou par localisation, filtrer les résultats selon la notation obtenue par les différents professionnels qui correspondent à ses critères et également la possibilité d’exclure les praticiens avec dépassement d’honoraires. Au-delà des traditionnelles informations, la fiche de chaque professionnel précise si le thérapeute accepte les nouveaux patients, les personnes bénéficiant de la PUMA/CMU ainsi que le délai moyen pour obtenir un rendez-vous. Le fondement de ce projet s’appuie essentiellement sur un sondage réalisé auprès d’un échantillon de 4 000 personnes et qui révèle que seuls 17% des sondés auraient reçu chaque fois que nécessaire une information sur les effets secondaires des médicaments prescrits alors que certains sont contre-indiqués. 14 le fil dentaire « Il est temps de faire évoluer les comportements. À chacun son boulot, le nôtre c'est de défendre le patient » ajoute Mathias Matallah. Cette pratique soulève toutefois plusieurs interrogations  : Peut-on permettre aux patients de noter un médecin comme s’il s’agissait d’un service commercial ? Comment être certains que le patient a effectivement consulté le professionnel ?... Une pratique qui ne convainc pas le leader de la prise de rendez-vous en ligne, Doctolib. Son président, Stanislas Niox-Château, estime que le seul critère qui vaille, c'est la compétence du médecin. Interrogé, le Conseil de l'Ordre des médecins n'a pas souhaité réagir « avant d'avoir vu le site ». Pour financer MediEval4i, dont la consultation est gratuite, Mathias Matallah ouvrira prochainement un comparateur d'offres en optique qui sera rémunéré par l'opticien choisi. Le PDG entend également « combler les lacunes sur l'information des patients en créant un site de recommandations médicales à partir de sources indiscutables et des travaux les plus avancés sur des pathologies comme le diabète, le cholestérol, l'hypertension… On indiquera les traitements de référence, les effets secondaires… ». Un site qui fonctionnera sur abonnement payant. D'autres, comme Notetondoc, note2bib.com, demica.com, se sont essayés sur ce créneau mais n’ont pas survécu... Pourtant, aux Etats-Unis, le principe de la recommandation de médecins est très en vogue. Le site RateMDs (« Note mes docteurs ») , leader sur ce marché, a déjà enregistré 2 millions d'avis sur 1,7 million de professionnels de santé (médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, infirmiers…).
Doocteur.fr le des doc’GOOGLE Le 1er juillet dernier, la Cour des comptes a rendu public un référé envoyé mi-avril à la ministre de la Santé, relatif à un contrôle de l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) réalisé en 2018 et qui fait état de multiples dysfonctionnements et ce malgré un triple contrôle  : administratif, pour vérifier notamment l’indépendance financière des organismes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique ; un contrôle pédagogique, réalisé par des commissions scientifiques indépendantes ; un contrôle « a posteriori », avec un système de signalement des anomalies. Dans ce référé, la Cour des comptes pointe un « dispositif flou qui pâtit d’un encadrement inefficace ». Les orientations prioritaires, dans lesquelles doivent s’inscrire les actions de DPC étant « beaucoup trop nombreuses » et « souvent imprécises ». Selon eux, les lacunes observées dans le contrôle des actions de DPC ne permettraient pas de s’assurer de la réalité ni du contenu des actions de DPC suivies. Elle dénonce enfin des financements « généreusement distribués », sans vérification. Les recommandations POUR Y REMÉDIER, LA COUR DES COMPTES FORMULE TROIS RECOMMANDATIONS  : 1) Définir les orientations prioritaires 2019-2021 en s'appuyant sur les conseils nationaux professionnels (CNP) et la Haute Autorité de santé (HAS) ; dans le cadre de ces orientations prioritaires, privilégier le recours aux appels d'offre afin d'y réserver l'essentiel des moyens consacrés au DPC 2) Rendre publiques les conventions passées entre les industries pharmaceutiques et les ODPC [organismes de DPC] ; inscrire, sans délai, dans le code de la santé publique la possibilité pour l'agence de réaliser des L’association KitMédical a récemment lancé Doocteur  : un moteur de recherche spécifiquement conçu pour les professionnels de santé. L’objectif du Dr Thomas Bammert (médecin généraliste à l’origine du projet KitMédical) est de faciliter la recherche, pour les professionnels de santé, de sites médicaux à caractère professionnel, en écartant les sites grands publics qui apparaissent généralement à partir des mêmes mots-clés. En bref, lorsque vous lancez une recherche par mots clés, Doocteur va chercher parmi les informations contenues dans plus de 300 sites médicaux reconnus et faire un premier tri pour ne vous présenter que les résultats fiables et pertinents d’un point de vue professionnel. Le Kit Médical n’est d’ailleurs pas le seul organisme à proposer ce genre de moteur de recherche, on peut également citer par exemple moteur-derecherche-medical.org créé par le Dr Jean Gabriel Jeannot, ou encore La Doc du Doc créé par la Société Française de Médecine Générale. L’ANDPC ÉPINGLÉ PAR LA COUR DES COMPTES contrôles sur place ; prévoir un plan de contrôle annuel, adapter à cette mission, en nombre et en compétence, les effectifs de l'agence et la mettre en œuvre dès qu'une base légale aura été conférée ; signer une convention avec le ministère chargé de la formation continue portant sur la mutualisation des contrôles des organismes de DPC ayant une activité d'organisme de formation. 3) Limiter, sous réserve d'en contrôler l'effectivité, la prise en charge par professionnel à trois actions par cycle de DPC ; mettre en place un contrôle croisé des financements des différents financeurs de la formation continue afin notamment d'éviter les doubles financements. LES MOYENS MIS EN ŒUVRE Dans un communiqué du 3 juillet 2019, l’ANDPC explique que les premières réponses législatives viennent d’être données aux recommandations de la Cour dans le cadre de la future loi sur l’organisation et la transformation du système de santé aux articles 23 (possibilité de contrôle sur pièce par l’Agence) et 24 (obligation de publication des conventions conclues entre les entreprises du secteur sanitaire et les organismes de DPC dans la base publique « transparence santé »). L’agence annonce également que « De nouveaux leviers d'action seront activés dans les prochains mois »  : une pédagogie renforcée sur le dispositif et ses méthodes, de nouvelles orientations prioritaires resserrées et porteuses d’enjeux de transformation du système de santé ou de l’exercice professionnel, dispositifs d’appels d’offres ou à projets permettant l'émergence d'une offre innovante. Enfin, l'Agence annonce qu’elle « va intensifier la lutte contre la fraude et mettre en œuvre tous les mécanismes permettant une utilisation efficiente de l'enveloppe allouée » 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :