Le Fil Dentaire n°150 mai 2019
Le Fil Dentaire n°150 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°150 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : dentisterie esthétique contemporaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
FOCUS CLINIC Nous avons constaté lors de la réalisation de cette méthode, notamment lors de la réalisation de la première empreinte se déroulant en extra buccal avant de repositionner la transitoire en bouche, de nombreuses difficultés quelle que soit la caméra, de corrélation « matching des données » et de repositionnement de la transitoire dans son environnementX, Y, Z en situation intra orale. Il en est de même pour l’étude de LIU et col. (8) Cependant, il en ressort que l’enregistrement des tissus mous semble plus fiable en se calquant sur le négatif en dur modelé par la prothèse transitoire. DESCRIPTION D’UNE MÉTHODE ORIGINALE, FIABLE ET REPRODUCTIBLE AU TRAVERS D’UN CAS CLINIQUE Au vu de ces éléments, nous allons au travers d’un cas clinique présenter une méthode originale, fiable et reproductible d’enregistrement du profil d’émergence implantaire. (Fig. 8) Le protocole repose sur la réalisation de deux empreintes optiques intra orales et d’une empreinte optique extra orale. Fig. 8  : schéma explicatif du protocole d’enregistrement du profil d ‘émergence implantaire par empreinte optique n La première empreinte optique intra orale enregistre la situation de la dent transitoire au sein de l’environnement buccal. n La deuxième empreinte optique intra orale, s’effectue scanbody en place permettant la transmission de la position tridimensionnelle de notre implant. n La troisième empreinte optique se déroule en extra buccal, prothèse transitoire montée sur un analogue implantaire. Ces trois empreintes sont concaténées au sein du logiciel de modélisation et génèrent de manière fidèle le berceau gingival modelé par la prothèse transitoire. Cette méthode permet d’éviter l’écueil du collapse des tissus mous et s’affranchit du rematching parfois aléatoire du repositionnement de la prothèse transitoire scannée en extra buccal et repositionnée durant le même temps de scannage en bouche. CAS CLINIQUE (Fig. 9) Un patient de 45 ans se présente en consultation pour l’aspect disgracieux de ses deux incisives centrales couronnées à la suite d’un traumatisme il y a 8 ans. Il envisage de procéder à leur réfection. Après examen clinique et complémentaire, nous mettons en évidence l’agénésie de 12, la présence 13 en place de 12, 53 est en place sur l’arcade en place de 13 porteuse d’une carie 26/LEFILDENTAIRE.COM volumineuse, 22 est riziforme et 11 et 21 sont porteuses de deux tenons volumineux et de deux couronnes céramo-métalliques. Le tout comme nous pouvons le voir dans un contexte d’hygiène bucco-dentaire qui se doit d’être revu avant d’envisager nos réhabilitations prothétiques de manière sereine. La réhabilitation prothétique. Fig. 9  : méthode originale fiable et reproductible de l’enregistrement du profil d’émergence implantaire au travers d’un cas de restauration de l’harmonie dentogingivo labiale antérieure. Après motivation à l’hygiène, réévaluation et réalisation d’un projet prothétique virtuel à l’aide de céroplasties prospectives digital, nous avons réalisé  : thérapeutique orthodontique d’ouverture d’espace au niveau de 53 avec maintien sur l’arcade. (Fig. 10) Fig. 10  : situation initiale, mise en évidence de 53 résiduelle sur l’arcade. Ouverture de l’espace en vue de la mise en place d’une fixture implantaire (traitement ODF  : Dr E. NARCY, Spécialiste Qualifié en ODF, 33200 Bordeaux) extraction de 53, implantation mise en charge esthétique immédiate avec mise en place d’un conjonctif enfoui prélevé au niveau rétro-tubérositaire. La mise en place de la prothèse transitoire permet un modelage optimal du berceau gingival. Néanmoins, comme nous pouvons l’observer et l’avons évoqué précédemment, l’effondrement muqueux des tissus est marqué au dévissage de la transitoire (Fig. 11) Fig. 11  : illustration du collapsus des tissus mous au niveau de 13, où un implant a été posé par extraction implantation, mise en esthétique immédiate avec greffe de conjonctif enfoui.
après dépose des restaurations sur 11 et 21, reprise des traitements endodontiques, nous procédons à la confection de deux reconstitutions corono-radiculaires de type inlays core céramisés. Nous préparons ensuite 12 et 22 en vue de la réalisation de facettes céramiques. Les prothèses transitoires sont confectionnées. après une période de rodage, nous réalisons une première empreinte optique intra orale des prothèses transitoires en situation. Une deuxième empreinte optique intra orale est exécutée après dépose des éléments prothétiques, mise en place du cordonnet de rétraction au niveau de 12-11-21-22 et scanbody sur 13. (Fig. 12), et nous terminons par une empreinte extra orale de notre prothèse transitoire transvissée sur analogue implantaire. (Fig. 13) Fig. 12  : réalisation d’une première empreinte optique intra orale, scanbody en place et transitoires retirées. Fig. 13  : exécution d’une deuxième empreinte optique intra orale en extra buccale de la transitoire transvissée sur analogue implantaire et d’une troisième empreinte de la situation de cette dent au sein de la cavité buccale. Les trois empreintes optiques génèrent trois fichiers STL adressées à notre technicien de laboratoire pour confection d’un pilier anatomique d’usage sur 13 porteur d’une couronne implanto portée, 2 couronnes céramo-céramiques sur 11 et 21 et deux facettes sur 12 et 22 enemax cad stratifiées. (Fig. 14). Un masque gingival est généré issu du négatif de la prothèse transitoire, sans aucun collapse des tissus mous (Fig.15) Le pilier anatomique implantaire ainsi que les restaurations prothétiques d’usage sont réalisés. (Fig. 16 à 18) Dans le cas présent, un modèle est confectionné.(Fig. 19) Les restaurations prothétiques sont ensuite essayées en bouche puis mise en place. Un suivi régulier est instauré, notons l’intégration de nos restaurations au sein de l’harmonie dento-gingivolabiale, ici lors d’un contrôle à 3 ans après pose. (Fig. 20) Fig. 14  : fichier STL issu de l’empreinte optique intra orale. Fig. 15  : illustration du masque gingival et indexation du profil d’émergence de la prothèse transitoire. Fig. 16  : modélisation du pilier anatomique d’usage, épousant parfaitement les tissus mous. Fig. 17  : travail sur la modélisation du pilier anatomique en adéquation avec les tissus mous modelés par la couronne transitoire. LE FIL DENTAIRE N°150/27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :