Le Fil Dentaire n°147 février 2019
Le Fil Dentaire n°147 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°147 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 66,5 Mo

  • Dans ce numéro : augmentation osseuse horizontale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
leur cavité et communiquent entre eux via leurs canalicules. Dans ces canalicules, circule un fluide qui permet la transmission des contraintes mécaniques exercées sur l’os. PHYSIOLOGIE La physiologie osseuse est bien connue  : l’os se renouvelle en permanence. Remodelage osseux C’est essentiellement un phénomène cellulaire, influencé par l’activité physique. Le tissu osseux a besoin d’un minimum d’activité pour se maintenir (1). Pendant l’exercice physique, les pressions exercées sur le tissu osseux vont être transmises aux ostéocytes par les fluides contenus dans les canalicules osseux et dans la moelle osseuse. L’os a donc besoin, pour se renouveler, d’être soumis à un minimum d'activité physique. S’il n’est pas soumis à un certain rythme de contraintes ou des contraintes excessives  : la balance apposition-résorption va être déficitaire avec comme conséquence une fonte osseuse. Par contre, le remodelage de l’os greffé est lui moins bien connu. Résistance de l’os L’os cortical, bien qu’aussi résistant que l’os trabéculaire, possède peu d’espace pour absorber la pression. Il sera donc très sensible aux phénomènes de contrainte excessive. La vascularisation C’est est un élément capital pour la formation, mais aussi pour la survie d’un tissu osseux. Lors d‘une réhabilitation, c’est le nombre de néovaisseaux qui conditionne le volume d’os formé. Mais toute pression excessive sur ce tissu en formation, ou déjà formé, va aboutir à une ischémie et un stress oxydatif suivis par une résorption plus ou moins rapide. Fig. 5  : histologie après greffe avec biomatériau à base d’hydroxyapatite Fig. 8  : histologie après greffe avec xénogreffe d’origine équine Fig. 6  : histologie après greffe avec biomatériau à base d’hydroxyapatite et B TCP Fig. 9  : histologie après greffe avec xénogreffe d’origine bovine Fig. 4  : ostéocytes reliés entre eux par de fins canalicules contenant le fluide interstitiel QUELLE EST LA NATURE DE L’OS GREFFÉ ? Une étude histologique minutieuse permet de mieux comprendre la nature du tissu osseux formé. L’os greffé néoformé est de type trabéculaire, mais sa structure et son organisation sont totalement différentes  : les trabécules sont en général plus larges que la normale et sont accolées aux granules de biomatériau  : l’os croit au contact des biomatériaux dont il est complètement solidaire, formant un magma compact. En découle une rigidité majeure  : la compliance s’en trouve nettement réduite. La pression de l’implant posé aura des conséquences non négligeables sur la survie de l’os. Fig. 7  : histologie après greffe osseuse avec xénogreffe d’origine porcine Fig. 10  : histologie après greffe avec xénogreffe d’origine bovine LE FIL DENTAIRE N°147/37
FOCUS CLINIC Fig. 11  : histologie après greffe avec bloc osseux d’origine bovine À l’inverse, lorsqu’aucun substitut n’est utilisé, une structure trabéculaire normale est retrouvée. Il en est de même lorsque l’alvéole est comblée avec du PRF seul  : l’os nouveau est un os trabéculaire physiologique. L’absence de tout biomatériau, autogène ou exogène est la seule situation permettant la régénération ad-integrum de l’os trabéculaire. Fig. 14  : histologie - Os trabéculaire normal COMPORTEMENT OSSEUX LORS DE LA POSE D’UN IMPLANT 38/LEFILDENTAIRE.COM Fig. 612  : histologie après greffe avec biomatériau allogénique Fig. 15  : histologie après élévation de sinus (lamelle osseuse positionnée apicalement) Pas de biomatériau  : Uniquement le caillot sanguin. L’os trabéculaire formé possède une configuration normale Toutes les études du comportement osseux en réaction à la pression sont réalisées avec des contrainte cycliques (telles que la marche). A l’inverse, la pose de l’implant exerce une pression continue et permanente sur l’os. Cette pression constante va avoir des conséquences néfastes sur le remodelage osseux. Un implant est normalement posé au sein de l’os trabéculaire, maxillaire ou mandibulaire. La stabilité primaire est obtenue en utilisant un torque d’une certaine valeur. La moelle osseuse étant incompressible (porosité équivalent à l’huile d’olive), la pression de l’implant sera absorbée par les trabécules qui vont se déformer ou se casser. Ce traumatisme osseux est bénéfique et il va entrainer une réaction de cicatrisation adéquate. Toutefois, si l’implant est posé dans la corticale ou à son contact (implant trop vestibulé) alors la pression générée va entrainer  : - une ischémie osseuse par fermeture des canaux de Volkmann- une pression constante sur l’os cortical avec un remodelage contrarié. Fig. 13  : histologie - Greffe avec os autogène Fig. 16  : histologie - Comblement d’alvéole avec PRF seul  : Trabéculation normale et aspect physiologique de l’os néoformé. Fig. 17  : propriété d’un matériau soumis à déformation  : Plus le matériau est rigide, et plus la contrainte est élevée. Au delà d’un certain seuil, le matériau atteint son point de rupture Fig. 18  : implant au contact de la corticale osseuse  : pression excessive avec pour conséquence un remodelage osseux contrarié. Obstruction par l’implant des canaux de Volkmann  : l’apport sanguin est bloqué.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :