Le Fil Dentaire n°147 février 2019
Le Fil Dentaire n°147 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°147 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 66,5 Mo

  • Dans ce numéro : augmentation osseuse horizontale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
comblement. Des incisions horizontales complémentaires peuvent être faites dans le périoste du lambeau afin d’augmenter si nécessaire la laxité. Le prélèvement de copeaux corticaux autogènes se fait alors sur la zone rétro molaire mandibulaire suite à une incision à la lame 15C le long de la ligne oblique externe, poursuivie en antérieur par une incision sulculaire sur les molaires éventuellement présentes avec une décharge en mésiale de la première molaire. La collecte osseuse se fait sur la corticale à l’aide d’un collecteur Safescraper Twist (Meta Italy - IPP Pharma). La zone de prélèvement est suturée en points simples (Fil 4/0 Ethicon vicryl rapide) Les copeaux d’os cortical récupérés sont mélangés avec une trame minérale d’origine bovine anorganique (Bio-Oss Geistlich Pharma France) d’une granulométrie fine (0,25 - 1 mm) humidifiée avec le sang du patient récolté lors de l’incision de demie épaisseur. Le ratio varie de 75% autogène - 25% substitut à un ratio de 50:50. Le greffon composite est alors disposé entre la crête résiduelle et la plaque d’ostéosynthèse en s’appliquant à reconstruire le volume en apical et crestal de la plaque. L’ensemble est recouvert par une membrane collagène résorbable bicouche non réticulé (Bio-Gide Geistlich France). La membrane est alors étendue au minimum à 5 mm au-delà de la périphérie du comblement et stabilisé par des clous impactés sur la corticale (Geistlich Pharma France) (Fig 1 et 2). 2 Le lambeau précédemment testé est plaqué après traction coronaire et suturé passivement par des points simples (Ethicon 5/0 monocryl résorbable) tant au niveau des décharges qu’au niveau crestal. Le patient reçoit les consignes post opératoire en termes d’hygiène (Bain de bouche et nettoyage des sutures à la brosse à dent INAVA 6,5/100). Un contrôle à 8 jours permet de valider la parfaite fermeture du lambeau et la dépose des sutures. Le patient est alors revu à 6 mois pour un nouvel examen tomographique. Les mesures sont alors répétée selon le protocole précédemment décrit. L’intervention implantaire est programmée avec une prémédication comprenant de l’amoxicilline 2 g une heure avant l’intervention, du paracétamol 1 g en post opératoire, associé à des bains de bouche à la chlorexidine (ELUDRIL Ge) et brosse à dent post opératoire (INAVA 6,5/100). Les implants posés sont des implants STRAUMANN TL en accord avec le positionnement tridimensionnel décrit par Buser et col (20). Le choix des plateformes implantaires (NNC ou RN) se fait selon le profil d’émergence de la dent à remplacer. Les plaques d’ostéosynthèse sont déposés avant la réalisation du forage 3 implantaire L’objectif est d’assurer un positionnement optimal sans complément de ROG de l’implant afin de valider le plein bénéfice de la greffe pré implantaire. A deux mois post chirurgie, les implants sont testés et validés pour la phase prothétique réalisée au cabinet ou par des consoeurs ou confrères correspondants. Deux cas cliniques viennent illustrer le protocole décrit. Le premier cas concerne le maxillaire supérieur en zone esthétique et la seconde application clinique implique la zone mandibulaire postérieure. Patiente de 46 ans avec perte de 11 et 21 et échec implantaire en 11 et 21. L’image radio confirme le déficit osseux majeur avec un contexte osseux résiduel cortical peu favorable à la greffe osseuse. La procédure a permis de recouvrir une crête osseuse compatible avec un pose d’implant selon les critères tridimensionnels établis par le ITI. (International Team for Implantology) Le bénéfice de copeaux osseux avec un schéma de revascularisation plus favorable que le bloc osseux sur un tel support plaide pour cette approche (fig 3 à 12). 4 5 6 LE FIL DENTAIRE N°147/13
FOCUS CLINIC 7 8 9 10 11 12 14/LEFILDENTAIRE.COM Autre patiente de 51 ans, avec une édentation en 34 35 et 36. Le même protocole est appliqué à la région mandibulaire postérieure, avec un gain osseux en parfaite adéquation avec le positionnement implantaire guidé par la prothèse. (fig. 12 à 17) 13 14 15 16 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :