Le Fil Dentaire n°147 février 2019
Le Fil Dentaire n°147 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°147 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 66,5 Mo

  • Dans ce numéro : augmentation osseuse horizontale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
STEP BY STEP LA GREFFE OSSEUSE HORIZONTALE EN PRÉ-IMPLANTAIRE Dr. Hervé BUATOIS Docteur en chirurgie dentaire (Lyon 1) PG de New-York (NYU) Exercice privé à Grenoble Directeur du centre du formation CampusHB Dr. Nicolas GUILLON Docteur en chirurgie dentaire (Lyon 1) Exercice privé à Grenoble Retrouvez la vidéo de ce cas clinique sur http://tiny.cc/k8j02y 10/LEFILDENTAIRE.COM ETUDE RÉTROSPECTIVE SUIVIE DE 35 CAS CONSÉCUTIFS SELON LA « FENCE TECHNIQUE » MODIFIÉE. L’implantologie moderne par l’évolution des surfaces implantaires, des diamètres des implants, des délais de cicatrisation, des protocoles de mise en charge, des protocoles d’implantation a modifié profondément l’offre thérapeutique de la dentisterie implantaire. Cette dernière a maintenant pleinement sa place dans l’éventail de traitements dont nous disposons pour répondre aux attentes de nos patients. Les avancées technologiques ainsi que la vulgarisation de l’indication ne doivent cependant pas nous éloigner des règles biologiques et prothétiques de base afin de maintenir des standards de résultats élevés. L’os doit être présent ou reconstruit en quantité suffisante afin d’assurer au-delà de l’ostéointégration initiale, la pérennité de l’implant dans le temps. Le volume osseux initial ou reconstruit doit donc assurer  : l LA FONCTION  : créer un os vital pour recevoir un implant adapté à la dent à remplacer et en adéquation avec l’axe prothétique. l LA PÉRENNITÉ  : une paroi osseuse native ou reconstruite de 2 mm est le standard reconnu pour une stabilité de la paroi vestibulaire autour d’un implant. l L’ESTHETIQUE  : permettre un positionnement tridimensionnel pour l’alignement du profil d’émergence. La régénération osseuse guidée a prouvé depuis plus de 20 ans sa capacité à reconstruire des volumes osseux déficients de manière reproductible. Les nombreuses publications ont validé les différentes étapes clé de son évolution depuis la reconstruction pré implantaire jusqu’à la régénération per implantaire de déhiscence ou fenestration avec des membranes résorbables autour d’implants non enfouis. (1)(2)(3)(4)(5)(6)(7)(8)(9). On peut résumer le principe fondamental de la ROG selon la triade de régénération de Lynch et Genco issue de leur livre sur la régénération (10). Pour obtenir une régénération, il faut sur un site donné avoir une matrice support du développement (collagène, trame minérale osseuse, trame synthétique…etc.), un apport cellulaire (ostéoblaste), des facteurs déclenchants ou facteurs de croissance (ex  : BMP  : Bone Morphogenic Proteins). Ce site nécessite une stabilité c’est à dire un espace sans contrainte de charge mécanique ou de mouvements sur une période de temps suffisante. Si l’un de ces facteurs (composants, espace stable et temps) est absent alors il y a aura cicatrisation (réaction fibreuse) plutôt que régénération osseuse. Dans ce contexte, la membrane est l’outil de référence de la ROG. On retrouve deux grandes familles  : les membranes résorbables et les membranes non résorbables. Dans la matrice support du caillot sanguin, on retrouve l’os autogène, les allogreffes, les xenogreffes, les biomatériaux synthétiques. L’os autogène reste le comblement de référence par ses capacités ostéoinductrices. Son inconvénient reste son volume de prélèvement limité en termes de morbidité. Il s’est donc développé dans la littérature, l’usage de greffon composite, mélange d’os autogène et de biomatériau, associant un volume ostéoinducteur à un volume ostéoconducteur (11)(12)(13). Les membranes non résorbables renforcées titane sont la référence en termes de maintien de l’espace nécessaire aux principes biologiques de la régénération. Leur inconvénient majeur est leur taux d’exposition élevé (5 à 20% selon la littérature) (14). Merli et col ont développé une approche associant des plaques d’ostéosynthèse comme mainteneur d’espace et une membrane collagène résorbable comme barrière avec des copeaux d’os autogènes seuls ou mélangés à du DBBM associé à la pose d’implants (15)(16)(17)(18). Une procédure de greffe pré implantaire a été aussi décrite par Merli et col avec mais avec l’utilisation d’une plaque d’ostéosynthèse résorbable (19). Nous nous proposons de décrire dans cette étude un dérivé de la technique décrite par Merli avec l’utilisation d’une plaque d’ostéosynthèse en pré implantaire associée à



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :