Le Fil Dentaire n°146 janvier 2019
Le Fil Dentaire n°146 janvier 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°146 de janvier 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 69,5 Mo

  • Dans ce numéro : impasse de la nouvelle convention.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
NNÉNNNLN" ""E"" " l LNNRNNTNNNNNNNRNNNMNÎTRNNÉNNUNMNNÉRÉ Ec’est le blocage des tarifs du praticien sans que le patient ne bénéficie pour autant d’un meilleur remboursement E Encore une idée d’énarque qui derriEre son bureau arrive à obtenir une sanction financiEre du patient et du praticien « en mEme temps » EEallait y penserE Non seulement le patient devra payer plus cher sa complémentaire santé maisEs’il est déviant du REEEEil paiera une deuxiEme fois du fait de son choix de prothEseE E Eme le président d’honneur de la Eour des comptes n’avait pas prévu un tel systEme lorsqu’il avait établi le rEglement arbitralE E uelle est la nécessité de cette double sanction pour le patient Euider son choix c’estEàEdire mettre à toute la population franEaise des couronnes métalliques gratuitement partout dans la bouche ou certaines céramiques Eavec ou sans métalEzircone ou non zirconeEdans certains secteurs E Eela ne répond à aucune considération médicaleE E ue devient le libre choix du patient E E ue devient le consentement éclairé lorsqu’on éteint la lumiEre E E ue devient le praticien qui n’aura rien d’autre à expliquer si ce n’est de dire au patient « Ea c’est gratuit » ou « Ea vous coctera tant » E À notre connaissanceEaucun pays au monde n’a créé un tel systEme contraignantE l LNNNTNRNNNNLNNRNNEc’est la liberté tarifaire pour le praticien et pour le patient des remboursements reposant sur le tarif de baseE Eertains chirurgiensEdentistes Erelativement nombreux puisque le rEglement arbitral avait compris que pour survivreE les chirurgiensEdentistes de ParisEcomme ceux des E OE E TOE Edoivent bénéficier d’un meilleur tarifE auront tendance à conclure que pour ne pas sombrerEil faudra ne réaliser que ce type de prothEses en refusant de faire les autresE PeutEon rester dans la légalité si l’on agissait de la sorte E E’est une question sérieuse à laquelle il faut tenter de répondreE Eertains praticiens sont déconventionnésE Els ont choisi librement ce statutELeurs patients sont lourdement pénalisés puisqu’ils ne sont pratiquement pas remboursés par les organismes sociauxEE ais ils sont dans la légalitéE La presque totalité des praticiens refuserait de réaliser une couronne en métal sur une dent antérieure alors que celleEci est prévue par la EEEE et est prise en charge totalement dans le cadre du REEEEE’est leur choix et ils sont dans la légalitéE E lors pourquoi ne pas conclure qu’un praticien qui ne réaliserait que des céramoEcéramiques serait en faute E PersonnellementEje ne le crois pasE EependantE si c’est son choix de ne faire que certaines céramiquesEil doit informer le patient des trois catégories de tarifsEdes différentes prothEses et des localisations pour le laisser choisir librementE "" ! E !!! E ! (A ! &E !!! Efin de ne pas rompre la continuité des soinsEsi le patient refuse de mettre la main à la poche pour une céramoE céramique de qualitéE le praticien pourrait l’orienter vers d’autres confrEresE Reprenons l’analyse succincte de chaque catégorie d’actes qui pourraient nous concerner E Voyons les trois catégories imposées par l’accord conventionnelE "" " "" ""E """""" "E """ ! " "" "E E’est la couronne provisoire dont la codification va changer en fonction du choix de la prothEse définitiveE Elle n’est pas facturable pour une couronne définitive réalisée en extemporanéeEdonc pas de cotation si la réalisation est faite le mEme jour pour les deuxE On ne peut facturer qu’une seule couronne provisoire pour une couronne définitiveE Eela vaut tant pour les provisoires réalisées au fauteuil que pour celles faites par un laboratoire avec un coct supplémentaireEmEme si cela peut paraEtre aberrantE Emaginons qu’il faille refaire ou rebaser la couronne provisoire une fois l’inlayEcore poséEEl semble que cet acte ne puisse pas Etre facturé et donc sera réalisé gratuitementE E ue faire dans le cas d’une personne bruxomane qu’il faut réhabiliter sans que la EV ne soit définie E Si on suit à la lettre l’énoncé du texteEil ne semble pas possible de facturer l’ensemble des jeux de provisoires mEme si cellesE ci ont été réaliséesE E ais cette contrainte ne concerne pas les bridges ou couronnes provisoires solidarisées par nécessité thérapeutique puisque le texte précise E « Eacturable une seule fois par couronne définitive » E Eouronne et donc pas bridgeE Eouronne au singulier et non couronnes au plurielEdonc cela ne concerne pas les couronnes solidariséesE On pourra donc coter dans le cas de bridges provisoires ou de prothEses provisoires plurales E B & & !!! 1 0 ! A:1 ! ! @4M ! 1 01:@-5 ! 1 ! 8A ! -81 @ ! -: ! 5@ ! 5 ! 1 7, 276 & !!! &



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :