Le Fil Dentaire n°144 novembre 2018
Le Fil Dentaire n°144 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°144 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 84,6 Mo

  • Dans ce numéro : c'est vous qui votez.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
KOKKK K eqqOqOqqe q’Éqqq qqqe qeqq)L ! ! RI)L eK K KdeciKe buccoKdeKtaire " "")"") "2""0-//) () "200"1-"""-21""F"F""1""" "-""") ()"&/)""""" ()"""" "-""")"()/"F"/"-""+) D """/"1)"")"D "-/"") &/)""F"""1"() "0"""",21) D " F"/"-""+)" 12""""1)"(-""1)"/"0-1"-")""/") "21""2/" ! 2""/) 021()) 1 """/)"0"-"/""")""-21 ")"") 2"")"") """) ""2-") ")""""2"-"F"") "21")0"""F)"(" "".)"-/" ""/""-)""""11F)" "F""() ()/""1")""""""""""//E/)0)1"""  : -1(""""-)/"()/"F"/"-""+)) """  : -1"""1")" 12"0""-")"()/"F"/"-""+)) "(" ()1""-")")"""""""""  : "21"D ").2""""""-""00)1" """1"F""2""0)""") "1 ")"0) ""  : -(F)"""""")")""F"-)"/""")""-21 ""- -1"F")"")/)" ()1"-"")""":-"")""-/"1 "-""")/-F ""  : &/)""""") 1 0F()"-1) &"""2"()1""-")) ""- 2"- "200)1"1) """"")  : "2")"" veqqTeqqOqqqqeqTqqeqqeT qOq qeqqq La lumière a une influence directe sur ? fonctions fondamentales ? la vision et la régulation de l’horloge chronobiologique. Homo sapiens, animal diurne, est adapté d une lumière naturelle confortable rendant ses fonctions vitales aisées, optimales et sans fatigue. Un éclairage inadapté lui provoque troubles visuels, vision imparfaite, fatigue et usure prématurée des organes visuels. ? insi, la conduite de nuit fatigue et stresse car seule la partie centrale de notre champ visuel est éclairée. L’éblouissement par le soleil est nocif et nécessite le port de lunettes de soleil. La réflexion de la lumière sur une surface brillante agresse l’œil, réduit sa performance, le fatigue et l’use anormalement, raison pour laquelle le marin pêcheurs appartient, de toutes les populations, d celle la plus touchée par DML ? et cataracte. Enfin, l’absence de certaines longueurs d’onde ? le bleu clair entre autres ? modifie le cycle de notre horloge biologique, ce qui peut être d l’origine de troubles physiques et psychiques. Travailleurs de nuit et déprimés saisonniers en sont les témoins. Ce constat dicte les règles de bonnes pratiques destinées d organiser une vision facile, performante, dénuée de risques et de fatigue ? l Niveau d’éclairement limité l cblouissement contingenté l Contrastes faibles l Spectre de la lumière naturelle Le principe fondateur de l’éclairage en médecine buccodentaire s’appuie sur l ? idée que Ke systKK e visueKhuK aiK est adaptKà uKe KuK iKre Kature Ke coKfortabKeK La performance visuelle du dentiste ne sera donc exacte, qq/LEFILDENTAIRE !!! ! ) "L F:KBnL Ij"A"NKL L"nM E  : I"INE:MB"n E  : IENL  : MM"BnM" I:K E: ! ") " "E  : ":NM" d E  : Ki"E""B"n "" E  : ENFBhK" I:K E  : F"K ; E"N"" ""LM E" FjF" IAin"Fhn" JN" KBLJN"nM E"L ""nMBLM"L I:K E  : Ki"E""B"n "" ENFBhK") " ! d ""KM" I:K "" ; E"N I:K E"L ""nML "M E"L BnLMKNF"nML " optimale, pérenne, exempte de stress psycho ou physiophotobiologique, non fatigante et non traumatisante pour le système visuel que si cet éclairage naturel confortable est reproduit d l’intérieur de la salle de soin. Ce qui impose de tenir compte des fondamentaux suivants ?
"MM"nMB"n d n" I:L ""n""O"BK L"n i"E:BK:"" "n "iIBM "N ; "n L"nLU F:BL E" ""nLMKNBK" ":nL E""K"K" """: ; "K" Nn MKhL ; "n i"E:BK:"" "iniK:E "" M"NM" E  : L:EE" "" L"Bn"INBL E" L"B:ERMBJN" " pour une acuité visuelle maximum, le niveau d’éclairement est atteint dès ? ? ? ? lux d ? ? ans ? ? ? - ?. ? ? ? d ? ? ans ? Le niveau d’éclairement ne doit générer aucun éblouissement, ni par vision de la source, ni par réflexion Les contrastes dans la totalité du champ visuel doivent être minimes Les contrastes dans la vision centrale doivent être quasi-nuls Le spectre de la lumière doit être continu et équilibré. La vision est optimale durant une phase bien déterminée de la lumière naturelle dont la référence normative est le D ? ? ? spectre continu équilibré d ? ? ? ? K ? ? la totalité des couleurs composant cette lumière blanche sont présentes en proportions très voisines. qeqpqqqOqqqeq Comme on construit une maison en commengant par ses fondations, il faut avant tout mettre en œuvre l’éclairage environnemental dans sa salle de soin. Il est assuré par un plafonnier dentaire maCoritairement indirect diffusant un spectre aussi proche que possible de la lumière naturelle et préférentiellement certifié conforme au D ? ?. Les avantages obtenus sont immédiats ? l’ensemble du champ visuel est éclairé, y compris le plafond. La vision est optimale et sans fatigue. Si vous avez opté pour un plafonnier en D ? ? certifié - c ? est-d-dire disposant d’une attestation d’un laboratoire officiel pour les ? critères nécessaires ? spectre et température de couleur ?, vos choix de couleur se feront au fauteuil d toute heure. La dentisterie esthétique sera beaucoup plus simple et sans scialytique, au moins de la ? d la ?, face vestibulaire du bloc antérieur. Votre cerveau gèrera les excès de bleu HEV d ? oo une fatigue quotidienne bien moindre ni aucune accélération du vieillissement de votre système visuel. Vous pourrez aisément programmer des actes difficiles en fin de Cournée et faire vos photos sans flash et sans réflexion.)  : ""n"NBM" "" nNBM LMK"LL" "M ":MB"N" "L"NE" E  : OBLB"n ""nMK:E" "LM i"E:BKi" "M BE R : ; ":N""NI "" L"NK""L ""i ; E"NBLL"F"nMU ""LM  : NLLB E" ":L  : O"" Nn L"B:ERMBJN" INBLL:nM ":nL Nn" L:EE" "" L"Bn F:E i"E:BKi" " À Ke pas faire K l Négliger l’éclairage indirect et les zones périphériques du cabinet l Se contenter de ? la conformité au critère de chromaticité du D ? ? a, sans vérifier le spectre du luminaire l Coupler l ? éclairage d une TV intégrée. Très utile en communication, l ? intégration TV ? luminaire sacrifie pourtant l’éclairage ? qe qqqqqT que Le scialytique, pour important qu’il soit, n’est que le complément de l ? éclairage plafonnier pour l ? intérieur de la cavité buccale qui n ? est éclairée que par une petite ouverture. Dans la même logique, sa tache lumineuse doit être grande - au moins ? ? mm de haut pour ? ? ? mm de large - et uniforme pour une vision centrale nette dans toute la bouche, sans adaptation aucune. Une large tache uniforme gomme les ombres portées et évite de rerègler le scialytique lors de déplacements de la tête du patient, donc favorise votre concentration. La puissance de l’éclairage sera limitée d ? ? ? ? ? – ? ? ? ? ? lux. C’est très largement suffisant d assurer l’acuité maximum partout dans la bouche, et contingenter efficacement l ? éblouissement par réflexion. Son spectre sera aussi proche que possible de la lumière naturelle dans le but d’optimiser le fonctionnement de l’œil et de le protéger des excès de bleu HEV. Le mode ? composite a éclairera en lumière blanc neutre d intensité réduite, mais pas en orange. À Ke pas faire K l Croire que plus de Lux augmente l ? acuité. ? u contraire, la puissance crée de l’éblouissement et multiplie le risque lié aux bleus HEV l ? cheter de la lumière blanche… C’est celle qui contient le plus de bleus HEV l ? cheter une caméra intégrée ? très utile en communication, son intégration dans un scialytique ne peut se faire qu’au détriment de l’éclairage qeqqpOuq qqTquqeqTqqeT qOupeq Les mêmes règles de sécurité au bleu que celles suivies pour le scialytique s’appliquent. -our les loupes, si plafonnier puis scialytique ont été soigneusement choisis, la bouche sera uniformément éclairée, inutile de raCouter une LED loupe toxique. -our les instruments, le complément de lumière sera surtout appréciable sur les faces distales., n choisira ces LED d une intensité raisonnée et contenant le moins de bleu possible. Ne pas dépasser ? ? ? ? K. Les LED très blanches et ? ou très puissantes sont donc d proscrire. qqqpeqq pOqqqeq qeq Elles émettent uniquement et puissamment des bleus HEV donc sont dangereuses pour la vue. Il est impératif de se protéger simultanément avec lunettes de protection et cupules ? écran des embouts. 2n" L:EE" "" L"Bn ; B"n i"E:BKi" ""BM jMK" iJNBIi" I:K Nn IE:""nnB"K ""nM:BK" I"K""KF:nM JNB i"E:BK" M"NM E" O"ENF" "" E  : IBh""""M ""Nn L"B:ERMBJN" d MKhL E:K"" M:"A" NnB""KF" JNB n"i"E:BK" I:L MK"I INBLL:FF"nM" LE ! FIL ! DENTAIRE ! NJ !!!/qq



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :