Le Fil Dentaire n°144 novembre 2018
Le Fil Dentaire n°144 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°144 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 84,6 Mo

  • Dans ce numéro : c'est vous qui votez.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
SKKK Ky qTep """ ! """""" ! C """ " ! ! OI ! ! T ! ! A ! EUTI ! U L ! R) ! DE ! ! ESSIONS ! ! AO ! ONTA ! ES ! A)) ! ! IL E) ! K UN ! SOUIE ! ! IN ! I ! A ! ! 0 !!! 00 !!! !, , !!! !!! D ! 1A3B ! ! 3 ; ! ! 67 ! B ! 573 D3 ; A/7 ! 3 & !/A7 ! B3 !!! 7CP3, 7 ; 13 ; ; 3@ qq/LEFILDENTAIRE !!! ! qTqOquqTqOq La ligne du sourire peut être définie par le tracé d’une ligne imaginaire qui suit le bord inférieur de la lèvre supérieure étirée par le sourire. Elle correspond, lors du sourire, d la position des tissus durs –dents et gencive- par rapport aux tissus mous –lèvres- dans le plan frontal. Une ligne du sourire moyenne KfigKKaKreprésente un sourire découvert de ? ? d ? ? ? ? des dents maxillaires et seulement la gencive interproximale est visible – chez l’adulte-. Ce critère esthétique représenté par la situation de la ligne du sourire est prépondérant dans les demandes des patients, et ce d’autant qu’il est associé d la ? -ink ? esthetic a qui suscite un intérêt croissant depuis quelques années. Une ligne du sourire dite ? haute a ou également ? sourire gingival a KfigK KbK représente, quant d elle, un sourire qui découvre la totalité de la hauteur coronaire des dents maxillaires antérieures et une bande continue de gencive –plus de ? mm-. Cet excès de gencive dévoilé durant le sourire peut également exacerber les problèmes d’intégration esthétique en cas de mauvaise santé parodontale, de récessions, et d’alignement chaotique des collets,… et ainsi causer un stress visuel important. Elle concerne ? ? ? des patients, et est présente deux fois plus chez la femme que chez l’homme. "B"NK" " "I"LBMB"nL "" E  : EB"n" "N L"NKBK" " "d ":N"A"""EB"n" "N L"NKBK" F"R"nn" ""d "K"BM"""EB"n" "N L"NKBK" A:NM"" La question se pose alors ? faut-il traiter chirurgicalement les récessions par des techniques d’augmentation parodontale et ce afin de réduire la disgrece esthétique exacerbée par le sourire gingival ? , u faut-il au contraire considérer la récession gingivale comme un ? atout a, servant ainsi de ? ligne guide chirurgicale a d une nouvelle ligne des collets, en association avec une finition prothétique post-chirurgicale pour obtenir un résultat esthétique optimal ? q’AqTeqqATqve qq quqq qAqe e qeuqeq » qq En cas de hauteur coronaire normale des dents voisines –rapport largeur ? longueur entre ? ? et ? ? ? -, la gestion thérapeutique sera en priorité le traitement de la récession par les techniques de chirurgie parodontale classique –du moins pour les classes I, II et III de Miller KfigKKK, la classe IV ne pouvant être traitée chirurgicalement ? Kassab et al., ? ? ? ? ? KfigKKK-. "B""" ""K"""" ""nC"n"MBO" "n""NB""3N" "EBnBJN" BnBMB:E" K"IKiL"nM:nM Nn" "E:LL" & "" " BEE"K LNK "" "M ""  : BnLB JN"Nn" "E:LL" && LNK """/iLNEM:M "EBnBJN" d " F"BL ""Nn" "K"""" ""nC"n"MBO" "n""NB" I:K MNnn"EBL:MB"n"
-uis dans un second temps, l’étiologie du sourire gingival en elle-même sera abordée. l En cas d’hypertrophie maxillaire verticale importante – visibilité de gencive ? ? mm- ? il sera pratiqué un déplacement chirurgical du maxillaire en direction apicale par l’ostéotomie de Lefort I. Il s’agit d’une ostéotomie du maxillaire – ? down fracture a - au- dessus de l’apex des dents et en dessous de l’orifice infra-orbitaire ainsi que de l’os zygomatique, qui va permettre un repositionnement supérieur de cet os, et ainsi par ld-même l’obtention d’une ligne du sourire normopositionnée avec une visibilité correcte des surfaces dentaires et de la gencive marginale ? ? auer et al., ? ? ? ? ?. l En cas d’élévation exagérée ou de manque de longueur de la lèvre supérieure –hauteur comprise entre ? ? et ? ? mm [norme ? entre ? ? et ? ? mm]- ? La chirurgie esthétique en tant que telle n’est pas la solution de choix dans ce cas, contrairement d un excès de longueur de la lèvre supérieure ou un manque de tonicité. Mais la toxine botulique semble d ce Cour être une procédure efficace comme traitement des rides d’expression qui se créent perpendiculairement d l’axe de traction des muscles –souvent au tiers inférieur du visage, ainsi que pour les rides labiales radiaires. C’est dans cette optique qu’elle a une action sur la balance buccale. La balance buccale représente l’équilibre entre les forces des différents muscles s’exergant sur les lèvres. En relaxant certains muscles hypertoniques, elle va améliorer le sourire gingival..uatre inCections de toxine botulique dans le muscle releveur de la lèvre supérieure vont permettre de corriger le sourire gingival et d’aplanir la partie supérieure d’un sillon naso-génien proéminent. L’inCection se réalise d ? cm de l’aile du nez dans le corps du muscle. Cependant le risque est l’allongement de la lèvre supérieure avec recouvrement des incisives. Souhaité dans le sourire gingival, il sera disgracieux pour la lèvre. Ce traitement est donc d réserver aux lèvres supérieures courtes ou retroussées ? Singh et al., ? ? ? ? ?. q’AqTeqqATqve qq quqq qOqpqOTqAT que qq Une approche radicalement différente de la précédente peut également être proposée dans certaines situations cliniques, par exemple lors de hauteur coronaire courte. ? u lieu de traiter directement les récessions, il pourra être proposé la création d’une nouvelle ligne des collets plus apicale, n’étant plus dans la philosophie de vouloir corriger ces récessions mais d’aligner le niveau des collets des dents voisines au niveau de ces récessions ? ? radeani, ? ? ? ? ?. La gestion thérapeutique sera donc d’abord chirurgicale puis prothétique KfigKKK. L’élongation coronaire par lambeau positionné apicalement avec résection osseuse montre des résultats efficaces. L’allongement de la couronne clinique est effectif et stable dans le temps mais le déplacement de la ligne muco-gingivale l’est moins. Cependant la gencive est non-modifiée et garde donc un aspect esthétique. Lors de l’ostéoplastie, la précision des collerettes est difficile d obtenir dès la première intervention ? ainsi lors d’une séance ultérieure, une gingivoplastie sera pratiquée pour affiner les positions. Il est donc important, au même titre qu’en chirurgie plastique, de prévenir le patient que plusieurs interventions successives seront nécessaires.. uelquefois, après avoir traité le secteur incisivo-canin, il faut harmoniser les secteurs latéraux pour éviter l’aspect en ? marches d’escalier a. "B""" "M""AnBJN" "ABKNK"B"""IK"MAiMBJN" "" ""KK""MB"n "N L"NKBK" "Bn"BO:E I:K  : IB":EBL:MB"n "" E  : EB"n" ""L ""EE"ML"""n A:NM"":O:nM BnM"KO"nMB"n "ABKNK"B":E" " "n L""K"BM""":IKhL iE"n":MB"n ""K"n:BK" "N ; E""  : nMiKB"NK "M FBL" "n IE:"" "" E  : KiA: ; BEBM:MB"n IK"MAiMBJN" IK"OBL"BK" "ON" "EBnBJN" d " L"F:Bn"L"" La réalisation préliminaire au fauteuil d’un masque en composite ? inversé a ou ? fait d l’envers a permet de visualiser l’allongement des couronnes vers l’apex ? ? qrel, ? ? ? ? ? ? figKK à KK. Du composite est placé en petits apports sur la gencive, donnant l’illusion de dents allongées en direction apicale, supprimant ainsi le sourire gingival. -uis les bords incisifs sont redessinés au marqueur noir, simulant des dents plus courtes. Le traitement débutera ainsi, c’est-d-dire par la retouche de la position des bords incisifs - avant le traitement chirurgical du sourire gingival-. -uis trois mois après l’intervention, peuvent débuter les préparations pour facettes ou pour couronnes. "B""" "Ki:EBL:MB"n ""Nn IK"C"M "LMAiMBJN" I:K " F:LJN" "n ""FI"LBM" BnO"KLi a IKiOBLN:EBL:nM E" KiLNEM:M "Bn:E" LE ! FIL ! DENTAIRE ! NJ !!!/qq



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :