Le Fil Dentaire n°143 octobre 2018
Le Fil Dentaire n°143 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°143 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 178 Mo

  • Dans ce numéro : esthétique 2.0.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
MMMMSMHHHHHH !!! I !!! !!! ! I !!! E+ !!! !!!. ! 5 ! ! N !!! !!! ! ! 1B3C@ 3 ! 167@C@573 23 ! B/7@3 ! ! 173 ! 7 ! B3@ ! 3 ! 1C !'6 ! ! 1B3C@ 23 : !, ! 7D3@A7BP 23 #G !!! F3@1713  : 70P@/: ! #G !!! HH ! # ! ! # !!! ! ! ) !!! & !!! ! I !!! !!! ! ! I !!! !!! du MfuturMédeMtéMcMMpMet !!!':, !!!. - - ! !. ! &- !!!. ! ! ,. ! - !!!., !!! , - !!! && !!!. !!! !!! !!! ! " !. !!!.. ! !' ! - !!!. !!! ! & !!! !!! : ! ! &' !. !!! !!! !.,' !!! ! , !!! !!! & !!! ! !. ! & - ! !. ! &- !!! !. !!! !!! - ! , '.. !. !!! ! ! , ! 5 !!! ! !' !!!., ! !., 5 ! ! - ! !. ! !.- !!! ! - & !!! , ! , : !!! ! & !. !. !!! !' ! & ! !. ! !, ! & - ! !. ! &- !!! ! - ! !., : ! ! ,. ! -. ! !. ! ! & !!! ! & !!! !!! !!! !!! ! -. ! !. ! , : ! & ! - !. !!!. !  : , !!!. !!! ! ! 5 !!! !. !!! !. ! ,. ! ! & -. ! 5 ! && ! -. &5 ! !., ! !. !!! ! - ! !. ! &- !!! !. !!! !!! - & ! ! , ! - ! ! : ! ! - !!! !!! !!! -. !!!' ! ! - : ! ! &' !. !!! - & !' ! - ! ! & !!! !., ! !.' !. !!! ! - !!! !!! ! !. ! !. ! !. ! , : ! !.: ! !' ! &. !!! !!! !.. ! !. ! ! ,. !!! & ! , -, !!! ! , ! : ! ! & ! ! , , - !!! ! ! &5 ! !. !. !!! !!!.- ! !. ! , && - !!! !' !':. !!! -5 !!! , ! !., ! !. ! !. !!! , ! - !!! - !. !!! ! ! - !!! !  : , !.- !!! !.- !!! - !!! , ' ! ! , ! ! ,. !!! ! ! - ! : ! & !!! , ! ! - !!! - ! ! - !!! !.' ! -. ! !., ! ! , - ! 5 ! ! - !. ! !. !!! ! & !!! !!! !.. !!! & ! - !!! !!! ! , !!! , : !!!. ! ! & & -., ! !.' !.- !' ! & ! !. ! !, - ! !' ! &.- ! oHHHHHHHH HHHHHHHHH HHHHHHH HHHHH HHHHHHHHHH surtout auprès des techniciens de laboratoires. En !!! I !!! !!! ! I !!! !!! !!! I !!! !!! effet, I ! ! l’usage des photos est intéressant pour deux La phase diagnostic reste la clef de voute de la construction d’un plan de traitement. Elle doit se faire avec des outils qui vont amener la dimension numérique par l’obtention de fichiers jpeg, stl et dicom. Ces trois types de fichiers nous permettent d’obtenir un clone digital de notre patient. En effet, chaque type de fichiers nous permettra d’amener une dimension informative complémentaire de notre patient. éléments capitaux dans le travail collaboratif avec le prothésiste. De faf on immédiate, la première utilisation de la photographie est la transmission de la teinte des dents. En effet, il s’agit de quelque chose de délicat à transmettre, à décrire. De fait, la transmission d’une photographie des dents concernées avec une pige de teintier permettra d’aider la réalisation d’une stratification céramique pour le prothésiste ou le choix d’une teinte pour des dents du commerce. !!! !!! !!! ! La photographie en odontologie est un élément capital. Elle délivre des fichiers numériques sous forme de fichiers.jpeg. Les photographies ont à ce jour Erl les principaux EEE E l pouvoir posséder les données pour pouvoir réaliser un plan de traitement précis et étayé en dehors du temps de consultation, l transmettre les données cliniques au prothésisteE ce dernier ne peut pas avoir en possession que des données parcellaires tels que les seuls modèles, l aspect comparatif du traitement EavantEaprèsEE cela peut i tre intéressant dans certaines situations pour montrer au patient l’avancée du traitement et la situation initiale pour mémoire. L’outil photographique, permet une meilleure communication auprès du patient mais aussi et De faf on plus globale, plus pertinente, les photos de visage doivent i tre transmises au laboratoire de prothèse. Cette photo de portrait devra cadrer l’ensemble du visage, avec un sourire et les yeux ouverts. De plus, l’appareil photo El’objectifE devrai tre perpendiculaire au visage du patient afin de pouvoir récupérer les bonnes informations de parallélisme et de perpendicularité. Elles peuvent aussi aider la réalisation des prothèses Eamovibles etEou fixesEen ce qui concerne le secteur antérieur. En effet, la visualisation du plan sagittal médian et de la ligne bi pupillaire permet de réaliser des montages de dents en adéquation avec ces deux plans. EEE Ces lignes de références respectées
permettent de faire coïncider le plan sagittal médian et le milieu interEincisif ainsi que la ligne bi pupillaire et le plan incisif. Ces E cohérences permettent de donner un coté harmonieux au visage et de créer donc un équilibre visuel non stressant. Efin de mieux visualiser ces lignes, il est possible soit d’imprimer la photographie et de tracer les deux lignes souhaitées soit d’utiliser un logiciel informatique basique permettant de tracer ces deux lignes et un envoi numérique du fichier correspondant. La transmission de ces deux lignes sera aussi favorisée par l’utilisation d’outils tels que le Ditramax E EEE ou le one ite E E isico E E. !!! !!! !!! EEE Le Digital Smile Design E EDSDE, outil de simulation historique, a été créé par Christian Coachman E résil, qui est à la fois prothésiste et dentisteE EEE. Sa réflexion sur le DSD a été initiée après des questionnements concernant sur le diagnostic initial de situations cliniques. Il est certain que toutes les équipes, quel que soit le degré d’expérience, ont été confrontées à des problématiques de communication entre le laboratoire et la clinique en vue de l’établissement d’un plan de traitement. L’objectif du DSD est donc de fournir une aide en protocolisant la réflexion et la création d’un projet prothétique. La conception virtuelle du sourire Een EDE est un protocole conceptuel, polyvalent, basée sur une analyse des patients dans leurs dimensions faciales et dentaires. Cette analyse passe par une série prédéterminée de photographies numériques de qualité mais aussi de vidéos Epermettant entre autre de capturer des images fixes plus naturellesE. L’analyse de ces documents met en évidence les relations entre les dents, la gencive, les lèvres mais aussi dans le sourire Eet le visageE qui est un élément dynamique permettant d’exprimer des émotions. En suivant le protocole et avec à l’aide d’objets de calibration, des mesures peuvent i tre réalisés. CellesEci permettent une collaboration étroite avec le technicien de laboratoire pour une exécution raisonnée du projet prédéterminé. Cette fiche laboratoire finale permet au technicien de laboratoire de créer un projet prothétique soit réel soit virtuel Eà l’aide de fichiers numériques d’empreintes ou de modèles Efichiers.stlEE. Il apparait évident que cette présentation claire et compréhensible permet aussi une meilleure communication avec le patient Ele DSD sert à illustrer les problématiques présentes et les solutions en regard de cellesEci. En effet, il est toujours difficile d’expliquer les pathologies existantes à un patient Ela visualisation photographique aide en cela. Il apparait plus approprié d’utiliser les photos propres du patient Eplutl t que des situations cliniques similairesE El’identification de la situation est évidemment plus précise. Cette identification permet une meilleure compréhension pour le patient et donc une meilleure adhésion aux thérapeutiques proposées. De fait, celuiEci fait partie intégrante de la réflexion. Il est par ailleurs tout à fait intéressant de voir, la compréhension par le patient de la complexité des techniques odontologiques mises en Euvre pour leur traitement. L’utilisation quotidienne du DSD est ainsi un outil indéniable dans l’optimisation de nos traitements Eanalyse, diagnostic réalisation et aussi suiviE. Toutefois, il doit i tre corrélé à la vision artistique du praticien, du prothésiste et à leurs compétences respectives. !!! !!! ! ! Le seul diagnostic esthétique ne peut i tre suffisant.. our que une réhabilitation dure au fil des ans, challenge quotidien pour nous tous cliniciens, il est indispensable de réaliser un diagnostic occlusal précis.. our diagnostiquer la fonction, il est nécessaire de vérifier s’il existe des douleurs musculaires ou des M !!! ! ! , ! 5 !!! ! & ! , ! ! , : !!! !!! !., ! !.' !. !' ! & ! !. ! !, -. !!! !!! , 7 & - ! !.- ! !. ! , && - ! ! -. ! !. - !!! ! ! , -. ! ! , , ! ! - ! ! , !, !!! & ! - ! , !!! ! & !!!. ! , M dysfonctions de l’appareil manducateur, des serrements des dents EclenchingE, du bruxisme, des déviations, etc. L’occlusion physiologique est présente lorsqu’il existe un équilibre entre les stress et la capacité adaptative des tissus. a l’inverse, il est possible de parler d’occlusion non physiologique, lorsque des douleurs articulaires, des douleurs musculaires, des restaurations cassées, des usures dentaires, etc., sont présentes. Dans le cadre de réhabilitations globales, il est nécessaire de trouver une position plus physiologique et confortable Ele vieillissement et les restaurations dentaires peuvent créer une situation adaptativeE. Il est nécessaire alors de couper la proprioception du patient, de la déprogrammer.. our cela, un système, ST Eneurostimulation transcutanée, isicoE est utilisé pendant une heure afin d’obtenir une situation neutre tant au niveau musculaire qu’articulaire. En effet, dès que les muscles sont décontractés, il est possible de déterminer la nouvelle position mandibulaire et d’enregistrer l’occlusion à l’aide de silicone d’occlusion. EEE Cet élément transmis au technicien de laboratoire permet alors la création d’un projet prothétique esthétique et fonctionnel. !!! I !!! !!! ! I !!! !!! !!! ! ! I !!! I !!! Si les outils numériques nous aident à constater les éléments cliniques et paracliniques et donc à formuler un diagnostic, il est tout aussi important de les intégrer dans nos plans de traitements afin de procéder à une meilleure exécution du plan de traitement choisi. !!! !!! !!! !!!. réalablement, à la chirurgie implantaire, un examen tridimensionnel à type de CTEscan EcomputerEassisted tomography scanEou C CT ECone beam computed tomographyE peut i tre réalisé. Il nous permettra d’obtenir des fichiers.dcm de réaliser le diagnostic osseux et dentaire. Une fois, le diagnostic et la planification implantaire réalisés, la mise en pratique peut i tre réalisée par des outils numériques également. Cette transposition guidée est appelée chirurgie guidée. Il existe deux types de chirurgie guidée par ordinateur Estatique et dynamique. La chirurgie guidée dite statique consiste en l’utilisation d’un guide pour le passage des fori ts et des implants. a chaque diamètre de foret correspond une cuillère s’adaptant d’une part au canon de forage du guide, et d’autre part, au diamètre du foret. Ce système de cuillères permet d’éviter le changement de guide néfaste à la bonne position des implants. Dans le cadre du traitement de l’édenté total, ces guides sont soit à appui muqueux, soit à appui osseux. Les guides obtenus en réels sont issus d’une chaine de CFEO avec une intervention numérique conséquente. La chirurgie guidée dite dynamique consiste, elle, en l’utilisation d’un système de triangulation type G. S. Il n’y a pas de guide réel. Le contreEangle implantaire est repéré par une caméra télémétrique par l’intermédiaire de points appelés E trackers E. Le suivi de la progression des forets mais également de l’implant se fait sur l’écran de l’ordinateur # ! ! # !!! ! ! ) ! ! L !!! ! HH



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 1Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 2-3Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 4-5Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 6-7Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 8-9Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 10-11Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 12-13Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 14-15Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 16-17Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 18-19Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 20-21Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 22-23Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 24-25Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 26-27Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 28-29Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 30-31Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 32-33Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 34-35Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 36-37Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 38-39Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 40-41Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 42-43Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 44-45Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 46-47Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 48-49Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 50-51Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 52-53Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 54-55Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 56-57Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 58-59Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 60-61Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 62-63Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 64-65Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 66-67Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 68-69Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 70-71Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 72-73Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 74-75Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 76-77Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 78-79Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 80-81Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 82-83Le Fil Dentaire numéro 143 octobre 2018 Page 84