Le Fil Dentaire n°142 septembre 2018
Le Fil Dentaire n°142 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°142 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 80,7 Mo

  • Dans ce numéro : spécial assistantes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
 ! ! SSIE ! tant de la part des praticiens que des patients. « Tout à fait, cela valoriserait les compétences de l'assistante, elle serait davantage reconnue comme une collaboratrice qu'une assistante. Les qualités humaines et les connaissances thérapeutiques des assistantes méritent d'être exploitées. Neaucoup d'assistantes sont dans l'ombre, en stérilisation, installation et désinstallation du plateau technique alors qu'elles sont les meilleures collaboratrices du chirurgienN dentiste et peuvent apporter beaucoup de sérénité aux patients et une vraie valeur ajoutée au cabinet ». !!! ! ! Parmi celles qui ne nourrissent pas l’espoir de devenir hygiéniste, on perOoit nettement 2 tendances. La première, concerne les assistantes fidèles à leur motivation de départ qui ont choisi ce métier pour ses aspects de gestion plus que pour la relation thérapeutique avec le patient ou encore, comme S !!! ! !, celles qui préfèrent conserver une variété d’actes et se sentent déjà dans une relation très impliquée avec le patient notamment en orthodontie. « J’en ai longtemps rêvé, mais aujourd’hui je me dis que faire des détartrages toute la journée ça ne vend pas du rêve NNn peut faire de la motivation d’hygiène, avoir des tâches très intéressantes en administratif, on a un vrai rôle à jouer, comme en orthodontie où la relation avec le patient est plus impliquée ». La seconde tendance observée est la perception de la profession d’hygiéniste comme un métier à part ou encore comme le dit !!! !% !!! ! une fausse évolution du métier d’assistante. « Devenir hygiéniste, c'est une fausse évolution de notre profession. J'aimerais une relation directe plus thérapeutique avec le patient mais je souhaiterais plutôtN pouvoir me spécialiser Nimplanto, paro, pédo… Nformation et salaire en conséquence bien sNrN ». La notion de spécialité, récurrente dans plusieurs témoignages, est une évolution qui paraSt davantage coller à la réalité du marché d’aujourd’hui. « Je regrette surtout que l'on n'aborde pas la dimension de spécialité cheE les assistants dentaires. Nous savons aujourd’hui, avec le'.N.N Eéro, que des postes d’assistantes dentaires spécialistes « administratifs » sont extrêmement prisés sur le marché de l’emploi... » ! a !!! ! n D’autres, comme S !!! ! !, plus impatientes, n’ont pas attendu que la I rance tranche et entament une demande d’immigration pour préparer le diplôme d hygiéniste au I uébec. LE C ! ! INET IE ! L Elles le voient lumineux, ergonomique et fonctionnel avec une organisation structurée, protocolaire où tout le monde (équipe et patients) trouve son compte. Mais avant tout, elles décrivent un cabinet où l’on respecte les personnes (personnel et patients) et les règles (déontologie, code du travail…). Elles sont unanimes à penser que c’est la bonne humeur, l’ambiance chaleureuse et l’entraide qui sont à privilégier. Certaines !/LEFILDENTAIRE !!! ! assistantes placent en première intention le bienI être du patient dans le cabinet idéal  : elles plébiscitent une grande salle de stérilisation avec une traOabilité irréprochable, des huiles essentielles, la pratique de l’hypnose et de Meopa et un petit jardin pour une attente agréable. Les idéaux portent tantôt sur la dimension humaine  : « Nvoir du temps pour un debrief le matin avec le praticien devant un café où tous les sujets seraient abordés Nhoraires, vacances, cas de certains patients, etc.N, nous dit ! a ! ! n ! ! « Un cabinet où chaque personne du cabinet est contente de venir travailler » « Nour moi le cabinet dentaire idéal et celui où les gestes du chirurgienNdentiste et de l’assistante sont coordonnés et fluides. Nhacun sait ce qu’il doit faire. La communication entre eux est simple, certaines fois il n’y a même pas besoin de mots, un regard suffit et l’assistante exécute ce que le dentiste attend d’elle. Tout cela dans la joie et la bonne humeur ». ! anna ! ) antôt sur la dimension matérielle et c’est souvent très I tranché I  : « Une salle de repos avec frigo et microNonde, des wc pour le personnel, une machine à laver pour nettoyer nos tenues de travail tenues de travail. Des récompenses pour le travail effectué, une participation aux bénéfices… » San ! ! a « Un cabinet récent, ergonomique, avec du matériel étendue Ncone beam, pano, voir prothésisteN. N pratNN ND, N a N secrétaires pour laisser les ND au fauteuil et faire les devis ». ! a ! ! n ! Certaines l’ont même déjà trouvé  : « Le cabinet idéal, je pense déjà y travailler. J'ai un patron et des collègues avec qui je m'entends très bien, la patientèle est Nla plupart du tempsNagréable. J'ai un cabinet avec vue sur le jardin. Une collègue assistante avec qui je peux m'arranger et un patron sur qui je peux compter et qui sait aussi qu'il peut compter sur moi en cas de besoin. Nas besoin de plus pour être bien dans mon boulot. ». ! ! LEUR I ! ! CT OITI ! UR LE E ! ELOE ! ENT U C ! ! INET « Une augmentation du chiffre d’affaires grâce à une modification de l’agenda. Mon boss s’est associé et ils ont construit un nouveau cabinet pour lequel j’ai été concertée pour tous les futurs matériaux. Mon implication a été soulignée et mon patron me dit toujours que le cab sans moi c’est impensable N » ! a ! ! n ! « J’ai mis en évidence les incohérences nombreuses auprès du praticien directement. J’ai été très francheNson stress faisait fuir les patients. Depuis mon arrivée, le praticien a investi dans une formation pour augmenter le chiffre car il dit avoir trouvé l'équipe qu’il cherchait. En N ans, son exercice a connu une très belle évolution ». !!! ! n !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :