Le Fil Dentaire n°121 novembre 2016
Le Fil Dentaire n°121 novembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°121 de novembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (211 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : sourions ensemble.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
RENCONTRE Christian COACHMAN 12/LEFILDENTAIRE.COM ‘‘ Parlez-nous un peu de votre parcours et de votre choix de poursuivre une carrière dans le domaine du dentaire Adolescent, je rêvais d’être architecte ou designer, bien que ma famille entière fût dans le dentaire. Finalement, mon frère et moi avons décidé de suivre la tradition familiale, principalement pour des raisons de commodité. J’ai alors intégré l’école dentaire, sans grand enthousiasme cependant. J’ai d’ailleurs rapidement abandonné pour me diriger vers une école d’art que j’ai suivie pendant un an. C’est alors que mon père m’a suggéré quelque chose qui allait être déterminant pour moi  : devenir prothésiste dentaire tout en l’aidant pendant mes études. C’était exactement ce que mon père avait fait pour mon grand-père dans cette même situation. J’aimais beaucoup le travail manuel alors j’ai accepté. J’ai vite réalisé que mon rêve de devenir architecte ou designer était aussi possible en devenant architecte de la réhabilitation orale et designer du sourire ! Qu’est-ce qui vous a attiré dans la céramique ? Comme je l’ai expliqué auparavant, j’adore l’art. J’ai donc immédiatement été fasciné par ce travail de superposition de couches, le jeu des couleurs, la sculpture des dents mais aussi par le fait d’avoir un impact sur la vie des gens en améliorant leur sourire. Avec toute la technologie dont nous disposons à notre époque, la profession de céramiste demeure très liée aux procédures manuelles. Comment avez-vous commencé à travailler avec la technique du DSD ? J’ai commencé le DSD quand j’ai compris que mon travail de prothésiste pouvait être amélioré ; que je pouvais mieux servir mes clients (et confrères) dentistes, que je pouvais gagner du temps, être plus efficace et prévisible si je trouvais des solutions à certains problèmes auxquels nous étions confrontés en dentisterie restauratrice. J’ai alors travaillé à des protocoles pour réduire les erreurs
et proposer une meilleure approche. Le DSD a naturellement pris forme. Les principaux objectifs du concept sont  : - harmoniser le sourire avec le visage - rendre le patient co-auteur de son propre sourire en le valorisant - optimiser la communication avec l’équipe de spécialistes - mieux planifier et faciliter le plan de traitement - mettre en œuvre un processus de contrôle qualité - utiliser la technologie pour rendre tout cela réaliste et rentable Comment la technique du DSD fonctionne-t- elle ? Nous avons mis au point un protocole du visage qui permet aux concepteurs de créer ce que nous appelons le cadre du sourire. Nous avons également développé l'intégration entre le sourire 2D Cadre et le monde numérique 3D permettant un workflow numérique complet sur une plate-forme logicielle interdisciplinaire. Ainsi, nous pouvons utiliser la technologie pour intégrer les spécialités et numériquement, concevoir et produire tous les dispositifs pour rendre le résultat final plus semblable au projet initial présenté au patient. En quoi, le développement de la technique 3D est-il essentiel pour le DSD ? L’un des principaux objectifs de ce mode de réalisation moderne de la dentisterie est de lier le projet initial au résultat final. Cela a toujours été un défi pour la dentisterie conventionnelle  : le résultat final de la réhabilitation ne correspondait pas vraiment au mockup présenté au patient. Je crois que la médecine dentaire du 21ème siècle ne peut plus accepter cela et seule la 3D nous permet de répondre à cette exigence. Comment pensez-vous que le DSD va évoluer à court et long terme ? Actuellement, vous travaillez sur quoi ? Nous travaillons toujours sur le flux de travail numérique complet pour chaque type de procédure clinique. Nous avons déjà des solutions pour tout, mais maintenant nous avons besoin d’affiner le workflow (procédure) et surtout de le diffuser pour en faire profiter le plus grand nombre. BIO EXPRESS Nom  : Christian Coachman Age  : 42 ans Profession  : designer du Sourire, prothésiste dentaire et chirurgiendentiste Lieu de résidence  : São Paulo, Brésil Début de carrière  : prothésiste dentaire en 1995 et chirurgien-dentiste en 2002. Votre idole  : mon père, Ayrton Senna et tous les dentistes passionnés. Nourriture favorite  : les sushis Genre de musique préféré  : toutes les musiques de qualité. J’adore la musique. Si je devais en choisir une  : je dirai la bossa nova. Votre livre favori  : la prophétie des Andes Votre talent secret  : cuisiner, mais je ne me suis pas encore découvert. Mes œufs brouillés sont très spéciaux… Votre devise  : positiver est toujours la meilleure solution. Même quand tout va mal, la vie est belle. Etre en vie est une chance extraordinaire et un cadeau. ‘‘ J’aime penser différemment, trouver de meilleurs moyens de faire les choses. Et quand j'y parviens, partager cela est l’ultime plaisir ‘‘ 11 Vous dispensez de nombreuses formations et conférences. Pourquoi est-ce important pour vous ? J’ai toujours aimé partager. J’aime la démarche de penser à la démarche elle-même, penser différemment, trouver de meilleurs moyens de faire les choses. Et une fois trouvé, partager cela est l’ultime plaisir. Recevoir des messages quotidiens de personnes du monde entier, expliquant que notre enseignement a eu un grand impact sur leur travail et les a aidé à accroître leur patientèle, est quelque chose qui n’a pas de prix ! Quelles différences remarquez-vous entre les pays concernant la dentisterie esthétique ? Au début, les différences étaient plus marquées. Chaque partie du monde avait un style spécifique lié à sa culture. Principalement, j’ai constaté que la dentisterie esthétique aux Etats- Unis était plus agressive, en Europe plus conservatrice et au Brésil dotée d’un bon mélange des deux. De nos jours, ces différences sont moins évidentes en raison de la connection du monde moderne grâce à Internet notamment. Le haut de gamme dentaire est d’ailleurs très similaire partout dans le monde. ‘‘ Mon rêve de devenir architecte ou designer était aussi possible en devenant architecte de la réhabilitation orale et designer du sourire ! ‘‘ 11 LE FIL DENTAIRE N°120/13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 1Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 2-3Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 4-5Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 6-7Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 8-9Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 10-11Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 12-13Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 14-15Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 16-17Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 18-19Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 20-21Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 22-23Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 24-25Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 26-27Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 28-29Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 30-31Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 32-33Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 34-35Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 36-37Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 38-39Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 40-41Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 42-43Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 44-45Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 46-47Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 48-49Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 50-51Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 52-53Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 54-55Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 56-57Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 58-59Le Fil Dentaire numéro 121 novembre 2016 Page 60