Le Fil Dentaire n°120 octobre 2016
Le Fil Dentaire n°120 octobre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°120 de octobre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,0 Mo

  • Dans ce numéro : approche pluridisciplinaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
CLINIC STEP BY STEP là. Dr. PIERRE-MARC VERDALLE Responsable Scientifique du CEIOP Ancien Interne en Odontologie Ancien Assistant Hospitalo-Universitaire sous-section Parodontologie Exercice libéral limité à la Parodontologie et à l’Implantologie 1 Situation clinique initiale 2 Radio panoramique pré-opeŕatoire 3 Status radiogaphique pré-opeŕatoire 24/LEFILDENTAIRE.COM P Approche LURI-DISCIPLINAIRE  : organisation rationnalisation et du plan de traitement INTRODUCTION La réalisation d’un traitement pluri-disicplinaire requiert le plus souvent l’intervention de plusieurs praticiens  : 2, 3, 4 voire plus parfois selon le nombre de disciplines et de spécialistes à interagir. Cette collaboration, si elle est stimulante pour l’ensemble des praticiens de l’équipe soignante, ne doit pas donner l’impression au patient d’être pris au milieu d’un carrefour sans signalétique. Au-delà de la difficulté pour le patient d’intégrer l’ensemble des données techniques d’un traitement complexe, le fait de rencontrer différents intervenants à des temps différents, mais aussi dans des lieux différents, peut déjà compliquer sa compréhension du traitement. Ce risque doit impérativement être limité. La communication entre les intervenants, au début du plan de traitement, mais également au cours des différentes étapes, est la clé d’un traitement pluri-disciplinaire bien conduit. Les outils de communication rapides (mail, transferts de photos, radios ou autres documents, etc..) permettant de mettre en lien l’ensemble de l’équipe et de limiter les délais de réaction. Le but est de raccourcir les « temps d’inertie » liés à la multiplicité des praticiens ; le patient doit bien se sentir soignée par une seule et même équipe soudée, et non par plusieurs praticiens isolés. Les délais de traitements pluri-disciplinaires de ce type peuvent ainsi être réduit de moitié selon l’organisation au sein de l’équipe. PRÉSENTATION DU CAS CLINIQUE La patiente est âgée de 62 ans. Sur le plan général, elle ne présente pas de pathologie connue, pas de terrain allergique, et n’a jamais fumé.
Elle se présente à la consultation avec une demande de réhabilitation globale, essentiellement fonctionnelle. Aucune notion d’esthétique poussée n’entre en compte dans son discours, bien qu’elle avoue avoir du mal à sourire à ce jour… En revanche, elle souhaite pouvoir conserver, si possible, une fonction masticatoire correcte pendant la durée du traitement Elle est consciente des problèmes de mobilité dentaire, et de l’état dégradé de ses gencives, ainsi que des mobilités et migrations des dents apparues avec le temps. Les moyens financiers de la patiente ne sont pas sans limite, mais elle considère qu’elle a aujourd’hui un budget lui permettant de réaliser des soins conséquents. EXAMEN CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE INITIAL L’examen clinique (Fig. 1 à 3) et radiologique révèle  : l une parodontite chronique généralisée avec atteintes sévères voire terminales selon les sites l des dents absentes (36) l des dents justifiant l’avulsion d’emblée (25 - 31 - 37 - 48) l des dents asymptomatiques à ce jour mais justifiant l’avulsion (15) l des migrations dentaires importantes consécutive à sa parodontite (migration du bloc antérieur) et aux édentements non compensés (égression de 26) l des lésions carieuses (26 etc…) PLAN DE TRAITEMENT La réalisation du plan de traitement chez cette patiente est extrêmement liée au traitement parodontal à mettre en œuvre. Nous avons donc débuté notre schéma de prise en charge autour du traitement parodontal. ÉTAPES DU PLAN DE TRAITEMENT l Extraction des dents non conservables  : 31 25 37 48 (Pour la dent 15 asymptomatique, dans un 2e temps, pour maintenir la fonction côté droit). l Assainissement parodontal non chirurgical - Maintenance parodontale 3 fois par an par la suite. (Fig. 4) l Traitement orthodontique (Dr Thomas Carat) envisagé sur 18 mois pour  : l fermer l’espace de 25 et 31 extraites (compromis orthodontique à 3 incisives (Fig. 5) l corriger les migrations du bloc incisif supérieur l ingresser les molaires secteur 2 (Mise en place de mini vis d’ancrage) l positionner, en fin de traitement, une contention orthodontique fiable sur le plan parodontal (toujours complexe au maxillaire). (Fig. 6 et 7) l Soins conservateurs (26) et prothèses transitoires. Planification du traitement parodontal Séante I  : Motivation à l'hygiène Séance 2  : Détartrage + status radiologique (avec angulateur) + contrôle motivation Séance 3  : Charting par ontal + contrôle motivation Si motivation OX,progiànimer le surfaçage Séance 4 Surfaçage AnfiblOtlees, , SéanceS.Réévaluation 2 ma s r Maintenance Phase correctrice Phase chirurgicale  : À Chirurgie mucosyngivale Lambeaux are ODF 111117d, 111, ! -.7 g 4.111. Réévaluation à 2 mois Scheḿa de prise en charge pluri disciplinaire 4 Situation clinique après surfaçage (Dr PM Verdalle, Bordeaux) 5 Avulsion de 31 6 Début du Traitement orthodontique (Dr Thomas Carat, Bordeaux) 7 Status radiographique avant/6 mois après début du orthodontique LE FIL DENTAIRE N°120/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :