Le Fil Dentaire n°120 octobre 2016
Le Fil Dentaire n°120 octobre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°120 de octobre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : COLEL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,0 Mo

  • Dans ce numéro : approche pluridisciplinaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
CLINIC FOCUS Dr. ARNAUD SOENEN Ancien Assistant Hospitalo-Universitaire sous-section Prothèses Praticien Libéral Dr. PIERRE-MARC VERDALLE Responsable Scientifique du CEIOP Ancien Interne en Odontologie Praticien Libéral Dr. CAROLINE CAZENAVE CESCMO, Spécialiste Qualifiée en ODF Ancienne Assistante Hospitalo-Universitaire sous-section ODF Praticienne Libérale Dr. CAROLINE CHANE FANE CESCMO, Spécialiste Qualifiée en ODF Ancienne Interne en Odontologie Praticienne Libérale 12/LEFILDENTAIRE.COM Approche HÉRAPEUTIQUE Tmultidisciplinaire  : orthodontique, implantaire et prothétique INTRODUCTION La réponse apportée par le praticien ne peut se limiter à une simple gestuelle thérapeutique esthétique et/ou fonctionnelle mais doit obéir à une prise en charge globale adaptée à la situation clinique. Dans le cadre de patients présentant des malpositions marquées, des édentements importants, une dysharmonie dento-maxillaire, et/ou une perte de dimension verticale, l’approche thérapeutique se doit d’être multidisciplinaire au service du patient et d’un travail en équipe. L’objectif de cet article est d’illustrer au travers d’un cas clinique complexe, cette interconnexion entre les différents protagonistes (implantologiste, orthodontiste, prothésiste) lors des 3 étapes clefs de la démarche thérapeutique que sont  : l’information, la réflexion et la réalisation du plan de traitement. INFORMATION ANAMNÈSE Une patiente âgée de 54 ans, présentant un bon état de santé général, motivé par son entourage est venu nous consulter au Département d’Odontologie et de Santé Buccale  : consultation multidisciplinaire, pour des problèmes d’inconfort liés à ses prothèses amovibles existantes. Elle désire une solution thérapeutique pérenne capable de concilier esthétique et fonction  : restauration de son calage postérieur et alignement de ses dents mandibulaires et maxillaires. Examens cliniques L’examen exobuccal révèle un visage symétrique et une égalité des étages. Il n’existe pas de pathologie neuromusculaire ou neuroarticulaire. Le sourire est à dominante gingivo-dentaire en présence d’une béance antérieure associée à une fermeture dans le plan sagittal de l’angle nasio-labial. L’examen endobuccal souligne un édentement de classe I de Kennedy (édentement bilatéral postérieur) avec absence de 15 et 25 ainsi que de toutes les molaires. (fig. 1 à 5) Examens complémentaires Bilan radiographique L'examen du panoramique révèle la persistance de débris radiculaires en position de 36 et 46 et un volume osseux exploitable en regard du nerf alvéolaire inférieur et en position juxta sinusienne. (fig. 6) er, origi&et. w. Fig. 1  : examen clinique endobuccal, vue de face - Fig. 2  : vue Occlusale arcade supérieure - Fig. 3  : vue occlusale arcade inférieure - Fig. 4  : vue endobuccale, côté droit - Fig. 5  : vue endobuccale, côté gauche V r
Bilan parodontal Le bilan parodontal met en évidence un parodonte légèrement affaibli mais sain, sans inflammation gingivale ni poche parodontale. Bilan orthodontique initial et analyse occlusale La patiente présente un visage harmonieux, une tendance à l'hyperdivergence et un profil sousnasal orthofrontal. Les analyses squelettique et dento-alvéolaire (étude clinique et céphalometrique) montrent un contexte de classe I squelettique associant une proalvéolie incisive maxillaire et une retroalvéolie incisive mandibulaire. (fig.7) L'examen des ATM est normal, et l'OIM correspond à l'ORC. En occlusion, la patiente présente une classe II,1 modérée (3mm) avec un encombrement modéré (5mm), un surplombincisif augmenté (5mm) et une bascule frontale du plan d'occlusion en lien avec une déglutition atypique et un tic d'interposition linguale à gauche. Le bilan dentaire révèle une dysharmonie dentodentaire antérieure avec des incisives latérales maxillaires de faible diamètre mesio-distal comparé aux dents adjacentes (indice de Bolton à 87, normalité à 77). (fig. 8a à 8c) RÉFLEXION DIAGNOSTIC Le recueil des données issues de l’anamnèse, de l’interrogatoire et des examens cliniques et complémentaires mettent en évidence d’un point de vue fonctionnel une déglutition atypique avec une interposition linguale latérale gauche, une classe I squelettique, et dans le sens sagittal une birétrognathie. D’un point de vue esthétique, l’angle naso labial est fermé avec une birétrochéilie prononcée. Au niveau dentaire, nous sommes en présence d’une denture adulte  : édentement maxillaire et mandibulaire de classe I de Kennedy, avec absence de 5/6/7/8 maxillaires et de 6/7 mandibulaires, d’une courbe de Spee nulle et d’un encombrement mandibulaire de - 5mm. Un certain nombre d’éléments sont à prendre en compte  : l le biotype parodontal épais et stabilisé l la motivation de la patiente Fig. 6  : examen complémentaire  : radiographie panoramique Fig. 7  : examen complémentaire  : téléradiographie de profil Setup Initial Fig. 9  : set Up initial, mise en évidence du projet thérapeutique d’usage Fig. 8a, b, c  : modèles d’études orthodontique OBJECTIFS Les objectifs thérapeutiques visent à rétablir une normoclusion avec un guide incisif fonctionnel et la réhabilitation des secteurs prémolomolaires en utilisant l’espace postérieur pour résoudre l’encombrement mandibulaire et la classe II occlusale. SOLUTIONS THÉRAPEUTIQUES Pour atteindre ces objectifs fonctionnels et esthétiques, un set-up de fin de traitement est confectionné permettant la quantification des déplacements dentaires orthodontiques nécessaires pour rétablir une normoclusion et résoudre l'encombrement mandibulaire sans vestibuloversion incisive. (fig. 9) Ce set-up guide la position des futurs implants en prévisualisant les futures couronnes prothétiques en 15, 16, 25, 26, 36 et 46. Il a été décidé de manière collégiale et en accord avec la patiente de restaurer le calage postérieur en 6 sans remplacer la deuxième molaire. (arc court) Concernant les déplacements orthodontiques, la distalisation des prémolaires et canines mandibulaires est évaluée à 2,5 mm par coté (valeur de l’encombrement mandibulaire), celle des secteurs latéraux maxillaires à 4 mm par côté (valeur de l’encombrement mandibulaire et la quantité de classe II à résoudre). LE FIL DENTAIRE N°120/13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :