Le Courrier de l'Unesco n°1986-5 mai/jun
Le Courrier de l'Unesco n°1986-5 mai/jun

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Notre seul pays Notre seul pays : Extrait du texte collectif sur les grands problèmes Extrait du mondiaux, texte collectif rédigé sur par les : grands pro¬ blèmes mondiaux, rédigé par : M. YOSHIO ABE, Professeur à l'Université de Tokyo. M. YOSHIO ABE, Professeur à l'Université de Tokyo. M. SAMIR AMIN, Directeur de l'Institut africain de, M. SAMIR développement AMIN, Directeur économique de l'Institut et de planification, développement Dakar. économique et de planificaafricain de, ¡ tion, Dakar. Mlle MARGARET J. ANSTEE, Directeur régional Mlleadjoint, MARGARET Bureau J. pour ANSTEE, l'Amérique Directeur latine, regio- Programme nal adjoint, des Bureau Nations pour Unies l'Amérique pour le développe- latine, Pro¬'ment, gramme New desYork. Nations Unies pour le développe¬ ment, New York. M. BECHIR BENYAHMED, Directeur de la revue M. BECHIR Jeune Afrique, BENYAHMED, Paris. Directeur de la re¬ vue Jeune Afrique, Paris. M. WILBERT CHAGULA, Ministre des Affaires économiques M. WILBERT CHAGULA, et de la Planification Ministre des du développement économiques de la République-Unie et de la Planification de Tanzanie. du develop-'Affaires pement de la République-Unie de Tanzanie. M. JEAN-MARIE DOMENACH, Directeur de la revue M. JEAN-MARIE Esprit, Paris. DOMENACH, Directeur de la I revue Esprit, Paris. Mme MARION DONHOFF, Rédacteur en chef de Mme l'hebdomadaire MARION DONHOFF, Die Zeit, Hambourg. Rédacteur en chef ¡ de l'hebdomadaire Die Zeit, Hambourg. M. ABDUL-RAZZAK KADDOURA, ancien recteur M. ABDUL-RAZZAK de l'Université de KADDOURA, Damas. Depuis ancien 1976, recleur de l'Universitégénéral de Damas. du Secteur Depuis 1976, des Sous-Directeur Sciences Sous-Directeur de l'Unesco. général du Secteur des Sciences de l'Unesco. M. ALFRED KASTLER, membre de l'Académie des M. ALFRED sciences, KASTLER, Professeur membre honoraire de de l'Académie l'Université des de sciences, Paris, prix Professeur Nobel de honoraire physique. de l'Univer- 1 ! sité de Paris, prix Nobel de physique. M. fVI.G.K. MENON, Secrétaire général, Département M. M.G.K. d'électronique, MENON, Secrétaire Gouvernement général, de Département d'électronique, Gouvernement de l'Inde. l'Inde. M. YEHUDI MENUHIN, ancien président du Conseil M. YEHUDI international MENUHIN, de la ancien musique, président Paris. du Conseil international de la musique, Paris. M. CHARLES MORAZE, Directeur de l'Institut d'études M. CHARLES du développement MORAZE, Directeur social et deéconomi- que de l'Université du développement de Paris. social et l'Institut d'études économi¬ que de l'Université de Paris. M. AURELIO PECCEI, Président du Club de Rome, M. AURELIO Italie. PECCEI, Président du Club de j Rome, Italie. M. RAUL PREBISCH, ancien représentant spécial M. RAUL du Secrétaire PREBISCH, général anciendes représentant Nations Unies spé¬ cial pour dules Secrétaire opérations général d'urgence des Nations de l'ONU, Unies j New pour York. les opérations d'urgence de l'ONU, New York. M. RADOVAN RICHTA, Directeur de l'Institut de philosophie M.RADOVAN et de RICHTA, sociologie Directeur de l'Académie de l'Institut tchécoslovaque philosophie et des desciences, sociologiePrague. de l'Académie tché-\de ¡ coslovaque des sciences, Prague. M. JOAQUIN RUIZ-JIMENEZ, Professeur à l'Université M. JOAQUIN de Madrid. RUIZ-JIMENEZ, Professeur l'Université de Madrid. M. ABDULA ZIZ EL SAVED, ancien Directeur général M. ABDULA de l'Organisation ZIZ EL SAYED, arabe ancien pour l'éducation, Directeur général la culture deet l'Organisation la science, Paris. arabe pour l'éducation, la culture et la science, Paris. M. VADIM SOBAKINE, Professeur de droit international, M. VADIM SOBAKINE, Moscou. Professeur de droit in- ternational, Moscou. NOUS traversons une période de mutations traversons profondes une et rapides, périodebien muta¬ qu'ir- NOUS régulières, tions profondes où sévissent et rapides, parfois bien qu'irrégulières, Cette mutation où sévissent est liée, parfois en grande des des crises. i partie, crises. au Cette pouvoir mutation de plus est en liée, plus en grand grande que ! les partie, progrès au pouvoir de la science de plus et ende plus la grand technique i confèrent les progrèsà l'homme. de la science et de la technique confèrent à l'homme. La technique est ambivalente. D'une part, elle Laa technique dispensé est d'immenses ambivalente. bienfaits D'uneà part, l'humanité, elle a dispensé d'autre part, d'immenses elle a entraîné bienfaits une àaccu- mulation l'hu¬ manité, d'autre invraisemblable part, elle a entraîné d'engins une de accudes- I truction. mulation Par invraisemblable ailleurs, les contradictions d'engins de inhérentes destruction. au Par transfert ailleurs, de lesla contradictions technologie inhé¬ des centres rentes au industriels transfert aux derégions la technologie en développement centres du industriels monde sont aux la régions cause d'inadaptations en développe¬ des l et ment de du bouleversements monde sont la cause très graves. d'inadaptations Les inégalités et de bouleversements sont accentuées très graves. et la croissance Les iné¬ démographique galités se sont accentuées prend des et la proportions croissance extraordinaires. démographique'prend des proportions'extraordinaires.'Une chose au moins est incontestable. Aucun des problèmes auxquels l'humanité doit Une chose au moins est incontestable. Aujet cundevra des faire problèmes face ne auxquels peut être résolu l'humanité de façon doit satisfaisante et devra fairesi face la paix ne peut n'a pas êtreété résolu instaurée, de façon si l'atténuation satisfaisante des si la tensions paix n'a pas internationales été instaurée, ne si l'atténuation des tensions internationales ne devient pas un processus irréversible, et si on ne devient libère pas unprogressivement, processus irréversible, pour les etaffec- ter ne libère au développement pas progressivement, humain, les pour ressources les affecsi on ¡ I considérables ter au développement encore humain, immobilisées les ressources aujourd'hui aux fins d'armement. encore immobilisées aujour- [considérables] d'hui Dans aux tous finsles d'armement. domaines, de l'économie à la science Dans tous et de lesla domaines, diplomatie de l'économie à la culture, à lail 1 faudra scienceredoubler et de la d'efforts diplomatie pour à consolider la culture, la il i paix faudra — redoubler conçue comme d'effortsun pour système consolider juste et la'démocratique paix conçuedes comme relations un système internationales, juste et I fondé démocratique sur les principes des relations de coexistence internationales, pacifique sur et les non principes pas simplement de la coexistence comme paci¬ fondé l'absence fique et de non guerre. pas simplement comme l'absence La course deaux guerre. armements entraîne chaque année La course des dépenses aux armements s'élevant entraîne à 200 chaque ou 250 milliards année des de dépenses dollars — s'élevant une somme à 200 équivalant ou 250 au milliards montant de dollars total du revenu une somme national équivalant de pays où au vit montant la majeure total du partie revenu de l'humanité. national de Pendant où vit ce latemps, majeure deux partie mille decinq l'humanité. cents millions Pen¬ pays d'hommes dant ce temps, et de deux femmes millemènent, cinq cents en millions grande : partie, d'hommes une et existence de femmes précaire mènent, en endeçà grande du ¡partie, minimum une acceptable, existence précaire et souffrent deçà de du i malnutrition. minimum acceptable, et souffrent de. malnutrition. 4 Photo Dominique Roger - Unesco Photo Dominique Roger - Unesco
cette planète en danger cette planète en danger Le taux actuel de croissance de ces populations est tel qu'un doublement de leur nombre Le taux actuel de croissance de ces popula¬ tions est tel qu'un doublement de leur nombre est prévoir dans vingt-cinq ans. est à prévoir dans vingt-cinq ans. La planète et ses ressources actuellement La planète et ses ressources actuellement accessibles ont des limites. En quelques accessibles ont des limites. En quelques générations, nous gaspillons des réserves générations, nous gaspillons des réserves énergétiques du sous-sol accumulées par la énergétiques du sous-sol accumulées par la nature pendant des milliards d'années. nature pendant des milliards d'années. Nous risquons, dans l'immédiat, de détruire Nous risquons, dans l'immédiat, de détruire sans égard pour les générations futures la sans égard pour les générations futures la végétation, les arbres. En cinquante ans, les végétation, les arbres. En cinquante ans, les neuf neuf dixièmes dixièmes des des forêts forêts de de certaines certaines îles îles tropicales ont disparu. tropicales ont disparu. Sous la pression d'impératifs justifiés ou Sous la pression d'impératifs justifiés ou artificiels pour maintenir la croissance, accroître la consommation ou la satisfaire artificiels pour maintenir la croissance, ac¬ sans croître la consommation ou la satisfaire sans égards pour les conséquences, les générations actuelles, déjà beaucoup plus nom- égards pour les conséquences, les généra¬ tions actuelles, déjà beaucoup plus nom¬ breuses que les précédentes, pillent et polluent la nature avec une sorte d'inconscience. breuses que les précédentes, pillent et pol¬ luent la nature avec une sorte d'inconscience. Ainsi, le fait même que les ressources, Ainsi, le fait même que les ressources, renouvelables ou non, sont limitées montre renouvelables ou non, sont limitées montre que le modèle de développement occidenque le « modèle de développement occiden¬ tal ne peut être généralisé ni dans l'espace tal » ne peut être généralisé ni dans l'espace ni dans le temps. ni dans le temps. Dans certaines sociétés, où elles sont fortement implantées, l'industrialisation et la tech- Dans certaines sociétés, où elles sont forte¬ ment implantées, l'industrialisation et la tech¬ nologie ôtent aux individus et aux groupes la nologie ôtent aux individus et aux groupes la Les photos de cet article symbolisent Les photos de cet article symbolisent l'évolution de l'homme qui, d'une petite l'évolution de l'homme qui, d'une petite communauté, voit s'ouvrir devant lui une communauté, voit s'ouvrir devant lui une perspective planétaire. Page de gauche, perspective planétaire. Page de gauche, sculpture du célèbre artiste suisse Alberto sculpture du célèbre artiste suisse Alberto Giacometti ; elle orne une cour du Siège Giacomettl ; elle orne une cour du Siège de l'Unesco, à Paris. de/'Unesco, à Paris. 0 1 u 411.1- r 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 1Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 2-3Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 4-5Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 6-7Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 8-9Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 10-11Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 12-13Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 14-15Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 16-17Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 18-19Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 20-21Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 22-23Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 24-25Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 26-27Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 28-29Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 30-31Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 32-33Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 34-35Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 36-37Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 38-39Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 40-41Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 42-43Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 44-45Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 46-47Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 48-49Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 50-51Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 52-53Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 54-55Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 56-57Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 58-59Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 60-61Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 62-63Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 64-65Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 66-67Le Courrier de l'Unesco numéro 1986-5 mai/jun Page 68