Le Courrier de l'Unesco n°1974-8 septembre
Le Courrier de l'Unesco n°1974-8 septembre

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 IMAGES IMAGES EN EN LIBERTÉ LIBERTE Suite de la page 11 Suite de la page port des partenaires sociaux. A l'intérieur de l'entreprise, elle rend possible port des partenaires sociaux. A l'inté¬ rieur de l'entreprise, elle rend possible une vue d'ensemble de l'organisation une vue d'ensemble de l'organisation et permet d'en débureaucratiser les et permet d'en débureaucratiser les descriptions, par exemple grâce à descriptions, par exemple grâce à l'analyse visuelle des postes de travail. l'analyse visuelle des postes de travail. Elle amène à rapprocher les points de Elle amène à rapprocher les points de vue et à faire éclater des contradictions entre la réalité vécue et celle vue et à faire éclater des contradic¬ tions entre la réalité vécue et celle des schémas et des règlements. des schémas et des règlements. Il faut enfin signaler la tentation de Il faut enfin signaler la tentation de faire de la vidéo une arme politique faire de la vidéo une arme politique originale. Les groupes américains qui originale. Les groupes américains qui ont évolué d'une conception très combative de l'emploi de la vidéo à des ont évolué d'une conception très com¬ bative de l'emploi de la vidéo à des vues plus pragmatiques, expriment vues plus pragmatiques, expriment souvent leur surprise devant la tendance de la plupart des groupes de souvent leur surprise devant la ten¬ dance de la plupart des groupes de vidéo européens à diffuser un discours vidéo européens à diffuser un discours politique traditionnel, alors que les politique traditionnel, alors que les Américains y voient un outil d'action Américains y voient un outil d'action politique directe dans la rue, ou d'analyse de comportements significatifs sur politique directe dans la rue, ou d'ana¬ lyse de comportements significatifs sur la place publique, par exemple enregistrer pendant une manifestation l'at- la place publique, par exemple enre¬ gistrer pendant une manifestation l'at¬ titude de la police à l'égard des manifestants (on efface un film en ouvrant titude de la police à l'égard des mani¬ festants (on efface un film en ouvrant une caméra et en exposant la pellicule une caméra et en exposant la pellicule à la lumière ; pour démagnétiser une à la lumière ; pour démagnétiser une bande, il faut un appareillage électronique), bande, ou il faut encore un appareillage les conduites électro¬ d'une nique), ou encore les conduites d'une équipe de reportage télévisé (de façon équipe de reportage télévisé (de façon à établir la manière dont elle choisit à établir la manière dont elle choisit et organise les éléments de la réalité), et organise les éléments de la réalité), voire le refus qu'oppose un professeur voire le refus qu'oppose un professeur à l'enregistrement de sa classe par à l'enregistrement de sa classe par ses étudiants. Il s'agit là de cas typiques image-action : le fait que les ses étudiants. Il s'agit là de cas typi¬ ques image-action : le fait que les voyants sont vus à leur tour voyants sont vus à leur tour les conduit à modifier leur comportement. conduit à modifier leur comportement. LOIN de considérer ces hhOIN de considérer ces tentatives comme des jeux d'enfants tentatives comme des jeux d'enfants gâtés de pays riches, certains pays en gâtés de pays riches, certains pays en voie de développement explorent les voie de développement explorent les possibilités qu'elles pourraient leur possibilités qu'elles pourraient leur offrir. offrir. L'assistance canadienne, forte de L'assistance canadienne, forte de son expérience de réanimation son expérience de réanimation conduite au Québec, mène dans le conduite au Québec, mène dans le Sud tunisien, des campagnes de vidéo Sud tunisien, des campagnes de vidéo sur la mise au point de formes sur la mise au point de formes visuelles simples d'enseignement de nouvelles visuelles simples. techniques d'enseignement agricoles. Au de nouvelles techniques agricoles. Au Bangladesh, une équipe du Global Village de New York a cherché, en 1972- Bangladesh, une équipe du Global Vil¬ lage de New York a cherché, en 1972- 1973, en laissant circuler entre villages des 1973, enregistrements laissant circuler réalisés entredans villages des des enregistrements réalisés des villages, à modifier les attitudes de villages, à modifier les attitudes de communautés isolées et fermées à communautés isolées et fermées à l'égard de toute forme d'évolution, l'égard de toute forme d'évolution, notamment le contrôle des naissances notamment le contrôle des naissances et les nouvelles techniques de culture. et les nouvelles techniques de culture. (• Nous pouvons changer si d'autres (« Nous pouvons changer si d'autres comme nous l'acceptent aussi..) comme nous l'acceptent aussi. ») En Tanzanie, le programme T Y 16 En Tanzanie, le programme T Y 16 (Tanzanie An 16) a permis, avec l'appui canadien (Tanzanie An 16) a permis, avec l'appui et scandinave, le lancement, canadien et Scandinave, le lancement, entre 1971 et 1973, d'un programme de entre• contestation 1971 et 1973, permanente d'un programme = par la de « contestation permanente » par la vidéo, destiné à faire progresser construction vidéo, destiné de à villages faire progresser communautaires Ujamaa. La vidéo permet de pré- la construction de villages communau¬ taires Ujamaa. La vidéo permet de pré ciser les conflits avec l'autorité, de ciser les conflits avec l'autorité, de localiser les freins bureaucratiques. Le localiser les freins bureaucratiques. Le groupe approfondit, au cours des groupe approfondit, au cours des débats enregistrés successifs, la problématique débats enregistrés de la collectivisation successifs, la (• pro¬ la blématique de la collectivisation (« la terre des ancêtres va-t-elle devenir terre des ancêtres va-t-elle devenir la terre de tout le monde ? _). La la terre de tout le monde ? »). La vidéo analyse les problèmes, enregistre les observations des villageois puis vidéo analyse les problèmes, enregis¬ tre les observations des villageois puis les commentaires responsables les commentaires des responsables locaux et centraux. L'ensemble est locaux et centraux. L'ensemble est projeté devant les villageois dont les projeté devant les villageois dont les réactions sont à nouveau enregistrées. réactions sont à nouveau enregistrées. L'Unesco étudie actuellement la création, en Tanzanie, d'un centre de vidéo L'Unesco étudie actuellement la créa¬ tion, en Tanzanie, d'un centre de vidéo communication qui formerait les villageois à l'emploi systématique de ce communication qui formerait les villa¬ type geois nouveau à l'emploi de communication systématique de pour ce type nouveau de communication pour le développement. le développement. Les projets se multiplient : l'Algérie Les projets se multiplient : l'Algérie prépare actuellement une campagne prépare actuellement une campagne d'animation rurale dite des• mille vild'animation rurale dite des « mille vil¬ lages qui utilisera largement les lages », qui utilisera largement les techniques vidéo, tout comme la Côted'Ivoire qui prévoit, de son côté, l'em- techniques vidéo, tout comme la Côted'Ivoire qui prévoit, de son côté, l'em¬ ploi de ces techniques dans le cadre ploi de ces techniques dans le cadre du développement rural. du développement rural. MAIS c'est probablement I AIS c'est probablement dans les pays les plus désavantagés — dans les pays les plus désavantagés et les exemples de la Tanzanie et du et les exemples de la Tanzanie et du Bangladesh tendraient à le démontrer — Bangladesh que les emplois tendraient d'une à le communication visuelle réversible et simplifiée démontrer que les emplois d'une communica¬ tion visuelle réversible et simplifiée permettant la participation seront le plus permettant efficaces la dans participation la mesure seront même le où plus ils efficaces permettront dans de la débloquer mesure même les où ils permettront de débloquer les résistances des communautés archaïques sans les manipuler et de les pré- résistances des communautés archaï¬ ques sans les manipuler et de les pré¬ parer à prendre en compte collectivement l'innovation parer à prendre en compte collective¬ nécessaire. ment l'innovation nécessaire. Quel est, au-delà de ces emplois Quel est, au-delà de ces emplois spécifiques, l'avenir de la vidéo spécifiques, l'avenir de la vidéo légère ? légère ? Pour beaucoup d'observateurs, elle Pour beaucoup d'observateurs, elle constitue une première génération, une constitue une première génération, une étape vers d'autres formes plus institutionnelles de la communication de étape vers d'autres formes plus insti¬ tutionnelles de la communication de groupe. Il est de fait qu'elle risque groupe. Il est de fait qu'elle risque d'être capturée et institutionnalisée d'être capturée et institutionnalisée par la télévision communautaire utilisant les systèmes par câbles. On sait par la télévision communautaire utili¬ sant les systèmes par câbles. On sait combien ce développement s'est accéléré depuis cinq ans dans certains combien ce développement s'est accé¬ léré depuis cinq ans dans certains pays : 6 millions de foyers aux Etatspays : 6 millions de foyers aux Etats- Unis, un et demi au Canada, Unis, un million et demi au Canada, deux en Grande-Bretagne sont actuellement desservis en programmes deux en Grande-Bretagne sont actuel¬ lement desservis en programmes locaux par des sociétés de distribution locaux par des sociétés de distribution par câbles : météo, résultats sportifs, par câbles : météo, résultats sportifs, etc. D'autres sont en projet en France etc. D'autres sont en projet en France (sept villes), aux Pays-Bas (six villes) (sept villes), aux Pays-Bas (six villes) depuis 1973. depuis 1973. Ces sociétés auront grand besoin Ces sociétés auront grand besoin d'images à diffuser et voudront probablement faire appel aux productions d'images à diffuser et voudront proba¬ blement faire appel aux productions des équipes de vidéo libre. Au Canada, des équipes de vidéo libre. Au Canada, l'atelier de production• Vidéographe l'atelier de production « Vidéographe » de Montréal a été, à titre d'expérience, de Montréal a été, à titre d'expérience, relié par câble aux 10 000 récepteurs relié par câble aux 10 000 récepteurs de trois villes voisines qui ont pu, de trois villes voisines qui ont pu, à la demande, se faire projeter 80 proà la demande, se faire projeter 80 pro grammes enregistrés par des non-professionnels soit au Vidéographe même, grammes enregistrés par des non-pro¬ fessionnels soit au Vidéographe même, soit en dehors (Sélectovision). soit en dehors (Sélectovision). Un peu partout en Europe des expériences de vidéo légère au sein de Un peu partout en Europe des expé¬ riences de vidéo légère au sein de collectivités locales servent à préparer collectivités locales servent à préparer le terrain pour des installations de le terrain pour des installations de télévision câblée. Mais on peut douter télévision câblée. Mais on peut douter que la plupart des groupes vidéo que la plupart des groupes vidéo constitués ces dernières années acceptent partout de retomber dans un dis- constitués ces dernières années accep¬ tent partout de retomber dans dis¬ positif de diffusion à sens unique, positif de diffusion à sens unique, finalement assez proche de ceux qu'ils finalement assez proche de ceux qu'ils souhaitent remplacer. Ou alors il faudrait, pour conserver l'esprit de dialo- souhaitent remplacer. Ou alors il fau¬ drait, pour conserver l'esprit de dialo¬ gue qui fait leur raison d'être, installer gue qui fait leur raison d'être, installer des dispositifs de télécommunication des dispositifs de télécommunication à double sens permettant un retour à double sens permettant un retour d'image vers l'émetteur. d'image vers l'émetteur. Or, les projets qui ont été élaborés Or, les projets qui ont été élaborés aux Etats-Unis, notamment le projet Minerva aux Etats-Unis, notamment le projet (Multiple Input Network for Minerva (Multiple Input Network for Evaluation, Reaction, Votes and Attitudes), réalisable en 1985, proposent Evaluation, Reaction, Votes and Atti¬ tudes), réalisable 1985, proposent d'organiser les citoyens en groupes d'organiser les citoyens en groupes homogènes de 30 correspondants par homogènes de 30 correspondants par téléphone, ces groupes étant euxmêmes reliés entre eux par câble ; téléphone, ces groupes étant euxmêmes reliés entre eux par câble ; mais ils montrent l'absurdité qu'il y mais ils montrent l'absurdité qu'il y aura à vouloir à tout prix• organiser aura à vouloir à tout prix « organiser » la participation en réseaux figés par un la participation en réseaux figés par un dispositif technologique complexe. dispositif technologique complexe. C'est plutôt avec la création par le C'est plutôt avec la création par le vidéographe d'une mini-station de télévision à Saint-Lambert (Québec), ins- vidéographe d'une mini-station de télé¬ vision à Saint-Lambert (Québec), ins¬ tallée dans le clocher du village pour tallée dans le clocher du village pour ne desservir que celui-ci, comme avec ne desservir que celui-ci, comme avec le projet du pic Saint-Loup en France, le projet du pic Saint-Loup en France, qui vise à combiner en milieu rural une qui vise à combiner en milieu rural une vidéo extrêmement mobile avec de vidéo extrêmement mobile avec de mini-réémetteurs locaux, que se dégageront peut-être des structures mini-réémetteurs locaux, que se déga¬ geront peut-être des structures légères, souples techniquement, économiquement acceptables et qui ne légères, souples techniquement, éco¬ nomiquement acceptables et qui ne trahiront pas l'esprit social des pionniers de la vidéo. trahiront pas l'esprit social des pion¬ niers de la vidéo. C E qui frappe en effet chez E qui frappe en effet chez ceux-ci, c'est leur défiance à l'égard ceux-ci, c'est leur défiance à l'égard de tout ce qui est institutionnel. de tout ce qui est institutionnel. On retrouve souvent dans les attitudes de ces jeunes expérimentateurs On retrouve souvent dans les atti¬ tudes de ces jeunes expérimentateurs des comportements puritains et une des comportements puritains et une morale du dépouillement qui parait morale du dépouillement qui paraît parfois emprunter ses métaphores au parfois emprunter ses métaphores au maoïsme : • II faut être dans le peuple maoïsme : « Il faut être dans le peuple comme le poisson l'eau...comme le poisson dans l'eau... Les grands organismes de télévision Les grands organismes de télévision restent sur la berge et ne voient que restent la berge et ne voient que la surface, jamais les profondeurs du la surface, jamais les profondeurs du peuple•, etc. On trouve dans le peuple », etc. On trouve dans le manuel Guerilla Television cette manuel Guerilla Television cette recommandation : • Vendez votre recommandation : « Vendez votre voiture pour acheter un Portapack. voiture pour acheter Portapack. » Il semble que plus d'un l'ait fait aux Il semble que plus d'un l'ait fait aux Etats-Unis et au Canada. Etats-Unis et au Canada. Cette croyance dans les potentialités salvatrices d'une technique n'est- Cette croyance dans les potentiali¬ tés salvatrices d'une technique n'estelle pas naïve et anachronique ? Elle elle pas naive et anachronique ? Elle frappe pourtant par son caractère frappe pourtant par son caractère sérieux et il est fort possible que l'intuition qui la fonde se révèle décisive sérieux et il est fort possible que l'in¬ tuition qui la fonde se révèle décisive pour l'avenir. pour l'avenir.
Nos lecteurs nous écrivent LA PLUS VIEILLE PEINTURE CHINOISE SUR SOIE Nos lecteurs nous écrivent LA PLUS VIEILLE PEINTURE CHINOISE SUR SOIE J'aimerais attirer votre attention sur un détail qui appelle correction dans l'article de M. Wen Pien,• La plus vieille peinture sur soie• (numéro d'avril 1974). Ce n'est pas la plus vieille peinture chinoise sur soie. Il y a, en effet, quelques années qu'une peinture plus ancienne (4e-3e siècle avant notre ère) a été découverte ; elle a été reproduite dans de nombreuses publications. J'aimerais attirer votre attention sur un détail qui appelle correction dans l'article de M. Wen Pien, « La plus vieille peinture sur soie » (numéro d'avril 1974). Ce n'est pas la plus vieille pein¬ ture chinoise sur soie. Il y a, en effet, quelques années qu'une peinture plus ancienne (4e-3e siècle avant notre ère) a été découverte ; elle a été reproduite dans de nombreuses publications.L. Carrington Goodrich Professeur honoraire de chinois Université Columbia New York, Etats-UnisL. Carrington Goodrich Professeur honoraire de chinois Université Columbia New York, Etats-Unis N.D.L.R. — La peinture que nous avons reproduite est la plus vieille peinture chinoise sur soie intégrale que l'on alt découverte jusqu'ici (2e siècle avant notre ère). La peinture à laquelle fait référence le professeur Carrington Goodrich est un fragment d'une oeuvre plus ancienne, découverte en 1949 à Chang-sha dans la province du Hounan. Le fragment (dessin ci-dessous) représente le portrait d'une femme en prière devant les forces de la vie et de la mort symbolisées par le phénix et le dragon. N.D.L.R. La peinture que nous avons reproduite est la plus vieille pein¬ ture chinoise sur soie intégrale que l'on ait découverte jusqu'ici (29 siècle avant notre ère). La peinture à laquelle fait référence le professeur Carrington Goodrich est un fragment d'une tuvre plus ancienne, découverte en 1949 à Chang-sha dans la province du Hounan. Le fragment (dessin ci-dessous) repré¬ sente le portrait d'une femme en prière devant les forces de la vie et de la mort symbolisées par le phénix et le dragon. On a souvent remarqué que les critères politiques et culturels qui régissent encore la communauté internationale paraissent empruntés à la période de la Seconde Guerre mondiale, alors même que les technologies de base de notre société sont toutes nées après la guerre. Technologies — principalement les ordinateurs, la télévision — qui produisent de l'information. Nous sommes passés dans le dernier quart de siècle, disent volontiers les sociologues, d'une société• métallurgique• à une société• sémiurgique (1), c'est-à-dire d'un système fondé sur la production, la circulation et l'échange de produits à un autre fondé sur la production, la circulation et l'échange de signes et de sym- On a souvent remarqué que les cri¬ tères politiques et culturels qui régis¬ sent encore la communauté internatio¬ nale paraissent empruntés à la période de la Seconde Guerre mondiale, alors même que les technologies de base de notre société sont toutes nées après la guerre. Technologies prin¬ cipalement les ordinateurs, la télévi¬ sion qui produisent de l'information. Nous sommes passés dans le dernier quart de siècle, disent volontiers les sociologues, d'une société « métallur¬ gique » à une société « sémiurgique » (1), c'est-à-dire d'un système fondé sur la production, la circulation et l'échange de produits à un autre fondé sur la production, la circulation et l'échange de signes et de sym- (1) Sémiurgique : néologisme, à partir de sémiotique, étude des significations. (1) Sémiurgique : néologisme, à partir de sémiotique, étude des significations. PAPIER ET FORETS PAPIER ET FORETS Avec mes remerciements pour la haute qualité du Courrier de l'Unesco, je souhaite qu'il nous informe toujours aussi bien durant de longues années, malgré la crise du papier qui s'aggrave d'année en année. A ce sujet, ne pensez-vous pas qu'il serait bon de se pencher sur les problèmes de la préservation des sols et des forêts ? Avec mes remerciements pour la haute qualité du Courrier de l'Unesco, je souhaite qu'il nous informe toujours aussi bien durant de longues années, malgré la crise du papier qui s'aggrave d'année en année. A ce sujet, ne pen¬ sez-vous pas qu'il serait bon de se pencher sur les problèmes de la pré¬ servation des sols et des forêts ? Michèle Moreau Vaires-sur-Marne, France SULEIMAN AL-BARUNI Michèle Moreau Vaires-sur-Marne, France SULEIMAN AL-BARUNI Dans votre beau numéro de juin 1974 consacré à al-Biruni, vous avez reproduit parmi des timbres commémoratifs de nombreux pays (page 5), un timbre de la République arabe de Libye. J'aimerais attirer votre attention sur le fait que ce timbre a été émis à l'occasion du centenaire de Suleiman al-Baruni, et non pour le millénaire du grand Abu I-Rayhan Muhammad al-Biruni. Suleiman pacha al-Baruni, de souche berbère, naquit en 1870 dans la province libyenne de Tripolitaine qui, à l'époque, faisait partie de l'Empire ottoman. Poète et fin connaisseur de la littérature arabe, cet homme d'Etat est l'une des grandes figures de l'indépendance pour laquelle la Libye lutta longtemps. L'Italie envahit la Libye en 1911 et force le sultan à lui céder le territoire (12 octobre 1912) ; les Libyens font alors pression pour obtenir de la Sublime Porte le firman (décret) du 15 octobre 1912 leur garantissant une autonomie complète. Les Libyens considèrent ce décret comme une déclaration d'indépendance et, alors que de nombreux chefs locaux, démoralisés, étaient réduits à l'inaction après la lutte, c'est Suleiman pacha al-Baruni qui tente de ranimer le mouvement de résistance, persuadé que seule une démonstration de force amènerait l'Italie à reconnaitre la souveraineté de son pays. Leader audacieux, il ne réussit pourtant pas à réunir tout le peuple derrière lui et les forces italiennes, supérieures en nombre, envahissent bientôt le pays. Al-Baruni quitte alors la Libye pour Istanbul en 1913 et n'y revient qu'en Dans votre beau numéro de juin 1974 consacré à al-Birunl, vous avez repro¬ duit parmi des timbres commémoratifs de nombreux pays (page 5), un timbre de la République arabe de Libye. J'ai¬ merais attirer votre attention sur le fait que ce timbre a été émis à l'occasion du centenaire de Suleiman al-Baruni, et non pour le millénaire du grand Abu l-Rayhan Muhammad al-Biruni. Suleiman pacha al-Baruni, de souche berbère, naquit en 1870 dans la pro¬ vince libyenne de Tripolitaine qui, à l'époque, faisait partie de l'Empire otto¬ man. Poète et fin connaisseur de la litté¬ rature arabe, cet homme d'Etat est l'une des grandes figures de l'indépendance pour laquelle la Libye lutta longtemps. L'Italie envahit la Libye en 1911 et force le sultan à lui céder le territoire (12 octobre 1912) ; les Libyens font alors pression pour obtenir de la Su¬ blime Porte le firman (décret) du 15 octo¬ bre 1912 leur garantissant une autono¬ mie complète. Les Libyens considèrent ce décret comme une déclaration d'indé¬ pendance et, alors que de nombreux chefs locaux, démoralisés, étaient ré¬ duits à l'ip,action après la lutte, c'est Suleiman pacha al-Baruni qui tente de ranimer le mouvement de résistance, persuadé que seule une démonstration de force amènerait l'Italie à reconnaître la souveraineté de son pays. Leader audacieux, ¡I ne réussit pourtant pas à réunir tout le peuple derrière lui et les forces italiennes, supérieures en nombre, envahissent bientôt le pays. Al-Baruni quitte alors la Libye pour Istanbul en 1913 et n'y revient qu'en boles, comme en témoigne, par exemple, l'importance croissante des étiquettes et des emballages dans la consommation des produits. boles, comme en témoigne, par exem¬ ple, l'importance croissante des éti¬ quettes et des emballages dans la consommation des produits. Toutes les théories des biens matériels héritées du 19e siècle n'avaient pas pu prendre en compte — et pour cause — ce phénomène qui commence à peine à âtre exploré par les sociologues et les économistes. Or, on peut se demander si, avec la vidéo, cette nouvelle économie du signe'n'est pas elle-même déjà remise en question. Voici, en effet, que la communication visuelle cesse d'âtre un objet distribué comme une marchandise ; il n'y a plus des fabriquants et des consommateurs, des émetteurs et des récepteurs, mais des personnes qui échangent et se répondent. Une utopie prend corps : signes, messages, symboles, sont produits, circulent et sont Toutes les théories des biens maté¬ riels héritées du 19 « siècle n'avaient pas pu prendre en compte et pour cause ce phénomène qui commence à peine à être exploré par les socio¬ logues et les économistes. Or, on peut se demander si, avec la vidéo, cette nouvelle économie du signe n'est pas elle-même déjà remise en question. Voici, en effet, que la communication visuelle cesse d'être un objet distri¬ bué comme une marchandise ; il n'y a plus des fabriquants et des consom¬ mateurs, des émetteurs et des récep¬ teurs, mais des personnes qui échan¬ gent et se répondent. Une utopie prend corps : signes, messages, sym¬ boles, sont produits, circulent et sont 1915 en tant que gouverneur de son pays ; il poursuit la lutte contre l'Italie jusqu'à la fin de la première guerre mondiale. Membre du Conseil des Quatre, il proclame en novembre 1918, l'indépendance de son pays lors d'une réunion nationale et notifie à l'Italie l'établissement de la République. La volonté de négociation, à cette occasion, fut prise pour de la faiblesse et les Libyens réclament alors leur indépendance. Les négociations directes engagées à Rome avec le gouvernement italien n'aboutirent pas. La guerre fut déclarée et une fois encore, al-Baruni mena la lutte jusqu'à ce que le mouvement de résistance soit vaincu en 1922. Il fut exilé et mourut à Bombay (Inde) en 1940, à la veille de la libération de son pays. Mir Sarfaraz Husain Paris, France 1915 en tant que gouverneur de son pays ; il poursuit la lutte contre l'Italie jusqu'à la fin de la première guerre mondiale. Membre du Conseil des Qua¬ tre, il proclame en novembre 1918, l'in¬ dépendance de son pays lors d'une réunion nationale et notifie à l'Italie l'établissement de la République. La volonté de négociation, à cette occasion, fut prise pour de la faiblesse et les Libyens réclament alors leur Indé¬ pendance. Les négociations directes engagées à Rome avec le gouvernement italien n'aboutirent pas. La guerre fut déclarée et une fois encore, al-Baruni mena la lutte jusqu'à ce que le mouve¬ ment de résistance soit vaincu en 1922. Il fut exilé et mourut à Bombay (Inde) en 1940, à la veille de la libération de son pays. Mir Sarfaraz Husain Paris, France ENVIRONNEMENT ET TABAC ENVIRONNEMENT ET TABAC Le symposium• Environnement et Santé. a réuni à l'Unesco (juin 1974) près de 400 délégués de 42 pays. Il était intéressant d'examiner l'apport positif de ce symposium à la prise de conscience des dangers du tabac. Il est admis comme allant de soi que sont responsables de la pollution atmosphérique pour 50'% les usines, 25'% les automobiles, 25'% les foyers domestiques. Ces chiffres ne prétendent pas, à la rigueur scientifique, évidemment. Ce que je reproche, c'est que l'on oublie le principal : le tabac. Et cela pour les fumeurs comme pour les nonfumeurs, dans une moindre mesure, bien sûr, pour ces derniers. Si je m'en rapporte à la déclaration récente de la Direction sanitaire des Communautés européennes à Bruxelles, l'augmentation du taux sanguin en oxyde de carbone due au tabac est en moyenne seize fois supérieure à celle dont est responsable la pollution atmosphérique d'une grande ville. Paul GONNET ingénieur chimiste Comité international pour la protection des populations contre les dangers de l'usage du tabac et autres drogues Montfavet, France Le symposium « Environnement et Santé » a réuni à l'Unesco (juin 1974) près de 400 délégués de 42 pays. Il était intéressant d'examiner l'apport po¬ sitif de ce symposium à la prise de conscience des dangers du tabac. Il est admis comme allant de soi que sont responsables de la pollution atmosphé¬ rique pour 50%'es usines, 25'% les automobiles, 25% les foyers domes¬ tiques. Ces chiffres ne prétendent pas. à la rigueur scientifique, évidemment. Ce que je reproche, c'est que l'on oublie le principal : le tabac. Et cela pour les fumeurs comme pour les nonfumeurs, dans une moindre mesure, bien sûr, pour ces derniers. Si je m'en rapporte à la déclaration récente de la Direction sanitaire des Communau¬ tés européennes à Bruxelles, l'augmen¬ tation du taux sanguin en oxyde de car¬ bone due au tabac est en moyenne seize fois supérieure à celle dont est responsable la pollution atmosphérique d'une grande ville. Paul GÖNNET ingénieur chimiste Comité international pour la protection des populations contre les dangers de l'usage du tabac et autres drogues M ontfavet, France partagés en dehors des corporatismes et des monopoles traditionnels. partagés en dehors des corporatismes et des monopoles traditionnels. Qu'il s'agisse de communautés câblées, de mini-émetteurs, ou du• vidéo-stylo., on voit, dans un nombre toujours croissant de pays, l'image dépouiller discrètement ses pouvoirs magiques pour venir revitaliser le tissu social : expression libre des minorités, révélation du milieu et de soi-même, animation communautaire et bien d'autres formules de dialogue en gestation dans ces groupes expérimentaux. Qu'il s'agisse de communautés câblées, de mini-émetteurs, ou du « vidéo-stylo », on voit, dans un nom¬ bre toujours croissant de pays, l'image dépouiller discrètement ses pouvoirs magiques pour venir revitaliser le tissu social : expression libre des minorités, révélation du milieu et de soi-même, animation communautaire et bien d'au¬ tres formules de dialogue en gestation dans ces groupes expérimentaux. L'• alphabétisation électronique progresse partout. Et sans exclure l'autre. Ne contribuent-elles pas toutes deux à l'effort auquel l'Unesco appelle la communauté internationale : la conquête de la liberté et de la démocratie ? L'« alphabétisation électronique » progresse partout. Et sans exclure l'autre. Ne contribuent-elles pas toutes deux à l'effort auquel l'Unesco appelle la communauté internationale : la conquête de la liberté et de la démo¬ cratie ? Henri Dleuzeide Henri Dieuzeide 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :