Le Clap n°217 nov/déc 2019
Le Clap n°217 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°217 de nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Éditions Le Clap

  • Format : (213 x 273) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 29,5 Mo

  • Dans ce numéro : la belle époque...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
LE CINÉMA VU PAR... PAR PIERRE BLAIS JULIE PERREAULT La carrière de Julie Perreault a pris son essor au début des années 2000 avec la série 3 x rien. Puis, en 2005, elle illumine de sa présence la série télé Minuit, le soir. Depuis, les rôles au petit écran se sont succédé sans temps morts, le tout agrémenté de participations notables dans plusieurs films dont Horloge biologique et plus récemment Le Mirage, tous deux réalisés par Ricardo Trogi. On la retrouvera au grand écran à Noël dans la comédie Merci pour tout de Louise Archambault. Julie y tiendra le rôle de Marianne, femme de ministre, mère de famille et surtout blogueuse très médiatisée. Le récit se résume ainsi  : à la mort de leur père, Marianne et sa sœur, jouée par Magalie Lépine-Blondeau, partent aux îles de la Madeleine tout en étant suivies par ceux qui reluquent un magot caché par le défunt. D’ici la sortie du film en salle, l’actrice a bien voulu partager avec nous ses coups de cœur en matière de cinéma. ÉDITIONS LE CLAP  : Julie, quel est votre premier souvenir lié au cinéma ? JULIE PERREAULT  : C’est E.T. Je suis née en 1976, alors quand tu as six ou sept ans et que tu commences à comprendre les enjeux émotifs reliés à l’enfance qui peuvent se trouver dans un film, il devient marquant comme E.T. a pu l’être pour moi. ÉLC  : De tous les films vus, lequel serait le plus important à vos yeux ? JP  : Ça dépend toujours de la période. Au cégep, la trilogie Bleu, Blanc et Rouge de Kieslowski, Lune de fiel ou Eldorado m’ont marquée. Mais possiblement que le long métrage qui m’a le plus chavirée à cette époque, c’est La Liste de Schindler. Je suis allée le voir neuf fois au cinéma. Ce film, c’était ma zone de réconfort malgré la gravité de son sujet. ÉLC  : Quelle comédie vous a vraiment fait rire ? JP  : Je ne ris jamais devant des comédies. Je suis très mauvais public même en compagnie de mes enfants. Mais j’aime être surprise, alors si on parle de mécanique parfaite, une œuvre bien jouée et bien écrite, je nommerais Le Dîner de cons. ÉLC  : Quel film, tel un plaisir coupable, regardez-vous régulièrement ? JP  : Les séries de films d’espionnage comme celles de Jason Bourne ou de James Bond. J’aime fréquenter ce genre de cinéma qui ne sert qu’à nous divertir ! ÉLC  : Pour quel réalisateur ou quelle réalisatrice éprouvez-vous le plus d’admiration ? 6 MAGAZINE LE CLAP N°217 NOVEMBRE ET DÉCEMBRE 2019 CLAP.CA CRÉDIT PHOTO  : MARIE-CLAUDE FOURNIER
JP  : C’est tellement difficile comme question, car j’en aime plusieurs. Vite comme ça, j’irais à égalité pour des cinéastes comme Roman Polanski et Woody Allen. ÉLC  : Quelle carrière d’actrice enviez-vous ? JP  : Marion Cotillard. Parce qu’elle réussit toujours à se réinventer. Elle est capable de nous faire oublier l’ancienne Marion d’un long métrage à l’autre et passe d’un film plus populaire à une œuvre plus underground. Aussi, elle n’a jamais peur d’être désavantagée physiquement. Son parcours est complet. ÉLC  : Avec quel acteur rêvez-vous de tourner ? JP  : Ce serait facile d’y aller avec un acteur américain à cause du rêve qu’il provoque en nous. Donc, allons-y avec Leonardo DiCaprio. ÉLC  : Quel rôle rêvez-vous de jouer ? JP  : Je rêve de jouer dans une comédie romantique, peu importe laquelle, et ce, afin de fréquenter de nouvelles zones de jeu comme actrice. ÉLC  : Quel est votre film québécois préféré ? JP  : Les Bons Débarras et Léolo que j’ai vus et revus. Avant, il y avait peu de films québécois qui sortaient en salle. Aujourd’hui, on est submergé de centaines de films de partout, on a donc peu de temps pour les revoir. Par exemple, je suis de la génération de Breakfast Club. Chaque semaine, on le regardait, alors inévitablement il m’a marquée comme plus tard Léolo a pu le faire. ÉLC  : Quel est votre plus récent coup de cœur cinématographique ? JP  : Sans hésitation, La Femme de mon frère de Monia Chokri. Julie Perreault, qui a d’ailleurs fait ses études collégiales en cinéma au Cégep Garneau à Québec, est toujours en vedette dans la série L’Échappée à TVA qui en est à sa quatrième saison. Sinon, elle poursuit, parallèlement à son travail d’actrice, une carrière de photographe, un second métier qu’elle pratique avec passion depuis de nombreuses années et qui lui permet de mieux s’exprimer comme artiste. SES GOÛTS & SES COULEURS AUTEUR/AUTEURE  : Delphine de Vigan pour son roman Rien ne s’oppose à la nuit que j’ai lu dernièrement et qui m’a bouleversée. ŒUVRE LITTÉRAIRE  : L’Amant de Marguerite Duras. MUSICIEN/MUSICIENNE  : Patrick Watson sans aucune hésitation. ŒUVRE MUSICALE  : C’est une chanson du duo folk suédois First Aid Kit qui s’intitule A Long Time Ago. ŒUVRE D’ART  : La série de photos autour des personnages de Disney par Annie Leibovitz. C’est réellement grandiose. UN LIEU GÉOGRAPHIQUE  : Étonnamment, je rêve d’aller à Rio. Ça me renverse comme endroit. Je l’ai imaginé beaucoup à cause du film C’est la faute à Rio ave Demi Moore et Michael Caine. Ça me semble le lieu de romance parfait. METS GASTRONOMIQUE  : J’ai beau être végétarienne, j’aurais beaucoup de difficulté à résister à un beau grand plateau de fruits de mer. ÉMISSION DE TÉLÉ  : Tell me you Love me, une série de HBO trop peu connue, osée, audacieuse, une proposition crue sur le couple, la sexualité et la solitude. CLAP.CA MAGAZINE LE CLAP N°217 NOVEMBRE ET DÉCEMBRE 2019 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :