Le Bonbon n°32 juin 2013
Le Bonbon n°32 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Bonbon

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : art... Patrick Demarchelier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
6 — lelpagrott. Nuit
Propos recueillis par Violaine Schütz Ω JB Mondino & Flavien Prioreau Une filmographie dense, un univers fort (empreint de contre-culture), un look rebelle (inspiré par le punk), l’Italienne Asia Argento fascine et impressionne. Première femme réalisatrice (si jeune) dans son pays, actrice respectée, Djette, photographe, elle enchante aujourd’hui avec un premier album électro-rock bizarre et envoûtant. Rencontre. Quand as-tu commencé à chanter ? à 17 ans, j’étais dans un groupe de punk-rock italien, Kids Sparkle Fun. Sinon je chante vraiment depuis 12 ans (elle en a 37,ndr). Ma voix sort très grave, mais j’ai trouvé comment m’en servir seulement il y a trois ans. J’ai trouvé plusieurs voix en fait, dont une qui peut aller dans les aigus, très haut. Ce qui m’intéresse dans la musique, ce sont les mélodies mais surtout écrire les textes, qui sont comme de la poésie, renfermant un message. Mes chansons comportent un début et une fin. Je m’en fous de la voix en fait, je ne suis pas Beyoncé. Je ne suis pas une chanteuse, mais une poètesse. J’aime chanter des petites histoires comme faire de petits films. La musique c’est des visions, c’est ce que je vois. C’est comme ça que j’écris les textes des chansons, après avoir écouté les instruments. Pour les morceaux avec mon ex, le chanteur italien Morgan (le père de sa fille, Anna Lou), j’ai aussi composé avec lui la musique. Il m’a laissée faire, m’a accordée ce plaisir. On faisait tout ensemble, c’était une histoire magnifique. musique Asia Argento une femme en or 7 — leloalloa. Comment as-tu rencontré ceux qui ont collaboré sur ton disque, Total Entropy ? Beaucoup d’entre eux, je les ai rencontrés via les réseaux sociaux. The Legendary Tigerman par exemple, il m’a contactée sur Myspace il y a quelques années. On avait un ami en commun, Mondino, qui a réalisé ma pochette et celle de son disque. Mondino m’avait déjà envoyée sa musique et j’étais obsédée par les one-man bands (hommes-orchestres) comme l’Américain Hasil Adkins (il interprète le rôle d’un joueur d’orgue de barbarie dans le deuxième film d’Asia comme réalisatrice, Le Livre de Jérémie, 2004) ou Hans Adler. Après on a travaillé sur deux morceaux. On a aussi improvisé sur un morceau basé sur un poème de Bukowski. Bukowski, tout le monde l’a lu à 16 ans, alors ça résonne dans nos cœurs. C’est comme le Coca Cola, c’est simple, tout le monde peut comprendre. Vas-tu donner des concerts ? J’en fais un après-demain au Silencio, entourée de Morgan, Archigram (le groupe d’Antipop, qui est mon ex), Toog et The Legendary Tigerman. Je vais commencer par réciter un poème : Les neuf portes de ton corps de Guillaume Apollinaire. Il ne faudra pas danser, ou alors en restant assis, danser dans sa tête. Le live sera suivi d’un Dj set des musiques les plus bizarres jamais entendues. Ça fait 15 jours que je le prépare. Nuit ›



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :