La Vie Est Belle - Voyages n°18 15 mar 2009
La Vie Est Belle - Voyages n°18 15 mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 15 mar 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LVEB

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : Beauté BIO

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 IL Y A UN MONDE... DE PORTRAIT Pourvu que ça dure ! Son parcours est atypique et sa foi inébranlable. Sans avoir eu à mener de combat féministe, Dany Laurent est, à 66 ans, un auteur de théâtre comblé ! Son souhait : que ça dure encore longtemps ! Inconnue il y a encore à peine une dizaine d’années en tant qu’auteur, Dany Laurent a explosé dans le milieu du théâtre avec « Comme en 14 », une pièce récompensée par trois Molière en 2004. « J’ai écrit sur le courage des femmes dans les tourments de la Grande Guerre sans répondre à une commande. Je me suis lancée et prise au jeu tout simplement », dit-elle. Mais c’est à partir de là que la machine s’est alors emballée. Danièle Sibre à l’état civil et Dany Laurent à la scène enchaîne l’écriture de pièces dont « Avis de tempête » avec Roland Giraud et Véronique Jannot et « Les vacances de Josepha » avec Danièle Evenou. Ses pièces font aussi de jolis succès à l’étranger : Espagne, Allemagne, Russie… A 66 ans, Dany Laurent savoure son succès récent qui marque le début de ce qu’elle appelle « sa troisième vie » après celle qui a commencé avec l’écriture de contes pour enfants et à laquelle ont succédé des rôles au théâtre et au cinéma. Des cahiers d’écoliers et la foi d’un charbonnier. « J’aime qu’on me dise que je suis un auteur populaire parce que populaire veut dire que l’on écrit pour le plus grand nombre. » Menue, pas très grande, rayonnante de simplicité, Dany Laurent avoue que les gens sont souvent surpris de son allure commune. Le sourire permanent qu’elle arbore quand elle s’exprime n’est pas une marque de fabrique, il communique une joie de vivre tout simplement. Dany Laurent aurait pourtant toutes les raisons de « se la péter » comme on dit : après tout les comédiens les plus populaires jouent dans ses pièces, chaque année, son nom est à l’affiche à Paris et elle fourmille de projets. Et pour cette femme auteur il n’y a pas eu de combat féministe à mener pour se faire une place parmi ses collègues masculins. Ces années bonheurs qui arrivent sur le tard, Dany Laurent les doit en partie à Colette. « On ne sait pas si on sait écrire si on n’essaie pas, c’est comme ça pour toute autre création artistique. Un jour, alors que je lisais un bouquin de Colette, un ami m’a suggéré d’écrire une pièce sur Colette. » C’était il y a vingt-cinq ans. J’ai relevé le défi et « Macolette » avec Odette Laure est née. Je ne me demande jamais quand j’écris si la pièce va se monter ou pas. J’ai une idée, des personnages qui s’imposent et je me lance avec folie et la foi d’un charbonnier. Ce n’est jamais désespéré ! Lorsque la pièce arrive dans les mains du metteur en scène, je la laisse vivre sa deuxième vie et sa troisième vie quand les comédiens la jouent. Je suis un auteur assez souple. » Avec quelques manies cependant : « J’écris PORTRAIT sur un cahier d’écolier à gros carreaux avec les mêmes feutres et toujours sur la page de droite, celle de gauche est réservée aux idées et aux annotations. La plupart de mes pièces ont été écrites sur le coin de la table de ma cuisine, assise sur un tabouret près du radiateur. Je ne suis pas un auteur coupée du reste du monde, au contraire, le monde est une nourriture, j’ai besoin de voir ce qui se passe ailleurs, je suis curieuse de tout. » Cette grand-mère de trois petits-enfants et dont les deux fils sont aussi comédiens voit l’avenir en rose : deux nouvelles pièces sont en création pour la rentrée de septembre 2009 et la comédienne va remonter sur les planches pour l’une d’entre-elles. On n’est jamais mieux servi que par soi-même mais pour Dany Laurent, l’important n’est pas d’occuper le terrain mais de faire de son métier d’auteur une histoire de partage sans fin. « Continuer ce qui vient de commencer dans ma troisième vie est en même temps ma plus grande jubilation et ma plus grande motivation ! » Sophie Pajot La vie est belle www.lavieestbellemag.com
Vous l’aimez ? Chouchoutez-le ! Bientôt une boutique en ligne rien que pour lui … À suivre, exclusivement sur La Vie Est Belle…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :