La Vie Est Belle - Voyages n°16 4 fév 2009
La Vie Est Belle - Voyages n°16 4 fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de 4 fév 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LVEB

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : La trash com ! Facettes du Yémen

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 IL Y A UN MONDE... DE THÉÂTRE L’Alpenage de Knobst Vous n’êtes pas prêts d’oublier cette soirée qui vire au cauchemar avant d’avoir droit à votre happy end. Les comédiens sont épatants et la mise en scène mitonne crescendo le suspense. Une expérience humaine à vivre d’urgence ! Passer un excellent moment de théâtre est encore possible et ce ne sont pas les grands théâtres qui font les meilleures soirées. Pour preuve, « Le Théâtre 14 » qui nous habitue à la qualité dans la diversité de sa programmation frappe encore une fois très fort avec « L’Alpenage de Knobst », une comédie de Jean-Louis Horwitz qu’il est plus que vivement recommandé d’aller voir en faisant fi de tout a priori sur le titre de la pièce. Les comédiens dont Katia Tchenko, Jacques Brunet et Xavier Lemaire en tête sont tous excellents. L’histoire est prodigieusement mise en scène et le suspense monte habilement en puissance dans cette pièce catastrophe mise en scène par Xavier Lemaire. Car c’est bien d’une catastrophe dont il s’agit et qui vire même au cauchemar : des spectateurs se retrouvent enfermés dans un théâtre morbide qui s’écroule et qui affiche malgré tout une pièce, « L’Alpenage » de Knobst. A la manière d’un scénario crash américain, les spectateurs vont réaliser le drame dans lequel leur vie culturelle puis leur vie tout court sont menacées. Les personnalités se révèlent, c’est le moment de se dire des choses qu’on ne s’est jamais dites. Face au danger, la nature humaine livre ses secrets, sa beauté intérieure, ses égoïsmes, ses espoirs, ses confidences et aussi ses paradoxes. Mais l’heure est grave, il faut sauver sa peau avant que le théâtre ne s’écroule totalement. Le décor articulé de ce théâtre vidé de sa substance nourricière, le public, joue son rôle dramatique en s’enfonçant morceau par morceau dans le néant. Le spectateur, celui du « Théâtre 14 », est tenu en haleine jusqu’au dénouement. On réalise alors que cette pièce qui crie haro sur le désert des salles de spectacles est un joli pied de nez à la télévision. Lâchez pour un soir votre télécommande, vous ne ressortirez pas indemne de ce crash théâtral dans lequel l’humour sort grand vainqueur d’une réflexion politique et sociale sur la crise qui menace la culture en général et donc notre liberté de penser ! THEÂTRE Sophie Pajot Jusqu’au 7 mars, « L’Alpenage de Knobst », Théâtre 14, 20 avenue Marc Sangnier, Paris 14. Mardi, mercredi, vendredi samedi à 20h30, jeudi à 19h, matinée le samedi à 16h. Location au 01 45 45 49 77. Prix des places : 23 euros. Tarifs réduits : 16 euros. La vie est belle www.lavieestbellemag.com
IL Y A UN MONDE... DE THÉÂTRE Nous sommes une femme ! Tordant, inquiétant, tellement urbain. On en redemande. Claude est une jeune femme vêtue de noir, elle vit seule dans un appartement noir, fait de l’humour noir et de toute évidence, broie du noir. Devant son ordinateur, elle passe des nuits blanches à découvrir son prince charmant. Sans y croire vraiment. Justement ce soir, elle a rendez-vous avec Sacha, rencontré via internet. Ca sonne, elle ouvre et surprise découvre une jeune femme, un peu gênée. Chacune s’attendait à rencontrer un homme. Claude et Sacha sont en effet des prénoms qui prêtent à confusion… Sacha est pétillante, pleine de vie. Claude est inquiétante, sombre. Contre toute attente, les deux femmes décident de passer la soirée ensemble. Maintenant qu’elles sont là ! Pourtant les propos de claude sont loin de rassurer. Sacha qui fait la fière mais tremble devant l’énorme couteau de cuisine que tient Claude et meurt d’envie de découvrir quels cadavres se cachent dans le placard qu’elle n’a pas le droit d’ouvrir ! Une situation improbable qui va monter crescendo quand va apparaître Camille, l’homme parfait (lequel avait rendez-vous avec Claude le lendemain mais qui s’est trompé de jour). Comment ce triangle amoureux va-t-il s’en sortir ? Camille partira-t-il avec l’une ou restera-t-il avec l’autre ? L’étrange Claude ajoutera-t-elle un cadavre ou deux dans son placard à fantômes ? Cette comédie douce-amer se déguste comme un bon vin. Plus la température monte, meilleure elle est. Les acteurs sont bons. L’histoire est loufoque juste ce qu’il faut. Les dialogues sont drôles. L’émotion est au rendez-vous. Et à la fin, comme Sacha, on veut absolument savoir ce qui se cache dans le placard et qui Camille va choisir. Un vraiment bon moment de théâtre. Courrezy, vous ne le regretterez pas ! Judith LossmannUne production de la compagnie Le grenier de Babouchka - Mise en scène de Jean-Philipe Gaguerre avec Séverine Delbosse, Charlotte Matzneff, Thierry Batteux au Théâtre du Petit Gymnase - 38 boulevard Bonne Nouvelle 75010 Paris - Résa : 01 42 46 79 79 - En savoir plus : www.theatredugymnase.com. www.lavieestbellemag.com La vie est belle 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :