La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
jazz/musiques du monde/chanson 52 la terrasse 285 mars 2020 JAll SOUS LES POMMIERS 23 ft,I,Lia20-39editioil mai Coutances Manche b VEN. 15 MAI Ibrahim Maalouf S3NS Orchestre National de Jazz Dracula CRÉATION jeuNe publIC b SAM. 16 MAI Julian Lage trio Tigran Hamasyan trio et L’Orchestre de l’Opéra de Rouen CRÉATION Ana Moura Dave Liebman/Randy Brecker/Marc Copland quintet Play Own Play Cie Ne dites pas non, vous avez souri périph.Fluide CRÉATION Kumbia Boruka Martin Meissonnier DJ set b DIM. 17 MAI Umlaut Big Band Les Tambours du Rajasthan Chaalang Pulcinella & Maria Mazzotta bal à facettes LBK/LaBulKrack Valvetronic Brassband Elvis Ajdinovi Orkestar La Fanfare Au Carreau Cie Ne dites pas non, vous avez souri périph.Fluide CRÉATION b LUN. 18 MAI Cie Ne dites pas non, vous avez souri periph.Fluide CRÉATION Bluewave quartet + TechnoBrass b MAR. 19 MAI Naïssam Jalal Quest of the Invisible Sylvain Rifflet Troubadours Cedric Burnside Thornetta Davis Michelle David & The Gospel Sessions Cie Lagunarte Mokofina jeuNe publIC Priscilia Valdazo la ballade coutançaise CRÉATION Cie Ne dites pas non, vous avez souri périph.Fluide CRÉATION b MER. 20 MAI Youn Sun Nah trio Immersion Sixun Guillaume Perret A Certain Trip La scène Jazz Export Days Keyvan Chemirani & The Rhythm Alchemy Lou Tavano TechnoBrass + Rubin Steiner Band & DJ set www.jazzsouslespommiers.com b JEU. 21 MAI Un Poco Loco Ornithologie Sona Jobarteh Bugge Wesseltoft/Dan Berglund/Magnus Öström Rymden Carte blanche à Vincent Peirani Kayhan Kalhor & The Rembrandt Trio Glass Museum Shabaka & the Ancestors El Comité Léon Phal quintet K.O.G & The Zongo Brigade DJ Stefunk b VEN. 22 MAI Carine Bonnefoy Large Ensemble Jacky Terrasson trio Antibalas/Alice Russell/Sandra N’Kaké/Zara Mc Farlane/Nona Hendryx Respect to Aretha Marja Mortensson Macha Gharibian trio Edmar Castaneda & Grégoire Maret Harp vs Harp Hasse Poulsen Tom’s wild years CRÉATION NoSax NoClar Yakir Arbib Tamikrest Skadedyr Paul Jarret & Jim Black Ghost Songs CRÉATION Flash Pig Ghost-Note Les Druides du Vertbois b SAM. 23 MAI Billetterie en ligne sur www.jazzsouslespommiers.com - à partir du 14 mars pour les abonnements - à partir du 28 mars pour la billetterie hors abonnement. Points de vente E.Leclerc, Auchan, Cultura, Cora, www.ticketmaster.fr à partir du 28 mars Infos 02 33 76 78 50 Kenny Barron trio Anne Paceo S.H.A.M.A.N.e.S CRÉATION David Neerman/Lansiné Kouyaté/Krystle Warren/Ensemble vocal Sequenza 9.3 Noir lac Nefertiti quartet Plume Obradovic-Tixier duo Jonathan Jurion trio Cheick Tidiane Seck Timbuktu Black Boy Ernst Reijseger & Cuncordu E Tenore de Orosei The Face of God Kokoroko Hanna Paulsberg Concept Bamba Wassoulou Groove Trans Kabar Dj Click Bellaire von LA MANGLE e ce mer Elven'STUDIO DE L’ERMITAGE/JAZZ Olivier Ker Ourio Quintet Un concert aux faux airs de réunion au sommet de la créolisation. Olivier Ker Ourio présente son nouveau projet autour de l’insularité. Il y a tout juste trois ans, l’habile harmoniciste fêtait ici même la parution de French Songs, album en quartet dédié aux belles mélodies de la chanson made in France. Cette fois, changement de formule, avec ce quintet (le Martiniquais Grégory Privat aux claviers, le Mauricien Gino Chantoiseau à la basse, le Guadeloupéen Arnaud Dolmen à la batterie et le Cubain Inor Sotolongo aux percussions), des plus prometteurs et on ne peut plus raccord pour porter le propos de Singular Insularity, le nouveau disque dont ce concert annonce la sortie. Soit mettre en évidence la parenté entre les différentes cultures créoles, esthétiques cousines à travers lesquelles le Réunionnais cherche matière à composer un programme original. Jacques Denis Studio de l’Ermitage, 8 rue de l’Ermitage, 75020 Paris. Mardi 17 mars à 21h. Tél. 01 44 62 02 86. Places  : 15  € . NEW MORNING/JAZz Moon Hooch Le trio d’electro jazz pop de Brooklyn est de retour avec une nouvelle production  : Life On Other Planets. Moon Hooch insuffle un vent nouveau sur le jazz. Dix ans déjà depuis leurs débuts tonitruants, quand ils se produisaient dans la rue ou le métro, ou encore face au Metropolitan de New York. C’est là que la batteur James Muschler, le saxophoniste et clarinettiste Mike Wilbur et le claviériste Wenzl McGowen ont gagné la reconnaissance du métier, intégrant le réseau officiel avec plusieurs disques sous pavillon Palmetto. En 2020, retour aux basiques, puisque c’est en autopproduction que le trio récemment remanié (le percussionniste Ethan Snyder remplace James Muschler) vient défendre sa formule minimale et compacte, qui vise toujours à concilier les ondulations de la danse et l’énergie de l’improvisation, le souffle du jazz et les rythmiques surgies de la musique électronique. À tester sur scène, leur terrain de jeu de prédilection. Jacques Denis New Morning, 7-9 rue des Petites-écuries, 75010 Paris. Mardi 24 mars à 21h. Tél. 01 45 23 51 41. Places  : 19  € . Elena Shirin Kobayashi LA CIGALE/MAROC Aziz Sahmaoui Un an après la sortie de l’album Poetic Trance, le Marocain fête les 10 ans de son University of Gnawa. Aziz Sahmaoui célèbre sur scène les dix ans de son University of Gnawa. Grandi dans le creuset culturel de Marrakech, la ville où il a vu le jour, Aziz Sahmaoui s’inspire de l’esprit syncrétique des Gnaouas pour composer la bande-son originale de son University Of Gnawa. Cette drôle d’université, c’est en fait pour Aziz Sahmaoui une histoire qui remonte à l’enfance. Encore gamin, son père l’initie à la diversité musicale  : le rock psychédélique de Nass El Ghiwane comme les merveilles mélodiques du chaâbi, les transes telluriques des confréries Gnaouas comme les mélopées extatiques du désert. Autant de musiques qu’une fois adulte, le Marocain unifie lorsqu’il choisit de traverser la Méditerranée en 1989, les métissant bien vite au jazz. Vingt ans et bien des expériences plus tard, à commencer par l’Orchestre National de Barbès puis le Joe Zawinul Syndicate, le chanteur a pu toutes les marier lors d’une résidence en février 2010 dans le grand Sud Marocain. Ce fut l’acte de naissance de ce projet qui fête aujourd’hui ses 10 ans. Jacques Denis La Cigale, 120 bd de Rochechouart, 75018 Paris. Le 25 Mars à 20h. Tél. 01 49 25 89 99 SURESNES/JAZZ Manouche Partie Suresnes L’accordéoniste Richard Galliano célèbre les noces du jazz et de la java avec le maître de la guitare manouche, Stochelo Rosenberg. Richard Galliano fête l’esprit du swing musette. En 1960, l’accordéoniste Jo Privat signait un disque Manouche Partie, enregistré avec le guitariste Matelot Ferré, un des compagnons de route de Django Reinhardt. Devenu un classique du jazz musette, cet album a donné l’idée à Richard Galliano d’en reprendre le principe et de faire à son tour la fête à Suresnes, autour des valses et du swing né de la rencontre des disciples de Django Reinhardt avec les traditions de la java et des bals auvergnats. À ses côtés, pour faire tourner les têtes et vibrer les oreilles, le flamboyant Stochelo Rosenberg, accompagné par son frère Mozes, le violoniste François Arnaud, et le contrebassiste Diego Imbert… Et bien valsez maintenant ! Vincent Bessières Théâtre de Suresnes, salle Jean-Vilar, 16 place Stalingrad, 92150 Suresnes. Vendredi 27 mars à 21h. Tel. 01 46 97 98 10. Thomas Dorn Paolo Soriani
A. Diotte Françoise Le Guyon focus Paris/Portes-lès-Valence (26)/Chanson francophone Festival Aah ! Les Déferlantes ! Courants d’airs francophones Temps de rencontre avec la francophonie européenne, ultra marine et d’outre-Atlantique, le festival drômois lancé en 2009 s’attache à saisir les contours de la musique francophone. Dans une définition plurielle, qui engage forcément au voyage, du Québec aux Comores, de la Réunion à la Belgique, d’Haïti à Mayotte. Coup d’envoi à Paris avant cinq soirées exceptionnelles à Portes-lès-Valence, au Train-Théâtre. Paris/Québec/La Réunion Lou-Adriane Cassidy/étienne Coppée/Caroline Savoie/AnnO’Aro Coup d’envoi à Paris  : l’occasion d’un avant-goût de la programmation dromoise. Caroline Savoie, un nom des Alpes du Nord et un accent d’Acadie. S’affichent quatre artistes qu’on pourra applaudir à Portes-lès-Valence, Lou-Adriane Cassidy et AnnO’Aro, mais aussi deux artistes découverte. Prix du Public lors de l’édition 2019 du Festival en Chanson de Petite-Vallée à Québec, étienne Coppée est un « chansonneur » aux mots bienveillants et précis, membre de la « Relève » d’outre-Atlantique. Quant à l’acadienne du Nouveau-Brunswick Caroline Savoie, elle maîtrise sa voix folk, à la tête d’une carrière émaillée de beaux prix, de centaines de concerts et de deux albums. Lundi 16 mars à 20h aux Trois Baudets. Portes-lès-Valence/Québec Caroline Savoie/Lou-Adriane Cassidy/Les Louanges Trois artistes à la nonchalance maîtrisée, pour un plateau 100% québécois. Avec une voix d’alto tranquille et des effets entre l’épure et l’harmonie vocale pleine, Lou-Adriane Cassidy a un grain mature tout entretien/Luc Sotiras L’art d’affirmer ses choix Toujours en quête de sens sur les questions de territoire, sur les enjeux humains et collectifs, Luc Sotiras, directeur du Train Théâtre, persiste et signe. Rendez-vous majeur de la chanson francophone, le Festival Aah ! Les Déferlantes ! braque ses projecteurs hors de nos frontières métropolitaines et loin des clichés créolisants. Votre festival porte depuis plus de 10 ans des voix émergentes ou affirmées de la chanson francophone. Est-ce devenu votre identité ? Luc Sotiras  : Une des identités, oui ! Tissés au fil des saisons, nos partenariats avec Mayotte, l’Océan Indien et le Québec font partie intégrante du projet. On a développé un savoirfaire en la matière. Et puis nous sommes conventionnés « chanson francophone », c’est donc notre devoir ! On a longtemps travaillé par envie, par intuition. Nous rentrons dans une autre étape, en requestionnant nos motivations, en affirmant nos choix. Au fil des années, on sait de mieux en mieux pourquoi et comment on fait les choses. Trouvez-vous que la chanson a elle aussi évolué ? L. S.  : Je suis là depuis suffisamment longtemps pour avoir vu un certain yo-yo dans la chanson. Avant, la place publique était occupée par la « variété lucrative », et des choses se sont mises en place dans les interstices, entre les chanteurs Rive gauche, puis les chanteurs populaires engagés. Puis la Nouvelle scène a créé sa place en marge des interstices... Pour ceux qui arrivent derrière ces décennies d’implantation de la chanson, il n’y a plus beaucoup d’espaces, économiquement. On se retrouve avec ceux qui font de l’argent, ceux qui gagnent simplement leur vie, et la grande masse, qui veut survivre. Ça a toujours existé. Sauf qu’aujourd’hui, le nombre d’artistes est dément. On se retrouve parfois avec 600 mails proposant des artistes, qu’on ne peut pas tous lire, et des pépites dedans qu’on ne verra jamais... en souplesse et en envolées sans démesure. Son débit tout juste traînant, ses rythmiques folk rock aux pointes pop jouent sur une grammaire musicale simple et opérante. À ses côtés, la formation du jeune Vincent Roberge Les Louanges fait une tournée en France après un passage remarqué aux Inouïs du Printemps de Bourges et aux Transmusicales les saisons passées, porteuse d’un son entre RnB et chanson, lancinant et patiné. En apéro musical, Caroline Savoie chauffera doucement le public. Mardi 17 mars au Train-Théâtre. Portes-lès-Valence/Les Comores/La Réunion Ahamada Smis/AnnO’Aro L’Océan indien dans ses dissemblances, festif ou écorché. La Réunionnaise Anne O’Aro. Marseillais des Comores, Ahamada crée une musique influencée par l’Afrique, Madagascar, et tout l’Océan Indien. Avec un phrasé parlé chanté, entre hip-hop et chanson, et des sections rythmiques tropicales, Smis raconte, fier, les traditions de l’Archipel, sans renier ses influences soul, rap, voire jazzy. Quant à AnnO’Aro, c’est certainement une des pépites de ce festival. La Réunionnaise chante et déclame en créole un maloya fait de textes incroyablement puissants sur la condition féminine, la brutalité, ses propres plaies intimes, accompagnée d’une orchestration brute percussions-trombone qui porte cette magnifique gravité avec justesse. Mercredi 18 mars au Train-Théâtre. D. R. C. Delfino Luc Sotiras, architecte du Festival Aah les Déferlantes et du Train Théâtre. « Programmer, c’est une histoire de confiance, d’exigence, d’investissement. » Programmer c’est renoncer ? L. S.  : Et rencontrer. Finalement le paramètre de la chance est toujours là, la chance de la rencontre, que ce soit par un mail, durant un festival, un voyage. Même si le numérique est passé par là et a changé les réseaux, c’est toujours la rencontre, au sens profond, qui peut changer la donne. L’équation de nos programmations est forcément compliquée, c’est un jeu d’équilibriste entre têtes d’affiche, émergence, coups de cœur... Programmer, c’est une histoire de confiance, d’exigence, d’investissement, et pas seulement au sens matériel. Ce festival est le résultat d’années de rencontres ! Portes-lès-Valence/Belgique/Burkina Faso Sages comme des Sauvages/Kady Diarra Couleurs et rythmes, Afrique métisse et Europe voyageuse. Ava Carrère et Ismaël Colombani sont Sages comme des sauvages, duo bruxellois aux multiples origines. Le duo belge constelle son univers de paradoxes. Transformant une douce férocité pétrie d’engagements intellectuels et artistiques, le chant de Sages comme des sauvages est une suite d’harmonies à la tierce, de sons tropicalisants, voire junglisants, d’instruments à vent, de souffle léger, de belles basses. Connus notamment pour avoir repris le répertoire d’Alain Péters, leurs origines et leurs influences sonnent mondiales, éternelles, narratives comme un conte de fées. Originaire du Burkina et élevée en Côte d’Ivoire, Kady Diarra transmet l’art festif burkinabé pétri de tradition griote. Danseuse, sa présence scénique est puissante et magnétique. Jeudi 19 mars au Train-Théâtre. Le Train Théâtre, 1 rue Louis-Aragon, Portes-lès-Valence (26). Du 12 au 21 mars 2020. Tél. 04 75 57 85 46. Places  : 14,50  € et 18  € . Web  : www.train-theatre.fr Les Trois Baudets, 64 bd de Clichy, Paris. Le 16 mars. D. R. J.-C. Mazué Portes-lès-Valence/Québec/La Réunion/Mayotte étienne Coppée/Grèn Sémé/Faya Red Dancehall mahoré et maloya rock, deux groupes de garçons de l’Océan indien et un jeune Québécois. Grèn Sémé chante, joue et déclame son « maloya évolutif ». Coup de cœur de l’Académie Charles Cros en 2017, Grén Sémé déclame des récits engagés, poétiques, bilingues français et créoles, plein d’images limpides et d’ambiances contrastées. À la fois instrumentale et électro, très textuelle et nappée d’effets sonores, leur musique puise dans le dub et les transes, sur un socle de chanson rock et maloya fusionnés. Ils partageront l’affiche avec Faya Red, petit groupe shimahorais inédit en métropole et en résidence au Train Théâtre, aux influences en grand écart entre l’Océan Indien et les Caraïbes. Et c’est étienne Coppée qui ouvrira la soirée en formule guitare-voix. Vendredi 20 mars au Train-Théâtre. Portes-lès-Valence/La Réunion/Haïti Femmes Fanm/Mélissa Laveaux Un plateau féminin et créole en clôture du festival, durant lequel sera remis le prix Coup de cœur Musique du Monde de l’Académie Charles Cros. Le spectacle Femmes Fanm pousse les murs du son. Sa voix, reconnaissable en peu de notes, sait se faire narrative et frissonnante. Mélissa Laveaux a grandi Canadienne de parents haïtiens, baignant dans une triple culture linguistique créole, anglaise et française. Fondamentalement moderne, révérencieuse mais non-conformiste, sa musique est électro poprock, subtilement nuancée de rythmes caribéens revisités. Le spectacle Femmes Fanm d’Oriane Lacaille rassemble Coline Linder, son binôme de Titi Zaro, Marie Lanfroy et Mélanie Bourire du groupe Saodaj’. Une rencontre interrogeant le féminin créole, dans un maelstrom de percussions, vents, ukulélés et voix. Samedi 21 mars au Train-Théâtre. Focus réalisé par Vanessa Fara jazz/musiques du monde/chanson 53 la terrasse 285 mars 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88