La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
jazz/musiques du monde/chanson 50 la terrasse 285 mars 2020 (7 SPE DI DAM En direct avec les artistes Génération Spedidam Génération Spedidam JAZZ/MUSIQUES DU MONDE/STUDIO DE L’ERMITAGE Joel Hierrezuelo Le musicien cubain installé en France présente son deuxième album, enrichi d’une belle pléiade d’invités. Il s’est fait connaître comme percussionniste, apportant sa culture rythmique et l’étendue de ses frappes à de multiples projets, à commencer par ceux de son ami d’enfance, le pianiste Roberto Fonseca, avec qui il a tourné pendant dix ans. Né à La Havane en 1972, Joel Hierrezuelo est basé à Paris depuis de nombreuses années où il a contribué à enrichir de sa présence la petite communauté des talents cubains expatriés. Or si sa réputation s’est faite comme percussionniste, Hierrezuelo offre un visage différent dès lors qu’il s’agit de présenter sa musique… Ou plutôt devrait-on dire ses musiques tant il puise son inspiration à des sources différentes. Percussionniste, guitariste et chanteur Dans la continuité de son tout premier disque, Zapateo Suite, paru en 2018, le musicien cubain met en évidence dans son nouvel album intitulé Asi de simple, qui sort le 20 mars, le fait manifeste que derrière le percussionniste se cachent aussi un chanteur à la voix douce et un guitariste de talent. Loin des stéréotypes et de tout revivalisme, Joel Hierrezuelo ne cherche pas à incarner l’idée que l’on peut se faire en France de la musique cubaine. Il préfère, avec un certain courage, envisager sa musique comme le lieu de rencontre de ses expériences. On y groove, on y chante, on y jazze, et l’album, enregistré sur une base de quartet avec Pierre de Bethmannau piano, et les « frères » cubains de Hierrezuelo, le contrebassiste Felipe Cabrera et le batteur Lukmil Perez, se déploie comme un large éventail de couleurs JAZZ/NEW MORNING Sophie Alour Après être revenue aux standards, la saxophoniste, qui a pris du large et mis le cap sur l’Orient, signe un projet rayonnant. Fleurette égyptienne  : ce titre en forme de clin d’œil à Duke Ellington et à sa Fleurette Africaine pourrait servir d’introduction au nouveau projet de Sophie Alour. C’est vers l’Orient, en effet, que la saxophoniste s’est tournée, cherchant à humer le parfum de cette musique arabe qui a fasciné des générations de musiciens occidentaux. Son disque est une sorte de jardin suspendu, où l’on entend siffler les oiseaux, où le ténor groove sur un tapis de percussions, où la fraîcheur de sa flûte se fond aux arabesques fleuris du oud, le luth arabe de MohamedAbozekry, natif du Caire. Langue commune C’est avec le son de ce dernier en tête que Sophie Alour a construit son album, cet instrument dont elle dit joliment qu’il « met l’âme en vibration avec un autre monde ». Cherchant à éviter l’écueil de l’orientalisme, soucieuse de trouver un terrain sur lequel chacun trouve à s’exprimer, selon ses propres codes et ses propres traditions, elle a relevé le défi de définir « une langue commune » qui permette à chacun de « se mettre au diapason » de l’autre. En MohamedAbozerky, elle a rencontré un improvisateur fulgurant, qui est aussi un chanteur aux accents puissants, dont chaque intervention est d’une présence lumineuse et d’une charge émotionnelle forte. Initié au festival Jazz sous les pommiers, le projet s’appelait initialement Exil, mais il a pris en définitive le nom de Joy tant il a donné de bonheur à ceux qui Elodie Winter Frédéric Boutleux D. R. Joel Hierrezuelo signe un nouvel album  : Asi de simple. auquel des invités – et pas des moindres – viennent ajouter leur touche  : la flûtiste Naïssam Jalal, le guitariste SandroZerafa, le trompettiste Nicolas Folmer, et la chanteuse Aminata Doumbia. Un beau voyage. Vincent Bessières Studio de l’Ermitage, 8 rue de l’ermitage, 75020 Paris. Mercredi 25 mars à 21h. Tél. 01 44 62 02 86. Et aussi au 360 Music Factory, le 4 juin, 32 rue Myrha, 75018 Paris. Avec la musique de son nouvel album Joy, la saxophoniste Sophie Alour s’est engagée dans un nouveau voyage. l’ont créé… à l’entendre, on comprend pourquoi. Vincent Bessières New Morning, 7-9, rue des Petites-écuries, 75010 Paris. Mardi 31 mars à 21h. Tél. 01 45 23 51 41. Et aussi  : le 3 avril au Millau Jazz Festival ; le 21 au théâtre de Bagneux ; le 13 juin au festival Jazz à Junas ; les 19 et 20 juin au Sunside, Paris ; le 25 juillet à Neuvil'en Jazz ; le 7 août à Jazz in Marciac… *La SPEDIDAM répartit des droits à plus de 110 000 artistes dont près de 37 000 sont ses associés et soutient environ 40 000 manifestations chaque année. www.spedidam.fr JAZZ CAFé MONTPARNASSE/JAZZ Rares sont les musiciens dont le seul prénom suffit à les désigner, à les reconnaître. Un signe qui ne trompe pas sur leur stature  : Miles, Django, Duke… Biréli est évidemment de ceux-là. Phénomène du jazz moderne, il l’est évidemment en qualité de guitariste – cet exenfant prodige possède depuis toujours des dons instrumentaux hors-normes – mais aussi et finalement surtout en tant que musicien en mouvement, en questionnement, en permanente évolution. En trio acoustique Né en 1966, cet héritier de la grande tradition manouche a toujours su se renouveler, puisant dans le background fondateur de la musique de Django Reinhardt les vitamines sensibles pour aller plus loin, pour, sans rien renier, exister pleinement dans moult aventures et rencontres – de Stéphane Grappelli à John McLaughlin, de Joe Zawinul à Martial Solal – dans un mouvement permanent de va-et-vient entre « jazz fusion » (au sens le plus ouvert et subtil du mot) et retour à une certaine tradition. Dans son groupe actuel, un « Acoustic trio » qui réunit Franck Wolf au saxophone et William Brunard à la contrebasse, il replonge une fois de plus dans ses racines « Django » mais pour mieux se ré-enchanter, en faisant résonner la formule qui lui colle à la peau  : « Django m’a aidé à aller voir ce qui se passe ailleurs ». Familier du plateau des plus grands festivals et des salles les plus prestigieuses partout dans le monde, il vient aujourd’hui vers le chanceux SUNSET-SUNSIDE/JAZZ Pierre de BethmannUn nouvel album en trio et une série au long cours au « 60 rue des Lombards » font l’actualité du pianiste français. Pierre de Bethmannn’oublie pas le Sunset. Alors que vient de paraître le troisième volume de ses Essais, albums en trio enregistrés sur son propre label Alea, avec ses fidèles Sylvain Romano à la contrebasse et Tony Rabeson à batterie, Pierre de Bethmanns’engage dans une aventure scénique au long cours sur la scène du Sunset. Un club où il sévit et s’épanouit depuis un quart de siècle. C’est en particulier là que vit le jour le trio Prysm qui n’allait pas tarder à enregistrer sous étiquette Blue Note et à faire le tour du monde… Six concerts sont au programme jusqu’au mois de juin. Pour se souvenir, pour continuer d’avancer, pour se jauger, pour adresser des remerciements… « Il y eut donc des premières parties, des secondes parties, des festivals, des hommages, des cartes blanches, des sorties d’albums, des concerts hors les murs, d’innombrables partenaires, d’innombrables orchestres... Jouer, écouter jouer, parler, boire, rire, rêver, traîner, être là...Un club, ça se célèbre comme ça » confie, nostalgique et Biréli Lagrène Il compte, à 55 ans, parmi les guitaristes les plus chevronnés et admirés, fort d’une fabuleuse carrière entamée à l’adolescence, et d’une envergure de musicien qui a fait de lui un géant du jazz contemporain. Jean-Luc Caradec – F451 productions L’un des plus grands guitaristes vivants, Biréli Lagrène. public parisien dans l’intimité d’un club parisien « historique », l‘ex-Petit Journal Montparnasse devenu Jazz Café Montparnasse, sur le point de se réinventer sous l’impulsion de son nouveau directeur artistique Jean-Michel Proust. Jean-Luc Caradec Jazz Café Montparnasse, 13 rue du Commandant-René-Mouchotte, 75014 Paris. Les 27 et 28 mars à 21h. Tél. 01 43 21 58 89. Places  : 30  € (boisson + concert) et 69  € (dîner + concert). www.jazzcafe-montparnasse.com heureux, le pianiste. Il sera à l’affiche dans 6 formules différentes, certaines familières, comme ce trio attendu les 13 et 14 mars, d’autres inédites ou rares comme cette invitation lancée le 16 avril au contrebassiste Riccardo Del Fra, en première partie, puis à quatre brillants étudiants actuels ou récents du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dont Del Fra dirige le département Jazz et Musiques Improvisées, et où enseigne Pierre de Bethmann. Jean-Luc Caradec Sunset-Sunside, 60 rue des Lombards, 75001 Paris. Les 13 et 14 mars à 21h30. Tél. 01 40 26 46 60. Places  : 20  € . Le Méridien étoile Bai Kamara Jr Le chanteur et guitariste revient à l’Afrique. Le retour en Sierra Leone de Bai Kamara Jr. Il a grandi loin de la terre natale africaine de ses parents, la Sierra Leone  : sa formation musicale et scolaire s’est déroulée en Angleterre et c’est de Belgique qu’il a pris son envol de musicien. « J’ai été prédestiné à vivre mon enfance, mon adolescence et ma vie d’adulte entre deux continents, l’Afrique et l’Europe, Claudia Vasquez Michael Chia
D. R. mais les sons et les rythmes africains ont toujours vécu en moi » résume-t-il. Après un beau parcours de leader entamé avec un premier album solo en 2001 et de prestigieuses collaborations comme sideman (de Youssou N’Dour à Vanessa Paradis), Bai Kamara Jr signe aujourd’hui un disque solitaire et profond dans lequel il a enregistré toutes les voix et parties instrumentales. Un disque de blues personnel, sensible et coloré, où il renoue avec l’héritage de ses modèles Big Bill Bronzy ou encore John Lee Hooker. « Le projet «Salone» (qui signifie Sierra Leone en langue krio) me permet enfin une plongée dans mes racines africaines. Jamais auparavant je n’avais eu la force d’entreprendre ce travail. Bien que je sois né en Sierra Leone, je n’ai jamais joué ou fait de la musique en Afrique… » confie-t-il. La voix est chaude, la guitare mordante, et le cœur gros comme ça, nourri du besoin irréversible de remonter le temps africain de son existence. Jean-Luc Caradec Le Méridien étoile, 81 bd Gouvion-Saint-Cyr, 75017 Paris. Samedi 14 mars à 20h30. Tél 01 40 68 30 42. PARIS/JAZZ Au Studio de l’Ermitage Un mois de voyages musicaux sur les hauteurs de Ménilmontant.'11}111 11 Iii 1L'L111 L’accordéoniste manouche Marcel Loeffler, le 19 mars au Studio de l’Ermitage. On ne présente plus cette salle de l’Est parisien où la musique se partage en toute chaleur et simplicité. Quelques-uns des meilleurs musiciens du monde en ont fait leur jardin parisien préféré. Au programme ce mois-ci  : le guitariste et chanteur Tiganá Santana, nouvelle star de la musique brésilienne, venu présenter pour la première fois à Paris les chansons de son quatrième album Vida-Código (le 16 mars) ; l’accordéoniste et compositeur Didier Ithursarry dans le répertoire tout neuf d’un nouveau trio avec le flûtiste Joce Mienniel et le guitariste Pierre Durand (le 18) ; ou encore, un autre accordéoniste, manouche celui-là, Marcel Loeffler en quintet qui vient de signer sous le titre Anthologie un disque délectable de charme, de swing et de musicalité (le 19). Jean-Luc Caradec Studio de l’Ermitage, 8 rue de l’Ermitage, 75020 Paris. Les 16, 18 et 19 à 21h. Tél. 01 44 62 02 86. NEW MORNING/JAZZ – POP Robin McKelle Nouvel album de reprises de chansons signées ou popularisées par des femmes, de Billie Holiday à Amy Winehouse. La chanteuse/songwriter américaine signe avec son nouvel album Alterations un opus paradoxal, à la fois disque de reprises d’autres chanteuses mais aussi œuvre profonde et intime. Il faut dire que Robin McKelle a démarré ce projet dans un état de solitude et désarroi assez intenses, sans argent, sans producteur, enfermée seule chez elle dans le cocon de son studio new-yorkais où elle D. R. Jack Yam, courtesy of Esplanade - Theatres on the Bay L’américaine Robin McKelle est de retour, au milieu d’une carrière déjà jalonnée de sept réalisations, dans un répertoire (féminin) de reprises. aime se retirer pour ne plus penser qu’à la musique… « J’étais au fond du trou mais je me suis relevée. J’ai décidé de me lancer sans rien entre les mains  : que des chansons, des histoires et ma voix » se souvient-elle. Des 200 chansons dans lesquelles elle s’est d’abord plongée, il n’en reste que dix au menu de cet album gorgé d’émotion et de feeling, toutes l’œuvre de femmes musiciennes au destin chahuté ou à la sensibilité exacerbée, de Billie Holiday à Amy Winehouse, Janis Joplin ou Joni Mitchell. Robin McKelle sait sans complaisance, dans une quête essentielle, partager leurs amours déçues, leurs joies éphémères et leurs désespoirs. Jean-Luc Caradec New Morning, 7-9 rue des Petites-écuries, 75010 Paris. Les 16 et 17 mars à 21h. Tél. 01 45 23 51 41. Théâtre Claude Lévi-Strauss, Musée du Quai Branly/ciné-concert créé par Garin Nugroho/musiques de Rahayu Suppangha ET Iain Grandage Setan Jawa Le musée du quai Branly – Jacques Chirac accueille un splendide ciné-concert symphonique où cinéma, gamelan indonésien et orchestre occidental dialoguent de manière vibrante. Setan Jawa, ciné-concert symphonique au musée du quai Branly. Un film muet indonésien accompagné par un ensemble de gamelan et ses percussions en bronze auquel répondent des instruments occidentaux  : Setan Jawa raconte l’histoire d’un Faust javanais au début du xx e siècle. Le compositeur indonésien Rahayu Suppangha a créé la musique interprétée par l’ensemble de gamelan Garasi Seni Benawa, et le compositeur australien Iain Grandage a écrit la partie occidentale de l’œuvre pour l’orchestre symphonique Le Balcon. Les musiciens sont réunis sur scène au pied d’un grand écran sur lequel est projetée l’histoire de Setio, pauvre villageois qui scelle un pacte avec le diable afin de gagner le cœur de la riche Asih. Mariage fascinant entre les formes expressives et histoire palpitante où s’affrontent l’amour et le mal, ce spectacle original et inventif permet aux images de déployer délicatesse et puissance mystique dans un dialogue musical entre vingthuit musiciens de premier ordre. Catherine Robert Théâtre Claude Lévi-Strauss, musée du Quai Branly – Jacques Chirac, 37 quai Branly, 75007 Paris. Du 20 au 22 mars 2020. Vendredi à 20h ; samedi à 18h ; dimanche à 17h. Tél. 01 56 61 71 72. Spectacle conseillé à partir de 12 ans, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité du jeune public. SAMEDI 4 AVRIL À 20H30 MUSIQUES IMPROVISÉES ET RAP Théo Ceccaldi Trio Al Akhareen Osloob & Naïssam Jalal GUITARES Au iiEFFRI 8°FESTIVAL INTERNATIONAL DE GUITARE - MONTROUGE RICK ANNECARII AXEL BAVER 5C NIT DE LA GUITARE CLASSIQUE L FU PING LIU GERARD Mn JEREMY JOUVE SBORDER BLUES MILZWIIIALM — I - VINC T SEGA AINACOUE VEAU SALON DE LA BELLE GUITARE EXPOSITION  : Luthiers artisans/accessoires/40 CONCERTS DE DEMONSTRATION - STUDIOS D'ESSAI @tee eee." Art « Mg 1-1 à sia.urengehmis 19-20 Maison de la MUSIQUE de nanterre www.maisondelamusique.eu *AP LA TERRASSE 187x121(THEÓ CECCALDI TRIO).indd 1 10/02/2020 09:43 Le 20 de 16h à 20h Le 21 de 11hà20h Le 22 de 11h à 18h CONCERTS : Plein tarif 25 € /Tarif réduit 20 € /Pass 3 jours 60 € /CONCERTCLASSIQUE Plein tarif 20 € /Tarif réduit 15 € SALON  : 5 € /Pass 3 jours 10 € (Gratuit pour les moins de 10 ans) - RÉSERVATION  : www.guItaresaubeffrolcom':. TS.Fge.1ÇSF.7 "11:11rcn Le Beffroi - 2 Place Émile Cresp - 92120 Montrouge Cedex - ACCÈS  : MétroO - Station Mairie dertilontro leuge'-‘Bu1:871126e718/45 jazz/musiques du monde/chanson 51 la terrasse 285 mars 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88