La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
théâtre 40 la terrasse 285 mars 2020 I. 1 _.AppStore la terrasse la terrasse Illugagen pantuf a d" ceirt de Mare, ulienisn il met « I lei » dr P7111114 ai 4i Uk Nene 114gçlp4. lawilen pauphpa de I Jizerri Carde, mer en echer Robe.1461e Lbent d'aptes parer vo « ner Filleareve.rrfOril fri ; serra « Cédrc Gewirek4 le> Cd:nlift pk:iy Critique Virginia à la bibliothèque En tournée/D’après Virginia Woolf/Mes Edith Amsellem Avec Virginia à la bibliothèque, adaptation de l’essai Un lieu à soi de Virginia Woolf, Edith Amsellem poursuit son aventure théâtrale hors des salles de spectacle et des clichés liés au féminin. Au milieu des livres, la pensée de l’auteure anglaise nous parvient dans toute sa singularité non dénuée d’humour. L’appli de référence sur le spectacle vivant en France Disponible gratuitement sur google play et AppStore. www.journal-laterrasse.fr Pour Edith Amsellem, c’est là où on ne l’attend pas que le théâtre doit trouver sa place. Avec sa compagnie ERd’O fondée en 2011, elle mène un travail tout-terrain autour de Marseille où elle est basée, et sur de nombreux autres territoires. À Châtillon par exemple, riche d’un théâtre tourné, lit-on sur son site internet, vers « la création transdisciplinaire et les expériences inédites pour la scène et l’espace public ». Artiste associée au lieu depuis le début de la saison, l’artiste a pu proposer le 27 février 2020 sa nouvelle création dans le type d’espace pour laquelle elle a été conçue  : une bibliothèque. À 10h du matin ce jour-là, c’est à une classe très largement masculine du Lycée professionnel Louis Girard de Malakoff qu’est présenté Virginia à la bibliothèque. L’occasion pour Edith Amsellem de vérifier la pertinence de sa démarche  : donner à entendre la pensée de Virginia Woolf (1882-1941) à tous, dans des équipements municipaux peu familiers du milieu théâtral, sinon sous forme de contes. La comédienne Anne Naudon, fidèle collaboratrice d’Edith Amsellem, saurait-elle intéresser son public de garçons aux analyses de Un lieu à soi – titre de la nouvelle traduction de l’essai A room of one’s own par Marie Darrieussecq, parue en 2016 – consacré aux rapports de la femme à l’écriture ? Une question aux airs de défi. Remporté, avec les honneurs du jeune jury. Une louve parmi les livres C’est une bibliothécaire qui introduit la pièce. Elle explique que dans le cadre des rencontres organisées par la médiathèque, elle et son équipe ont cette fois décidé d’inviter un esprit. Celui de l’auteure de Mrs Dalloway, qu’elle présente avant de laisser un de ses collègues appeler la défunte par l’intermédiaire d’un ballon blanc fraîchement gonflé. Comme elle l’a fait dans les terrains multisports investis pour ses Liaisons dangereuses d’après Laclos (2012) ou dans les aires de jeux où elle a situé son Yvonne, princesse de Bourgogne, Edith Amsellem crée ainsi un espace de rencontre entre le théâtre et la vie. Car si elle apparaît Théâtre Jean Arp/d’après William Shakespeare/adaptation et mes Julien Kosellek Macbeth Pour raconter et jouer Macbeth, Julien Kosellek met en scène un chœur cosmopolite de cinq femmes. Entre théâtre, récit et musique, il va au cœur du cauchemar shakespearien. Le Macbeth de Julien Kosselek. Dans Kohlhaas (2016) mis en scène par Julien Kosellek, une seule comédienne, Viktoria Kozlova, interprétait le personnage éponyme et tous les autres rôles de la pièce de Marco Baliani. Son Macbeth fait preuve de la même liberté de distribution. C’est cette fois non pas une, mais cinq femmes qui se partagent le plateau. On retrouve Viktoria Kozlova, accompagnée de Laura Clauzel, Ayana Fuentes Uno, Sophie Mourousi et de Tatiana Spivakova. À la fois narratrices et personnages de cette adaptation de la pièce de Shakespeare, ces artistes issues de cultures et de formations diverses y chantent aussi. Elles y jouent de la musique et transforment à vue leur espace de jeu au gré du récit. Ensemble et avec joie, elles « interrogent l’univers patriarcal et vieillissant, extrêmement masculin » du Macbeth original, explique le metteur en scène. À la frontière du rêve et de la réalité, elles poursuivent à leur manière l’exploration shakespearienne des ressorts de la cruauté. Anaïs Heluin Théâtre Jean Arp, 22 rue Paul-Vaillant- Couturier, 92140 Clamart. Les 24, 27 et 28 mars 2020 à 20h30 et le 26 mars à 19h30. Tél. 01 71 10 74 31. Romain Kosellek Virginia à la bibliothèque. d’abord sous les voiles d’un fantôme, c’est une Virginia Woolf pleine d’énergie qu’incarne bientôt Anne Naudon. Dans une bibliothèque augmentée par la compagnie de petits détails fantastiques – une plante qui remue toute seule, une poubelle tout aussi autonome, ou encore des éclairages intrépides –, la comédienne nous offre une traversée intimiste et mouvementée des rapports entre femme et fiction au cours de l’Histoire. Rieuse et bondissante, elle excelle à porter le rythme échevelé du flux de conscience de l’auteure anglaise, son humour et sa détermination à faire littérature d’une souffrance liée à sa condition de femme et à la menace de la folie. Le cri de la louve Woolf résonne parmi nous. Il nous invite à mesurer l’évolution de la place de la femme dans les arts. Et à poursuivre le combat, parmi les livres mais aussi loin d’eux, dans la vie. Anaïs Heluin région/bonlieu scène nationale d’annecy/De Marius von Mayenburg/mes Pierre Pradinas Le Moche Une tête bien pleine mais mal faite cherche les moyens de la séduction… Après Faust, voici Lette, un ingénieur trop moche pour présenter ses travaux  : rire et vertige garantis ! La comédienne Romane Bohringer. Inventeur d’un convecteur électrique révolutionnaire, le génial Lette est en passe de faire la fortune de son entreprise et d’assurer sa propre gloire. Mais son patron le trouve trop laid pour assurer la publicité de son œuvre et le contraint à passer sous le bistouri miraculeux d’un chirurgien pour devenir attirant et crédible. Lette accepte le diktat des apparences et découvre le cauchemar qui suit la réalisation de son rêve  : tout le monde veut désormais ressembler à Lette tant il est beau. Quatre interprètes dont Romane Bohringer, la musique de Christophe « Disco » Minck et Pierre Pradinas à la mise en scène  : en avant pour une plongée dans l’absurde ! Catherine Robert Bonlieu - Scène nationale d’Annecy, 1 rue Jean-Jaurès, 74000 Annecy. Du 9 au 13 mars 2020. Tél. 04 50 33 44 11. www.bonlieu-annecy.com D. R. Médiathèque Albert Camus, avec le Théâtre Marelios, 83160 La Valette-du-Var. Le 5 mars à 18h30. Tél. 04 94 23 62 06. Également programmé par la Nouvelle scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise (95) le 8 mars ; par Le Dôme Théâtre, Albertville (73) du 31 mars au 3 avril ; par le Théâtre Le Sémaphore, scène conventionnée Port de Bouc (13) le 30 avril ; au Festival Scènes de Rue à Mulhouse (68) les 17 et 18 juillet. Et en tournée dans le cadre des dispositifs d’action culturelle de la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône du 11 mars au 17 avril. Spectacle vu le 27 février 2020 à la médiathèque de Châtillon, programmé hors-les-murs par le Théâtre de Châtillon. région/La Manufacture – CDN Nancy Lorraine Festival Ring 2020 Le festival des arts vivants s’installe à la Manufacture et autres lieux nancéens pour sa septième édition. Je ne suis pas un astronaute de Raphaël Gouisset au festival Ring. Pendant onze jours, le festival Ring propose une programmation donnant à voir la création théâtrale dans toutes ses formes, avec un accent sur les spectacles en prise avec les nouvelles technologies. Le coup d’envoi est donné le 1er avril avec Résiste, une création collective sous la direction de Johanne Humblet, qui renouvelle l’art du fil et du funambule. Les pratiques numériques s’invitent ensuite dans Je ne suis pas un astronaute de Raphaël Gouisset ou dans Macbeth, Qui a peur du loup, deux opéras inédits sous casque audio mis en scène par Matthieu Roy. Côté théâtre, Julia Vidit met en scène La Bouche pleine de terre de Branimir Šcepanovic tandis que Isabelle Gyselinx explore dans Nadia la montée de l’extrémisme. Que sera l’homme de demain ? C’est la problématique d’Ersatz, théâtre d’objets futuriste de Julien Mellano. La danse n’est pas oubliée avec Yours, Virginia, et Cela nous concerne tous qui réunissent au cours d’une même soirée le ballet de l’Opéra national du Rhin et le CCN - Ballet de Lorraine. Isabelle Stibbe La Manufacture – CDN Nancy Lorraine. Du 1er au 12 avril 2020. Tél. 03 83 37 42 42. www.theatre-ma Vincent Beaume Lou Sarda
D. R. Pierre Genisson BOULOGNE-BILLANCOURT/vincennes/CLARINETTE ET ORCHESTRE « Swing, a Benny Goodman Story »  : un hommage au grand clarinettiste américain des années 30-40, de Sweet Georgia Brown à Stravinsky. Théâtre DES CHAMPS-éLYSéES/MUSIQUE BAROQUE Ensemble Les Surprises La soprano Eugénie Lefebvre et le baryton Etienne Bazola répondent à l’invitation du jeune ensemble français pour un programme amoureux autour de Purcell. Louis-Noël Bestion de Camboulas et son ensemble Les Surprises sont les invités des Concerts du Dimanche matin le 8 mars à 11h. Formation emblématique d’une nouvelle génération d’interprètes baroques français bien décidés à ne pas marcher trop docilement dans les pas de leurs glorieux aînés, l’Ensemble Les Surprises a vu le jour en 2010 à l’initiative de la violiste Juliette Guignard et de l’organiste Louis-Noël Bestion de Camboulas. Leur passion est l’opéra des xvii e et xviii e siècles, d’où le nom qu’ils se sont choisi en référence à l’opéra-ballet Les Surprises de l’Amour de Jean-Philippe Rameau. Pour ce concert dominical sur lequel planera le souvenir du regretté Jean-Claude Malgoire, disparu le 14 avril 2018 à l’âge de 77 ans et qui fut un compagnon de route des plus fidèles des Concerts du dimanche matin, les interprètes regardent de l’autre côté de la Manche. Leur programme, entièrement consacré à Purcell, est inspiré par l’amour à travers des extraits de The Fairy Queen, Don Quixote, Dido and Aeneas, King Arthur ou The Indian Queen et même quelques pages inédites ! Jean Lukas Théâtre des Champs-élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Dimanche 8 mars à 11h. Tél. 01 49 52 50 50. D. R. Ce jeune trentenaire marseillais compte parmi les éminentes personnalités de la scène internationale de la clarinette, et l’un des plus dignes représentants de l’école des vents française mondialement reconnue. Il fut distingué lors des concours CarlNielsen et Jacques Lancelot de Tokyo. Après deux premiers opus sur le label Aparté (un programme de musique française en 2014 puis les quintettes de Mozart-Weber en 2017), il vient de créer la surprise en rendant hommage au clarinettiste Benny Goodman. Figure historique de l’histoire du jazz, par sa musique mais aussi par le courage qui fut le sien lorsqu’il décida d’être, dans l’Amérique raciste des années 30, le premier musicien blanc à inviter des musiciens noirs, Benny Goodman sut aussi nouer des collaborations avec des compositeurs classiques, bien avant la déplorable mode du cross over souvent prétexte au n’importe quoi. MAISON DE LA MUSIQUE DE NANTERRE/MUSIQUE CONTEMPORAINE 111011111111 King of swing Trois œuvres, au programme de cet album et de ce concert exceptionnel, toutes comclassique/opéra Miroirs sur l’Atlantique L’ensemble TM+ et le Brightwork Newmusic de Los Angeles croisent leurs regards entre l’Europe et l’Amérique dans un concert de musique contemporaine. Darren Chan = e Quatre pièces pour deux ensembles  : dans ce concert à la Maison de la musique de Nanterre, l’ensemble en résidence, TM+, dirigé par Laurent Cuniot, s’associe à l’ensemble américain Brightwork new music pour faire résonner des partitions nourries de culture francoaméricaine. Avec la soprano Muriel Ferraro, ils interpréteront une création de Hugh Levick, Shards, « un jeu de réflexions multiples à propos du sens de l’histoire et de la catastrophe », qui est également une sorte de transposition musicale de l’aquarelle de Paul Klee l’Angelus Novus. Les autres œuvres se partagent entre compositeurs américains comme SteveReich (Double Sextet) ou Alexandra Gardner (Migrations) et un compositeur français d’origine grec, AlexandroMarkeas (Psycho). Isabelle Stibbe Maison de la musique de Nanterre, 8 rue des Anciennes-Mairies, 92000 Nanterre. Vendredi 13 mars à 20h30. Tél. 01 51 37 94 20. nivistenget D. R. D. R. Le clarinettiste Pierre Genisson, nouvelle star française de son instrument. MUSéE D’ORSAY/MUSIQUE DE CHAMBRE rejoignez-nous sur Avec les musiciens de l’Orchestre de Paris Les rendez-vous chambristes des musiciens de la phalange symphonique parisienne se poursuivent dans un cycle en forme d’hommage à Gustav Mahler et à ses contemporains. Le compositeur Erich Wolfgang Korngold, adolescent. Deux immenses compositeurs viennois, dont l’œuvre se situe dans le prolongement de celle de leur aîné Gustav Mahler, sont réunis à ce programme « de midi ». Le premier, Erich Wolfgang Korngold, né à Brno en 1897, va bientôt fêter ses 14 ans lorsque Mahler meurt le 18 mai 1911. Mais le jeune homme, enfant prodige adulé par la société viennoise, a déjà eu l’occasion d’être présenté à Mahler qui crie aussitôt au génie. Sur le départ pour les états-Unis, il doit renoncer à le prendre pour élève, mais l’oriente vers Alexander von Zemlinsky (1871–1942), l’autre compositeur au programme de ce concert, qui deviendra son professeur. Korngold triomphera dans le domaine de l’opéra avec Die Tote Stadt (La Ville morte) en 1920, avant de devoir fuir l’Europe et le nazisme et de devenir un géant de Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr OB Art posées pour lui par des géants du xx e siècle, témoignent de sa modernité et de son aura  : le Concerto pour clarinette d’Aaron Copland, Prélude Fugue et Riffs de Leonard Bernstein et l’Ebony Concerto d’Igor Stravinsky. Quelques grands standards immortalisés par the « King of Swing », à redécouvrir dans des arrangements d’expert signés Bruno Fontaine, sont aussi au programme  : Sweet Lorraine, Sing sing sing, Stomping at the Savoy, Chicago, Sweet Georgia Brown… Avec Bruno Fontaine au piano et le BBC Concert Orchestra dirigé par Keith Lockhart. Jean Lukas La Seine Musicale, Ile Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt. Samedi 7 mars à 20h30. Tél. 01 74 34 53 53. Auditorium Jean-Pierre-Miquel de Vincennes, 98 rue de Fontenay, 94300 Vincennes. Samedi 25 avril à 20h30. Tél. 01 43 98 68 33. (en duo  : Pierre Genisson, clarinette/Bruno Fontaine, piano). la musique de cinéma à Hollywood. On pourra découvrir avec émotion son Trio pour piano et cordes en ré majeur, op. 1, œuvre de jeunesse composée en 1908-1910. En deuxième partie de programme, Alexander von Zemlinsky, dernier géant de l’ère post-romantique viennoise, sera lui aussi à l’honneur avec l’un de ses premiers opus, son Trio pour piano, clarinette ou alto et violoncelle en ré mineur, composé à l’âge de 15 ans. Jean Lukas Auditorium du musée d’Orsay, 1 rue de la Légion-d’Honneur, 75007 Paris. Mardi 17 mars à 12h30. Tél. 01 40 49 48 14. MUSÉE DU LOUVRE/VOIX ET ORCHESTRE Novecento La saison italienne de l’Auditorium du Louvre découvre le tournant du xx e siècle avec un concert de la soprano Marie-Laure Garnier et du Secession Orchestra. La soprano Marie-Laure Garnier La richesse des collections italiennes du Musée de Louvre, encore renforcée récemment par les chefs-d’œuvre rassemblés pour l’exposition « Léonard de Vinci », a vu son pendant musical baroque et romantique fortement illustré depuis le début de la saison. L’époque suivante, marquée par l’opéra vériste de Mascagni ou Puccini – dont la jeune et brillante Marie-Laure Garnier aborde ici quelques airs –, est riche d’expériences où, dans la lignée de toute la tradition musicale italienne, le savant se mêle au populaire, comme chez Respighi, Tosti puis un peu plus tard Nino Rota. Quelques pépites ont été dénichées pour ce concert par le chef Clément Mao-Takacs. Jean-Guillaume Lebrun Auditorium du Louvre, musée du Louvre, 75001 Paris. Mercredi 18 mars à 20h. Tél. 01 40 20 55 00. classique/opéra 41 la terrasse 285 mars 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88