La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
hors-série – visages de la danse 2020 X la terrasse 285 mars 2020 entretien/Josephine AnnEndicott et Bénédicte Billet Les sept péchés capitaux/N’ayez crainte Théâtre de la Ville, Théâtre du Châtelet/Chor. Pina Bausch Créé en 1976, cet opéra dansé, première œuvre de Pina Bausch présentée à Paris, a été remonté il y a peu. Nous avons interrogé Josephine AnnEndicott et Bénédicte Billet, interprètes historiques de Pina Bausch, chargées de transmettre cette pièce à de plus jeunes danseurs. Jo AnnEndicott, vous avez créé le rôle d’Anna II avec Pina Bausch en 1976. Quels sont vos souvenirs ? Jo AnnEndicott  : Cela fait très longtemps ! La particularité des Sept péchés capitaux est que le texte de Bertolt Brecht préexistait à la danse. Donc elle avait une histoire à déployer. Nous avons fait beaucoup d’essais et ce fut difficile. À un moment, nous étions dans une impasse. J’étais si frustrée de ne pas trouver de réponses aux questions de Pina que j’ai commencé à jeter par terre les meubles qui servaient de décor. Elle l’a inclus dans la pièce. Avec Pina c’était de longues journées de travail, et ce n’était jamais fini, jusqu’à ce qu’elle sente que c’était juste. La deuxième partie, avec les chansons, la musique de Kurt Weill, fut sans doute plus facile pour elle car elle était très musicale. Comment le public percevait-il une pièce comme celle-là en 1976 ? Jo AnnEndicott  : À l’époque, cela a créé un choc. Le public était surpris par l’aspect si émotionnel, si sincère, si débordant de Pina Bausch. La seconde partie, N’ayez crainte, avec les chansons et les airs de Kurt Weill, remportait toujours un grand succès. Dans ce « deuxième acte », les hommes étaient habillés Ils n’ont rien vu Thomas Lebrun mardi 17 mars 20 h 30 comme des femmes, en robe et talons hauts, ce qui était à la fois très drôle et très étrange. Il n’en restait qu’un seul, habillé en homme. C’était très pertinent, car ce qui est décrit sur scène est un monde d’hommes qui voient les femmes comme des proies à violer. « C’est un travail constant de rester vrai, de ne pas trop charger, de juste faire ce qu’il faut. » Bénédicte Billet Pensez-vous que la pièce de Brecht et les thèmes soulevés sont plus difficiles à faire passer auprès des jeunes d’aujourd’hui ? Bénédicte Billet  : À l’époque de #MeToo les thèmes soulevés par Pina sur la façon dont sont traitées les femmes ne manquent pas de résonnances. Ça n’a pas beaucoup changé. Je pense qu’au niveau musical, les jeunes sont toujours touchés par ces mélodies, et qu’ils les connaissent. D’ailleurs, les Doors ont repris Alabama Song. C’est une pièce qui reste extrêmement forte et peut émouvoir énormément un public d’aujourd’hui. Distopia Patricia Guerrero samedi 28 mars 20 h 30 + Bal flamenco à l’issue du spectacle L’Onde Théâtre Centre d’art, Scène Conventionnée d’Intérêt National – Art et Création pour la Danse 8 bis avenue Louis Breguet 78140 Vélizy-Villacoublay www.londe.fr Comment la transmettez-vous ? Jo AnnEndicott  : La dernière fois que je l’ai dansée, c’était il y a deux ans, j’ai dansé mon propre rôle dans la deuxième partie. Et j’ai interprété Anna II jusqu’à presque 60 ans ! Mais il était temps que je passe la main. J’ai trouvé une très belle danseuse, Stephanie Troyak, et je suis très heureuse du résultat. Ces anciennes pièces font partie intégrante de moi. J’ai dansé Les Sept péchés pendant quarante-deux ans, j’ai vécu avec ce rôle. Quand vous l’enseignez à une autre, vous avez une telle connaissance de ce que l’on y ressent, de ce à quoi la danse doit ressembler, que vous y passez de longues heures de répétition. C’est très intense, car vous voulez tellement qu’elle comprenne toutes les nuances, toutes les couleurs et toutes les émotions que vous traversez… Transmettre, c’est comme infuser la moitié de vous-même à cette personne, lui livrer tous vos secrets pour l’aider à réussir ce qu’elle a besoin d’être. Bénédicte Billet  : C’est un travail constant de rester vrai, de ne pas trop charger, de juste faire ce qu’il faut, ni plus, ni moins. Il faut rester honnête et se poser les bonnes questions. Ce qui est important c’est de ne pas mettre de mots qui ne seraient pas justes, de ne pas Théâtre Louis Aragon/Chor. Filipe Lourenço, Pauline Sonnic ET NolwennFerry Nocturne danse #35 Des fest-noz aux danses du Maghreb, la compagnie C’hoari comme Filipe Lourenço revisitent la tradition. Pulse(s) de Felipe Lourenço. C’est sur le parvis du Théâtre Louis Aragon que s’ouvre ce 33 e Nocturne danse. Pauline Sonnic et NolwennFerry y dansent Tsef Zon(e) pour lequel elles s’inspirent des fameuses fêtes populaires bretonnes. De rondes en martellements de pieds, elles partagent un moment de grâce virevoltante et de complicité enjouée. Puis dans le noir de la salle de spectacle Filipe Lourenço, artiste en résidence, interprète Pulse(s). Dans ce solo le chorégraphe, formé tout jeune aux danses traditionnelles du Maghreb, porte son attention sur les frappes de pieds et ondulations de bras de cet héritage. Il nous offre ainsi une traversée humaine terriblement vivante, actuelle. Delphine Baffour Théâtre Louis Aragon, 24 bd de l’Hôtel-de- Ville, 93290 Tremblay-en-France. Le 13 mars à 20h30. Tél. 01 49 63 70 58. Durée  : 1h30. Dans le cadre du festival Séquence Danse Paris. Aude Arago Josephine AnnEndicott et l’ensemble du Tanztheater Wuppertal dans N’ayez crainte. déformer les pensées de Pina. Il est sûr que la façon de transmettre se modifie au cours des ans et des reprises. On essaie de ne pas revenir à l’origine, mais sans trahir ce que Pina a mis dans sa pièce, sachant que Pina aussi a évolué au cours de sa carrière. En tant que répétitrice « Le public était surpris par l’aspect si émotionnel, si sincère, si débordant de Pina Bausch. » Jo AnnEndicott de la compagnie, j’étais assise à côté de Pina pendant les reprises, mais c’est elle qui prenait les décisions. C’est très différent d’être répétitrice ou d’essayer de retrouver ce que Pina voulait dire ou montrer. Propos recueillis par Agnès Izrine Théâtre du Châtelet, place du Châtelet, Du 24 au 29 mars. Du 24 au 28 à 20h. Le 29 à 15h. Tél. 01 42 74 22 77. Durée 2h25 avec un entracte. Centre Culturel Aragon Triolet/Festival Orly Temps Danse Orly Temps Danse célèbre l’énergie et la beauté des corps en mouvements. Dans l’engrenage de Mehdi Meghari Le festival Orly Temps Danse revient et accueille six compagnies pour neuf représentations. Les Footballeuses de Mickaël Phelippeau déconstruisent avec humour les clichés sexistes qu’elles subissent, quand Mehdi Meghari avec Dans l’engrenage dénonce la course à laquelle nous mènent nos désirs sans fin. Les danses urbaines sont à l’honneur avec Mehdi Slimani qui dans C’Franc les marie à la chanson française, avec Ballet Bar de la compagnie Pyramid qui manie aussi les acrobaties et le mime, ou encore avec les Scènes Hiphop pendant lesquelles vont se produire de jeunes Orlysiens. Leurs parents ne seront pas en reste, qui pourront danser sur les mélodies folk d’Odela Quartet. Last but not least L’aimant, spectacle déambulatoire d’Antoine Le Ménestrel, comme Fuera Fissa, tag gestuel du Groupe Tango Sumo, inviteront tout le monde en plein air. Delphine Baffour Centre culturel Aragon-Triolet, 1 place Gaston- Viens, 94310 Orly. Du 6 mars au 24 avril. Tél. 01.48.90.24.24. Meyer Originals Amel Pain
xnaawao sol XI109DS eIDuo ! IDN OU ?) S focus Les rendez-vous chorégraphiques de Sceaux La Pastorale Chorégraphie Thierry Malandain/Malandain Ballet Biarritz Musique Ludwig van Beethoven (6 e symphonie « Pastorale », Cantate op.112, extraits des Ruines d’Athènes) Du vendredi 24 au dimanche 26 avril Möbius Création collective Coproduction Une création de la Cie XY avec Rachid Ouramdane Du mardi 5 au jeudi 7 mai Gravité Création 2018 Chorégraphie Angelin Preljocaj/CCN d’Aix-en-Provence Musiques Maurice Ravel, JohannSebastian Bach, Iannis Xenakis, Dimitri Chostakovitch, Daft Punk, Philip Glass, 79D Du vendredi 15 au dimanche 17 mai 14’20/Falling Angels/Petite Mort Ballet de l’Opéra national de Lyon Chorégraphie Jirí Kylián Du mercredi 27 au vendredi 29 mai Tél. 01 46 61 36 67 I Adaptation graphique Naïs Kinet/Atelier Michel Bouvet. Photographie DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88