La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
hors-série – visages de la danse 2020 VIII la terrasse 285 mars 2020 Il URI II Mn II FM...:...:... RIR II RIR II ROI II O▪ B ▪ 0 if.. DU 12 MARS OBL. AU 06 AVRIL..... 2020 am PO BO MM. BI..0 àff. BOU.0.1...M.1. O. MI II. O. N▪ A. de UR U OB. UNE IMMERSION DANS LE PAYSAGE e CHORÉGRAPHIQUE ▪ emE ÉDITION LE GYMMSE CHRISTOPHE PÉAN - « ERRANCES » AUGUSTE OUÉDRAOGO L’institut du monde arabe présente 18 MARS - 26 JUIN 2020 LE PRINTEMPS DE LA DANSE ARABE Inrockuptibles la'ferrasse am am am am 11 URI I INSTITUT DU MONDE ARABE I DU 18 AU 24 MARS CENTQUATRE - PARIS I DU 9 AU 29 MARS MUSÉE NATIONAL DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION I 24 ET 25 AVRIL THÉÂTRE JEAN - VILAR DE VITRY I 26 AVRIL CHAILLOT - THÉÂTRE NATIONAL DE LA DANSE I DU 5 MAI AU 13 JUIN RENCONTRES CHORÉGRAPHIQUES INTERNATIONALES DE SEINE - SAINT - DENIS I 6, 7, 19 ET 20 JUIN CND CENTRE NATIONAL DE LA DANSE I DU 15 AU 26 JUIN LA VILLETTE I 19 JUIN ATELIER DE PARIS I CDCN - FESTIVAL JUNE EVENTS I 23 JUIN INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS  : WWW.IMARABE.ORG entretien/Didier Deschamps La danse, théâtre du futur ? Chaillot-Théâtre national de la Danse Les Réalités réinventées par les nouvelles technologies vont-elles révolutionner la danse ? Sommes-nous face au théâtre du futur ? Réponses avec Didier Deschamps, directeur de Chaillot-Théâtre national de la Danse, qui propose de découvrir au fil de la saison des spectacles et activités liés à la recherche technologique en art. Qu’est-ce qu’apportent les nouvelles technologies, les « réalités réinventées » à l’aide de la VR (réalité virtuelle) ou de la VR-I (réalité virtuelle immersive) que l’on peut découvrir chez Gilles Jobin, la compagnie AΦE ou Adrien M. et Claire B. ? Didier Deschamps  : L’une des différences essentielles avec le spectacle traditionnel, c’est la situation du spectateur, puisqu’il est en déplacement, décide d’un certain nombre de séquences ou de la chronologie à suivre, dans un voyage solitaire ou en interagissant avec les personnes qui l’entourent. Virtuelles ou pas. Car on pourrait imaginer un spectacle virtuel auquel on assiste dans son fauteuil. La théâtralité emmène vers d’autres horizons, d’autres types de perception, puisque l’espace est à 360° et reproduit, de manière imaginaire, des décors ou des situations, en nous plaçant au milieu et non face à lui. Cela crée un certain nombre de sensations, réflexions, réactions totalement différentes, comme si on plongeait le spectateur dans un monde totalement inconnu. Il y a un rapport très fort, très sensible, à ce qui est perçu. Le spectateur est immédiatement transféré, téléporté dans un monde différent. Peut-on dire que c’est le théâtre du futur ? région/Pôle Sud, Strasbourg Une Maison, de Christian Rizzo, invité d’Extradanse. D. D.  : Les artistes ont toujours utilisé les technologies de leur époque. Ils sont souvent novateurs, dans la mesure où ils posent à leurs techniciens, aux laboratoires avec lesquels ils travaillent, un certain nombre de questions concrètes, très pratiques, qui demandent que l’on invente des réponses technologiques aux besoins ou situations créés. Quantité de laboratoires de recherche sont vraiment intéressés et partants pour collaborer avec des chorégraphes et danseurs. C’est un terrain d’expérimentation formidable, et ils n’hésitent pas à l’investir. Le spectacle vivant ne court-il pas le risque de disparaître ? D. D.  : Je suis persuadé que les nouvelles technologies vont permettre de se réapproprier l’usage corporel. Car les processus activés mettent en jeu le corps des artistes, des danseurs et des spectateurs. Je sais qu’il se prépare des spectacles comme La Veuve Joyeuse de Blanca Li où l’interaction va être continuelle entre spectateurs et danseurs dans l’espace réel, ce qui va permettre d’inventer de nouvelles modalités de communication et d’échanges. C’est toujours la représentation, et c’est aussi le futur qui entraîne d’autres façons de vivre le moment présent dans un environ- Festival Extradanse C’est dans le cadre de l’anniversaire des 30 ans de Pôle Sud que se tient la nouvelle édition d’Extradanse. Une édition teintée de fête et de souvenirs ! Trente ans que Pôle Sud développe son projet au cœur de la ville de Strasbourg, dans une attention très vive à la danse et à la musique, passant de « plateau pour la danse » à « scène de musiques actuelles », jusqu’à devenir « scène conventionnée musique et danse ». Sa labellisation ensuite en tant que Centre de Développement Chorégraphique National n’a pas entamé son goût pour la musique  : c’est ce que l’on retrouve notamment dans la programmation de ce festival de printemps, dans laquelle se tissent des liens intenses. Ainsi Marco Berrettini reprend-il de façon tout à fait loufoque la fièvre du disco dans sa reprise de Sorry, do the tour, tandis que Mark Tompkins fait de son Stayin alive une histoire toute personnelle, intime. En avant la musique Pour Emanuel Gat, c’est la chanson Sunny des années 60 qui sert de support à la magnifique composition d’Awir Leon pour sa lumineuse chorégraphie. Chez Maguy Marin, la partition est un support essentiel, à ceci près qu’il s’agit d’une partition composée d’éclats de rires ! C’est un bonheur de retrouver sa pièce Ha ! Ha !, mais aussi de découvrir en amont L’Urgence d’agir, le film que la chorégraphe a réalisé autour de l’emblématique May B et de sa démarche artistique. Enfin, pour une bonne dose d’électro et un DJ set autant chorégraphique que musical, il faudra rejoindre le chorégraphe Frank Micheletti métamorphosé en Yaguara pour un dance floor en forme « d’Extra » d’Extradanse ! Nathalie Yokel Pôle Sud, 1 rue de Bourgogne, 67100 Strasbourg. Du 24 mars au 9 avril 2020. Tél. 03 88 39 23 40. Marc Domage
Pawe Wyszomirski AφE Une spectatrice plonge, grâce à son équipement, dans le monde des « réalités réinventées » avec Whist de la compagnie AΦE. « Les nouvelles technologies donnent accès à l’au-delà de ce qui est physiquement possible. » nement donné. Cet environnement n’est pas toujours celui que nous avons imaginé, projeté, puisqu’il est créé par l’artiste qui nous a invités à partager son expérience. La danse comme « théâtre du futur » est-elle à la pointe de ces recherches ? D.D.  : Oui car les danseurs, chorégraphes, sont toujours confrontés à ce qui est possible ou ne l’est pas, quels que soient l’époque ou le niveau de virtuosité. Les nouvelles technologies donnent accès à l’au-delà de ce qui est physiquement possible, réalisable. Voilà de quoi provoquer une excitation incroyable chez les danseurs, d’autant que le propos consiste à donner cette capacité démiurgique aux spectateurs. Et qui n’a pas rêvé, un jour, d’être projeté dans les airs ou dans plusieurs espaces à la fois. Donc je pense que les danseurs, qui sont toujours confrontés à des limites concrètes, s’engouffrent très vite dans ces nouvelles capacités qu’ils ont toujours pressenties en eux. Quand un danseur ou une danseuse saute, il ou elle imagine dans sa tête et dans son corps la sensation de traverser l’espace. Si l’outil qui peut le permettre existe, même de façon imaginaire, on peut s’y intéresser. D’une manière générale, la danse a toujours été à la croisée des collaborations, des langages, avec cette curiosité et cette volonté de repousser sans cesse les limites. Peut-on penser qu’il y aura davantage de spectacles comme ceux-là dans l’avenir ? D. D.  : Je crois surtout que ce sera un élément scénographique des futurs spectacles. Ce sera utilisé sans doute aussi pour définir de nouvelles modalités d’échange avec le public. Peut-être que les nouveaux théâtres qui seront construits devront intégrer cette dimension-là. Cela va être passionant à imaginer. Propos recueillis par Agnès Izrine Chaillot-Théâtre national de la Danse, place du Trocadéro. 75116 Paris. Tél. 01 53 65 30 00. Compagnie AΦE, Whist du 10 au 20 mars. Compagnie Adrien M. & Claire B. Acqua Alta du 25 au 28 mars. Festival Immersion Danse L’étoile du Nord/Festival Un festival qui fait la part belle à la danse, à l’émergence et à l’imagination des artistes. «C’est toi qu’on adore» de Leïla Ka. L’étoile du Nord, petit théâtre du 18 e arrondissement de Paris, travaille essentiellement avec l’émergence pour valoriser la danse d’aujourd’hui. L’enjeu est de montrer une nouvelle génération de chorégraphes avec des messages à défendre, à partager, face à une population parfois un peu réticente face à la danse contemporaine. L’objectif de son directeur, Jean-François Munnier, est à travers ce festival d’amener le public à découvrir et apprivoiser la danse d’aujourd’hui. Il convie donc les compagnies à venir s’installer pendant une semaine sur le plateau du théâtre pour créer, expérimenter, redécouvrir une pièce, inviter d’autres artistes… C’est toi qu’on adore Santiago Codon Gras nous propose dans Carne Argentina une vision acérée de son pays, l’Argentine, avec son tango, ses gauchos, sa viande, ses footballeurs, où les femmes n’ont pas trop leur mot à dire. Leïla Ka nous propose un duo avec Alexandre Fandard, oscillant entre héros invincibles et corps vulnérables dans un combat singulier, création intitulée C’est toi qu’on adore. Le festival sera aussi l’occasion de rendre hommage à Mié Coquempot, disparue en octobre dernier, à travers trois pièces du répertoire de sa compagnie, K622, et une création dédiée dans un Programme NY School. Enfin une Carte Blanche à Lotus Eddé Khouri, Christophe Macé et Jean-Luc Guionnet nous invitent pendant une semaine à suivre Entrelac Jaune pour découvrir tous les recoins de l’Etoile du Nord dans un parcours danse, sculpture et musique. Agnès Izrine L’étoile du Nord, 16 rue Georgette-Agutte, 75018 Paris. Du 16 mars au 4 avril. Tél. 01 42 26 47 47. Graphisme  : Hartland Villa - Photo  : La Briqueterie Luc Boegly la briqueterie Cofinancé per le programme Europe créative de rUnlon européenne CDCN DU VAL-DE-MARNE MARS → JUIN 2020 AU PROGRAMME DANSE DENSE 05/03 Plateforme professionnelle - La Briqueterie DAVID DROUARD, MU 05/03 La Briqueterie - Fenêtre sur création 02/04 Théâtre Quartiers d’Ivry CDN PERFORMANCES & VIDÉO-DANSE 20/03 Les lieux de la danse - La Briqueterie Cie Ex Nihilo, Kitsou Dubois, Polish Dance, Chang Ching-Ju & Wi Jia-Jing Cie EX NIHILO - Stage Parcourir 20 au 24/04 La Briqueterie REPÈRES, CAHIER DE DANSE #45 Anna Halprin, un siècle de danse 21/04 Librairie du Théâtre du Rond-Point 29/04 Chaillot - Théâtre national de la Danse ATELIERS KALÉIDOSCOPE - La Briqueterie 19/03 David Drouard 23/04 Maxence Rey 28/05 Christos Papadopoulos 25/06 Clarisse Chanel et Marie Orts CHRISTIAN UBL, The King 06/05 Théâtre de Saint-Maur 13/05 La Briqueterie 13/06 Théâtre Quartiers d’Ivry CDN LES ORPAILLEURS, BÊTES DE SCÈNE – féminin 13/05 La Briqueterie - Fenêtre sur création JOURNÉE DES VOISINS #7 16/05 La Briqueterie Carte blanche à la Cie Ex Nihilo ALVISE SINIVIA & DAVID DROUARD 05/06 La Briqueterie Soirée CLEA Performances musique & danse INFOS ET RÉSERVATION 01 46 86 70 70 www.alabriqueterie.com La Briqueterie - 17 rue Robert Degert 94400 Vitry-sur-Seine $ ee 0,v vitry-sur-seine *IledeFrance w rem uuklice 1,1118.8-111.01 VAL de peA MARNE melel Le département hors-série – visages de la danse 2020 IX la terrasse 285 mars 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88