La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
théâtre 28 la terrasse 285 mars 2020 8 théâtres et acteurs culturels des Hauts-de-Seine entretien/Anne Courel Ces filles-là Théâtre Firmin-Gémier ET tournée/d’Evan Placey/MES Anne Courel Douze comédiennes professionnelles et huit adolescentes amateurs explorent les rapports entre le groupe et l’individu autour du thème du harcèlement. Anne Courel dirige ce chœur original avec enthousiasme. Comment avez-vous découvert le texte d’Evan Placey ? Anne Courel  : Lorsque je dirigeais le théâtre Théo Argence à Saint-Priest, je me suis particulièrement intéressée à la manière dont les artistes se saisissent d’un territoire et créent un projet original avec ses habitants. Que faire, en particulier, avec les 13-25 ans qui ne mettent pas les pieds au théâtre ? Comment prend-on langue avec ces jeunes ? Comment s’adresser à eux ? Ces questions m’ont conduite à m’intéresser à la question de l’adolescence, et depuis 2015, ma compagnie développe de nombreux projets qui mettent en lien direct des auteurs et des jeunes. À cette occasion, j’ai découvert l’œuvre d’Evan 27 FÉV. > 29 MARS Cartoucherie 75012 Paris T. 01 43 28 36 36 www.la-tempete.fr Antony Bagneux Châtenay-Malabry Châtillon Clamart G haut, de selve *IledeFrance m'Edo « la terrasse Placey, qui écrit des pièces très justes, en prise avec la réalité, dans une écriture jamais démagogique qui ne répond pas à tout mais s’inscrit dans l’urgence de la parole des ados, en permettant le dialogue entre eux et les adultes. Que raconte la pièce ? A.C.  : On se souvient de cette jeune fille, Amanda Todd, qui s’est tuée après que la photo de ses seins nus a circulé sur les réseaux sociaux. Mais la pièce dépasse le cadre de ce fait divers. Elle propose vingt voix de femmes, c’est-à-dire aussi vingt corps  : non seulement c’est un chœur, mais c’est aussi une masse de gens qui se tient devant nous. Je voulais L’ÉVEIL DU PRINTEMPS de Frank Wedekind adaptation et mise en scène Armel Roussel Fontenay-aux-Roses Issy-les-Moulineaux Malakoff Nanterre 20 ANS ! FESTIVAL MARTO.COM MARIONNETTES 29.02 › 14.03.20 & OBJETS « Les jeunes gens sont des experts en majorité silencieuse. » trouver la structure adéquate pour rendre compte de l’énergie que porte ce groupe. Les jeunes gens sont des experts  : non pas en théâtre mais en majorité silencieuse et en ressenti. Ils entendent parler d’histoires sordides tous les jours et toujours en se taisant. Ils savent ce que signifie une majorité silencieuse  : c’est elle le personnage principal de la pièce et c’est ce rôle-là que je voulais leur donner. Est alors né ce projet de monter la pièce avec douze comédiennes et huit ados amateurs qui ne parlent pas. D. R. Anne Courel. Comment trouvez-vous les jeunes amateurs ? A.C.  : Je travaille toujours en lien avec les théâtres qui accueillent les représentations. Le groupe change donc à chaque ville. On cherche des ambassadeurs de groupe, pas des comédiennes. MJC, centre social, atelier théâtre de la structure, classe de conservatoire  : notre seul critère est que les filles choisies racontent la diversité et aient envie de venir défendre cette histoire de harcèlement. Une fois le projet présenté, le travail est très rapide. Ça prend en cinq minutes ! Quatre services en amont pour rencontrer les comédiennes et elles jouent ! Le but n’est ni d’en faire des vedettes ni de les inquiéter. Le spectacle marche toujours très bien et à la fin, en bord de plateau, tous ont envie de parler du harcèlement. Ce problème se trouve dans tous les groupes sociaux et rien ne permet d’affirmer qu’il soit le seul fait des défavorisés. La violence que ceux qui le subissent prennent dans la figure n’est pas proportionnelle à leur degré de culture ! En plus d’être une très belle aventure de création, ce projet est une superbe et très émouvante rencontre humaine. Propos recueillis par Catherine Robert Théâtre Firmin-Gémier/La Piscine, 254 av. de la Division-Leclerc, 92290 Châtenay-Malabry. Le 12 mars 2020 à 14h30 et le 13 à 20h. Tél. 01 41 87 20 88. Puis le 17 mars au Zef, scène nationale de Marseille ; le 20 mars aux Bords de Scène de Juvisy-sur- Orge ; le 7 avril au Grand Bleu, à Lille ; le 9 avril au Vivat, scène conventionnée d’Armentières ; du 16 au 18 avril à la MC2 de Grenoble et le 28 avril à la salle Jean-Favre de Langres. Le Conte des Contes suisse/TKM-Théâtre Kléber-Méleau/D’après Giambattista Basile/conception et mes Omar Porras A la tête du TKM – Théâtre Kléber-Méleau – depuis 2015, Omar Porras célèbre les 30 ans de sa compagnie, le Teatro Malandro, à travers un conte exaltant, un rêve baroque inspiré par Il Pentamerone (1634) du napolitain Giambattista Basile. Fort d’une quarantaine de créations, dont certaines se sont fondées sur de fameux mythes et légendes – tels Ay ! Quixote*, Amour et Psyché* ou Noces de Sang –, le Théâtre Malandrochoisit pour célébrer ses trente ans de mettre en forme un théâtre populaire nourri de tradition orale, d’émotions fortes et de situations extrêmes, où l’imagination prend le pouvoir, où l’illusion théâtrale s’exerce de mille manières, où le jeu se plaît à entrelacer paroles, gestes, musiques et toute la palette des puissants artifices de la scène. La troupe s’empare en effet de Il Pentamerone, recueil de fables nées dans les tavernes et les rues de l’Italie du xvii e siècle, à Naples, en Toscane, en Sicile ou à Venise. « Il Pentamerone est un diamant brut, intact, cruel, immensément drôle, radical, entier et puissant » confie Omar Porras. Un voyage initiatique Faisant écho au Décaméron, chef-d’œuvre de Boccace, la pièce raconte l’histoire d’un roi qui a une fille qui ne rit jamais, et qui décide Le Conte des contes, une création mise en scène par Omar Porras. de faire venir des conteurs pour la guérir, au fil de cinq histoires narrées en cinq jours. Place alors à de fabuleux récits et à des registres contrastés, où le grotesque et le sublime se mêlent. « S’aventurer dans les contrées du conte, c’est peut-être aussi l’acceptation d’une renaissance de l’âge de l’innocence » souligne le metteur en scène. Portée par sept comédiens-chanteurs de forte trempe – Simon Bonvin, Jonathan Diggelmann, Philippe Gouin, Angèle Humeau, Jeanne Pasquier, Cyril Romoli et Audrey Saad –, cette fresque horrifique et facétieuse nous invite à découvrir des chemins inconnus… Agnès Santi *Lire nos critiques sur le site de La Terrasse. TKM-Théâtre Kléber Méleau, Chemin de l’Usine à Gaz 9, CH – 1020 Renens-Malley, Suisse. du 17 mars au 9 avril 2020. Du mardi au samedi à 19h sauf vendredi à 20h, dimanche à 17h30. Tél. +41 21 625 84 29. www.tkm.ch Cyril Romoli
11 la terrasse Existe depuis 1992 « La culture est une résistance à la distraction. » Pasolini Visages de la danse 2020 Un hors-série dédié à la danse proposé par La Terrasse Un panorama de la création chorégraphique en Île-de-France et en France, de mars à juillet 2020 la terrasse 4 avenue de Corbéra — 75012 Paris Tél. 01 53 02 06 60/Fax 01 43 44 07 08 la.terrasse@wanadoo.fr 80 000 Premier média arts vivants en France Déjà plus de abonnés Vous êtes nombreux chaque mois à nous rejoindre sur facebook. Paru le 4 mars 2020/Prochaine parution le 1er avril 2020 26 e saison/80 000 exemplaires Directeur de la publication Dan Abitbol www.journal-laterrasse.fr 4 Trisha Brown dans Set and Reset. Chris Cally Lisez La Terrasse partout sur vos smartphones en responsive design ! 285 mars 2020 hors-série la terrasse



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88