La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
théâtre 26 la terrasse 285 mars 2020 7 — 8 MARS 31 MARS 2 — 3 AVRIL théâtre de Suresnes théâtre de Suresnes Jean Vilar Jean Vilar 3 rendez-vous en prise avec le monde 3 spectacles mis en scène par Jean-Baptiste Sastre La France contre les robots d’après Georges Bernanos Notre jeunesse d’après Charles Péguy Plaidoyer pour une civilisation nouvelle d’après Simone Weil HÉLAS !) ! LE MONDE RISQUE DE PERDRE MO. LA LIBERTÉ, DE LA I A PERDRE ? g LeÎtE IRRÉPARABLEMENT FAUTE D’AVOIR D'AVOIR GARDÉ L'HABITUDE L’HABITUDE DE S’EN S'EN SERVIR… SERVIR... I ÉPA ABLEMENr. FAUTE D'AVOIR GA DÉ L'HABITUDE 4 DE S'EN SERVIR... — George Bernanos — George Bernanos INFO/RÉSA theatre-suresnes.fr — 01 46 97 98 10 hatiis-deseine la terrasse la terrasse 41111-éléramal MOMES Télérama'LE DÉPARTEMENT conception graphique Adeline Goyet — Photographie Arnaud Kehon 2020 critique MOTEL, a drama-comedy-series Théâtre du Petit Saint-Martin/Texte et mes Charly Fournier En hommage aux sitcoms américaines, Charly Fournier rassemble dans son MOTEL, a drama-comedy-series une galerie de personnages en marge. Un divertissement finement mené par quatre comédiens experts dans l’art de mêler comique et cruauté. Sur un écran installé en fond de scène, derrière un décor de chambre d’hôtel dont le kitsch cache mal le côté miteux, quelques phrases façon générique placent MOTEL, a dramacomedy-series dans le contexte choisi par son auteur et metteur en scène Charly Fournier. Nous sommes, lit-on, dans « The lone star state » – autrement dit, dans l’état du Texas – au lendemain des élections présidentielles. L’espoir d’un renouveau porte le pays qui a essuyé toutes sortes de catastrophes sociales et naturelles dont il ne sera plus question par la suite. Du moins pas de manière explicite. Une fois la présentation terminée en effet, la chambre 237 du motel où se déroule l’ensemble de la pièce devient le cœur d’un huis clos divisé en six courts tableaux proches du sketch. Bien que région/CDN de Tours, Théâtre Olympia Festival WET° venant de l’extérieur, les seize personnages qui y séjournent sont tous saisis par l’esprit du lieu, qui fait la cohérence de l’ensemble. Malgré son apparence très réaliste, la piaule obéit à des lois extraordinaires, au sens littéral. Nourrie par l’univers des sitcoms américaines, dont Charly Fournier revendique clairement l’influence, elle est le théâtre d’une comédie humaine aux accents burlesques, où la mort joue le premier rôle. Et où tous les sentiments sont exacerbés, jusqu’à l’absurde. Morts en série Quatre comédiens – Manika Auxire, Mathilde Charbonneaux, Bastien Chevrot et Stanislas Perrin – prennent en charge les 16 protagonistes de la pièce. À commencer par le gérant Le festival WET°, temps fort dédié à la jeune création contemporaine, organise, pour la cinquième saison, le brassage entre artistes, programmateurs et spectateurs pendant un weekend effervescent. Vitrine du projet artistique du Centre Dramatique National de Tours engagé tout au long de l’année dans l’accompagnement de jeunes artistes, le festival WET° transforme sa ville en capitale européenne de la jeune création théâtrale pendant soixante-douze heures. À l’invitation des pensionnaires de l’ensemble artistique et avec la complicité de la direction du théâtre, de jeunes artistes présentent un florilège de créations alliant éclectisme, vitalité et audace. « Le WET° accompagne les prémices et les promesses. Le WET° ouvre à l’inédit, à l’audacieux, au fragile », affirment les membres de l’équipe artistique qui réclament la liberté de choisir une programmation « résolument subjective ». En plus d’être une plate-forme et un tremplin pour les jeunes créateurs, le festival WET° est aussi un lieu de rencontres entre les spectateurs, les artistes, et les professionnels  : « il est un temps de découvertes, de fêtes, et de bienveillance ». Fête de la découverte MégaSuperThéâtre présente La Fabrique des idoles, mis en scène par Théodore Oliver qui enquête sur les notions de rituel et de sacré. La Mob à Sisyphe, jeune compagnie de cirque pluriforme fraîchement issue du LIDO, école supérieure des arts du cirque de Toulouse, Les jeunes comédiens de l’ensemble artistique du CDN de Tours. présente Huitième jour. Camille Berthelot signe avec Maryvonne, véritable objet de théâtre documentaire, sa première mise en scène au sein du collectif Nouvelle Hydre. La Daddy Cie !, compagnie bruxelloise de spectacle jeune public fondée par Laurane Pardoen, présente Suzette Project. Monuments hystériques signe les retrouvailles joyeuses entre Vanasay Khamphommala et une nouvelle équipe de jeunes comédiens de l’ensemble artistique du Théâtre Olympia. Le Collectif X présente Maja, spectacle onirique écrit et mis en scène par Maud Lefebvre. Simon Falguières et la compagnie Le K présentent Le Journal d’un autre. Data Tavadze présente Women of Troy, d’après Euripide. Jean Bechetoille met en scène le pétillant, sarcastique, caustique et follement drôle Vie et mort d’un chien traduit du danois par Niels Nielsen. Hugo Mallon signe la mise en scène d’Education sentimentale (Roman performance) avec la compagnie l’Éventuel Hérisson Bleu. Enfin, pour clore la fête, NEON TROPICAL anime la dernière nuit du week-end. Catherine Robert CDN de Tours, Théâtre Olympia, 7 rue de Lucé, 37000 Tours. Du 27 au 29 mars 2020. Tél. 02 47 64 50 50. www.cdntours.fr Abigail Auperin
Christophe Raynaud de Lage Guy Delahaye d’entreprise qui, après moultes tentatives bien grotesques, finit par réussir son suicide. Et par la femme de chambre chez qui le spectacle du drame provoque une crise de tétanie, puis une démence qui la pousse à tuer sa sœur, elle aussi femme de chambre du motel. Comme si ce dernier était un monde à part entière  : celui des désespérés et des inadaptés, qui viennent y liquider leurs derniers espoirs. Cela avec une rapidité digne d’un film de Tarantino, et un humour qui confine souvent à la caricature. Les deux premiers cadavres laissent bientôt place à d’autres  : deux nourrissons et leur père, stoppé dans son élan anthropophage par son épouse, puis un agent d’entretien, un couple à la rue qui a enlevé la femme la plus riche et puissante de la région… Autant de paumés que les quatre critique Ruy Blas Théâtre Gérard Philipe/DE Victor Hugo/MES Yves Beaunesne MOTEL, a drama-comedy-series. interprètes de MOTEL, a drama-comedy-series font s’agiter sans un brin de misérabilisme. Avec au contraire l’énergie de petits Sisyphes, qui passent d’une agonie à une autre avec un beau talent de métamorphose. Charly Fournier parvient ainsi à faire de la violence un divertissement. Comme les programmes américains, dont il dit qu’ils « sont à l’image de l’Humanité, condamnés à répéter les mêmes erreurs malgré tous ses livres d’Histoire ». Anaïs Heluin Théâtre du Petit Saint-Martin, 17 rue René- Boulanger, 75010 Paris. À partir du 10 février 2020, le dimanche à 18h, le lundi à 20h. Tél. 01 42 08 00 32. www.petitstmartin.com Dans sa mise en scène de Ruy Blas, Yves Beaunesne séduit par son parti-pris esthétique mais convainc moins en tirant la pièce vers le burlesque. Ah ! la fameuse démesure hugolienne ! L’exagération, l’hyperbole, la boursouflure même, Victor Hugo se les est permises, en grand génie qui sait que l’écriture est transgression. Dans ses pièces de théâtre, cela donne un mélange des genres difficile à mettre en scène, tant le sublime côtoie le rire, le lyrisme Jean-Christophe Quenon en don César de Bazan. les calembours, et l’épique le mélodrame. Yves Beaunesne sait bien que cette histoire d’un « ver de terre amoureux d’une étoile », cette pièce où le laquais Ruy Blas se fait passer pour un grand d’Espagne sans savoir qu’il n’est que l’instrument de la vengeance de Don Salluste, peuvent se lire tout aussi bien comme « un conte de fée, un mélodrame, une tragédie sociale, un drame romantique ou une comédie avec ses scènes cultes que n’ont pas reniées Louis de Funès et Yves Montand ». Or sa mise en scène, créée cet été au château de Grignan dans le cadre des Fêtes nocturnes et donnée en ce moment au TGP, livre un curieux contraste. Si la pureté du plateau nu nimbé de lumières très travaillées, si les costumes flamboyants signés Jean-Daniel Vuillermoz imposent de superbes images, dignes parfois de tableaux de Vélazquez, ce parti-pris esthétique très sûr est contrebalancé par une direction d’acteurs nettement plus flottante. Corps désarticulés voire hystérisés Sans même parler d’une diction souvent précipitée, qui fait perdre la compréhension d’un bon tiers du texte même chez des comédiens chevronnés comme Thiery Bosc, les acteurs semblent perdus dans ce vaste plateau nu, où ils multiplient leurs pas sans réelle nécessité. Yves Beaunesne a manifestement choisi la démesure dans les effets comiques, n’hésitant pas à désarticuler les corps voire à les hystériser, mais il finit par faire tomber sa mise en scène dans le grotesque. Sa reine d’Espagne interprétée par Noémie Gantier détonne particulièrement, passant tout à trac des émois adolescents à un cocasse surprenant dans des scènes qui appelleraient plutôt le romantisme. Ce grotesque finit par tuer toute émotion et atténue la charge sociale, même dans le fameux « Bon appétit, messieurs ! Ô ministres intègres ». Forcément, les comédiens qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont ceux qui ont une partition véritablement comique à jouer, comme le truculent Jean-Christophe Quenon, Don César aux airs de Falstaff, ou Zacharie Féron, savoureux en homme de main de Don Salluste. On reste malgré tout sur sa faim. Quitte à rire carrément, autant voir le film La Folie des Grandeurs… Isabelle Stibbe Théâtre Gérard Philipe-Centre dramatique national de Saint-Denis, 59 bd Jules-Guesde, 93200 Saint-Denis. Du 26 février au 15 mars 2020. Du lundi au samedi à 20h, dimanche à 15h30. Relâche le mardi. Tél. 01 48 13 70 00. Durée  : 2h15. DIRECTION CHRISTIAN BENEDETTI 2020 RÉSERVATIONS 0143 76 86 56 WilfiertiFITEE-MÉKKOM miso mise en scéne., scorie, écrilure, ro. jeu 2 mars mors PA54AGt5. PÀ54A6t5 [lora Clora Cirer@ Cirera//Nice Web To Mei'Or..1 TC111 PerfuemUTICe Penn-ince ÉlkfréhLeÉrielire déornbukrireke Chf..2ece nixe reliée cirreeinger dienger ? Jano Jonc Klein/Stéphane/Siéphane Schoukroun (f S) - vrai 0910 il US% AiSON 2070/1020 12021 2[121 Io 9 9- 14 mors MCII5 ILS SAVAIENT PAS 01.11'[13 1 11S FIAIENT AU MONDE MONDF l'Auxine Maxime ILévéque olurefin Pciefschinin NcilviennPc1el5chniin NOTRE HISTOIRE 19 - 28 MARS ù 201130 201-130 I. ti.*KIF -. r... ?. -. t r -re 13N 2019 202 S à  : W... A-7 qg TICEIE KH 011, TICHHHUV, 1Y ly ÉVANOUISSEMENTS fiumpagnie CompagnieC. Renedetii Renerletli r NOV V j là, 16, NE RUE IIARCEL111 MARCHA (11RDIE1.41. Bilt1HEIDT.J.LRETIJ1LLE RAM:MLLE _s théâtre 27 la terrasse 285 mars 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88