La Terrasse n°285 mars 2020
La Terrasse n°285 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°285 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : les talents européens du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
théâtre 10 la terrasse 285 mars 2020 20 au 30 mars 2020 CRÉATION LIBERTÉ À BRÊME RAINER WERNER FASSBINDER CÉDRIC GOURMELON réservation sur www.theatre2gennevilliers.com ou au 01 41 32 26 26 T2G – THÉÂTRE DE GENNEVILLIERS CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL 41, avenue des Grésillons - 92230 Gennevilliers M 13 station Gabriel Péri - sortie 1 @T2Gennevilliers graphisme Biceps/photographie Simon Gosselin Festival Spring région/La Brèche à Cherbourg ET LE Cirque-Théâtre d’Elbeuf Les beaux jours arrivent et les spectacles de cirque bourgeonnent en Normandie. C’est le top départ du festival Spring qui, dans un espace-temps dilaté, promet de montrer combien la discipline s’inscrit dans son époque. Pas moins de 60 partenaires se sont réunis cette année autour du festival piloté par la Plateforme 2 Pôles Cirque en Normandie, et le nombre de spectacles est à l’avenant. Foisonnement, fourmillement, abondance de propositions… C’est là la force de ce temps fort incontournable, à condition de ne pas s’y perdre. Quelques points de repères se dégagent fort heureusement pour guider le spectateur  : ainsi peut-on appréhender la notion d’œuvre, au sens large d’une démarche globale qui nourrit un artiste tout au long de son parcours de créateur, grâce au « portrait » dédié à Jean-Baptiste André. Circassien amoureux des lisières, c’est l’occasion d’aborder ses multiples façons d’engager le corps dans la rencontre, avec l’Autre ou avec l’environnement (Deal, Intérieur Nuit, Pleurage et Scintillement, Floé, À Brûle Pourpoint). Autre cap proposé par le festival  : celui de l’Australie, à travers un focus réunissant trois compagnies, avec la première en France de Out of chaos (Gravity and other myths), le duo You and I par les deux fondateurs de Casus Circus, et le cirque Time in Space. D’ici et d’ailleurs Côté nouveautés, quelques pièces sortent tout droit des ateliers ou des studios de répétition  : Fiq ! par le très attendu Groupe Acrobatique de Tanger dans sa collaboration avec Marroussia Diaz Verbeke, Static de Benjamin « Monki » Kuitenbrouwer au double mât chinois, le jonglage dansé de Hisashi Watanabe et Guillaume Martinet dans Yokaï Kemame, l’esprit des haricots poilus, ou cette variation autour de Frida Kahlo écrite par entretien/Ivo van Hove La Ménagerie de verre Odéon – Théâtre de l’Europe/DE Tennessee Williams/MES Ivo van Hove En 2017, il créait une version remarquée de Vu du pont aux Ateliers Berthier. Aujourd’hui, Ivo van Hove est de retour au Théâtre national de l’Odéon avec La Ménagerie de verre de Tennessee Williams. Aux côtés de Justine Bachelet, Cyril Guei et Nahuel Pérez Biscayart, Isabelle Huppert interprète le rôle d’Amanda Wingfield, mère de famille abandonnée par son mari et hantée par l’âge d’or de sa jeunesse. Qu’est-ce qui est au cœur de l’attirance que vous ressentez, depuis longtemps, pour La Ménagerie de verre ? Ivo van Hove  : Je crois que c’est le fait que ce texte de Tennessee Williams parle de personnages qui sont fragiles, vulnérables, qui n’ont pas vraiment de place dans la société au sein de laquelle ils vivent, qui se sentent, comme le dit au début de la pièce Tom, le fils poète, coupés du monde. La pauvreté qui les accable leur interdit toutes sortes de choses qui pourraient s’offrir à eux s’ils avaient de l’argent. Finalement, tous les personnages de La Ménagerie de verre sont malheureux. Pour eux, la vie s’apparente plutôt à une forme de survie. Diriez-vous qu’ils sont dans le désespoir ? I. v. H.  : Oui, certainement. Et pourtant, ils ne sont pas résignés. Ils luttent pour un avenir meilleur, pour essayer de faire en sorte que leur existence puisse, un jour, devenir plus heureuse, plus belle. Ce combat vaut-il pour chaque membre de la famille Wingfield ? I. v. H.  : Absolument. Mais chacun se bat de façon différente. Amanda, la mère, souhaite retrouver l’existence privilégiée, luxueuse, qu’elle avait lorsqu’elle était jeune. Tom, son fils, est lui tiraillé entre ce qu’il pense devoir faire pour sa mère et sa sœur du fait de l’absence de son père, et ce qu’il désire intimement pour lui-même  : c’est-à-dire sortir du cul-de-sac que représentent ses obligations familiales pour s’émanciper et réaliser ses ambitions d’écrivain. Quant à Laura, la sœur aînée de Tom, elle s’est retirée du monde. Elle a choisi de vivre dans une bulle, passant des heures à s’occuper de sa collection d’animaux en verre… Qu’est-ce qui vous parait le plus étonnant dans cette pièce ? I. v. H.  : Peut-être le fait que les choses négatives, difficiles, se vivent avec beaucoup d’amour. Tennessee Williams a dit de La Ménagerie de verre qu’il s’agissait de sa pièce la plus douce. Et effectivement, si on pense à Un Tramway nommé Désir, que j’ai mis en scène il y a longtemps, on voit bien que cette œuvre Gravity and other myths, compagnie australienne invitée dans un focus spécial à Spring. Tünde Deak (D’un lit l’autre). Enfin, deux solos sont à suivre particulièrement  : le florilège d’exploits de Lucho Smit avec son fidèle garçon de piste dans L’Ane et la carotte, et le spectacle pour 1 interprète et 12 metteurs en scène façon Cadavre exquis d’Elodie Guézou. Nathalie Yokel Spring, festival des nouvelles formes de cirque en Normandie. Proposé par la Plateforme 2 Pôles Cirque en Normandie, La Brèche à Cherbourg et le Cirque-Théâtre d’Elbeuf. Du 5 mars au 5 avril 2020. www.festival-spring.eu D. R.
D. R. Jan Verswevyeld Le metteur en scène Ivo van Hove. « Un univers théâtral poétique, intimiste, presqu’impressionniste, un univers qui échappe à la dureté du pur réalisme. » est traversée par une très grande violence. Alors que La Ménagerie de verre déploie un univers théâtral poétique, intimiste, presqu’impressionniste, un univers qui échappe à la dureté du pur réalisme. Qu’est-ce qu’Isabelle Huppert peut, selon vous, apporter à La Ménagerie de verre et au rôle d’Amanda ? I. v. H.  : Isabelle Huppert est une comédienne pour qui j’ai une grande admiration. J’aime Denis Lavant, co-interprète du Rêve d’un homme ridicule. propos recueillis/Denis Lavant Le Rêve d’un homme ridicule Théâtre de Corbeil-Essonnes/d’après Fédor Dostoïevski/adaptation et mes Simon Pitaqaj Sous la direction de Simon Pitaqaj, Denis Lavant interprète le rôle central du Rêve d’un homme ridicule. Une adaptation pour la scène de la nouvelle de Fédor Dostoïevski qui croise ce texte avec des extraits de L’Idiot, des Frères Karamazov et du Dictateur de Charlie Chaplin. « Le lien qui m’unit à l’œuvre de Dostoïevski remonte à loin, puisque l’un des premiers rôles importants que l’on m’a demandé de jouer au théâtre était, en 1983, le rôle d’Hippolyte dans une adaptation de L’Idiot mise en scène par Jean-Louis Thamin. Suite à cela, je me suis plongé dans Les Carnets du sous-sol, qui est le pendant du Rêve d’un homme ridicule. Ce texte m’a bouleversé. L’écriture de Dostoïevski effectue des plongées phénoménales dans les abîmes de l’humain  : des plongées qui rejoignent l’âme slave, comme on dit de façon un peu clichée. Je me suis toujours senti très proche de cette démesure des sentiments. Le personnage que j’incarne dans le spectacle mis en scène par Simon Pitaqaj est considéré vraiment tout chez elle. J’ai eu la chance de la rencontrer il y a quelques années et, depuis ce temps-là, nous rêvions de travailler ensemble. Quand mon projet de mettre en scène La Ménagerie de verre est né, j’ai immédiatement pensé à elle pour interpréter le rôle d’Amanda. Une actrice de son niveau peut donner beaucoup de force et de profondeur au monde poétique dont je viens de parler. Et puis, je crois qu’au-delà du désespoir qui traverse son rôle, Isabelle Huppert est capable d’apporter de la lumière et même de l’humour au personnage d’Amanda. Ces contrepoints sont, il me semble, susceptibles d’éclairer cette pièce de manière extrêmement intéressante. Quelles relations de travail aimez-vous instaurer avec les actrices et les acteurs que vous mettez en scène ? I. v. H.  : En fait, je n’ai pas vraiment de méthode. Ce que je peux dire, c’est que je travaille souvent avec eux en essayant de deviner leurs besoins, leurs envies… J’essaie de comprendre ce qu’ils attendent de moi, de percevoir de quelle façon ils souhaitent que je me comporte avec eux. Et je m’adapte. Ce qui revient finalement à construire une relation unique avec chaque interprète. Chacune de ces relations est le fruit d’une rencontre particulière. Avec un acteur je peux donner des indications très techniques, avec un autre je peux parler beaucoup de la pièce… Tout cela se détermine et s’invente au cas par cas. Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat Odéon – Théâtre de l’Europe, place de l’Odéon, 75006 Paris. Du 6 mars au 26 avril 2020. Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h. Relâches exceptionnelles les 8 mars et 12 avril. Tél. 01 44 85 40 40. www.theatre-odeon.eu comme un homme ridicule parmi les humains, car il croit à quelque chose de plus noble que ce qu’il voit apparaître dans la société dans laquelle il vit. Notre incapacité à fonder une société harmonieuse et équitable Le rêve dans lequel se voit plongé ce personnage le place face au questionnement fondamental qui l’occupe. C’est ce questionnement qui, en le mettant en porte-àfaux avec ses semblables, l’a amené à l’idée de suicide… Cette fable nous raconte le caractère vain de l’expérience humaine. Il y a quelque chose dans l’homme, dès qu’il devient un être social concerné par ce qui l’entoure, de désespérant, quelque chose qui l’entraîne inévitablement vers la maladresse, l’erreur, la chute. Notre époque en est l’exemple criant. Les grandes utopies sont aujourd’hui tombées. Finalement, l’unique conviction qui perdure est celle du commerce… À la fin du xix e siècle, Le Rêve d’un homme ridicule témoigne déjà de notre incapacité à être heureux à plusieurs, à fonder une société harmonieuse et équitable. » Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat Théâtre de Corbeil-Essonnes, 20-22 rue Félicien-Rops, 91100 Corbeil-Essonnes. Les 10 et 12 mars 2020 à 14h45 ; les 11, 13 et 14 mars à 20h30. Durée de la représentation  : 1h30. Tél. 01 69 22 56 19. www.theatre-corbeil-essonnes.fr NOUVEAU THEATRE DE MONTREUIL CEI1TRE DRAMATIQUE NATIONAL CENTRE DRAMATIOUE NATION:- DIRECTION MATHIEU BAUER DIRECTION MATHIEU BAVER RE-CRÉATION 18 1 A R MAR — 09 AVR 20 Oi A V R 2 0 PIERRE MEUNIER HERVÉ PIERRE MARGUERITE BORDAT Hervé Pierre est sociétaire de la Comédie-Française théâtre 11 la terrasse 285 mars 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 1La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 64-65La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 66-67La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 68-69La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 70-71La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 72-73La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 74-75La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 76-77La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 78-79La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 80-81La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 82-83La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 84-85La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 86-87La Terrasse numéro 285 mars 2020 Page 88