La Terrasse n°284 février 2020
La Terrasse n°284 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°284 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : focus sur le théâtre de Suresnes qui rouvre ses portes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
jazz/musiques du monde/chanson 38 la terrasse 284 février 2020 LES LILAS/JAZZ Oboman African Dream, le nouveau trio du hautboïste-improvisateur, avec Lulendo et Xavier Desandre Navarre. Le nouveau groupe d’Oboman alias Jean-Luc Fillon  : African Dream. Le hautboïste et compositeur Jean-Luc Fillon, dit « Oboman », est engagé depuis 20 ans dans le projet exaltant d’installer le hautbois, cet instrument le plus souvent réservé à l’orchestre symphonique, comme une voix à part entière au service de l’improvisation, à la manière du saxophone ou de la clarinette. On se souvient en particulier de ses groupes Echoes of Freedom, en trio avec le batteur Barry Altschul et le contrebassiste François Méchali ou en quartet avec Mark Feldman, dans lesquels le hautboïste s’inscrivait résolument dans le langage du jazz contemporain. Mais Oboman est aussi un créateur agité, jamais installé dans le confort d’une formule, remuant, sensible et très réactif aux rencontres avec des musiciens du monde. Ainsi vient de naître ce nouveau groupe, un trio intitulé African Dream composé autour du leader (au hautbois et au cor anglais), du chanteur et griot Angolais Lulendo, qui joue aussi du Quissange (piano à touche du nom d’une vallée du Nord de D. R. l’Angola), et du fou chantant des percussions Xavier Desandre Navarre. Un alliage unique pour une expérience de jamais entendu, entre musiques du monde, jazz et électro. Jean-Luc Caradec Le Triton, 11 bis rue du Coq-Français, 93260 Les Lilas. Vendredi 28 février à 20h30. Tél. 01 49 72 83 13. MAISON DE LA RADIO/JAZZ elatuelmeine Renaud Garcia-Fons Le contrebassiste et compositeur livre avec sa création Le Souffle des Cordes une rencontre audacieuse entre jazz, musiques du monde et quatuor à cordes classique. Renaud Garcia-Fons, contrebassiste et compositeur. 19-20 Maison de la MUSIQUE de nanterre www.maisondelamusique.eu MARIE DE NANTERRE www.nenterre.fr SAMEDI 22 FÉVRIER À 20H30 MAISON DE LA MUSIQUE MUSIQUE André Manoukian a du chŒur *AP LA TERRASSE 187x121(ANDRÉ MANOUKIAN A DU CHŒUR).indd 1 10/01/2020 13:33 D. R. La saison jazz de Radio-France est décidément à surveiller de près. Les musiciens français y jouent les premiers rôles, souvent dans des propositions rares ou inédites. Ainsi ce prochain concert à l’affiche du Studio 104 met à l’honneur le contrebassiste Renaud Garcia- Fons dans un programme qui fait se rencontrer autour de sa contrebasse à cinq cordes, véritable boussole d’un groupe hors normes, la guitare flamenca de Kiko Ruiz, deux instrumentistes turcs et albanais (Derya Türkan au kemençe, Serkan Halili au kanun) et un quatuor à cordes de musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Soit une création intitulée Le Souffle des Cordes, qui s’inscrit dans le prolongement de l’album Ssilk Moon paru en 2014 en duo avec le joueur de kemençe Derya Turkan, et la création récente de pièces pour quatuor à cordes pour France Musique. Jean-Luc Caradec Studio 104 de la Maison de la Radio, 116 av. du Président-Kennedy, 75016 Paris. Samedi 29 février à 20h30. Tél. 01 56 40 15 16. Places  : de 12 à 26  € . Philharmonie de Paris/Jazz Chick Corea « Trilogy » Le pianiste présente à la Philharmonie l’exceptionnel trio acoustique qu’il forme avec le contrebassiste Christian McBride et le batteur Brian Blade. Chick Corea, un des très grands maîtres du piano jazz. N’y allons pas par quatre chemins  : ce trio est probablement l’un des meilleurs au monde. Comment en serait-il autrement, quand il réunit depuis plusieurs années, (certes par intermittence) trois des plus grands musiciens de jazz de la planète ? On ne présente plus Chick Corea, qui a influencé des générations de pianistes par son sens harmonique, la précision de son articulation et la limpidité de son jeu. Quant à Christian McBride, contrebassiste aussi solide qu’alerte, parfaitement maître de toutes les situations, et à Brian Blade, batteur aussi fulgurant qu’il peut être subtil, on sait qu’ils se hissent parmi les nouveaux géants. Bref, ce « Trilogy » est immanquable, surtout dans un écrin philharmonique. Vincent Bessières Philharmonie de Paris, grande salle Pierre Boulez, 221 av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Lundi 2 mars, 20h30. Tél. 01 44 84 44 84. Places  : liste d’attente. STUDIO DE L’ERMITAGE/JAZZ Xavier Desandre Navarre Concert de sortie du nouvel album In pulse Quartet du percussionniste. Il y a dans l’art du percussionniste un sens de l’aérien et de la vocalité qui en font un musicien à part, porteur d’une magie douce. En leader ou en coéquipier de luxe, à ses débuts auprès de Gil Evans et de Laurent Cugny au Aaron Meekcoms In pulse Quartet  : le volume 2 du groupe du percussionniste et compositeur Xavier Desandre Navarre vient de sortir. sein du Big Band Lumière ou plus récemment avec la chanteuse Youn Sun Nah (auprès de laquelle il a beaucoup joué et enregistré), Xavier Desandre Navarre développe un sens mélodique de la percussion qu’il doit avant tout à sa sensibilité mais sûrement aussi à la conjugaison de sa formation classique et d’une enfance passée en Iran, où les percussions offrent une très large panoplie de sens et parfums. Il présente sur la chaleureuse scène du Studio de l’Ermitage le deuxième opus, après un premier disque sorti en 2014, de son In-Pulse quartet composé de Stéphane Guillaume au saxophone, Emil Spanyi au piano et Stéphane Kerecki à la contrebasse. Trois partenaires hors-pair engagés dans un voyage dans les vibrations du monde, entre jazz, groove, Asie et Brésil. Jean-Luc Caradec Studio de l’Ermitage, 8 rue de l’Ermitage, 75020 Paris. Mercredi 4 mars à 20h30. Tél. 01 44 62 02 86. Vincennes/Jazz Géraldine Laurent La saxophoniste en concert avec la musique de son récent album  : Cooking. Géraldine Laurent a signé l’un des disques les plus marquants de l’année passée. À l’automne 2019, Géraldine Laurent signait son quatrième album personnel, quatre ans après At Work et douze ans après son premier opus Time Out Trio sorti en 2008 chez Dreyfus Jazz, qui publia aussi Around Gigi en 2010… C’est dire si la bouillonnante saxophoniste à la sensibilité d’écorchée vive prend son temps pour graver le flot flamboyant de cris, de couleurs et de rêves qui coule de son saxophone alto. Géraldine Laurent retrouve son quartet soudé composé de Paul Lay au piano, Donald Kontomanou à la batterie et de son complice de la première heure Yoni Zelnik à la contrebasse. Une invitation au plaisir du jazz conçu comme un art de vivre la musique dans l’urgence, la fragilité et l’incandescence de l’instant présent. Jean-Luc Caradec Espace Sorano, 16 rue Charles-Pathé, 94300 Vincennes. Samedi 7 mars à 20h30. Tél. 01 43 74 73 74. La Terrasse, premier média arts vivants en France Anthony Voisin TKubisiak
D. R. D. R. N. focus Andy Emler  : objectif Mars ! Le compositeur, leader et pianiste Andy Emler démarre l’année 2020 avec de nouvelles propositions à son image  : joyeusement inventives, partageuses et transversales. Une création pour orgue et voix avec élise Caron, une folle journée le 31 mars aux festivals Détours de Babel et Voiron Jazz, et la création d’un nouveau répertoire pour les 20 ans du trio ETE sont notamment à son agenda. AIX-EN-PROVENCE/création Le trio ETE a 20 ans Création de Useful Report, le nouveau répertoire du trio Emler, Tchamitchian, Echampard, et reprise du Concerto pour trio et orchestre symphonique composé par Andy Emler. Le trio ETE composé de Andy Emler, Claude Tchamitchian et Eric Echampard. Avec Andy Emler, l’ETE dure plus d’une saison. Sous cet acronyme se retrouve le trio qu’il anime depuis vingt ans avec Claude Tchamitchian et Eric Echampard. Pour l’occasion, le pianiste vient d’écrire un tout nouveau répertoire, intitulé Useful Report. « J’ai composé à la manière de, car nous avons avec le temps trouvé un style, un son identifiable fondé sur notre complicité. Je m’en suis donc inspiré pour cette création, afin de pouvoir travailler sur les couleurs de cette musique binaire qui n’est pas swing, pas forcément jazz comme beaucoup l’entendent. D’ailleurs, il n’y a pas de solos en tant que tels ! » L’énergie du rock, le groove du jazz et l’écriture savante, tel est le principe réactif qui fonde l’essence de cette triple entente. Un goût pour l’oblique qui sera aussi à l’œuvre pour la recréation cinq jours plus tard à Aix-en-Provence d’un concerto pour ce trio associé à un orchestre symphonique, qui avait été créé en juin 2014 par l’Orchestre National de Lille, sous la direction de Jean-Claude Casadesus. L’occasion de entretien/Andy Emler Une planète musicale qui ne tourne pas en rond Quel est le programme de cette journée du 31 mars ? Andy Emler  : Dans le cadre du festival Détours de Babel et du Voiron Jazz festival, le 31 mars sera une journée marathon, comme un résumé des enjeux esthétiques traversant ma carrière du musicien, chef d’orchestre et compositeur. Je vais commencer à midi avec élise Caron, pour notre création avec orgue, puis le soir je dirigerai un orchestre de 150 musiciens, avec des amateurs et des professeurs, un groupe de rock, un gamelan balinais et un big band, un ensemble d’harmonie et un ensemble symphonique. À charge pour moi de tout organiser. Et pour finir ce sera le Megaoctet. Ce sont trois projets différents où je suis tour à tour et tout à la fois chef d’orchestre, instrumentiste, compositeur… C’est assez rare de voir cela se passer en une seule journée. Pourquoi est-ce aussi rare ? A. E.  : Parce qu’aujourd’hui il faut se battre contre des élus, qui plébiscitent ce qu’ils voient en télévision ou entendent en radio et considèrent nos musiques comme élitistes. Il suffit d’avoir entendu une fois ma musique pour savoir que ce n’est pas le cas. À croire qu’il y aurait une volonté de tirer l’intellect vers le bas, qu’il ne faut pas développer l’imaginaire et l’intelligence critique des populations. Il a toujours été difficile d’exister avec les esthétiques que l’on développe, et ça l’est encore plus désormais. Vous avez pourtant un bel écho en ce mois de mars… A. E.  : Oui, mais c’est le seul mois de l’année, et regardez la programmation des grands festivals d’été  : je n’y suis jamais invité. Je suis assez inquiet pour le futur, même si j’ai le sentiment qu’il y a de plus en plus de beaux projets dans la jeune génération, même si récemment les deux concerts du Megaoctet ont fait salle comble, au festival de Nevers comme à la Maison de la radio. Il y a une course à l’audience dans les médias de grande écoute qui est assez morbide. Que proposez-vous ? A. E.  : Le point crucial n’est pas nouveau  : changer le système éducatif, en accentuant les pratiques artistiques, et sportives aussi. J’ai essayé de faire bouger les lignes dans les commissions « Lockwood », et cela change dans les conservatoires où d’autres pratiques, dévoiler une autre facette de la personnalité, décidément multiple, d’Andy Emler. Jacques Denis Studio Sextan - la Fonderie, 10 rue Eugène- Varlin, 92240 Malakoff. Vendredi 6 mars à 20h. Concert gratuit, sur réservation uniquement à cieaimelair@andyemler.eu et au 07 56 86 46 72. Conservatoire Darius Milhaud, 380 av. Max-Juvénal, 13100 Aix-en-Provence. Mercredi 11 mars à 20h. Première partie  : trio seul. Deuxième partie  : Concerto Un ETE malmené d’Andy Emler. Avec le trio ETE en soliste et l’Orchestre Symphonique du Conservatoire Darius Milhaud, avec la participation d’élèves de l’IESM, direction Jean-Philippe Dambreville. ISèRE/FESTIVAL VOIRON/FESTIVAL DéTOURS DE BABEL Feel the time La voix d’Elise Caron et l’orgue d’Andy Emler, retrouvailles pour un nouveau voyage. Trois concerts dans des églises sont à l’affiche. élise Caron, vocaliste d’exception. Entre Élise Caron et Andy Emler, cela sonne comme une évidence. Des lustres qu’ils se connaissent, pour avoir fait valser les étiquettes qui vous collent aux baskets. C’est cette amitié, Sylvain Gripoix Andy Emler. « Pour la diffusion de nos musiques, il s’agit de s’organiser. » dont l’oralité, ont enfin leur place. Pour la diffusion de nos musiques, il s’agit de s’organiser, comme le fait l’association Grands Formats, dans des réseaux européens. À notre échelle, ce goût pour la transgression, qu’entend bel et bien célébrer l’hérétique metteur en sons. « Elise est un personnage hors du commun, une chanteuse avec une palette extraordinaire et beaucoup d’humour. À charge pour moi de lui composer quelque chose, un son et des textes, qui lui plaise et l’amuse, sachant que dans les églises, on ne peut pas faire des gags comme je peux le faire par ailleurs », prévient-il à propos de ces deux concerts, où il s’installera derrière les orgues. Andy Emler compte bien apporter sa sensibilité pour le groove, « ce qui peut surprendre les habitués des musiques d’église, même si certains s’ouvrent volontiers à la musique contemporaine ». Le nom de cette création donne le diapason  : Feel the time, autrement dit sentir le temps présent. Jacques Denis Église Saint-Bruno, 10 rue Grande, 38500 Voiron. Festival Voiron Jazz Festival. Dimanche 29 mars à 18h. www.voiron-jazz.com Cathédrale de Grenoble (38), Festival détours de Babel. Mardi 31 mars à 12h. Tél. 09 67 49 51 37. Vienne (38), Festival détours de Babel. Mercredi 1er avril à 20h. Tél 09 67 49 51 37. PARIS/PAN PIPER Deux concerts à partager La Compagnie aime l’air et Andy Emler investissent le Pan Piper à Paris, pour deux concerts successifs en grand format avec entre autres le répertoire des 30 ans du MegaOctet et la reprise d’une création récente avec l’ensemble vocal corse A filetta. L’oralité et l’écriture, Andy Emler ne cesse d’interroger les relations entre ces deux manières de jouer avec les notes. C’est tout christophecharpenel le Megaoctet a montré que c’était possible, et je le mesure aux retours de jeunes musiciens qui ont décidé de faire les choses eux-mêmes. La solution est aussi sociétale, et cela exige que la population se solidarise dans de nouveaux réseaux. Beaucoup de musiciens ont monté leur propre festival en province, et cela fonctionne très bien. Quel est le rôle de l’institution ? A. E.  : Elle offre encore un soutien, dont je bénéficie moi-même et qui me permet de monter des créations. C’est essentiel pour fabriquer un public, une qualité d’écoute. Propos recueillis par Jacques Denis Journée spécial Andy Emler  : Cathédrale de Grenoble (38), Festival détours de Babel. Mardi 31 mars à 12h. « Feel the time », avec élise Caron (voix) et Andy Emler (orgue). Tél 09 67 49 51 37. Théâtre du Grand Angle, 6 rue du Moulinet, 38500 Voiron. Mardi 31 mars à 20h. Concert en 2 parties  : création avec les orchestres du conservatoire de Voiron, puis concert du MegaOctet. Tél. 04 76 65 64 64. D’autres concerts. Ballaké Sissoko & Andy Emler  : Le Comptoir, Halle Roublot, 95 rue Roublot, Fontenay-sous-Bois, 94120. Vendredi 28 février à 20h45. Tél. 01 48 75 64 31 MegaOctet 30 ans « Just a Beginning »  : Théâtre du Gymnase, 4 rue du Théâtre-Français. 13001 Marseille. Mardi 17 mars à 20h. Tél. 08 2013 2013. Le MegaOctet, la formation phare d’Andy Emler. l’enjeu de cette création dont ce sera la première parisienne  : A Filletta, l’ensemble de voix corses, y dialogue avec quatre musiciens du Megaoctet. « Suite à notre rencontre, j’ai compris qu’ils voulaient essayer d’autres voies que les polyphonies traditionnelles. Nous avons donc travaillé plus d’un an durant pour les amener vers l’improvisation et la musique écrite. Ce n’était pas joué au départ, mais au final, le projet s’appuie sur leur son, leur tradition, pour créer autre chose. Prendre des risques, cela suppose du temps, de l’engagement. » Pour preuve, la présence du Megaoctet qui persiste et signe après trente ans et huit disques. Nguyèn Lê et Médéric Collignon, deux anciens de l’équipée, sont ainsi conviés pour fêter dignement cet anniversaire. « Il y a des anciennes pièces mais aussi de nouveaux morceaux, et surtout des arrangements spécialement pensés pour les invités. » Pour Andy Emler le passé ne peut se jouer que recomposé, à la lecture du temps présent. D’où l’intitulé de cette soirée  : Just A Beginning, manière de dire que tout ceci est un éternel recommencement. Jacques Denis Pan Piper, 2-4 Impasse Lamier, 75011 Paris. Tél. 01 40 09 41 30 Vendredi 13 mars à 20h, Andy Emler quartet & A filetta - The Wake Up Call. Samedi 14 mars à 20h, Andy Emler MegaOctet 30 ans - Just a beginning. jazz/musiques du monde/chanson 39 la terrasse 284 février 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :