La Terrasse n°284 février 2020
La Terrasse n°284 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°284 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : focus sur le théâtre de Suresnes qui rouvre ses portes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
classique/opéra 32 la terrasse 284 février 2020 re dirA ber 0 `e HORTENSE CARTIER -B1 BRAHMS MARDI 25 FÉVRIER 20H30 THEATRE DU RANELAGH medgew.r.rer 11B il Lioamat É ir.u.r>et.n. ReeridatiallS  : "strarturliticartierbresson Ad am damne. am Ip I.IpiCi41.1.« MI4WI1CI.1 MIM.M.M.M,31. LE CONCERT DE L’HOSTEL DIEU Franck-Emmanuel Comte Lyon Marseille Londres… Tce ET PHILHARMONIE de paris/ORATORIO ET OPÉRA EN CONCERT Les Grandes Voix Avec la Petite Messe solennelle de Rossini puis Les Pêcheurs de perles de Bizet, la saison des « Grandes Voix » fait la part belle à la jeune génération. Le ténor Amitai Pati à la Philharmonie. Acteur essentiel de la scène lyrique depuis près de trente ans, la série des « Grandes Voix » proposée par Frédérique Gerbelle à la tête de Céleste Productions voyage ce mois-ci du Théâtre des Champs-Élysées à la Philharmonie. Pour la Petite Messe solennelle, ultime et singulier chef-d’œuvre de Rossini, sont réunis la soprano Hasmik Torosyan, la contralto Anthea Pichanick et le ténor Cyrille Dubois. Quelques jours plus tard, la Philharmonie accueille une version de concert des Pêcheurs de perles où l’on pourra découvrir deux solistes plus que prometteurs  : le ténor samoan Amitai Pati et la soprano Angélique Boudeville, lauréate du concours Voix nouvelles en 2018. Jean-Guillaume Lebrun Théâtre des Champs-Élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Lundi 24 février à 20h. Tél. 01 49 52 50 50. Philharmonie de Paris, 221 av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Mardi 3 mars à 20h30. Tél. 01 44 84 44 84. bAroque au fEmi,nin Compositrices baroques et création musicale concerts, tables rondes, web-série, chorale « Voix féminines et solidaires », création contemporaine… En savoir plus concert-hosteldieu.com/baroque-au-feminin Garth Badger ILE-DE-FRANCE/PHILHARMONIE DE PARIS/OPéRA EN FAMILLE, DèS 8 ANS Le Scarabée d’or En 2017, Dai Fujikura, compositeur en résidence à l’Orchestre national d’Île-de- France, s’empare d’une nouvelle d’Edgar Allan Poe (The Gold Bug, 1843) pour composer, sur un livret signé Hannah Dübgen, un opéra « tout public ». Le compositeur japonais Dai Fujikura. Dans l’Île de Sullivan, en Caroline du Sud, le chercheur William Legrand trouve un magnifique scarabée doré qui le fascine, et le pique… Tel est le point de départ d’un récit dans lequel le compositeur voit avant tout celui d’une chasse au trésor. « Et pas n’importe quel trésor  : un trésor enfoui par des pirates ! » précise le compositeur, visiblement amusé par cette histoire qui lui a inspiré un opéra au rythme particulièrement vivant et animé – l’influence de la musique américaine répétitive s’y fait souvent ressentir – où il est aussi question de la famille, de l’amitié, de messages codés et de courage… « Les personnages principaux de l’opéra, qui ont à peu près le même âge que les enfants qui verront cet opéra, échouent parfois mais ils retentent leur chance. Ils persévèrent. Si vous avez un rêve il est important de persévérer. » souligne Dai Fujikura. « Sur le plan de la composition, je n’ai pas fait le moindre compromis ; j’ai écrit ma musique comme je l’aurait fait en toutes circonstances. Cela a été un projet ambitieux », ajoute-t-il. Créé avec un immense succès au Théâtre de Bâle, en langue allemande, en mars 2018, l’ouvrage connaît aujourd’hui sa première française dans une traduction et mise en scène de Mirabelle Ordinaire, avec l’Orchestre National d’Île-de- France dirigé par Jean Deroyer, et une distribution vocale réunissant Elise Chauvin (soprano), Sarah Laulan (mezzo-soprano), Fabien Hyon (ténor), Paul-Alexandre Dubois (baryton) et Daniel Grice (basse). Jean Lukas Philharmonie de Paris, salle des concerts de la Cité de la Musique, 75019 Paris. Mercredi 8 avril à 15h. Tél. 01 44 84 44 84. Et aussi  : le 25 février au Blanc-Mesnil (93) ; le 28 à la Maison des arts de Créteil (94) et le 1er mars au Théâtre Luxembourg de Meaux (77). THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES/SYMPHONIQUE Wiener Philharmoniker/Intégrale Beethoven Andris Nelsons dirige les neuf symphonies en quatre concerts au Théâtre des Champs-Élysées. Les neuf symphonies de Beethoven ont rythmé la vie musicale viennoise du xix e siècle naissant. Elles sont aujourd’hui encore l’un des piliers de toute une tradition incarnée par Seiji Okumiya Le chef Andris Nelsons. l’Orchestre philharmonique de Vienne, dont les interprétations, quels que soient les chefs invités, font évidemment référence. Formé au conservatoire de Riga, sa ville natale, puis à Saint-Pétersbourg, Andris Nelsons a un rapport très personnel à la musique, assez peu soucieux de s’inscrire dans les pas de ses prédécesseurs. Les musiciens viennois l’ont néanmoins choisi pour cette intégrale beethovénienne, au disque (DG) et en tournée. Il doit bien y avoir une raison. La même qui l’a amené à la tête des orchestres de Boston et Leipzig  : l’excellence. Jean-Guillaume Lebrun Théâtre des Champs-Élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Les 25, 26, 28 et 29 février à 20h. Tél. 01 49 52 50 50. SALLE GAVEAU/PIANO Lukas Geniušas Le pianiste russe joue Prokofiev, Schubert et Reynaldo Hahn. Le pianiste Lukas Geniušas a remporté à 20 ans le Deuxième prix du Concours Chopin de Varsovie. Déjà invité à la salle Gaveau en décembre 2018 par la série des Concerts de Monsieur Croche, le pianiste russe Lukas Geniušas fait son retour dans un récital que ne laisseront pas passer les amoureux du piano indifférents aux critères de notoriété. Car si cet encore jeune pianiste qui fêtera ses trente ans en 2020 n’est pas un inconnu, loin s’en faut, car il parcourt les scènes les plus prestigieuses (en France, régulièrement celle de la Roque d’Anthéron) et a glané dans sa prime jeunesse de nombreux Prix internationaux, il ne fait pas non plus partie du cercle fermé et souvent arbitraire des jeunes stars qui monopolisent l’attention. Son nouvel enregistrement, déjà salué avec enthousiasme par la critique, est consacré à Prokofiev (chez Mirare). Le compositeur russe sera logiquement au programme de ce récital parisien, aux côtés de Schubert (Allegretto in C minor D.915 ; Quatre Impromptus D.935 op. Posthume 142) et, plus surprenant car l’œuvre ne court pas les programmes, de Reynaldo Hahn avec des extraits du cycle Le Rossignol éperdu. Un recueil éminemment poétique et nostalgique dont son auteur a déclaré qu’il avait « presque entièrement été écrit avec des larmes ». Jean Lukas Salle Gaveau, 45 rue La Boétie, 75008 Paris. Mercredi 26 février à 20h30. Tél. 01 49 53 05 07. La Terrasse, premier média arts vivants en France Marco Borggreve Jean-Baptiste Millot
Nikolaj Lund THéâTRE DES ABBESSES/MUSIQUE DE CHAMBRE Deux voyages d’hiver MUSéE D’ORSAY/ATHéNéE THéâTRE louis-jouvet/SCHUBERT Au musée d’Orsay, un récital du grand ténor Christoph Prégardien. À l’Athénée le retour d’un spectacle de théâtre musical mettant en scène la chanteuse Noëmi Waysfeld et le pianiste Guillaume de Chassy. Spécialiste du répertoire des lieder allemands, Christoph Prégardien compte parmi les plus importants ténors en activité. Ses interprétations du lied schubertien en particulier sont toujours des rencontres privilégiées, marquées autant par un engagement émotionnel fort que par une maîtrise vocale et une diction parfaites. À soixante ans passés, la voix de Christoph Prégardien n’a évidemment plus le tranchant limpide de ses jeunes années mais sa science musicale et sa connaissance intime d’un cycle tel que Le Voyage d’hiver (Winterreise), dernier recueil d’un Schubert à l’aube de la mort, qu’il a Trio con Brio Copenhagen Un trio (avec piano) de premier plan dans des œuvres de Tchaïkovski, Mendelssohn et Bent Sørensen. Une formation danoise de premier ordre à découvrir aux Abbesses  : le Trio con Brio Copenhagen. La scène musicale scandinave, trop peu représentée dans les programmations musicales françaises, regorge de talents magnifiques. Parmi ceux-ci, cette formation d’excellence danoise qui vient de fêter ses vingt ans d’existence, considérée par la presse internationale comme l’un des tout meilleurs trios avec piano du circuit. L’ensemble qui a remporté à ses débuts toutes les compétitions internationales du genre, dont l’ARD à Munich, « Vittorio Gui » à Florence ou le « P2 Artists Prize » dans son pays, s’est particulièrement distingué avec une intégrale (toujours en cours) des trios de Beethoven sur le label Orchid Classics. Les sœurs Soo-Jin Hong (violon) et Soo-Kyung Hong (violoncelle) ainsi que Jens Elvekjaer au piano ont pourtant choisi d’autres partitions pour leur prochain concert parisien  : le Trio n°2 opus 66 de Mendelssohn, le Trio « à la mémoire d’un grand artiste » de Tchaïkovski et enfin Phantasmagoria, une œuvre qui leur fut dédiée par le compositeur danois Bent Sørensen (né en 1958), qui témoigne de la grande place laissée au répertoire contemporain de la formation danoise. Jean Lukas Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, 75018 Paris. Samedi 29 février à 16h. Places  : 5 à 19  € . D. R. chanté mille fois et dont il a percé tous les secrets, font plus que jamais de chacune de ses interprétations la promesse d’un moment rare. Christoph Prégardien sera accompagné lors de ce récital exceptionnel par un autre éminent connaisseur de ce répertoire, chambriste hors-pair et spécialiste de l’accompagnement, le pianiste allemand Ulrich Eisenlohr. Solitude et rêverie musicale C’est sur les mêmes chemins du désespoir romantique, dans le même climat d’errance solitaire, que l’on pourra rejoindre la chanteuse et comédienne Noëmi Waysfeld et le THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES/2 PIANOS Andreas Staïer Schubert à quatre mains, avec la complicité d’Alexandre Melnikov. Andreas Staïer, invité des Concerts du Dimanche Matin. Pianiste, claveciniste, piano-fortiste, Andreas Staïer a depuis quatre décennies imposé une façon de faire de la musique aussi inventive, virtuose, sensible que philologique, sans jamais que l’aspect savant de son approche ne se manifeste autrement que par un résultat qui fait oublier la rigueur de son travail. Le voici assis devant le même grand piano à queue de concert moderne pour un récital Schubert à quatre mains qu’Alexandre Melnikov, formé, lui, chez Lev Naoumov au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, depuis longtemps passé du côté lumineux de la force que représentent les beaux pianos d’Erard, Pleyel ou Blüthner du xixe siècle. Sans pour autant oublier les pianos modernes dont il serait bien difficile de se passer dans un grand théâtre à l’italienne. Alain Lompech Théâtre des Champs-Élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Dimanche 1er mars à 11h. Tél. 01 49 52 50 50. AUDITORIUM DU LOUVRE/CONCERT BAROQUE Mystères baroques Vincent Dumestre et son Poème Harmonique nous emmènent dans une plongée baroque mêlant répertoire sacré et profane. Dans le cadre du cycle « Voyage en Italie » qui fait écho à la superbe rétrospective consacrée à Léonard de Vinci ainsi qu’à une prochaine exposition dédiée aux sculptures de la Renaissance de Donatello à Michel Ange, Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr Jean-Baptiste Millot Antoine Cirou Un voyage d’hiver à l’Athénée, où Schubert rencontre Elfriede Jelinek. pianiste Guillaume de Chassy, deux musiciens bien différents, nomades dans l’âme, la première adepte des chants du monde, le second flirtant souvent avec le monde du jazz… Le metteur en scène Christian Gangneron les entraîne dans une rêverie théâtrale et musicale, conçue dans le décor d’une création vidéo en perpétuel mouvement, apportant aux poèmes de Wilhelm Müller mis en musique par Schubert des échos contemporains à travers des extraits du monologue Winterreise de l’écrivaine autrichienne Elfriede Jelinek, à O hauts-de-seine Nr LE DÉPARTEMENT SS. GrantThomton L'ilstinctdelomcmissece" Vincent Dumestre, inlassable défricheur de la musique baroque. l’Auditorium du Louvre propose une incursion dans l’Italie baroque. Sous la houlette L’orchestre de La Seine Musicale PERFORMANCE INTERACTIVE PASTORAL FOR THE PLANET La Symphonie n°6 « Pastorale » de Beethoven et des œuvres de Reicha, Rietz, Fanny Mendelssohn, Weber dans un dispositif participatif et des projections à 360° qui interrogent notre rapport à la Nature et à l’écologie. LA FURA DELS BAUS LAURENCE EQUILBEY INSULA ORCHESTRA 26 et 27 février 2020 insulaorchestra.fr LA SEINE MUSICALE AUDITORIUM la fois référence à Schubert et dénonciation virulente des déviances de notre époque. Jean Lukas Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion-d’Honneur, 75007 Paris. Jeudi 20 février à 20h. Tél. 01 53 63 04 63. Places  : 35  € . Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet, square de l’Opéra Louis-Jouvet, 7 rue Boudreau, 75009 Paris. 6 représentations du 28 février au 7 mars. Tél. 01 53 05 19 19. de Vincent Dumestre, le Poème Harmonique nous entraîne dans la musique du Seicento où le répertoire sacré se rapproche de l’opéra quand les deux ne se confondent pas  : tel le Pianto della Madonna que Monteverdi reprend pour son célèbre lamento d’Ariane en n’en modifiant que le texte ! Un concert qui voyage de Venise à Rome, avec des œuvres de Monteverdi et de ses contemporains comme Luigi Rossi, interprétées par les voix de Camille Poul, Claire Lefilliatre, Nicholas Scott, Romain Bockler et Benoît Arnould. Isabelle Stibbe Auditorium du Louvre, musée du Louvre, 75001 Paris. Mercredi 4 mars à 20h. Tél. 01 40 20 55 00. 1=1 bible la terrasse TIOISIMULEMIS Julien Benhamou B111411 2030 classique/opéra 33 la terrasse 284 février 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :