La Terrasse n°283 janvier 2020
La Terrasse n°283 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°283 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : le Banquet de Mathilda May.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
théâtre 4 la terrasse 283 janvier 2020 catherine FROT THÉÂTRE DE LA PORTE MARTIN DEDIENNE..'. ef.,‘ LA - je CARPE ET LE A PARTI VINCENT DU 14 FÉVRIER2020 R D ft, Ne la terrasse Rrockupt 1.11ICIR11011 bheabres parisiens USSOCIeS C0111 LAPIN UN CADAVRE EXQUIS DE CATHERINE FROT ET VINCENT DEDIENNE 01 42 08 00 32 PORTE MARTIN.COM MAGASINS FNAC, FNAC.COM ET SUR L’APPLI TICK&LIVE f ance-tv critique Le reste vous le connaissez par le cinéma T2G – Théâtre de Gennevilliers/DE Martin Crimp, d’après Euripide/mes et scénographie Daniel Jeanneteau En juillet dernier, au Festival d’Avignon, le metteur en scène Daniel Jeanneteau a créé Le reste vous le connaissez par le cinéma, une version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide imaginée par l’auteur britannique Martin Crimp. Un spectacle d’une puissance rare, repris au Théâtre de Gennevilliers. Œdipe, Jocaste, Créon, Antigone, Etéocle, Polynice… Ils paraissent sortir d’une torpeur obscure et immémorielle. Ces grands personnages viennent ici rejouer, devant les spectateurs contemporains que nous sommes, les luttes de pouvoir, les déchirements, les déchainements de violence à travers lesquels ils ont marqué l’histoire du théâtre et se sont inscrits dans la mémoire collective. Au sein de la mise en scène de Le reste vous le connaissez par le cinéma conçue par Daniel Jeanneteau, ces figures mythiques sont extirpées du néant, telles d’augustes marionnettes, par un groupe de lycéennes d’aujourd’hui. Des jeunes filles au charisme déconcertant (Delphine Antenor, Marie- Fleur Behlow, Diane Boucaï, Juliette Carnat, Imane El Herdmi, Chaïma El Mounadi, Clothilde Laporte, Zohra Omri) qui forment le chœur de cette pièce Détails Théâtre du Rond-Point/DE Lars Norén/MES Frédéric Bélier-Garcia en imposant, à l’intérieur d’une salle de classe délabrée, la dimension éminemment concrète, vivante, spontanée de leur présence théâtrale. Ce sont elles, les Phéniciennes. Elles qui, placées au centre du texte de Martin Crimp, sont à l’origine de la proposition passionnante que révèle cette réécriture de la tragédie d’Euripide. Effets de contraste et de saisissement Une proposition qui joue sur les effets de contraste et de saisissement résultant de la rencontre de mondes qui n’ont pas coutume de se côtoyer. Le monde de personnages contemporains pleins d’ironie, de liberté, face au monde solennel de figures antiques. Le monde brut et instinctif d’interprètes amateures face au monde recherché de comédiennes et comédiens de Entre failles de l’intime et secousses de l’universel, deux femmes et deux hommes traversent vaille que vaille les années 1990. Mis en scène par Frédéric Bélier-Garcia au Théâtre du Rond-Point, Détails éclaire une époque qui prend l’eau de toute part. Une comédie mâtinée de tragique signée Lars Norén. Lars Norén dit de Détails qu’il s’agit peut-être de son texte le plus autobiographique. D’un texte qu’il a écrit au présent, à la fin des années 1990. « C’est une pièce qui s’étend sur dix ans, explique l’auteur suédois né en 1944 (…), une pièce qui parle du monde à travers des détails infimes. On sait la présence de guerres dans le Golfe, au Moyen-Orient, en Europe. On parle du sida, des problèmes de l’Afrique. (…) J’ai aimé écrire cette pièce qui s’apparente à l’étrangeté d’une fresque fantastique, même s’il ne s’agit que d’une composition faite de détails réalistes. » Ainsi, entre Stockholm, New York et Florence, quatre personnages s’aiment, se trahissent, se séparent, avancent, hésitent, se débattent, cherchent désespérément le bonheur… Ils nous parlent de ce que nous sommes en croisant petits événements de l’intime et grandes questions de l’époque dans laquelle ils vivent. Les détails d’un grand tableau humain Sous la direction de Frédéric Bélier-Garcia, ce sont les comédiennes et comédiens Laurent Capelluto, Isabelle Carré, Ophélia Kolb et Antonin Meyer-Esquerré qui donnent corps aux Détails, mis en scène par Frédéric Bélier-Garcia. trente scènes de cette saga humaine universelle. Des scènes qui composent « les détails d’une grande photo, d’un grand tableau, trop grand, comme notre vie, pour qu’on l’envisage globalement », fait remarquer le metteur en scène. Créée au Quai, à Angers, le 17 décembre dernier, reprise en ce début d’année à Paris, au Théâtre du Rond-Point, la comédie tragique de Lars Norén vise à décrire un monde complexe, rapide, fragmenté… Un monde de plus en plus difficile à appréhender qui, entre joies et épreuves, s’apparente à « un sourire triste  : curieux mélange de rire et de douleur ». Manuel Piolat Soleymat Théâtre du Rond-Point, 2 bis av. Franklin- Delano-Roosevelt, 75008 Paris, salle Renaud- Barrault. Du 8 janvier au 2 février 2020, à 21h. Représentation supplémentaire le 1er février à 15h30. Relâche les lundis, ainsi que les 12 et 14 janvier. Les dimanches à 15h. Durée de la représentation  : 2h. Tél. 01 44 95 98 21. www.theatredurondpoint.fr. également du 3 au 6 mars 2020 à la Comédie de Reims. Christophe Martin
Arnaud Declair Mammar Benranou Le reste vous le connaissez par le cinéma, mis en scène par Daniel Jeanneteau. théâtre émérites (Dominique Reymond, Axel Bogousslavsky, YannBoudaud, Philippe Smith, Solène Arbel, Quentin Bouissou, Jonathan Genet, Elsa Guedj, Stéphanie Béghain…). Tous ces rapprochements créent de véritables moments de grâce, d’exaltation, au cours desquels les lignes de force du mythe se voient réactivées par les élans de notre temps. Traversé par des questionnements sur les rapports de pouvoir, la barbarie, la légitimité politique, le devoir individuel, le poids de l’histoire, le vivre ensemble, le spectacle de Daniel Jeanneteau entrelace savant et populaire, antique et modernité. Il fait ainsi se rejoindre lyrisme et quotidienneté. Une façon magistrale de repenser le théâtre et de réinterroger les désordres du monde. Manuel Piolat Soleymat History of violence. T2G – Théâtre de Gennevilliers, Centre dramatique national de création contemporaine, 41 av. des Grésillons, 92230 Gennevilliers. Du 9 janvier au 1er février 2020. Le lundi, le jeudi et le vendredi à 20h, le samedi à 18h, le dimanche à 16h. Durée de la représentation  : 2h15. Spectacle vu lors de sa création au Festival d’Avignon, le 16 juillet 2019. Tél. 01 41 32 26 26. www.theatre2gennevilliers.com également du 7 au 15 février 2020 au Théâtre national de Strasbourg ; du 10 au 14 mars au Théâtre du Nord ; les 20 et 21 mars au Théâtre de Lorient. Histoire de la violence Théâtre de la Ville – Les Abbesses/D’après édouard Louis/MES Thomas Ostermeier Après Retour à Reims de Didier Eribon, Thomas Ostermeier adapte et met en scène une autre autofiction à forte dimension sociologique  : Histoire de la violence du très polémique Édouard Louis. En mars dernier, Stanislas Nordey propulsait l’écriture d’Édouard Louis sur les devants de la scène théâtrale avec Qui a tué mon père. Un seul en scène écrit pour l’occasion, dont le comédien et metteur en scène incarne le personnage principal  : Edouard Louis luimême, ou du moins un garçon qui lui ressemble étrangement, racontant sa relation avec son père ouvrier. C’est à présent au tour de Thomas Ostermeier de se consacrer à l’écriture du jeune romancier, découverte lors de sa mise en scène de Retour à Reims de l’auteur et sociologue Didier Eribon, qui fut le professeur et mentor d’Édouard Louis. Et qui a en commun avec lui une origine sociale similaire. Et un même besoin de fuir les violences homophobes exercées par son entourage, sujet central d’Histoire de la violence aujourd’hui adapté par le metteur en scène allemand. Une nuit d’amour et de haine Car pour lui, ce roman est « un panorama inquiétant de la violence structurelle, une attaque de nos sociétés soi-disant égalitaires et humanistes ». Quatre comédiens (Christoph Gawenda, Laurenz Laufenberg, Renato Schuch et Alina Stiegler) et un musicien portent une histoire dont Édouard Louis est la victime. Fidèles à la structure fragmentaire et à la polyphonie du roman, ils jouent la rencontre entre l’auteur et Reda, un jeune homme kabyle le soir de Noël. En changeant constamment de personnages – seul Édouard Louis n’est incarné que par un seul comédien –, les interprètes du spectacle reconstituent leur nuit d’amour et de récits qui se transforme en cauchemar. En vol, en viol. Créé avec la collaboration d’Édouard Louis, cette Histoire de la violence a été conçue dans une forme relativement légère, minimaliste, qui contrairement aux créations précédentes de Thomas Ostermeier pourra voyager facilement. Et s’installer un peu partout, dans des lieux plus modestes que le Théâtre de la Ville. Anaïs Heluin Théâtre de la Ville – Les Abbesses, 31 rue des Abbesses, 75018 Paris. Du 30 janvier au 15 février 2020, tous les jours à 20h, sauf le dimanche à 18h. Tél. 01 42 74 22 77. www.theatredelaville-paris.com 10a25jam 2020 CENT QUATRE #104 PARIS Festival itel édition Les Singuliers Des artistes singuliers, des formes plurielles avec Lucie Antunes Catastrophe Dominique Dalcan Olivier Marti n-Saivan aallikeeelleessecaannnneeasseonniiaaddeemeeppoollssIddi Guillaume Billère Denis Mariotte Nosfell Ismaël Joffrey Ctiandoutis Laurent Bazin Thomas Bellini Marie Vialle Antoine Defoort théâtre 5 la terrasse 283 janvier 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 1La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 64