La Terrasse n°283 janvier 2020
La Terrasse n°283 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°283 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,8 Mo

  • Dans ce numéro : le Banquet de Mathilda May.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
théâtre 18 la terrasse 283 janvier 2020 Uheabres parisiens aSSOCIOS.COITI r—A—) (/) -I— CD C en N -0 CD (1) en (1)r. elje 71 ; 11 n1 17.'ir THÉÂTRE, CRÉATION GALILÉE CIE DE LA JEUNESSE AIMABLE MISE EN SCÈNE LAZARE HERSON-MACAREL NAVETTE DEPUIS PARIS LE VEN. 31 JAN. DU 21 JANV. 1-1 AU 05 AVR, MAJORANA 370 (MISE EN SCÈNE = Xavier Gallois) I THÉÂTRE jean or CLAMART p SCÈNE TERRITORIALE POUR LES ARTS DE LA MARIONNETTE, LE THÉÂTRE D'OBJET ET AUTRES FORMES MÊLÉES Théâtre Jean Arp (hors les murs) résa. 01 71 10 74 31 theatrejeanarp.com DU 30 JAN. AU 2 FÉV. 2020 LA DISPARITION ÉNIGMATIQUE D’UN GÉNIE VISIONNAIRE (TEXTE = Florient Azoulay + Élisabeth Bouchaud) (ASSISTANTE À LA MISE EN SCÈNE = Sandrine Delsaux) ()EU = Manon Clavel + Sylvain Debry + Mégane Ferrat + Benjamin Guillet + Jean-Baptiste Levaillant + Marie-Christine Letort + Alexandre Manbon + Simon Rembado) (SCÉNOGRAPHIE = Luca Antonucci) (CRÉATION MUSICALE = Olivier Innocenti) (CRÉATION SONORE = Florent Dalmas) (CRÉATION LUMIÈRES = Matthieu Ferry) (COSTUMES = Delphine Treanton) Production : RBID Productions/ILLUSTRATION  : Clément Vuil lier LA REINE BLANCHE, 2 bis passage Ruelle — PARIS/reineblanche.com atelier-valmy.com/Odile Chambaut & Aurélia Vuillermoz Maxence & Jonas entretien/Arnaud Desplechin Angels in America Comédie-Française/DE Tony Kushner/MES Arnaud Desplechin Après Père d’August Strindberg en 2015, Arnaud Desplechin revient à la Comédie-Française pour sa deuxième mise en scène de théâtre. Le cinéaste signe l’entrée au répertoire d’Angels in America, pièce de Tony Kushner qui nous replonge dans l’Amérique de Ronald Reagan, époque marquée au fer rouge par l’épidémie de sida. Que gardez-vous à l’esprit d’essentiel de votre première création théâtrale, réalisée en 2015 à la Comédie-Française ? Arnaud Desplechin  : Le rapport à l’acteur. Au théâtre, il y a quelque chose de singulièrement bouleversant dans le rapport à l’acteur, qui est totalement différent au cinéma. Cette différence tient au fait qu’au théâtre, lors des représentations, les acteurs sont seuls sur scène. Le metteur en scène n’est plus à leurs côtés pour les guider, les aider. Tout doit alors venir d’eux. J’ai un très grand respect pour cette solitudelà. Au théâtre, on perd le rapport fusionnel que l’on peut avoir au cinéma avec les interprètes, mais on gagne en émotion, on gagne en respect et en écoute d’autrui. Le théâtre m’a appris à écouter pleinement la voix des actrices ou des acteurs. Théâtre de la Commune/conception Däper Dutto Acteurs ! Un spectacle qui veut rendre aux acteurs la place primordiale qui est la leur dans l’invention du théâtre  : c’est Acteurs ! Acteurs ! En création à la Commune. Il faudra demander à Marie-José Malis l’origine de ce pseudonyme de Däper Dutto, concepteur fictif d’un spectacle visant à effacer la place du metteur en scène pour rendre la leur aux acteurs. Acteurs ! part d’un incontestable constat  : la figure du metteur en scène est écrasante dans le théâtre contemporain – surtout public serait-on tenté d’ajouter. En réaction, Acteurs ! fait place à neuf comédiens et comédiennes, habituels compagnons des créations de la directrice de la Commune. Ensemble, ils tentent de saisir « ce que peut l’acteur pour nous tous » dans un mélange « de recherches partagées, explicitées, de dévoilement de la cuisine des acteurs, mais aussi des mystères, des évènements et des numéros d’acteurs non élucidés, non explicités ». éric Demey Théâtre de la Commune, 2 rue Edouard- Poisson, 93300 Aubervilliers. Du 16 au 26 janvier, mardi à 14h30, mercredi et jeudi à 19h30, vendredi à 20h30, samedi à 18h, dimanche à 16h. Tél. 01 48 33 16 16. Isabel Oed Avez-vous l’impression que la scène vous a fait évoluer en tant que cinéaste ? A. D.  : Oui, car elle m’a appris à travailler différemment, notamment avec ce qu’on appelle les acteurs naturels, c’est-à-dire non-professionnels. Grâce à mon expérience de théâtre, je me suis autorisé à les laisser improviser, plutôt que de leur faire dire des textes que j’avais écrits pour eux. Par ailleurs, lorsque je suis amené à utiliser, au cinéma, des sources documentaires, j’envisage à présent ce qui est mythologique dans ces mots de tous les jours, ce qui est important, crucial, absolument cinématographique… Le théâtre m’a appris à me pencher pour ramasser un mot, à le hisser par l’art de l’acteur jusqu’à ce qu’il fasse texte. Qu’est-ce qui est à l’origine de votre envie de mettre en scène Angels in America ? A. D.  : La conjonction de deux événements politiques  : l’élection de Donald Trump et la sortie au cinéma de 120 battements par minute, film sur les années Act Up. Ces deux choses ont provoqué en moi une étincelle. J’ai eu envie de raconter cette histoire, de mettre en regard les années Reagan, que traverse la pièce de Kushner, et les années Trump dans lesquelles nous vivons. Il m’a semblé important d’interroger la façon dont on est passé Théâtre de Paris/DE ET MES Mathilda May Le Banquet Le Théâtre de Paris reprend le spectacle écrit et mis en scène par Mathilda May. Une comédie burlesque et sans paroles sur un banquet de mariage. Le Banquet. Comme dans son précédent opus, Open Space, sur les employés d’une compagnie d’assurance, Mathilda May imagine dans Le Banquet un spectacle visuel, musical et sans paroles, où elle passe au crible un repas de noces. La metteuse en scène et autrice convie sur scène dix mimes, danseurs, chanteurs et acteurs pour donner vie à ce banquet de mariage, « moment charnière » vécu comme « enfermement ou ouverture, sacrifice ou promesse », ainsi qu’elle le décrit. Créé au Rond-Point en 2018 et récompensé de deux Molières, le spectacle est ici repris au Théâtre de Paris, où les sons, la musique country de Dolly Parton, les onomatopées ou les borborygmes rivalisent de drôlerie avec le mime, les grimaces et le langage des corps. Un théâtre original qui n’est pas sans évoquer le cinéma muet au temps du noir et blanc. Isabelle Stibbe Théâtre de Paris, 15 rue Blanche, 75009 Paris. À partir du 14 janvier 2020. Du mardi au samedi à 20h30, les dimanches à 15h30. Relâches exceptionnels le 17 janvier et les 20, 21, 22 mars 2020. Tél. 01 48 74 25 37. Giovanni Cittadini Cesi
Marc Antoine Serra Shanna Besson Le metteur en scène et cinéaste Arnaud Desplechin. « Le théâtre de Kushner vient faire vaciller le privilège des amours hétérosexuelles et je trouve ça délicieux ! » de Gorbatchev à Poutine, de Tchernobyl à Fukushima, du trou dans la couche d’ozone au réchauffement climatique global… L’histoire ne se répète pas, elle trébuche. Mettre aujourd’hui en lumière ce trébuchement est d’une actualité profonde. Je dois également dire que monter une pièce de Shakespeare était l’un de mes rêves de petit garçon. Ce rêve, je ne l’accomplirai jamais, car je n’en ai pas le savoir théâtral. Mais comme Angels in America est rempli de références à Shakespeare, créer cette pièce est pour moi un peu une façon de réaliser ce rêve. J’ajouterais que la Comédie-Française est l’endroit parfait pour mettre en scène ce texte, qui est devenu un classique tout en restant profondément scandaleux. Hubert Colas. propos recueillis/Hubert Colas En quoi vous semble-il scandaleux ? A. D.  : Il est scandaleux, car il est politiquement engagé, incorrect, vivide. Il convoque un théâtre de l’impureté, qui mélange le trivial, le merveilleux, le mythologique, le politique, l’univers des séries télé… Le théâtre de Kushner vient faire vaciller le privilège des amours hétérosexuelles et je trouve ça délicieux ! Comment vous en êtes-vous emparé ? A. D.  : J’ai réalisé beaucoup de coupes, puisque l’une des règles de l’alternance, à la Comédie-Française, est que les spectacles durent moins de trois heures. J’ai travaillé par condensation, ce qui permet de faire ressortir de façon très forte les motifs amoureux qui composent Angels in America. J’ai essayé de respecter au maximum la structure de la pièce, dans un montage assez cinématographique, en essayant d’éclairer l’idée philosophique que porte ce texte  : l’idée que nous ne sommes tous qu’une collection de singularités, que nous pouvons donc joyeusement abandonner la notion d’universel pour embrasser nos particularités. Donner corps à cette vision revient à essayer de représenter, sur scène, le monde entier. D’une certaine façon, dans Angels in America, Tony Kushner établit une compétition entre le théâtre et le cinéma. Il parvient ainsi à nous montrer que ce n’est pas le cinéma qui peut tout représenter, mais bien, comme il l’écrit lui-même, le « merveilleux THÉâTRAL ». Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat Comédie-Française, salle Richelieu, place Colette, 75001 Paris. Du 18 janvier au 22 mars 2020. En alternance. Matinées à 14h, soirées à 20h30. Tél. 01 44 58 15 15. www.comedie-francaise.fr Nous campons sur les rives Nanterre-Amandiers, Centre dramatique national/De Mathieu Riboulet/MES Hubert Colas Avec Nous campons sur les rives, Hubert Colas offre une traversée en deux temps de l’œuvre de Mathieu Riboulet. Où il est question d’être là, parmi les vivants. Surtout ceux qui évoluent en marge de la société. national des arts et des écritures contemporaines Actoral que je dirige à Marseille, je l’ai invité plusieurs fois à venir lire ses derniers romans. Soufflée par plusieurs amis, l’idée de créer un spectacle autour de son œuvre m’a souvent traversé ces dernières années. Mais c’est en retrouvant le comédien Frédé- « L’écriture de Mathieu Riboulet m’accompagne depuis des années. La manière dont elle s’attache aux êtres en marge de la société me touche. J’aime la façon dont l’auteur, qui nous a quittés en 2018, a puisé dans son intimité pour parler de la différence, avec une grande sobriété. Avec élégance et noblesse. C’est pourquoi dans le cadre du festival interric Leidgens, lui aussi amoureux du verbe de l’écrivain, que cela s’est concrétisé. Nous a ensuite rejoints Thierry Raynaud, compagnon de longue date qui partage mon grand intérêt pour les écritures contemporaines. Une méditation sur la notion de présence au monde Frédéric porte le texte qui donne son titre au spectacle, Nous campons sur les rives. Écrit et prononcé par Mathieu Riboulet en 2017 à l’occasion du Banquet du livre de Lagrasse, ce récit est une méditation sur l’époque et la notion de présence au monde. Sur la nécessité de transmettre aussi, accentuée par la maladie dont l’auteur se savait alors atteint. Thierry Raynaud s’empare quant à lui d’un texte très différent, Lisières du corps, où il est question du désir. Avec son humanité, son empathie habituelle, l’écrivain y rapporte sa découverte du plus grand sauna gay de Cologne. Et interroge le regard porté sur un corps malade, chaotique. Ces deux textes sont porteurs d’images fortes, que je veux donner à voir et à entendre en toute sobriété. Comme un hommage au disparu et à tous ceux dont il s’est fait le porte-voix. » Propos recueillis par Anaïs Heluin Nanterre-Amandiers, Centre dramatique national, 7 av. Pablo-Picasso, 92000 Nanterre. Du 23 au 26 janvier et du 6 au 9 février 2020. Les jeudis et vendredis à 20h, les samedis et dimanches à 18h. Tél. 01 46 14 70 00. www.nanterre-amandiers.com E théâtre des quartiers d'ivry centre dramatique national du val-de-marne SPLENDEUR ABI MORGAN/DELPHINE SALKIN Christiane Cohendy, Roxanne Roux, Laurence Roy, Anne Sée DU 21 AU 25 JANVIER AU THÉÂTRE-SÉNART, LIEUSAINT theatre-senart.com Kévin, portrait d’un apprenti converti texte Amine Adjina mise en scène Jean-Pierre Baro 17 — 26 jan 2020 DU 28 AU 31 JANVIER AU THÉÂTRE 71, MALAKOFF theatre71.com Et en tournée… du 4 au 8 février 2020 à La MC2 Grenoble – Scène nationale, le 20 février 2020 à MA scène nationale – Pays de Montbéliard, le mardi 3 mars à Le Manège – Scène nationale Maubeuge, le vendredi 6 mars à La Comète – Scène nationale de Châlons-en-Champagne, les 10 et 11 mars 2020 MCB° à la Maison de la culture de Bourges, du mardi 24 au vendredi 27 mars au Théâtre de l’Archipel, Scène nationale de Perpignan. 01 43 90 11 11 Photo Sofiane Hamida Renard - Licences n°1-1089159 2-1088510 3-1088511 théâtre 19 la terrasse 283 janvier 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 1La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 2-3La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 4-5La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 6-7La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 8-9La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 10-11La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 12-13La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 14-15La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 16-17La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 18-19La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 20-21La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 22-23La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 24-25La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 26-27La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 28-29La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 30-31La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 32-33La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 34-35La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 36-37La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 38-39La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 40-41La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 42-43La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 44-45La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 46-47La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 48-49La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 50-51La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 52-53La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 54-55La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 56-57La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 58-59La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 60-61La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 62-63La Terrasse numéro 283 janvier 2020 Page 64