La Terrasse n°282 décembre 2019
La Terrasse n°282 décembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de décembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : la Chute de la maison, mis en scène par Jeanne Candel et Samuel Achache.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
théâtre 8 la terrasse 282 décembre 2019 La Société Publique Locale « Le CARREAU DU TEMPLE », N°SIRET 789 772 571 00012 - APE 9103 Z, N°licences  : n°1 - 1068243, n°2-1068240, n°3 - 1068241 Conception graphique  : Et d’eau fraîche Photo Mon képi blanc Hervé Bellamy Ne pas jeter sur la voie publique entretien/Samuel Achache et Jeanne Candel Festival Bruit  : de nouvelles aventures au Théâtre de l’Aquarium Théâtre de l’Aquarium/Festival La Compagnie La vie brève a pris la tête, en juillet dernier, du Théâtre de l’Aquarium. Ses deux codirecteurs artistiques, Samuel Achache et Jeanne Candel, nous présentent le projet qu’ils ont imaginé pour ce lieu de création qui ouvrira désormais ses portes aux publics, à l’hiver puis au printemps, à l’occasion d’un festival intitulé Bruit. Première édition de ce rendez-vous biannuel entre théâtre et musique  : du 3 décembre au 25 janvier. Quelles sont les grandes lignes du projet pour lequel vous avez été nommés à la direction du Théâtre de l’Aquarium ? Jeanne Candel  : Notre idée première a été de transformer ce théâtre en maison de création pour le théâtre et la musique. Ces deux disciplines pourront s’entremêler de toutes sortes de façons au sein des spectacles qui naîtront à l’Aquarium. Ou alors, dans d’autres cas, elles ne se mélangeront pas du tout… Samuel Achache  : Lorsque nous disons maison de création, nous envisageons cette notion au sens propre du terme. Nous souhaitons que l’Aquarium devienne un lieu qui, au-delà des spectacles auxquels assistera le public, puisse offrir du temps de recherche et de gestation aux artistes, sans que ces périodes de résidence aboutissent nécessairement à des représentations. Ce temps de création est un temps fondamental  : il permet aux idées de naître, de se développer, de s’essayer, de rater, d’être recommencées… PARIS I LE CARREAU DU TEMPLE MON KÉPI BLANC TEXTE SONIA CHIAMBRETTO MISE EN SCÈNE HUBERT COLAS THÉÂTRE MERCREDI 18 ET JEUDI 19 DÉCEMBRE 2019 19H30 Une traversée de l’univers de la Légion par la voix d’un soldat, bouleversée et bouleversante. WWW.CARREAUDUTEMPLE.EU 01 83 81 93 30 Les deux éditions annuelles du Festival Bruit ne seront donc que les parties émergées de tout ce qui se passera, durant la saison, à l’Aquarium… S. A.  : Oui, l’Aquarium accueillera des compagnies tout au long de l’année, comme une pépinière artistique, même lorsque nos portes ne seront pas ouvertes aux publics. J.C.  : Les artistes seront néanmoins libres, à n’importe quel moment d’une résidence, d’inviter des spectateurs à assister à leur chantier de création. Notre projet prévoit également de réhabiliter l’atelier de l’Aquarium pour développer une activité de construction de décors éco-responsable, activité qui passera par la création « d’une matériauthèque » à partir d’anciens éléments de décors recyclés. Nous proposerons aux compagnies, dans le même esprit de réhabilitation, de puiser dans le large fonds de costumes qui s’est constitué tout au long de l’histoire du Théâtre de l’Aquarium. Sur quels critères choisissez-vous les compagnies accueillies en résidence ? 14c4u9niierr 12 terrasse Jeanne Candel et Samuel Achache de la Compagnie La vie brève. « L’Aquarium accueillera des compagnies tout au long de l’année, comme une pépinière artistique… » S. A.  : Les choses se font de façon très empirique. On rencontre de nombreux artistes. Il y a aussi beaucoup de compagnies que l’on connait et dont on souhaite soutenir le travail. Cela, bien sûr, en portant une attention particulière aux créateurs qui nouent des relations entre le théâtre et la musique, dynamique qui se trouve au cœur de l’identité de notre propre compagnie. J.C.  : Au-delà des résidences ponctuelles, trois compagnies seront associées pour plusieurs saisons à l’Aquarium  : le Umlaut Big Band, la Compagnie Lieux-Dits de David Geselson et l’Ensemble Correspondances de Sébastien Daucé. Nous partagerons avec eux, durant trois saisons, l’outil que constitue l’Aquarium, ce qui nous amènera à animer tous ensemble la vie du théâtre. Un vestiaire en fête avec les comédiennes membres de la compagnie La Part des Anges. Deux longues décennies avant de voir les hommes d’Aimé Jacquet remporter le second titre mondial de l’histoire du football français, les filles du Stade de Reims, entraînées depuis dix ans par Pierre Geoffroy, ont représenté la France à Taipei en 1978 et sont reparties avec le titre d’équipe Championne du Monde en poche, quoique cette compétition féminine fut alors non officielle. Une formidable performance, la plus belle peut-être du football féminin français, la plus confidentielle aussi. Présentes à la Première rémoise de Féminines, qui retrace leur aventure – pièce créée au Centre Dramatique National de Caen où l’auteure et metteuse en scène Pauline Bureau est artiste associée – les pionnières n’ont pas dissimulé leur émotion. Une émotion largement partagée due au talent comme à la profonde humanité de celle qui s’est emparée du sujet en amplifiant ses résonnances actuelles sur fond d’engagement féministe. Mais pas seulement. « Ce spectacle », explique-t-elle « est une D. R. critique Féminines Quelles propositions composent la première édition du Festival Bruit ? S. A.  : On retrouvera certains de nos propres spectacles – La Chute de la maison, Demi- Véronique et Chewing-gum Silence – ainsi que des créations de nos artistes associés  : Pastorale et Psyché de Sébastien Daucé et L’Ensemble Correspondances, Bal Swing du Umlaut Big Band, Lettres non-écrites de David Geselson et la Compagnie Lieux-Dits. Cette première édition présentera également Les Dimanches de Monsieur Dézert de Lionel Dray, Eclipse de Katja Hunsinger, A Concert called landscape de Josse de Pauw et Kris Defoort, Les Héros de Josse de Pauw et Dominique Pauwels, La Maison d’Inne Goris, Variété de Sarah Le Picard, Une Schubertiade du Trio A. Storni, Idées musicales de Maxime Kurvers, Voyage Voyage d’Anne-Lise Heimburger, La Morille est-elle un poisson ou un gibier ? de Mel Malonga et Laurent Papot, Grand Bazar d’Antonin-Tri Hoang et Eve Risser, ainsi qu’un concert de Katchakine. J.C.  : Bruit n’est pas construit autour d’une thématique. L’idée de ce festival est de réunir une constellation d’artistes aux univers singuliers, des artistes qui ont pour point commun d’expérimenter des formes autour du théâtre et de la musique, d’interroger les rapports des publics à ces deux disciplines ainsi que, parfois, la notion même de représentation. Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat Théâtre de l’Aquarium, Cartoucherie de Vincennes, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris. Du 3 décembre 2019 au 25 janvier 2020. Tél. 01 43 74 99 61. www.theatredelaquarium.net Théâtre des Abbesses/Texte et mes Pauline Bureau/Dramaturgie Benoîte Bureau De ses entretiens conduits avec les membres de l’équipe rémoise de football féminin devenue Championne du Monde à la fin des années 1970, l’auteure et metteuse en scène Pauline Bureau fait comédie. Féminines dispute la légèreté humoristique de sa tonalité à la profondeur existentielle de son propos.comédie sur des thèmes qui peuvent paraître légers mais qui font écho à des questions plus profondes ». Aussi parvient-elle à entrecroiser la dimension sociale, celle des combats des femmes ouvrières, industrieuses décidées à améliorer leurs conditions de travail dans les années soixante, et l’engagement sportif de ces femmes qui ont osé être, sur un terrain de football, là où on ne les attendait pas, là où peut-être elles-mêmes ne s’attendaient pas. D’efficaces ressorts tragi-comiques En faisant la part belle à la biographie de ces destins féminins d’exception replacés dans le contexte socio-historique qui fut le leur, Pauline Bureau fait trembler les lignes des frontières des genres et des clichés liés à l’imaginaire sportif avec beaucoup de tendresse et d’humour. À cet égard, certaines séquences d’une grande drôlerie sont d’anthologie. Qui ne se souviendra pas des quelques pas de danse classique exécutés par la future Pierre Grosbois
Elizabeth Carecchio critique Nous pour un moment Odéon Théâtre de l’Europe – Ateliers Berthier/d’Arne Lygre/MES Stéphane Braunschweig Le directeur du Théâtre national de l’Odéon crée Nous pour un moment, d’Arne Lygre, sur la scène des Ateliers Berthier. Entre beauté formelle et intensité dramatique, une fugue existentielle sur les palpitations et les déséquilibres de l’humain. GlennMarausse, Virginie Colemyn et Chloé Réjon dans Nous pour un moment. Fidèle de l’œuvre d’Arne Lygre, qu’il investit aujourd’hui pour la quatrième fois (après Je disparais et Jours souterrains en 2011, Rien de moi en 2014), le metteur en scène et scénographe Stéphane Braunschweig présente une création très aboutie de Nous pour un moment (texte publié chez L’Arche Editeur). attaquante de l’équipe, prisonnière du tutu rose réglementaire ? Les ressorts de la veine tragi-comique font de bout en bout merveille, activés par l’énergie des comédiennes et des comédiens pour la plupart membres de longue date de la Compagnie La Part des Anges fondée par la metteuse en scène. Les choix scénographiques organisent rigoureusement le récit épique. Sur le plateau, les tableaux réalistes tournent autour du terrain, de l’intimité des vestiaires jusqu’à celle des salons familiaux en passant par celle de la vie ouvrière. Au grand écran qui le surplombe sont réservées les scènes tournées en extérieur, matchs filmés mélangeant les actrices de Féminines à des joueuses professionnelles. On s’y croit. Et avec elles, on peut croire, comme le dit Marinette, qu’il est possible de sortir de « rêves étriqués » pour « rêver plus grand ou rêver autrement », ou comme nous y invite Dominique croire qu’il est possible de « vivre une histoire (…) qui donne un sens à la vie ». Marie-Emmanuelle Dulous de Méritens Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, 75018 Paris. Du mercredi 27 novembre au samedi 7 décembre 2019, le mardi 3 décembre, les mercredis, jeudis, vendredis, samedis, à 20h, le dimanche 1er décembre à 15h. Tél. 01 42 74 22 77. Durée  : 2h. Spectacle vu à la Comédie de Reims, Centre Dramatique National. En tournée  : Théâtre Roger Barat, Herblay, le 10 décembre 2019 ; Théâtre de Dijon Bourgogne, Centre Dramatique National, du 16 au 20 décembre 2019 ; Théâtre de Cesson-Sévigné, le 9 janvier 2020 ; Le Granit, Scène Nationale de Belfort, les 14 et 15 janvier 2020 ; Théâtre de Fossur-Mer, le 21 janvier 2020 ; Théâtre Le Liberté, Scène Nationale de Toulon, le 24 janvier 2020 ; Le Bateau Feu, Scène Nationale de Dunkerque, les 4 et 5 février 2020 ; Théâtre d’Angoulême, Scène Nationale, les 10 et 11 mars 2020 ; La Filature, Scène Nationale de Mulhouse, les 18 et 19 mars 2020 ; Théâtre La Piscine Châtenay-Malabry, les 24 et 25 mars 2020 ; Le Nest, Centre Dramatique National de Thionville, le 31 mars 2020 à 14h et à 20h. Une création qui impressionne visuellement et dramaturgiquement. Transformé en plan d’eau, le plateau des Ateliers Berthier voit la vingtaine de protagonistes de la pièce, jambes immergées jusqu’aux chevilles, évoluer au sein d’un bassin. Ces femmes et ces hommes sont par moments cantonnés à l’avant-scène, dans un espace en angle délimité par deux murs. Sur ces hauts murs, apparaissent les substantifs qui leur servent de noms  : une personne, un ou une ami-e, une connaissance, un ou une inconnu-e, un ou une ennemi-e. À d’autres moments, le plateau s’ouvre, laissant envisager l’intégralité du bassin. Clairs-obscurs à l’abstraction saisissante, effets d’ondes et de miroitements  : d’un dépouillement radical, la scénographie de Stéphane Braunschweig offre un écrin magnifique aux mots et aux situations de cette fugue sur les vicissitudes de l’existence. La difficulté d’être au monde Mais cet éclat esthétique ne serait que peu de chose sans la densité humaine à laquelle donnent corps, tout au long de la représentation, Anne Cantineau, Virginie Colemyn, Cécile Coustillac, GlennMarausse, Pierric Plathier, Chloé Réjon et Jean-Philippe Vidal. Les sept comédiennes et comédiens voyagent avec beaucoup d’aisance d’un rôle à un autre. Ils confèrent chair et à-propos à l’écriture d’Arne Lygre. Cette écriture profonde mais économe, qui entremêle styles direct et indirect, qui fait se succéder dans des mouvements acérés des bribes d’existences, pourrait à la lecture sembler formaliste. La grande réussite de Stéphane Braunschweig est de chasser cette impression pour créer non seulement de la fluidité, mais de la vérité. Vérité d’êtres qui se rencontrent, se parlent, se découvrent, éclairent les circonstances de leurs rapprochements comme de leur inaptitude fondamentale à nouer des relations durables. Vérité de femmes et d’hommes qui font un pas de côté pour dire qui ils sont, pour révéler les choses qui stimulent ou écrasent leur vie. Exposant ainsi les perspectives de leurs incertitudes et de leurs tourments, toutes et tous nous font ressentir, avec force, les chemins escarpés de leur difficulté d’être au monde. Manuel Piolat Soleymat Odéon Théâtre de l’Europe – Ateliers Berthier, 1 rue André-Suarès, 75017 Paris. Du 15 novembre au 14 décembre 2019. Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h. Durée de la représentation 1h35. Tél. 01 44 85 40 40. www.theatre-odeon.eu également du 22 au 30 janvier 2020, Théâtre national de Strasbourg. SCÈNE NATIONALE cie du veilleur, ars nova jeanne added nathalie béasse josette baïz, groupe grenade chloé & vassilena serafimova malandain ballet biarritz jonathan capdevielle turak théâtre gaëlle bourges les cris de paris jean-françois sivadier les ballets de monte-carlo julie berès david bobée, caroline mutel, sébastien d’hérin collectif nightshot collectif petit travers, ensemble tactus kery james david farjon cie suave, alice ripoll orchestre national d’île-de-france marion siéfert julie duclos émilie rousset, maya boquet tiago rodrigues antonin tri hoang, samuel achache fabrice melquiot, théâtre du centaure amala dianor orchestre national de jazz compagnie la mondiale générale Les Rencontres InCité, arts, sciences, société #4 LA VILLE DE DEMAIN ET SES DÉFIS Tables rondes & conférences, spectacles, cinéma... 14 - 21 MARS... théâtre 9 la terrasse 282 décembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :