La Terrasse n°282 décembre 2019
La Terrasse n°282 décembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de décembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : la Chute de la maison, mis en scène par Jeanne Candel et Samuel Achache.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
théâtre 12 la terrasse 282 décembre 2019 fele critique Jacqueline, écrits d’art brut En tournée/Conception Olivier Martin-Salvan Dans Jacqueline, écrits d’art brut, le comédien Olivier Martin- Salvan se fait accompagner du musicien Philippe Floch pour porter sur scène la grande liberté du verbe de plusieurs auteurs dits « bruts ». Et interroger la capacité du théâtre à assumer leur démesure. Sur scène, Olivier Martin-Salvan a le goût des langues qui débordent. Son enthousiasme, son énergie vont aux écritures qui se foutent de toutes les normes, aussi bien en matière de grammaire, de syntaxe et de vocabulaire qu’en ce qui concerne les idées et les comportements. Cette liberté, le comédien l’a déjà trouvée chez des auteurs très différents, tels que Novarina, Rabelais et Jarry, dont il a incarné le père Ubu sur bien des routes. À commencer par celles d’Avignon et alentours en 2018, dans le cadre du Festival. Avec Jacqueline, écrits d’art brut, il franchit un pas de plus dans son aventureux parcours en s’éloi- VILLE DE PARIS ÉQUIVALENCE QUADRI PIS_18_12778_VILLE_DE_PARIS_LOGO_VERTICAL_POS_CMJN 27/11/2018 24, rue Salomon de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE Tél.  : +33 (0)1 57 32 87 00/Fax  : +33 (0)1 57 32 87 87 CYAN 100% MAGENTA 40% NOIR 80% Web  : www.carrenoir.com Ce fichier est un document d’exécution créé sur Illustrator version CS6. 14 > 18 DÉC. Cartoucherie 75012 Paris T. 01 43 28 36 36 www.la-tempete.fr gnant des grands auteurs français pour s’intéresser à des voix marginales. À des écrits dits « bruts », recueillis pour beaucoup à la sortie d’hôpitaux psychiatriques par diverses personnes contactées par Olivier Martin-Salvan au cours d’un long travail de recherche. Quelques-uns étant aussi extraits du recueil Écrits bruts, dont les textes rassemblés par Michel Thévoz font partie de la collection d’Art Brut de Lausanne. Avec le musicien et compositeur Philippe Floch, qui intervient ici en tant que bricoleur sonore, l’artiste tente ainsi de montrer que, de même qu’il existe des œuvres plastiques et littéraires « brutes », texte et interprétation Sébastien Bravard mise en scène Clément Poirée ÉLÉMENTAIRE OPTRAKEN Inspiré de faits réels GALACTIK « UN SPECTACLE ENSEMBLE DE CIRQUE MAXIMALISTE » WILLY WOLF La Contrebande Licences 1 - 1056504/2 - 1056528/3 - 1056529/ photo Olivier Bonnet/Conception graphique  : Jeanne Roualet CIRQUE DU 14 DÉC. 2019 AU 4 JANV. 2020 106 RUE BRANCION 75015 PARIS 01 56 08 33 88 photo  : Milan Szypura Jacqueline, écrits d’art brut. il peut exister un théâtre de cet acabit. Une démarche passionnante, porteuse d’interrogations sur l’art théâtral qui auraient mérité d’apparaître davantage dans la pièce, que ce soit par les mots ou autrement. La révolte par la langue L’entrée en matière « brute » de Jacqueline est d’une grande délicatesse, d’un onirisme qui installe une atmosphère hors du temps. Hors des conventions théâtrales. Dans une cage où l’on découvrira bientôt la présence de Philippe Floch, s’épanouit un objet non identifié – quelque part entre la fleur et le squelette – tandis que sur le sol, s’agite un amas de tissus façon Christian Boltanski modèle très réduit, réalisé par les sculpteurs, performeurs et metteurs en scène Clédat & Petitpierre. Olivier Martin-Salvan en émerge bientôt, aussi géant qu’à son habitude, et se lance dans le premier de ses textes. « J’ai eu trois maris, j’ai eu des trillions des billions d’enfants (…) Je suis le commencement du monde et j’ai vécu des siècles », dit-il. Sans incarner tout à fait son personnage aux accents mythologiques, il prête à son grand corps quelques traits féminins. critique Chewing gum Silence La Dynamo de Banlieues Bleues, Théâtre de l’Aquarium…/Conception Antonin Tri Hoang/MES Samuel Achache Compositeur multi-instrumentiste, Antonin Tri Hoang signe avec Chewing gum Silence son premier spectacle tout public. Une fable sur la place de la mélodie dans notre quotidien, mise en scène par Samuel Achache. Chewing gum Silence. Dans le jazz d’Antonin Tri Hoang, la question de la mémoire s’exprime sous forme de montages et de collages, de flash-back et de répétitions. En 2016, il a créé avec le quartet Novembre un premier concert-spectacle. Le genre n’est donc pas nouveau pour le musicien, qui s’associe cette fois au metteur en scène Samuel Achache, connu pour son théâtre musical ou théâtre-opéra. Pour les spectacles hybrides, décalés, qu’il invente seul ou avec Jeanne Candel au sein de la compagnie La vie brève, à la tête du Théâtre de l’Aquarium depuis cette année. Destiné au tout public, Chewing gum Silence est une fable musicale qui interroge l’importance de la mélodie dans la vie. Cela à travers une histoire fantastique aux accents Avant de s’en séparer pour faire place à une autre voix, à une autre démesure. Celle du personnage éponyme par exemple, dont la logorrhée rythmée par des « et cetera » s’en prend à toutes les autorités, médicales en particulier. Un motif récurrent dans toutes les paroles portées par l’artiste, qui ont d’ailleurs vite fait de ne plus bien se distinguer les unes des autres. En refusant de choisir entre incarnation et distance, Olivier Martin-Salvan fait entendre la singulière beauté de ces témoignages, mais peine à en exprimer toute la révolte, toute la subversion. Anaïs Heluin Le Quartz, Scène Nationale de Brest, 60 rue du Château, 29200 Brest. Le 4 décembre 2019 à 20h20, et les 4 et 6 décembre à 19h30. Tél. 02 98 33 70 70. Durée  : 1h. Spectacle vu au Tandem à Arras le 7 novembre 2019. Également les 12 et 13 décembre au Théâtre de Sartrouville ; le 17 décembre à L’Empreinte, Scène nationale Brive-Tulle ; du 10 au 15 janvier 2020 au Cenquatre-Paris, les 28 et 29 janvier à la Maison de la Culture de Bourges… absurdes, dont l’héroïne a perdu la musique qui lui sert à dormir et à rêver. Et qui débarque dans un lieu hors du monde et du temps, où sont stockées et produites toutes les mélodies du monde. Commence alors un jeu musical porté par trois interprètes  : Antonin Tri Hoang, accompagné de la pianiste, chanteuse et réalisatrice Jeanne Susin, et du musicien et comédien Thibault Perriard. Musique en boîtes Perché derrière une grande pile de cartons, Thibault Perriard ouvre Chewing gum Silence à la manière d’un conférencier déjanté. Comparant par exemple La Marseillaise à un navet – certains l’aiment, d’autres le détestent –, La Terrasse, premier média arts vivants en France éric Garault Raphaël Mesa
D. R. il met en place des équivalences entre univers musical et objets quotidiens. Avec humour et subtilité, il installe les bases d’un langage compréhensible par tous, car « chacun a son propre répertoire de mélodies. Depuis le plus jeune âge, nous nous constituons une bibliothèque d’airs associés à des souvenirs, à des émotions particulières dont nous sommes les seuls spécialistes ». Les cartons évoqués plus tôt sont au cœur de ce drôle de vocabulaire  : contenant les morceaux, ils permettent aux trois artistes en scène de donner très simplement forme à l’immatériel. En les ouvrant tels des boîtes de Pandore, ils donnent à imaginer tout un monde sonore caché, dont Antonin Tri Hoang et Thibault Perriard, dans les rôles d’employés du lieu de stockage, sont les maîtres lunaires. Vite rejoints par Jeanne Susin au chant, au piano et aux percussions, les deux artistes mettent leurs instruments au service de la recherche de l’insomniaque. Ils revisitent avec talent toutes sortes de morceaux connus. Ils leur inventent des personnalités, qui les obligent à imaginer de singulières manières de jouer, aussi touchantes que comiques. Malgré une partition théâtrale parfois plus faible que son importante part musicale, Chewing gum Silence emmène ainsi tout le monde dans son étonnant sillage. Anaïs Heluin La Dynamo de Banlieues Bleues, 9 rue Gabrielle-Josserand, 93500 Pantin. Le 7 décembre 2019 à 14h30 dans le cadre du Festival d’Automne. Tél. 01 49 22 10 10. www.banlieuesbleues.org. Également les 20 et 21 décembre et les 10 et 11 janvier 2020 au Théâtre de l’Aquarium dans le cadre du festival Bruit, et le 17 janvier au Théâtre Alexandre Dumas à Saint-Germainen-Laye. Vu le 23 novembre 2019 au Nouveau Théâtre de Montreuil – CDN. entretien/Pierre Richard Monsieur X Théâtre de l’Atelier/texte et mes Mathilda May Pierre Richard endosse le rôle de Monsieur X dans un spectacle conçu pour lui par Mathilda May. Dans la lignée de Buster Keaton ou de Charlie Chaplin, le comédien renoue avec un genre qu’il affectionne particulièrement  : le burlesque sans paroles. Comment est né ce « solo visuel » écrit pour vous par Mathilda May ? Pierre Richard  : Nous ne nous connaissions pas. Je suis allé voir ses deux spectacles [Open Space et Le Banquet,ndlr] et je lui Pierre Richard. ai dit tout le bien que j’en pensais. Son univers est un peu le mien, évidemment. Peutêtre un mois après, elle m’a appelé, nous avons pris un verre ensemble et elle m’a exprimé son envie de faire un spectacle avec moi. Au début, j’ai cru qu’elle voulait m’inclure dans sa compagnie mais elle a précisé que je serais seul en scène dans un spectacle écrit et mis en scène par elle. La dizaine de pages qu’elle m’a fait lire m’ont tout de suite séduit. J’ai dit oui, c’était une évidence. « J’ai toujours été beaucoup plus proche de la gestuelle que du texte. » Qui est ce Monsieur X que vous interprétez ? P.R.  : C’est un personnage qui vit tout seul dans son appartement, une grande pièce où il n’est finalement pas si seul que cela. Il est en contact permanent avec ses objets qui sont des amis ou des ennemis, non pas indomptables mais avec qui il se querelle. Et il est en contact avec le tableau qu’il peint  : une dame dans une forêt. Cette dame est au fond sa créature, sa compagne – picturale, certes mais quand même. Le spectacle est ainsi fait des petites choses du quotidien qui prennent parfois tout à coup des envolées complètement surréalistes. On passe souvent de la réalité au rêve. Comment aborde-t-on un rôle muet ? Est-ce que tout était déjà écrit par Mathilda May ? P.R.  : Oui même si depuis que les répétitions ont commencé, nous ne nous interdisons pas de rebondir sur l’écriture si nous trouvons plus drôle ou plus émouvant. Ce sont les actions qui sont écrites, je n’ai pas à me souvenir du texte mais de ce que je fais et surtout de comment je vais le faire. Cela pose souvent de réels problèmes mais j’ai toujours été beaucoup plus proche de la gestuelle que du texte. Dans mes premiers films, qui étaient burlesques, si j’ai ajouté des paroles, c’est parce que je ne pouvais pas faire au xx e siècle les films muets de Chaplin ou Keaton. Il n’en reste pas moins que j’ai toujours eu tendance à raconter une histoire avec ma propre gestuelle, qui est très personnelle, plutôt qu’avec des dialogues. On peut très bien exprimer les choses avec ses yeux, ses jambes, ses bras, sans avoir à parler. De ce point de vue, nous sommes totalement complémentaires avec Mathilda May. Est-ce dû à des filiations communes ? P.R.  : Probablement. La première fois que je l’ai rencontrée, après Open Space, elle m’a dit  : « Il y a trois personnes qui m’ont inspirée  : Chaplin, Tati et vous ! » Le compliment n’était pas mince. Elle a les mêmes inspirations, les mêmes goûts que moi pour le burlesque ou le burlesque poétique. Propos recueillis par Isabelle Stibbe Théâtre de l’Atelier, place Charles-Dullin, 75018 Paris. Du 10 décembre 2019 au 8 mars 2020. Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h. Relâche le lundi. Relâches exceptionnels du 7 au 14 janvier inclus. Tél. 01 46 06 49 24. Durée  : 1h10. Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr ! EIRE MIS POUI RNON AIRE Théâtre du Radin LES BEAUX DE LÉONORE CONFINO MISE EN SCÈNE CÔME DE BELLESCIZE AVEC ÉLODIE NAVARRE EMMANUEL NOBLET LUMIÈRE  : THOMAS COSTERG SON  : LUCAS LELIÈVRE COSTUMES  : COLOMBE LAURIOT-PRÉVOST DÉCOR  : CAMILLE DUCHEMIN 111111141 1.11111.1141IMI111111111111. LOCATION  : 01 42 08 00 32 p etitstmartin.com MAGASINS FNAC, FNAC.COM ET SUR L'APPLI TICK&LIVE Théâtre dut Radin CAROLINE SILHOL-LIVI ET LE THÉÂTRE DU PETIT SAINT-MARTIN LOCATION:01 42 08 00 32 petitstmartin.com FIMALAC PRÉSENTENT GRÉGORY GADEBOIS D’APRÈS L’ŒUVRE DE DANIEL KEYES ADAPTATION GÉRALD SIBLEYRAS DÉCORS GUY ZILBERSTEIN LUMIÈRES ARNAUD JUNG - SON MICHEL WINOGRADOFF MISE EN SCÈNE ANNE KESSLER SOCIÉTAIRE DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE À PARTIR DU 14 JANVIER 2020'ACACIAS FNAC, FIAC.0011 ET SUR L'AMI TICKALIVEeie DERNIÈRES Téléramaisorties la terrasse nova "ON EST HAPPÉ, SUBJUGUÉ, BOULEVERSÉ" FIGAROSCOPE J "SENSIBLE, ÉMOUVANT, PRODIGIEUX" TELERAMA TTT "TERRIBLEMENT HUMAIN… ET TRÈS DRÔLE" PARIS MATCH "GRÉGORY GADEBOIS  : LE NOUVEAU RAIMU" L’OBS 11, = la terrasse Télérana théâtre 13 la terrasse 282 décembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :