La Terrasse n°281 novembre 2019
La Terrasse n°281 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°281 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : jazz en oppositions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
jazz/comédie musicale 60 la terrasse 281 novembre 2019 En direct avec les artistes Génération Spedidam Génération Spedidam BAL BLOMET/PARIS/JAZZ/VIOLON Line Kruse « Invitation » Installée de longue date à Paris, la violoniste danoise est allée jusqu’à Cuba pour enregistrer son nouvel album. « La musique cubaine, c’est la première chose qui s’est écrite sur ma page blanche après le conservatoire au Danemark », se souvient Line Kruse. Venue s’installer à Paris au sortir de ses études, la violoniste a en effet débarqué dans une Ville Lumière gagnée par la fièvre de la salsa. Parmi ses premiers engagements, un groupe de musique traditionnelle cubaine qui jouait toutes les semaines en public. Elle s’y est familiarisée avec le phrasé, a développé sa culture rythmique  : « Cela m’a semblé très évident » dit-elle en y repensant. Ce sera la naissance d’une passion, et une porte d’entrée vers bien d’autres aventures musicales d’inspiration latino-américaine, comme sa participation au Gotan Project ou ses collaborations avec le percussionniste argentin Minino Garay. Cubas si ! Line Kruse, pour autant, n’avait encore jamais mis le pied à La Havane. « Né de la curiosité de voir Cuba », son disque a fini par l’y emmener. Elle y a enregistré accompagnée par le trio du pianiste Harold Lopez-Nussa, l’un des nouveaux grands noms du piano jazz cubain, qui partage avec elle une culture classique et un amour de la musique russe qui s’incarne notamment dans une adaptation inattendue du second mouvement du concerto pour violon de Prokofiev. « Tout de suite, ils font danser la musique », s’émerveille-t-elle au souvenir des séances. Autre invitée de taille, STUDIO DE L’ERMITAGE/PARIS/JAZZ/TROMBONE D. R. la chanteuse Daymé Arocena, nouveau joyau de La Havane. Rentrée à Paris, Line Kruse a paré l’ensemble d’une étoffe de cordes qui donne à son disque une profondeur subtile. Une « Invitation » à laquelle il est difficile de résister. Vincent Bessières Bal Blomet, 33 rue Blomet, 75015 Paris. Mardi 26 novembre à 20h30. Tél. 07 56 81 99 77. Places  : 15 à 20 € . Daniel ZimmermannDichotomie’s Le tromboniste présente un groupe à l’instrumentation atypique et au répertoire délibérément plus complexe qu’il n’y paraît. Pourquoi faudrait-il choisir entre le grave et le léger, l’abstrait et le lyrique, la complexité et la sensibilité ? Daniel Zimmermanns’y refuse depuis un petit bout de temps, et ce ne sont pas ses « Dichotomie’s » qui le verront changer de philosophie. Le tromboniste « aime l’idée de la musique à plusieurs lectures ». Que sous le fun pointe la recherche formelle. Que sous le funk, les métriques soient biscornues. Que quelque chose cloche quand tout a l’air fluide. Son nouveau groupe — comme le disque qui paraît chez Label Bleu le 15 novembre — en est une nouvelle illustration. Larges horizons Tubiste à ses heures, le tromboniste s’est demandé pourquoi le tuba n’était pas davantage utilisé comme basse dans le jazz, en dehors des fanfares. L’idée lui a trotté dans la tête un moment, avant qu’il ne bifurque vers une autre option d’instrumentation  : celle d’avoir recours au saxophone basse. Ce saxophone, qui n’est pas le plus grave dans sa famille (mais pas loin), allie la profondeur de registre avec des possibilités de phrasé virtuose, surtout quand il est confié à un musicien tel que Rémi Sciuto (entendu notamment au sein du Sacre du Tympan). Il joue le rôle de bassiste tout en s’échappant parfois en première ligne. Pour compléter cette équipe « ouverte à 360° », le tromboniste a choisi le pianiste Benoît Delbecq et le Philippe Gontier Sylvain Gripoix batteur Franck Vaillant, deux musiciens qui partagent une même aptitude à groover en dehors des sentiers battus. Quant à Daniel Zimmermann, il raconte ses histoires, chante ses bonheurs et sa mélancolie, avec cette légèreté grave qu’il déploie avec talent à chaque mouvement de coulisse. Vincent Bessières Studio de l’Ermitage, 8 rue de l’Ermitage, 75020 Paris. Mardi 3 décembre à 21h. Tél. 01 44 62 02 86. Places  : 13 à 15 € . *La SPEDIDAM répartit des droits à plus de 110 000 artistes dont près de 37 000 sont ses associés et soutient environ 40 000 manifestations chaque année. www.spedidam.fr BOULOGNE-BILLANCOURT/JAZZ Jazz à la Seine Musicale Trois concerts marquants à l’affiche de la salle de l’Ile Seguin. Un géant de l’Histoire du Jazz  : Kenny Barron, en solo le 18 novembre à l’auditorium de la Seine Musicale. Le magnifique auditorium de la Seine Musicale, aux proportions et acoustiques parfaites pour le jazz, affiche en novembre trois concerts de choc. Le Cross Currents Trio et ses trois géants ouvrent le feu avec un jazz contemporain aux résonnances indiennes délivré par Chris Potter (saxophone), Dave Holland (contrebasse) et Zakir Hussain (tablas, percussions). Un groupe imaginé par Hussain, dans la lointaine continuité de son légendaire Shakti en tandem avec John McLaughlin, qui vient de signer avec Good Hope son tout premier album (le 16/11). Egalement au programme, à suivre  : un mano a mano à distance lors de la même soirée entre deux générations de pianistes américains  : le légendaire Kenny Barron, partenaire historique de Dizzy Gillespie ou Stan Getz (parmi tant d’autres), en solo, puis Jason Moran, de trente ans son cadet, de retour avec son mémorable trio du début des années 2000 composé de Tarus Mateen à la contrebasse et Nasheet Waits à la batterie (le 18/11) ; et enfin la rencontre intrigante et forcément prometteuse du pianiste et compositeur Tigran Hamasyan (et son trio) avec l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg dirigé par Teddy Abrams (le 23/11). Jean-Luc Caradec Auditorium de La Seine Musicale, Ile Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt. Les 16, 18 et 23 novembre à 20h ou 20h30. Tél. 01 74 34 54 00. Places  : 27 à 55 € . NEW MORNING/JAZZ Christian Scott aTunde Adjuah Le bad boy du jazz, trompettes customisées et look de mage, veut renouer avec le savoir ancestral de la musique. Christian Scott, nouvelle star de la trompette. Profondément ancré dans la Louisiane et les traditions musicales propres à La Nouvelle- Orléans tout en étant marqué par les sons urbains contemporains – à commencer par la trap music –, Christian Scott a pour ambition de révéler des continuums de musiques et des correspondances entre les formes issues de la diaspora ouest-africaine que les frontières entre les genres ont tendance à masquer. D’où la présence dans son groupe d’un percussionniste qui fait battre le son des tambours John SannDelphine Diallo en quête de cet « Ancestral Recall », qui donne son titre à son dernier album. Mystique. Vincent Bessières New Morning, 7-9, rue des Petites-écuries, 75010 Paris. Dimanche 17 novembre à 20h. Tél. 01 45 23 51 41. Places  : 30 € . BAL BLOMET/JAZZ Kyle Eastwood Le contrebassiste et bassiste signe un nouvel album inspiré par l’univers du 7 e art  : Cinematic (Jazz Village) Les inspirations cinématographiques de Kyle Eastwood. Kyle Eastwood a hérité des deux amours de son père  : le jazz et le cinéma. Mais à l’inverse du grand Clint, il a choisi le jazz pour s’exprimer professionnellement et le cinéma pour s’évader… « Le cinéma est ma seconde passion » confirme sobrement Kyle Eastwood. Dans ce nouvel opus, il plonge avec délectation dans la relecture de grands thèmes de l’histoire de la musique du cinéma qui l’ont marqué  : Bullitt de Lalo Schifrin, Taxi Driver de Bernard Herrmann, Les Moulins de mon cœur de Michel Legrand (chanté par la française Camille Bertault), The Eiger Sanction de John Williams ou encore, pour ne citer que les plus fameuses, Pink Panther d’Henry Mancini. Seule référence à sa propre carrière de compositeur pour l’image (essentiellement pour les films de Clint Eastwood comme Mystic River, Million Dollar Baby ou Letters From Iwo Jima)  : Gran Torino joué deux fois, d’abord dans une version vocale, avec Hugh Coltman en invité, puis en clôture de l’album dans une magnifique approche 100% instrumentale. Avec Andrew McCormack (piano), Chris Higginbottom (batterie), Quentin Collins (trompette et bugle) et Brandon Allen (saxophones). Jean-Luc Caradec Bal Blomet, 3 rue Blomet, 75015 Paris. Les 20 et 21 novembre à 20h30. Tél. 07 56 81 99 77. VINCENNES/JAZZ Rita Payés La jeune tromboniste et chanteuse catalane, en duo avec sa mère la guitariste Elisabeth Roma, vient de signer un nouvel album intitulé « Imagina ». Rita Payès, chanteuse et tromboniste, en duo avec sa mère. Retenir ce nom ne devrait pas être un gros effort  : il est déjà sur toutes les lèvres comme une bonne nouvelle que l’on aime à répéter…. Tromboniste habile au son franc et tendre et chanteuse à la musicalité joliment tramée D. R. Jérôme Bonnet
Angela Sterling Un Américain à Paris reprise/Châtelet/comédie musicale/de George et Ira Gershwin/mes Christopher Wheeldon Cinq ans après y avoir été créée, la comédie musicale de Gershwin revient au Châtelet pour les fêtes de fin d’année. Dire qu’il a fallu plus de soixante ans avant que le célèbre film de Vincente Minelli, Un Américain à Paris, ne devienne une comédie musicale ! On s’en souvient, c’était en 2014 au Théâtre du Châtelet  : au terme d’une coproduction inédite entre l’institution parisienne et deux producteurs de Broadway, le spectacle y était présenté en création mondiale sous l’impulsion de Jean-Luc Choplin. Un triomphe, avant d’être auréolé à New York de 4 Tony Awards et de poursuivre son succès au cours d’une grande tournée aux États-Unis et en Asie. Bouclant la boucle, la comédie musicale revient pour 43 représentations au Châtelet, dans le théâtre rénové désormais dirigé par Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot dit Prévost. Ce sera l’occasion de découvrir ou de revoir le destin de Lise, une jeune danseuse juive qui s’est cachée pendant la guerre et rencontre un GI américain encore à Paris, Jerry Mulligan. Joie de vivre et inventivité musicale Transposée dans le Paris de la Libération par le librettiste Craig Lucas, alors que le film la situait en 1949, l’histoire prend une épaisseur particulière, que n’avait peut-être pas osé le film de Minelli, la guerre étant encore trop par un discret voile rauque, Rita Payés vient de signer un deuxième album sous son nom. Après avoir beaucoup joué en quintet très jazz, entourée de musiciens comme Fabien Mary (trompette) ou Vincent Bourgeyx (piano), elle vient de signer avec sa mère, grande guitariste classique, un disque intimiste aux répertoires et sonorités plus ouverts et universels, regardant avec insistance du côté du Brésil… À l’image du morceau qui donne son titre à l’album  : Imagina cosigné Chico Buarque et Tom Jobim. Un régal. Jean-Luc Caradec Petit Sorano, 16 rue Charles-Pathé, 94300 Vincennes. Jeudi 21 novembre à 20h30. Tél. 01 43 74 73 74. SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES/WORLD MUSIC Noirlac Le duo qui réunit David Neerman et Lansiné Kouyaté s’enrichit désormais d’autres couleurs, formant une singulière composition sensorielle. C’est en 2012 dans les murs de l’abbaye cistercienne de Noirlac où David Neerman et Lansiné Kouyaté, complices de longue date, étaient en résidence qu’est né ce projet, du Claire Leroux proche. Mais comme dans le film de Minelli, ce que l’on retient, plus encore que la romance, c’est la joie de vivre, les formidables numéros de danse et surtout l’inventivité de Gershwin – entre blues, jazz, musique classique et musique klezmer. D’autant que dans cette production, le metteur en scène et chorégraphe Christopher Wheeldon donne toute sa place à la créativité scénique  : enchaînant des décors aussi féeriques que spectaculaires, insérant des vidéos à couper le souffle, effectuant un superbe travail sur les couleurs, il met en valeur la troupe d’interprètes menés par le même couple qu’il y a cinq ans  : Ryan Steele (Jerry Mulligan) et Leanne Cope (Lise Dassin). Qui arrivent à faire oublier, durant les trois heures de spectacle, les mythiques Gene Kelly et Leslie Caron. Mais pour mieux donner envie de revoir le film, histoire de poursuivre le plaisir… Isabelle Stibbe Théâtre du Châtelet, 1 place du Châtelet, 75001 Paris. Du 28 novembre 2019 au 1er janvier 2020. En anglais surtitré en français. Durée  : 2h40 avec entracte. Réservations  : www.chatelet.com. La formation Noirlac invite à élargir les horizons de la world music. genre insolite et du style inclassable. Aux côtés du vibraphoniste curieux et du maestro malien des balafons un chœur lyrique issu de la musique contemporaine, l’ensemble Sequenza 9.3, et Krystle Warren, une chanteuse grandie à Kansas City, une voix sevrée de soul et de folk, mais nourrie de pop rock et de rhythm’n’blues. L’attelage ainsi formé, des plus éclectiques, peut s’embarquer dans des contrées inédites, un territoire entre chant grégorien et Afrique séculaire, mais aussi rock des seventies et ainsi de suite. Autrement dit, un répertoire volontiers incernable. Jacques Denis Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène nationale, place Georges-Pompidou, 78050 Saint-Quentin-en-Yvelines. Vendredi 22 novembre, à 20h30. Places  : de 6 à 22 € . Tél. 01 30 96 99 00. Fimalac Culture présente CRÉATION À PARIS 7 NOVEMBRE 2019 I 5 JANVIER 2020 THE BROADWAY MUSICAL ! FESTIF, FUN, ÉMOUVANT LIVRET ISOBEL LENNART AVEC CHRISTINA BIANCO LYRICS BOB MERRILL MISE EN SCÈNE ET CHORÉGRAPHIE STEPHEN MEAR MUSIQUE JULE STYNE DÉCORS ET COSTUMES PETER MCKINTOSH RÉSERVATIONS THEATREMARIGNY.FR – 01 76 49 47 12 FNAC.COM – RÉSEAUX ET AGENCES HABITUELS KEY ART/LOGO CRÉDIT  : BILL GOLD/TAL STUBIS. CONCEPTION ET RÉALISATION  : BULLE DE GRAPH. La Terrasse FG 121*380 V2.indd 1 07/10/2019 20:08 jazz/comédie musicale 61 la terrasse 281 novembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 1La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 64