La Terrasse n°281 novembre 2019
La Terrasse n°281 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°281 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : jazz en oppositions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
théâtre 28 la terrasse 281 novembre 2019 LINDA BLANCHET C IE HANNA R killing robots DU 6 AU 9 NOVEMBRE SONIA BELSKAYA C IE ZLATA j’ai rêvé d’un cafard... DU 13 AU 18 DÉCEMBRE théâtre national de nice cdn nice côte d’azur directrice muriel mayette-holtz promenade des arts 06300 nice 04 93 13 19 00 tnn.fr #tnn06 D.R./L. Renard/R. Metaireau critique Dieu est un DJ Usine Hollander/DE Falk Richter et d’Alexandra Badea/MES Patrice Bigel élégance fluide et âpre précision  : Patrice Bigel met en scène l’angoissante partition qu’il a composée autour du texte de Falk Richter dont Mara Bijeljac et Simon Cadranel sont les intenses interprètes. Il n’y a jamais rien de gratuit dans une mise en scène de Patrice Bigel  : pas un geste, pas une mimique, pas un seul pas. On peut attribuer cela à la porosité de son théâtre avec la danse ; on peut – plus prosaïquement – supposer que cette acuité est le résultat d’un long et patient travail que rendent possible les conditions de l’installation de la compagnie La Rumeur à l’Usine Hollander, à l’abri des exigences du rendement immédiat. À l’heure où l’on impose à cette compagnie comme à bien des théâtres (et, plus généralement, à tout le service public) de faire mieux avec moins, l’on demeure étonné que les tutelles de ces enclaves résistantes n’aient pas compris qu’il 7 NOV. > 8 DÉC. Cartoucherie 75012 Paris T. 01 43 28 36 36 www.la-tempete.fr est déjà miraculeux qu’elles parviennent à faire autant avec si peu… La part la plus visible du travail de Patrice Bigel et des siens est révélée, encore une fois, par Dieu est un DJ, remarquablement interprété par Mara Bijeljac et Simon Cadranel. La part cachée fut à découvrir dans Je te regarde, où le metteur en scène dirige les jeunes participants des ateliers théâtraux de l’Usine Hollander. Il suffit de voir comment ces acteurs non-professionnels offrent au public leur fragilité mêlée d’assurance avec une émouvante confiance pour comprendre qu’il faut évidemment continuer de confier la formation aux créateurs, comme la compagnie La Rumeur l’a toujours affirmé et défendu. MADEMOISELLE JULIE de August Strindberg texte français et mise en scène Élisabeth Chailloux THÉÂTRE NATIONAL DE NICE - CDN NICE CÔTE D’AZUR CRÉATION - COPRODUCTION THÉÂTRE NATIONAL DE NICE - CDN NICE CÔTE D’AZUR CRÉATION - COPRODUCTION Mara Bijeljac et Simon Cadranel dans Dieu est un DJ, de Falk Richter. Mais dans la vitrine libérale, seul vaut ce qui se voit. Foin du patient travail de l’arrière-cuisine besogneuse lorsque l’on peut se contenter du clinquant ostensible. Larumeur critique La beauté du geste région et tournée/Théâtre des Treize vents/d’Olivier Saccomano/conception Nathalie Garraud ET Olivier Saccomano/mes Nathalie Garraud Création inaugurale de Nathalie Garraud et Olivier Saccomano, codirecteurs de la Compagnie du Zieu, nommés en janvier 2018 à la tête du Théâtre des 13 vents, Centre Dramatique National, La beauté du geste interroge le rapport que le théâtre entretient avec l’état. Les acteurs sont en première ligne. Les acteurs Mitsou Doudeau, Cédric Michel, Florian Onnéin, Conchita Paz et Charly Totterwitz, alignés dans la peau des CRS du deuxième tableau. à travers son titre, le spectacle évoque la beauté d’un geste accompli, adressé, quand le geste et la pensée ne faisant plus qu’un, la beauté est la marque de l’efficience d’une pratique parfaitement maîtrisée. À cet égard, la part dévolue aux acteurs est énorme. Ils font littéralement la pièce, fresque en trois mouvements auquel le rapport entre le théâtre et l’Etat sert de fil rouge. En trois tableaux éclatés ou en trois rounds, la scène organisée de façon bi-frontale tenant du ring. À l’immersion dans une répétition théâtrale où les comédiens reprennent à leur compte la grande question de Vitez  : « où en sommes-nous de la chaîne immémoriale des rôles ? » succède celle où les acteurs endossent le rôle de CRS à l’entraînement. Quant au troisième mouvement en forme de mise en abîme théâtrale, qui met en scène de manière farcesque le procès des protagonistes accusés/acteurs/CRS/témoins, il pourrait faire à lui seul l’objet d’une pièce à part entière. Un maelström de jeux de rôles La création présente, in vivo, une difficulté  : celle de suivre le fil rouge qui unit les trois mouvements de la représentation, d’autant que certaines interventions peuvent apparaître comme des digressions. Sans doute faudrait-il resserrer le propos mais ne boudons pas notre plaisir. Les cinq acteurs qui tiennent de bout en bout cette Beauté du geste sont formidables. Leur talent, déjà sensible dans les deux premières séquences, éclate dans la troisième où Amère mise en abyme Voilà alors que l’humour de Patrice Bigel fait, hélas, mouche, et que le choix de monter Dieu est un DJ offre un intéressant miroir à la situation vécue par la compagnie menacée. Dans cette pièce à la terrifiante noirceur, Falk Richter expose les ravages de l’emprise numérique et les dérives de l’hyper connexion. Mara Bijeljac et Simon Cadranel interprètent un disc-jockey et une animatrice de télévision qui transforment leur vie en chair à écran et soumettent leur existence aux lois du marketing en vivant devant, par et grâce aux caméras. Leur logorrhée insupportable, leur agitation perpétuelle, leurs crises existentielles, leurs insupportables atermoiements  : tout est organisé pour faire le buzz, sans pause, sans silence, sans respiration, sans répit. Il faut produire, montrer, s’agiter, s’exciter, et occuper l’espace et la parole, même – et surtout – pour ne rien dire. Patrice Bigel met en scène et en musique ce tournoiement émétique avec un éblouissant talent. Est-ce parce qu’il est de ceux qui dénoncent magistralement les errements de notre époque qu’on veut le faire taire ? Catherine Robert Usine Hollander, 1 rue du Docteur-Roux, 94600 Choisy-le-Roi. Dieu est un DJ, du 8 au 24 novembre 2019. Vendredi et samedi à 20h30 et dimanche à 18h. Tél. 01 46 82 19 63. visiblement le plaisir de jouer prend le pas sur tout. Ils s’en donnent à cœur joie. Très sérieusement comiques, changeant de peau aussi rapidement que de costumes, Mitsou Doudeau, Cédric Michel, Florian Onnéin, Conchita Paz et Charly Totterwitz, tous membres de la troupe qui accompagne les créations de la Compagnie du Zieu codirigée par Nathalie Garraud et Olivier Saccomano, nous entraînent dans un maelström de jeux de rôles jubilatoire. Leur prestation est d’autant plus remarquable que leurs points d’appui côté scénographie sont minces et la bi-frontalité, légitimement retenue comme axe de mise en scène, à haut risque. Seule la bande son, très étudiée, leur offre une prise réelle pour conquérir le public, que la pièce s’emploie à désarçonner pour mieux le rendre actif. Marie-Emmanuelle Dulous de Méritens Théâtre des 13 vents, Centre Dramatique National de Montpellier, domaine de Gramont, 34965 Montpellier. Du jeudi 3 octobre au vendredi 18 octobre 2019. Les jeudis 3, 10 et 17, les vendredis 4, 11, 18, les samedis 5 et 12, les mercredis 9 et 16, à 20h. Durée  : 2h30. Tél. 04 67 99 25 00. également. La Maison de la culture d’Amiens du 25 au 27 novembre 2019 ; les Halles de Schaerbeek, Bruxelles, du 5 au 8 décembre 2019 ; le Bois de l’Aune, Aix-en-Provence, les 23 et 24 janvier 2020 ; les Scènes du Jura, Lons-Le-Saunier, les 4 et 5 février 2020 Jean-Louis Fernandez
Cris Blanco Teatro NEXT Festival, une plateforme artistique au cœur de l’Europe À mille lieues d’un outil marketing opportuniste, NEXT festival se fonde depuis sa création en 2008 sur un engagement fort et un dialogue humain passionné unissant diverses structures de part et d’autre de la frontière entre France et Belgique. Novateur et ambitieux, le festival propose un panorama international reconnu de la création en théâtre, danse et performance, à travers une quarantaine de spectacles dans 25 lieux. Il rayonne, ravive l’imaginaire, implique artistes et publics dans une effervescence festive et partageuse, tournée vers l’avenir à inventer. Valenciennes/Le Phénix/Cris Blanco Bad Translation et Lo Minimo Deux premières françaises présentées dans le cadre du focus sur la jeune création espagnole et catalane. Bad Translation. L’un s’attaque au virtuel, l’autre à l’illusion. Dans Bad Translation, Cris Blanco et quatre autres performeurs transforment un écran de Mac en réalité réelle  : les fenêtres sont des fenêtres, les notifications des pop-ups… Un spectacle plein d’humour, de carton-pâte et de cascades. Tout public, Lo Minimo, résultat d’ateliers menés avec des jeunes, dévoile les effets d’illusion théâtrale à partir d’un tissu et de trois bouts de bois. À découvrir aussi Mirage de Olga de Soto et bien d’autres pépites. éric Demey Le Phénix à Valenciennes. Bad translation, le 15 novembre à 18h, le 16 à 16h. Lo Minimo, le 20 novembre à 15h, le 21 à 14h30 et 19h. Kortrijk/Le Budascoop/Mette Ingvartsen Moving in Concert Après le succès en 2017 de 21 Pornographies et To Come (Extended), Mette Ingvartsen revient à NEXT avec Moving in Concert. Après la série des Red Pieces qui travaillaient les liens entre la sexualité et ses représentations mentales, la chorégraphe danoise Mette Ingvartsen interroge cette fois l’interaction entre l’organique et le technologique. Utilisant des matériaux naturels et des effets lumineux, elle invente une structure abstraite en perpétuelle évolution, dans lequel les neuf danseurs se meuvent avec des lampes. Modulant notre « C’est un projet fantastique ! Le festival propose une programmation pluridisciplinaire et internationale, particulièrement attentive aux nouvelles formes et à la jeune création. Pour cette douzième édition, nous proposons notamment un focus sur la création espagnole et catalane. Né dans le sillage de la création en 2008 de l’Europropos recueillis/Benoît Geers Faire ensemble, pour les artistes et les publics Coordinateur du festival depuis 10 ans, Benoit Geers assume ses fonctions avec passion et ténacité. Fred De Brock Marc Domage Villeneuve-d’Ascq/La Rose des Vents/Le Méliès/Milo Rau Orestes in Mosul et The Congo Tribunal Milo Rau interroge les traumatismes de notre réalité à travers une pièce et un film. Orestes in Mosul de Milo Rau. Un film réunissant les victimes, les bourreaux, les témoins et les experts de la guerre qui, depuis près de 20 ans, sévit au Congo (The Congo Tribunal). Un spectacle s’emparant des figures mythiques de l’Orestie pour interroger la façon dont les sociétés divisées, notamment au Moyen-Orient, pourraient de nouveau vivre en paix après les horreurs des conflits qu’elles ont vécus – et vivent encore – (Orestes in Mosul). Auteur d’œuvres à vocation politique, l’artiste suisse continue de porter son regard sur les fractures de notre temps. Manuel Piolat Soleymat Orestes in Mosul  : le 16 novembre à 19h et le 17 novembre à 18h à La rose des vents à Villeneuve d’Ascq. The Congo Tribunal  : le 3 décembre au Méliès à Villeneuve d’Ascq. Moving in Concert expérience de l’espace, des corps et des objets, ce dispositif fait écho aux questionnements actuels sur notre rapport aux objets connectés. Agnès Izrine Le Budascoop à Courtrai. Le 28 novembre à 20h15 et le 29 à 21h. Alice Piemme métropole Lille-Courtrai-Tournai, le festival a affirmé dès ses débuts la pertinence du spectacle vivant comme vecteur de coopération, d’ouverture et de développement territorial. Il s’est affirmé grâce à la motivation des partenaires fondateurs et co-organisateurs – La rose des vents, Scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, le Schouwburg de Courtrai, le Kunstencentrum BUDA de Courtrai, la Maison de la culture de Tournai, l’Espace Pasolini de Valenciennes, rejoints par le Phénix, Scène nationale de Valenciennes et Pôle européen de création. Un laboratoire de collaboration transfrontalière Nous avons ensuite élargi le cercle initial à un second cercle de partenaires associés. NEXT est devenu une plateforme de collaboration transfrontalière, collégiale et horizontale, permettant l’échange d’expertises artistiques, la circulation et l’implication des artistes et du public. Nous faisons ensemble, en dépassant les intérêts particuliers et les logiques de concurrence. Cela exige du temps et de la générosité, mais l’impact est durable ! Cette année, nous sommes très heu- Tournai/Maison de la Culture/Conception et mes Sophie Linsmaux ET Aurelio Mergola NO ONE La Cie Still Life crée NO ONE, une pièce sans paroles autour de la figure du bouc émissaire. NO ONE de la Cie Still Life Depuis huit ans, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola déploient avec leur Cie Still Life un singulier théâtre visuel. Un langage imagé, gestuel, traversé par une thématique centrale  : « la précarité infinie de l’existence et la fragilité de la condition humaine ». NO ONE s’inscrit dans cette recherche. À travers la fiction sans mots d’un groupe de touristes et de son tour manager tombés en panne sur une autoroute, cinq comédiens (Julie Dieu, Colin Jolet, Muriel Legrand, Sophie Leso et François Regout) et dix figurants questionnent les mécanismes de désignation du bouc émissaire. Anaïs Heluin Maison de la Culture de Tournai. Les 19 et 20 novembre à 20h. Kortrijk/Le Schouwburg/chor. Jefta Van Dinther The Quiet La toute dernière pièce de Jefta Van Dinther, fidèle de NEXT, éclaire une étrange communauté de femmes. The Quiet porte bien son nom  : le chorégraphe a laissé de côté l’aspect invasif de ses sons et lumières, pour inventer un univers mesuré et tranquille. Il s’agit là d’une communauté de cinq femmes. Quelles histoires partagent-elles, quels non-dits ? Se forment alors d’étranges chorégraphies, comme des rituels à mi-chemin entre pratiques archaïques et futuristes. Par la danse, le texte et le chant, elles offrent un Vincent Ducard D. R. Ben Mergelsberg Benoit Geers. reux d’accueillir la 16 e édition de l’Atelier pour jeunes managers de festivals, qui rassemble 35 directeurs et formateurs de tous les continents. Le festival suscite tout au long de l’année un engagement fort à travers des dialogues concrets, des coréalisations, des projets participatifs… » Propos recueillis par Agnès Santi Valenciennes/Espace Pasolini/Pauline Le Boulba Ôno-Sensation Pauline Le Boulba réactive la mémoire d’Admiring La Argentina, solo iconique de Kazuo Ôno. Ôno-Sensation de Pauline Le Boulba À travers le geste, la parole et le chant, l’artiste et chercheuse en danse Pauline Le Boulba restitue sur le plateau son expérience de spectatrice d’œuvres qui l’ont marquée. Après Jennifer Lacey, Volmir Cordeiro et Alain Buffard, elle s’intéresse avec Ôno-Sensation à Kazuo Ôno. Plongeant dans l’opus Admiring La Argentina (1977), que le maître fondateur du butô écrivit en hommage à la danseuse flamenca Antonia Mercé et qu’il interpréta pendant plus de vingt ans, elle noue un dialogue empli d’émotion avec ces deux figures mythiques aujourd’hui disparues. Delphine Baffour Espace Pasolini, Valenciennes. Le 21 novembre à 20h30. The Quiet. NEXT Festival, Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai et Valenciennes. Du 14 novembre au 7 décembre 2019. nextfestival.eu espace de transmission d’une génération à l’autre, dans une transe douce et intérieure. Nathalie Yokel Le Schouwburg à Courtrai. Le 3 décembre à 21h. théâtre 29 la terrasse 281 novembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 1La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 64