La Terrasse n°281 novembre 2019
La Terrasse n°281 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°281 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : jazz en oppositions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
théâtre 22 la terrasse 281 novembre 2019 3 e Biennale des Arts du Mime et du Geste  : effervescence créative Cette troisième édition de la Biennale consolide son implantation et propose un panorama foisonnant et pluriel de la création. Programmés du 9 novembre au 19 décembre 2019 dans sept régions, une trentaine de spectacles mais aussi des rencontres professionnelles, ateliers, stages et tables rondes nourrissent l’imaginaire et la réflexion. Politique ou ludique, inattendu et saisissant, ce théâtre universel fondé sur le corps mêle le concret, le charnel et l’onirique. Il renouvelle des rites ancestraux et réinvente une multiplicité de gestes qui ouvrent le sens. entretien/Marie-Lise Fayet et Luis Torreao Le corps en mouvement raconte Marie-Lise Fayet, directrice du Théâtre Victor Hugo à Bagneux, et Luis Torreao, membre du comité de pilotage de la Biennale, directeur de la Compagnie Hippocampe, analysent les spécificités des arts du mime et du geste et le sens de la Biennale. Comment définir les arts du mime et du geste ? Marie-Lise Fayet  : Ce qui caractérise les arts du geste, c’est la primauté accordée au corps de l’acteur. Quelles que soient les appellations qui englobent les arts du geste, qu’il s’agisse de mime, de pantomime, de clown, de théâtre gestuel, physique ou visuel, la création est toujours déterminée par une dramaturgie corporelle. C’est le corps en mouvement qui « Dans le domaine des arts du mime et du geste aussi, les traditions ont été bousculées. » Marie-Lise Fayet raconte, qui se trouve au fondement même de la création artistique. Cette théâtralisation du corps se distingue du cirque, davantage lié à la performance, du théâtre, associé à un texte, ou de la danse, définie par une écriture chorégraphique. Bien sûr, les disciplines se mêlent, et ces métissages adviennent d’autant mieux que chaque champ disciplinaire s’appuie sur des fondamentaux solidement implantés. Aujourd’hui, les arts du geste sont à un moment charnière, qui correspond à celui traversé il y a quelques années par le nouveau cirque ou la marionnette, lorsqu’il a fallu dépasser les représentations habituelles de ces disciplines pour reconnaître le foisonnement inventif des artistes. Dans le domaine des arts du mime et du geste aussi, les traditions ont été bousculées. Nous sommes dans une véritable effervescence, en train de franchir un cap. Luis Torreao  : Les arts du mime et du geste créent l’action à partir du geste au plateau. Depuis sa création en 1983, le festival Mimos à Périgueux leur offre une visibilité et éclaire la diversité des formes artistiques reposant sur le corps en mouvement, un corps porteur d’émotions et d’un langage universels. Mimos est aussi à l’origine de la création récente d’un centre de ressources, le SO MIM. Le Festival de formes courtes Mimesis, programmé depuis 2012 à l’International Visual Theatre, témoigne aussi de la vitalité de la création. Un tel théâtre organique, ouvert, inattendu, s’adresse à l’imaginaire de chacun. D. R. Comment le secteur s’est-il structuré ? La Biennale traduit-elle une forme de reconnaissance des Arts du Mime et du Geste ? Luis Torreao  : Si le mot de mime fait encore peur, si nous sommes en retard par rapport à la visibilité et la reconnaissance du cirque ou de la marionnette, il faut cependant souligner une nette évolution au cours des sept dernières années. La Biennale a été lancée en 2015 dans le sillage de la structuration du secteur professionnel des Arts du Mime et du Geste. Elle est en effet organisée par le Collectif des Arts du Mime et du Geste, fondé en 2012, qui regroupe plus de 70 compagnies, artistes et pédagogues, en collaboration avec le GLAM, Groupe de Liaison Arts du Mime et du Geste, créé quatre ans plus tôt à l’initiative d’artistes, enseignants et directeurs de structures. C’est suite à des rencontres professionnelles lors du Festival d’Avignon 2010 que Jean-Claude « La Biennale constitue aujourd’hui un label. » Luis Torreao Cotillard avait lancé l’idée d’une Biennale. Le GLAM a permis de consolider la place des arts du mime et du geste auprès des institutions et des tutelles, mais aussi des écoles. La Biennale constitue aujourd’hui un label, qui regroupe sur un temps donné les spectacles programmés sur tout le territoire, dont principalement dans les régions Ile-de-France, Hauts de France, Nouvelle Aquitaine et Occitanie. Qu’en est-il de l’engagement des théâtres pour ces arts ? Et en particulier du Théâtre Victor Hugo de Bagneux ? Marie-Lise Fayet  : Afin de défendre les arts du mime et du geste, treize structures de création et diffusion se sont rassemblées au sein du Groupe Geste(s), dont le Théâtre Victor Hugo fait partie. Depuis quelques saisons le Théâtre Victor Hugo s’est engagé fortement dans la défense et la promotion des arts du mime et du geste, que j’admire de longue date. Au sein du théâtre et de la biennale, nous programmons des compagnies reconnues – Camille Boitel, Claire Heggen, Semianyki, YoannBourgeois et d’autres – et aussi des talents émergents. Pour que la création de demain s’affirme dans toute sa pluralité et son potentiel imaginaire. Propos recueillis par Agnès Santi Guendalina Flamini Théâtre Victor Hugo/soirée d’ouverture La Nuit du Geste Entre talents affermis et jeunes pousses, une soirée d’ouverture jusqu’au bout de la nuit. Comme lors de l’édition 2017, cette seconde Nuit du Geste chamboule les habitudes et réjouit le cœur autant que l’esprit. Dans tous les espaces du théâtre Victor Hugo l’art s’invite  : des compagnies internationalement repérées côtoient de jeunes pousses au talent La compagnie Mangano-Massip, l’une des nombreuses compagnies présentes à La Nuit du Geste. Atelier Culture La Piscine – Dunkerque/d’après Neil Gaiman/PAR Esther Mollo ET Jean-Baptiste Droulers #BlancheNeige2048 S’inspirant d’une nouvelle de Neil Gaiman, la Compagnie Théâtre Diagonale revisite le conte de Blanche- Neige. #BlancheNeige2048. Dans #BlancheNeige2048, Esther Mollo est seule sur scène. La danseuse-comédiennemime donne vie au rôle de la reine-marâtre, renversant le point de vue du conte rendu célèbre par les frères Grimm. L’action se déroule en 2048. Entre les murs d’un sous-sol hyper-connecté, la souveraine solitaire s’aperçoit que sa belle-fille, ici envisagée comme un être cruel et maléfique, est toujours vivante… Associant travail corporel, son et vidéos, le spectacle de la Compagnie Théâtre Diagonale questionne la notion de réalité. Ainsi que la place que prennent les outils numériques dans notre quotidien. Manuel Piolat Soleymat Atelier Culture La Piscine à Dunkerque. Le 14 novembre 2019. Tél. 03 28 23 70 69. D. R. prometteur, à travers une grande diversité de démarches et formes artistiques. Claire Heggen, Camille Boitel, Karine Ponties, Hippocampe, Moveo, Mangano-Massip et des dizaines d’autres reflètent tout le dynamisme et la créativité de ces arts en constant renouvellement. Nul doute que le succès sera à nouveau au rendez-vous, jusqu’au bal endiablé sur la scène avant un petit-déjeuner revigorant à l’aube. Agnès Santi Théâtre Victor Hugo à Bagneux. De 20h à l’aube. Restauration et bar toute la nuit, petit-déjeuner offert. Tél. 01 46 63 96 66. Mes Sergey Byzgu LoDka Natalia Parashkina et quatre des artistes du Théâtre Semianyki nous mènent en bateau ! LoDka. LoDka (qui signifie « petit bateau » en russe) est un spectacle muet dont les interprètes, formés par les maîtres russes du clown, nous embarquent dans le quotidien d’un théâtre. Piégés par une pièce dont l’écriture échappe à tout contrôle, les personnages sont prisonniers d’une barque perdue au milieu d’un océan malicieux. Il y a de quoi devenir fou ! Aventures croquignolettes et rocambolesques pour ces cinq mimes exceptionnels qui font feu de tout bois  : force des images et du mouvement, dérapages et cascades, poésie et humour incisif. Une humanité en miniature, mignonne et poignante… Catherine Robert Théâtre des Bergeries de Noisy-le-Sec. Le 17 novembre 2019. Tél. 01 41 83 15 20. Miedzynarodowy Maria Mitrofanova
Gilles Rammant D. R. Théâtre Victor Hugo/Mes Alexandre Pavlata Garden Party Quand le vernis craque dans les milieux policés, Garden Party guette l’animal qui sommeille à la cour. Garden Party. La compagnie n°8 vous invite à une Garden Party bien particulière. Ici, on est dans l’entresoi, la morgue et l’opulence des très riches. Les hommes en costume smoking, les femmes en robes potiches. Sans un mot – ou presque – mais à coups de postures mi-humaines mi-animales et dans un déroulé qui déraille petit à petit - de la garden party à la chasse à courre, en passant par un colin maillard sado-maso - les huit comédiennes et comédiens mis en scène par Alexandre Pavlata vous emportent dans un univers burlesque, entre Tati et les Monty Python, « où vont s’épanouir la folie, l’absurdité et la bêtise ». éric Demey Théâtre Victor Hugo à Bagneux. Le 22 novembre 2019. Tél. 01 46 63 96 66. Théâtre Victor Hugo/d’après André Gorz/MES Iňaki Rikarte André y Dorine L’histoire d’André Gorz et de sa femme Dorine transmise par une troupe espagnole d’acteurs masqués. André y Dorine. « Tu vas avoir 82 ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable ». C’est à partir de la lettre d’amour qu’André Gorz adresse à sa femme Dorine au crépuscule de leur vie que les espagnols du Kulunka Teatro ont créé André y Dorine. Avec trois acteurs qui jouent quinze personnages, en silence, par la simple force expressive de leurs gestes et de leurs masques, ils recherchent une « poésie visuelle intime » qui exprime toute la force sensible de cette superbe histoire d’amour. éric Demey Théâtre Victor Hugo à Bagneux. Le 1er décembre 2019. Tél. 01 46 63 96 66. Maryline Jacques IVT – International Visual Theatre Festival Mimesis # 9 Le Festival Mimesis croise la liberté des formes courtes avec la singularité des dramaturgies corporelles. Ce que j’ai dans le ventre, de la Compagnie Sous le sabot d’un cheval. Créé en 2012, par les compagnies Hippocampe, Les Éléphants Roses, Mangano-Massip et Platform88, le Festival Mimesis veut témoigner de l’inventivité des artistes qui explorent les arts du mime et du geste par le biais de formes courtes. Théâtre gestuel, mime, théâtre visuel, mime corporel dramatique, danse-théâtre, théâtre corporel, physical theatre, marionnette… Deux programmes réunissant quatorze compagnies françaises et étrangères se proposent ainsi, lors de cette neuvième édition, de « partager la diversité et la créativité d’un art en pleine effervescence ». Manuel Piolat Soleymat IVT - International Visual Theatre à Paris. Du 28 novembre au 1er décembre 2019. Tél. 01 53 16 18 18. temps fort L’Occitanie, carrefour du théâtre gestuel Pour sa troisième édition, la BAMG organise un temps fort en Occitanie. Avec spectacles, stages et autres événements. Avec ses cinq spectacles, la programmation occitane de la BAMG offre un bel aperçu de la richesse des dramaturgies basées sur le travail corporel. À la coopérative culturelle montpelliéraine La Tendresse, on découvre du 16 au 18 novembre le mime contemporain de la Compagnie Platform88. Tandis qu’à Castelginest, pendant le Festival Rencontres ville et handicap, la Cie Bajo el Mar fait se rencontrer dans Break & Sign les danses urbaines et la langue des signes (le 16 novembre). Laquelle est aussi au cœur Rencontres et projets Plusieurs rencontres professionnelles sont proposées par la BAMG. Parmi lesquelles, le Plateau du Groupe Geste(s). Le 9 décembre au Théâtre Victor Hugo à Bagneux, le Groupe Geste(s), qui regroupe 13 structures de diffusion et de création, fera le bonheur des professionnels en présentant les six projets qu’elle s’engage à soutenir, à commencer par Petit Naufrage, duo face à la catastrophe de la Compagnie Barks. Fabrizio Solinas offrira ensuite les prémisses de Little Garden, « spectacle autour de la zoomorphie et du rituel animal », et Antek Klemm ceux de Matières évolutives. Une pièce corporelle et gestuelle où cohabitent trois corps d’âges différents. Au programme également, les Frères Ben Aïm, ainsi que les compagnies Sweet Disaster et FixPoint. Un florilège de formes en gestation. Anaïs Heluin David Schaffer Géraldine Aresteanu L’Odyssée – Théâtre/PAR YoannBourgeois Scala YoannBourgeois sculpte une fugue métaphorique, tout en mouvements et réactions en cascades. Scala. YoannBourgeois poursuit sa quête du « point de suspension », d’une théâtralité singulière où les « acteurs-vecteurs » sont manipulés par les forces qui les traversent. Captifs d’une partition ponctuée de subtiles variations, ils chutent, se relèvent, disparaissent, réapparaissent, se dédoublent, s’élancent, s’affaissent… Dans un espace domestique revisité par les surréalistes, les sept interprètes effectuent de touchantes trajectoires imposées par des réactions en chaîne, soumises à un automatisme qui éclaire autant une impossible issue heureuse que l’entêtement humain à essayer encore et encore. Agnès Santi L’Odyssée – Théâtre à Périgueux. Le 3 décembre 2019. Tél. 05 53 53 18 71. Ce corps qui parle. de Hiroshima, mon amour de Lucie Lataste, visible le 26 novembre au Théâtre Municipal de Muret. À Toulouse, au Théâtre Jules Julien, Yves Marc se livre dans Ce corps qui parle (le 18 novembre) à une conférence sur les gestes du Ile-de-France – Fractales, Cie Libertivore, au Plus Petit Cirque du Monde, Bagneux. – HiHaHutte, Cie De Stilte, au Théâtre Victor Hugo, Bagneux. – Ouste - Compagnie INEX, au Théâtre Le Pavillon, Romainville. – Waiting for Alice, Cie Mangano-Massip ; et Pendant que je regardais les nuages dériver, la nuit est venue, Cie Poulpe Électrique, à Anis Gras, le Lieu de L’autre, Arcueil. Paris – Soudain 20… oups ! … 30 ans, Cie À fleur de peau, à l’Espace Culturel Bertin Poirée, Paris. – BoOm, Cie Entre eux deux rives ; Peter Pan, Tyst Teater ; Rémanence… Au fil du mythe, Cie Mangano-Massip, à IVT – International Visual Theatre, Paris. – Les Larmes de Lucy, Cie Les éléphants Roses, au Théâtre Pixel, Paris. Peggy Riess Et aussi Mes Luis Torreão Si tu n’étais pas de marbre… La compagnie Hippocampe rend hommage à étienne Decroux, maître du mime, et salue le talent de Rodin et Camille Claudel… La compagnie Hippocampe donne vie à la pierre. « Quand un bon sculpteur modèle des corps humains, il ne représente pas seulement la musculature mais aussi la vie qui les réchauffe. » Cette phrase de Rodin sert d’exergue et d’inspiration au poème visuel et corporel dans lequel Sonia Alcaraz, Guillaume Le Pape, Mélody Maloux et Luis Torreão explorent les rapports du créateur à sa création en s’inspirant de l’art inégalé du maître Decroux qui savait animer les statues. Une nuit, dans un atelier de sculpture, les œuvres prennent vie. Sculpteurs et sculptés s’affrontent et s’apprivoisent, comme Pygmalion et Galatée… Catherine Robert IVT- International Visual Theatre à Paris. Du 5 au 8 décembre 2019. Tél. 01 53 16 18 18. quotidien. Enfin, au Centre Culturel de Ramonville (11 décembre) et à l’Espace Bonnefoy à Toulouse (14 décembre), Fabricio Rosselli mêle clown et gestes. Pour le bonheur de tous. Anaïs Heluin – Attachés, Fool’s Cap Theatre, à l’Espace Beaujon, Paris. Nouvelle-Aquitaine – Prélude en Bleu Majeur, Cie Choc Trio, à L’Arcanson, Biscarrosse, Lusignan et Civray. – L’origine du monde, Cie Fiat Lux ; Cendres, Cie Plexus Polaire, à L’Odyssée, Périgueux. Grand Est – Les Bruits du Noir, Cie Choc Trio, à La Filature, Bazancourt. Normandie – La Parole du Silence, Cie Mime de Rien, au Cinéma Le Viking, Le Neubourg. Auvergne-Rhône-Alpes – Ces Corps.com, Yves Marc et Philippe Phenieux, à la Salle Notre Dame, Saint-Pierred’Entremont. Hauts-de-France – Murmures, Cie Théâtre Diagonale, à l’Espace Culturel La Ferme Dupuich, Mazingarbe. Biennale des Arts du Mime et du Geste, 3 e édition, du 19 novembre au 9 décembre 2019. 33 spectacles dans 7 régions. Site  : collectifartsmimegeste.com théâtre 23 la terrasse 281 novembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 1La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 281 novembre 2019 Page 64