La Terrasse n°279 septembre 2019
La Terrasse n°279 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°279 de septembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 16,5 Mo

  • Dans ce numéro : opéra à 4 mains.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
théâtre 32 la terrasse 279 septembre 2019 SAISON CULTURELLE 19/20 CENTRE D'ART ET DE CULTURE ESPACE CULTUREL ROBERT-DOISNEAU ABONNEZ-VOUS LA LÉGENDE D'UNE VIE STEFAN ZWEIG - CHRISTOPHE LIDON NATALIE DESSAY ET MACHA MÉRIL ANQUETIL TOUT SEUL PAUL FOURNEL - ROLAND GUENOUN GÉHENNE ISMAËL SAÏDI SCALA YOANN BOURGEOIS LoDka THÉÂTRE SEMIANYKI SLY JOHNSON QUATUOR AKILONE LA LOI DES PRODIGES FRANÇOIS DE BRAUER LE CODE NOIR LES PALADINS RÉFUGIÉE POÉTIQUE CLAIRE DUCREUX MADEMOISELLE MOLIÈRE GÉRARD SAVOISIEN ÉCHOS C IE ALEXANDRA N'POSSEE LIZ McCOMB PLAIDOIRIES RICHARD BERRY 100% CIRCUS L'ÉTREINTE MYSTIQUE OU L'ARDEUR D'AIMER CÉCILE SAUVAGE SANDRINE SARROCHE LE VAISSEAU FANTÔME WAGNER - C IE OPÉRA.3 CHŒUR RÉGIONAL VITTORIA D'ÎLE-DE-FRANCE DÉLIRE À DEUX IONESCO - PLAKKA THÉÂTRE ALEX LUTZ DANSER CASA KADER ATTOU ET MOURAD MERZOUKI PRÉLUDE EN BLEU MAJEUR C IE CHOC TRIO LE MISANTHROPE MOLIÈRE - PETER STEIN LAMBERT WILSON SAMY THIÉBAULT + MATTHIS PASCAUD ÉLIE SEMOUN ET SES MONSTRES ENTRETIENS D'EMBAUCHE ET AUTRES DEMANDES EXCESSIVES ANNE BOURGEOIS ET LAURENCE FABRE LES WRIGGLES MAMA TEKNO JULIE DOSSAVI DE PURPLE À PÄRT RIOULT DANCE NEW YORK ARLEQUIN POLI PAR L'AMOUR MARIVAUX - THOMAS JOLLY EDGAR SEKLOKA FLI C IE ART MOVE CONCEPT LE TEMPS QUI RESTE PHILIPPE LELLOUCHE 01 49 66 68 90/01 41 14 65 50 billetterie.cac@mairie-meudon.fr billetterie.meudon.fr Locations  : fnac.com 0 892 68 36 22 0,34 euros/min/Carrefour 19-20-MEUDON-AP-LA-TERRASSE-121x380-OK.indd 1 25/04/2019 10:43 Entretien/Arnaud Meunier Candide Comédie de Saint-Étienne/DE Voltaire/MES Arnaud Meunier La saison dernière, il créait J’ai pris mon père sur mes épaules de Fabrice Melquiot. En cette rentrée, le directeur de la Comédie de Saint-Étienne se tourne vers l’écriture de Voltaire. Il adapte Candide à la scène, avec la volonté de faire entendre l’humour féroce de ce conte philosophique initiatique. Voilà des années que vous vous consacrez aux écritures contemporaines. Pourquoi, aujourd’hui, faire ce détour par une œuvre classique ? Arnaud Meunier  : Monter Candide ne correspond pas tant à un désir de faire un détour par une œuvre classique qu’à une envie forte et ancienne de mettre en scène ce texte. Notamment parce que je l’ai redécouvert dans une édition illustrée par JoannSfar, ce qui m’a permis de réenvisager son actualité, sa férocité, son ironie et de réaliser, grâce à ces illustrations, qu’il pouvait vraiment devenir un matériau pour le théâtre. Et puis, après avoir créé Je crois en un seul dieu de Stefano Massini et J’ai pris mon père sur mes épaules de Fabrice Melquiot, qui étaient en quelque sorte des injonctions descendantes à vivre ensemble, je veux dire par là des injonctions de la classe des dominants en direction de Tarquin la classe des dominés, je me suis dit que cela faisait du bien de revenir au premier texte qui a cherché à populariser, auprès du plus grand nombre, les idées humanistes des Lumières. Quelle chose essentielle de ce conte souhaitez-vous faire résonner sur scène ? A. M.  : Le mordant avec lequel Voltaire se moque de notre nature humaine, de notre propension à ne jamais être satisfait, à toujours chercher le bonheur ailleurs, à être constamment jaloux de ce que possède le voisin… Tout cela nous entraîne dans une constante fuite en avant. Et le fameux « Il faut cultiver notre jardin » de la fin du texte est, pour moi, un appel à travailler sur nousmêmes, dans une attitude d’humilité, de modestie. Candide parcourt les routes d’un monde au sein duquel tout s’écroule, au sein Nouveau Théâtre de Montreuil/d’Aram Kebadjian/MES Jeanne Candel Jeanne Candel met en scène un drame lyrique autour de la figure du mal. Entre intrigue policière et humour absurde, un spectacle musical avec cinq acteurs-chanteurs et un quatuor d’acteursmusiciens. C’est devenu sa marque de fabrique  : Jeanne Candel mêle intimement texte et musique dans ses spectacles. Si elle recourt volontiers à des chefs-d’œuvre de la littérature – c’était le cas par exemple de La Chute de la maison, en 2017, d’après des nouvelles d’Edgar Allan Poe, ou de L’Oreille de Denys, d’après le récit de Cicéron –, elle sait aussi se servir de matrices musicales pour ses créations  : ainsi de Demi- Véronique en 2018 à partir de la Cinquième symphonie de Mahler, ou de Crocodile trompeur/Didon et Énée d’après l’opéra de Purcell. Pour sa nouvelle création, elle s’associe à l’écrivain contemporain Aram Kebadjian qui signe le livret, tout en empruntant au baroque, notamment à la cantate La Lucrezia de Haendel, mais aussi aux traditions populaires sud-américaines. La Terrasse, premier média arts vivants en France Jeanne Candel. Intrigue policière et images mentales Dirigé par Florent Hubert, son complice depuis Le Crocodile trompeur/Didon et Enée, ce « drame lyrique pour chanteurs, comédiens et orchestre de salle de bain » nous embarque en Amérique latine, dans un espace énigmatique hanté par le général Tarquin, emblème des tyrans d’hier et d’aujourd’hui. La forme de l’intrigue policière – un juge mène une enquête pour localiser le criminel – n’empêche pas la coexistence d’un univers plus fantaisiste né des images mentales de Marta, une chanteuse de tango dont le destin a croisé un jour celui de Tarquin. Avec cinq acteurs-chanteurs et quatre acteurs-musiciens jouant de l’accordéon, du violon, du violoncelle et de la clarinette, le spectacle de la nouvelle directrice du Théâtre de l’Aquarium est teinté d’humour absurde et de légèreté malgré une réflexion sur la complexité du mal. Isabelle Stibbe Nouveau Théâtre de Montreuil – Centre dramatique national, 10 place Jean-Jaurès, 93100 Montreuil. Du vendredi 20 septembre au dimanche 6 octobre 2019. Mardi, mercredi, vendredi à 20h, samedi à 18h, dimanche à 17h. Relâche les lundis et jeudis. Tél. 01 48 70 48 90. Durée estimée  : 1h45. Jean-Louis Fernandez
Ed Alcock/Myop Laura Cortes Le metteur en scène Arnaud Meunier. « Candide est comme un appel écologiste avant l’heure. » duquel sévissent le fanatisme religieux et le despotisme politique. Et pourtant, c’est dans ce monde-là qu’il cherche l’amour et le bonheur. C’est d’ailleurs l’une des choses qui provoquent le rire  : un rire sarcastique, presque méchant. Candide est comme un appel écologiste avant l’heure  : Voltaire est le premier à dire qu’il va falloir revenir à ce que nous sommes et accepter de ralentir. Joséphine Serre. de l’Histoire. Celle de Mossoul en Irak en l’occurrence, détruite par Daech à partir de 2014. Cette pièce interroge notamment « la confusion entre informations et vérité, la prolifération des images, du direct, (…) ainsi Data Mossoul Théâtre de la Colline/Texte et mes Joséphine Serre Pour incarner cette fable, vous avez fait appel à deux comédiens issus du programme Egalité des chances de la Comédie de Saint-Étienne… A. M.  : Oui, Romain Fauroux, qui incarne Candide, et Frederico Semedo, qui incarne son valet, Cacambo. Le choix de ces deux comédiens issus de classes populaires raconte aussi, sur le plateau, le projet de ce spectacle qui cherche à toucher un large public, tant en termes de générations que d’origines. Deux musiciens, Matthieu Desbordes et Matthieu Naulleau, prennent également part à ce spectacle de troupe qui vise à une forme d’universalité, d’hybridation. Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat Comédie de Saint-Étienne - Centre dramatique national, place Jean-Dasté, 42000 Saint-Étienne. Du 2 au 11 octobre 2019 à 20h, le 5 octobre à 17h. Tél. 04 77 25 14 14. également du 5 au 8 février 2020 au Théâtre national de Nice, du 12 au 14 février au Théâtre d’Angoulême, du 18 au 20 février au Théâtre de l’Union, le 6 mars au Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, les 11 et 12 mars aux Scènes du Jura, du 18 au 20 mars à la Comédie de l’Est, du 24 au 26 mars au Théâtre du Gymnase à Marseille, les 1er et 2 avril au Théâtre du Beauvaisis, les 8 et 9 avril au Théâtre de Villefranche, le 16 avril au Théâtre de Montbéliard, du 21 avril au 7 mai au Théâtre de la Ville à Paris. Fiction où se déploient des univers parallèles, Data Mossoul de Joséphine Serre questionne la puissance de l’écriture. Son rapport avec la quête d’immortalité. La géographie, les époques et les cultures séparent les quatre protagonistes de Data Mossoul de Joséphine Serre. Au cours de la pièce, des liens vont toutefois se tisser entre leurs histoires. Entre leurs quêtes, traversées par les questions de la mémoire et de l’oubli. Par une réflexion sur l’écriture aussi, sur la conservation des récits et la transmission que le cheminement – par le biais des GAFA (Google - Apple - Facebook - Amazon) – vers ce que j’appellerais une « privatisation de la mémoire » ». Raviver la mémoire Tout commence par une énigme. Mila Shegg, ingénieure en informatique et employée dans un important DataCenter américain, a perdu la mémoire pour des raisons mystérieuses. Qu’a-t-elle fait, où était-elle entre 2014 et 2016 ? Un bibliothécaire qui a recueilli des centaines d’écrits anonymes entre 1990 et 2010 dans le Wisconsin nous mène sur le chemin de la vérité. De même qu’un archéologue qui s’est donné pour mission de sauver des destructions de Daech, à Mossoul, les dernières tablettes comportant des écritures akkadiennes. Et enfin, le dernier empereur assyrien, qui connaît les dernières heures de la ville de Ninive. Autrement dit, de l’ancienne Mossoul. Tissés ensemble, ces morceaux d’Histoire et de fiction explorent « le pouvoir de la parole et de l’écrit ». Et, par ce biais, « la quête humaine, espérante et désespérée, de l’immortalité ». Anaïs Heluin Théâtre de la Colline, 15 rue Malte Brun, 75020 Paris. Du 18 septembre au 12 octobre 2019, du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h et le dimanche à 16h. Tél. 01 44 62 52 52. www.colline.fr Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr DANS MA CHAMBRE D'APRÈS LE ROMAN DE GUILLAUME DUSTAN ADAPTATION, MISE EN SCÈNE ET INTERPRÉTATION HUGUES JOURDAIN CRÉATION MUSICALE  : EXITT & SAMUEL HECKER INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS « PUISSANT » TÉLÉRAMA TT « UN ÉTONNANT ET REMARQUABLE SOLO » L’HUMANITÉ « DÉLICATESSE ET INGÉNIOSITÉ » TRANSFUGE théâtre 33 la terrasse 279 septembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 1La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 279 septembre 2019 Page 72