La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
théâtre 68 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) La Mécanique du hasard 11 Gilgamesh Belleville/d’après Holes (Le Passage) de Louis Sachar/adaptation Catherine Verlaguet/mes Olivier Letellier/à partir de 9 ans Après un triptyque sur l’engagement, Olivier Letellier porte à la scène un roman en forme de fable initiatique interrogeant le déterminisme et les héritages. Un théâtre qui invite à lutter contre les résignations. À partir de 9 ans. Pauline Le Goff Un camp de redressement pour adolescents, perdu au milieu du désert à l’endroit d’un lac asséché. Un nouveau venu, Stanley Yelnats, y est débarqué, accusé d’un vol de baskets qui lui sont tombées sur la tête. Au programme  : creuser chaque jour un trou, car comme le déclare la directrice, « ça forge le caractère ». À moins qu’une autre raison n’explique cet acharnement à forcer les jeunes à creuser… Depuis quatre générations, la famille de Stanley n’a jamais de chance. Toujours au mauvais endroit au mauvais moment. Si Olivier Letellier a décidé de porter au théâtre le roman foisonnant de Louis Sachar, célèbre ouvrage de la littérature jeunesse américaine, c’est justement parce qu’il interroge la notion de déterminisme. Dynamique, fluide, pétulante, sa mise en scène parvient à raconter la vaste épopée de manière limpide en l’articulant autour de quelques épisodes marquants, à la manière d’un conte initiatique. Un conte qui sème quelques indices reliant les diverses temporalités et finit par briser la fatalité à l’œuvre depuis que l’arrière-arrière-grand-père, qui avait volé un cochon à une tzigane, devint le jouet d’un mauvais sort. Le libre arbitre et l’entraide contre la fatalité Interprétant une multitude de personnages, mais aussi le narrateur, les comédiens Fiona Chauvin et Guillaume Fafiotte font vivre le Qui va garder les enfants ? 11 Gilgamesh Belleville/de Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux/mes Nicolas Bonneau et Gaëlle Héraut Théâtre-récit issu de collectages et d’échanges  : Nicolas Bonneau présente la politique du point de vue des élues, loin du tintamarre des casseroles qu’on accroche à leurs jupes. émouvant et caustique ! Le titre fait référence à la saillie supposée drolatique de Laurent Fabius lorsque Ségolène Royal et François Hollande se présentèrent tous deux aux primaires du Parti Socialiste. « J’ai envie de parler de la cause des femmes, de mon rapport quotidien à la domination masculine, de ma propre construction culturelle, et en même Nicolas Bonneau, parleur politique. temps, en m’accaparant et en interprétant ainsi la parole des femmes, je m’interroge  : ne suis-je pas là encore dans une sorte de colonisation ? », dit le conteur, auteur et comédien qui interprète ces portraits de femmes pour retracer, à travers eux, l’histoire collective d’une domination qui peine à céder. Le 11 mars 1983, Françoise Giroud disait, dans un entretien publié par Le Monde, « la femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. » Allez les filles ! Depuis, bien des mâles alpha ont continué à railler les tenues de leurs consœurs en politique, voire leur capacité, imposée par l’espèce, à la reproduire. Pendant trois ans, Nicolas Bonneau a réalisé plus de trente collectages auprès de femmes politiques locales et nationales. Parmi elles, Isabelle Attard (ex-députée de Normandie), Clémentine Autain (Parti de Gauche), Roselyne Bachelot (ancienne ministre), Nathalie Kosciusko-Morizet (ex-membre du bureau politique des Républicains), Marylise Lebranchu (ancienne ministre), Yvette Roudy (ancienne ministre du droit des femmes), Marie-George Buffet (députée, ancienne ministre des sports, ancienne secrétaire du Parti Communiste)… Passer des fourneaux au perchoir et de la maternité au ministère relève d’un grand écart que le port de la jupe semble toujours rendre sinon impossible, au moins risible. Catherine Robert Avignon Off. 11 Gilgamesh Belleville, 11 bd Raspail. Du 5 au 26 juillet 2019 à 17h05. Relâches les 10, 17 et 24 juillet. Tél. 04 90 89 82 63. Compétences et métiers techniques Formez-vous ! www.cfpts.com www.cfa-sva.com 01 48 97 25 16 La Mécanique du hasard. récit avec fluidité, à la croisée parfois du théâtre et du cirque. Figures gémellaires, ils passent de l’un à l’autre avec vivacité et fondent leur jeu sur les corps autant que sur les mots. En connivence avec l’auteure Catherine Verlaguet, l’écriture de plateau a intégré une partition sonore et des lumières idoines, dans une scénographie épurée qui par sa forme rappelle le lac ancien et par son matériau les states du temps sur un tronc de bois clair. Instrument polyvalent, un vieux frigo américain se fait valise, barque, dortoir, bureau… Le conte accorde toute sa place au déploiement de la fable, met en perspective des thématiques tels le poids de la fatalité, Daniel Pennac et Florence Cestac. l’adieu à l’enfance, les rapports de domination, les parcours de délinquance, le racisme. Les destins tout tracés se transforment, l’anacyclique – Stanley Yelnats – se délivre de sa boucle figée et ouvre sur de nouveaux possibles. Si comme toujours le théâtre constitue un miroir du réel, il est aussi ici un appel à oser briser les héritages et les entraves, adressé à l’imaginaire du jeune public. Agnès Santi Avignon Off. 11 Gilgamesh Belleville, 11 bd Raspail. Du 5 au 26 juillet 2019 à 13h45. Relâches les 10 et 17 juillet. Tél. 04 90 89 82 63. Un amour exemplaire théâtre le Chien qui fume/d’après la bande dessinée de Florence Cestac et Daniel Pennac/mes Clara Bauer L’amour absolu reprend ses droits dans la joie, avec cette adaptation théâtrale de la bande dessinée cosignée par Florence Cestac et Daniel Pennac. Un spectacle plein de grâce candide, émouvant de sincérité, qui met en scène une mésalliance très réussie. Tout ce que l’on peut aimer chez Daniel Pennac, auteur dont l’âme d’enfant toujours affleure, se retrouve dans cet anti-spectacle qui met l’art de la représentation en abyme pour toucher à l’intime. Et l’exposer avec pudeur sur fond de tendresse profonde. Nous est contée l’histoire de cet amour exemplaire qui lia indéfectiblement deux êtres, Germaine et Jean, à la vie à la mort. Un couple hors normes, à la marge, aussi fantaisiste que rayonnant. Tombé sous le charme, un petit garçon âgé de huit ans au moment où il rencontre le couple de sexagénaires, veut percer leur secret. Multipliant manœuvres de séduction et ruses de Sioux, celui-ci parvient à faire effraction non sans la complicité amusée de ceux qu’il cible, attendris par tant de persévérance. Le petit garçon, c’est Daniel Pennac lui-même, qui deviendra leur familier jusqu’à leur mort. Cette histoire aux personnages hauts en couleur, Daniel Pennac l’a confiée à la dessinatrice Florence Cestac, laquelle s’en est emparée, avec lui, pour créer une bande dessinée qui sert de trame à la mise en scène signée par Clara Bauer. Une mise en scène efficace et touchante Côté cour, dos au public, derrière une table à dessin munie d’un rétroprojecteur permettant d’assister en direct à la mise en bulles du récit se tient, revêtue d’une blouse de peintre, la dessinatrice elle-même. Les alertes coups de pinceau de Florence Cestac, ses traits pleins d’humour, croquent le récit en le dégageant de tout pathos excessif. Côté jardin, une malle derrière laquelle deux chaises sont disposées à l’intention des deux principaux protagonistes, Germaine (Marie-Elisabeth Cornet) et Jean (Laurent Natrella), spectateurs amusés, quand ils ne jouent pas, de leur propre histoire. Au beau milieu circule le récitant, Daniel Pennac en personne, témoin vivant de cet amour fondamentalement romanesque. À l’instar de la scénographie réalisée par Antonella Carrara, l’efficacité de la mise en scène de Clara Bauer, qui n’en est pas à sa première aventure théâtrale avec l’auteur, tient à sa rigoureuse simplicité. L’accent est mis sur la candeur qui fait émotion. Les acteurs jouant comme au naturel (jusqu’aux interventions napolitaines plus vraies que nature de Pako Ioffredo endossant tous les rôles annexes) mettent sincèrement en joie, accrochant de bout en bout un sourire aux lèvres de spectateurs conquis et touchés. Marie-Emmanuelle Dulous de Méritens Avignon Off. Théâtre Le Chien qui fume, 75 rue des Teinturiers. Du 5 au 28 juillet 2019 à 15h50. Durée  : 1h15. Tél. 04 90 85 25 87. Christophe Raynaud de Lage Jesus Dupaux
CRÂNE Patrick Declerck Antoine Laubin//De Facto THÉÂTRE AUX DOMS SUZETTE PROJECT Daddy Cie THÉÂTRE JEUNE PUBLIC AUX DOMS - POUR TOUS DÈS 8 ANS GROU ! Cie Renards/Effet Mer THÉÂTRE JEUNE PUBLIC AUX DOMS - POUR TOUS DÈS 7 ANS DES CARAVELLES & DES BATAILLES Eléna Doratiotto et Benoît Piret THÉÂTRE AUX DOMS ON EST SAUVAGE COMME ON PEUT Collectif Greta Koetz THÉÂTRE AUX DOMS LE GRAND FEU Jacques Brel/J.M. Van den Eeyden/Mochélan/Rémon Jr//L’Ancre THÉÂTRE MUSICAL AUX DOMS 10  : 10 Nyash/Caroline Cornélis DANSE JEUNE PUBLIC AUX HIVERNALES POUR TOUS DÈS 6 ANS LA VRILLE DU CHAT Back Pocket CIRQUE SUR L’ÎLE PIOT MUNDO MAMEMO Mamemo SPECTACLE MUSICAL JEUNE PUBLIC À L’AJMI DÈS 3 ANS LA FAMILLE HANDELDRON Théâtre Loyal du Trac CONCERT POP JEUNE PUBLIC À L’AJMI - DÈS 5 ANS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148