La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
théâtre 58 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) Mise en scène Agnès RENAUD Avec Marion BOTTOLLIER CRÉATION le Petit Boucher de Stanislas COTTON Lansman Editeur DU 5 AU 26.. JUILLET à 13h50 11. Gilgamesh Belleville 11 bd Raspail Avignon Réservations  : 04 90 89 82 63 Relâches les 10, 17 et 24 11avignon.com Artéphile/conception Hélène Ventoura Ami-Ami Dans Ami-Ami, son dernier solo, la clowne Hélène Ventoura nous parle du besoin essentiel de ne pas être seul, qui nous pousse à aller vers les autres. Une déferlante de récits extravagants. Son précédent spectacle nous parlait de manière cocasse et iconoclaste de « la véritable histoire » de Cendrillon. Pour son nouveau solo, Hélène Ventoura sonde les enjeux profonds qui nourrissent nos envies d’amitié. Elle le fait à travers l’art qui est le sien  : celui du clown. Un art qui amène celle ou celui qui l’explore à cheminer pour tenter d’atteindre le cœur caché des choses. « Dans ce processus, fait observer la fondatrice de la Compagnie La Fille en bleu, on se divise en deux. Un être naïf, physique, qui produit la matière à partir de la scène, et un être plus pragmatique qui la déchiffre et l’organise sur le papier. Si le deuxième est suffisamment à l’écoute du premier, on apprend quelque chose sur soi-même. Et sur l’autre. Car on a pénétré la zone où se rangent les concepts oubliés mais universels. » Des concepts qui, dans Ami-Ami, sondent de façon grotesque et sensible les notions « d’être ensemble » et d’isolement. HEN Théâtre du Train Bleu/conception et mes Johanny Bert Pour sa nouvelle création, présentée au Théâtre du Train Bleu, le metteur en scène et marionnettiste Johanny Bert crée un spectacle subversif qui interroge les questions de genres et d’identités. En suédois, le pronom personnel hen est utilisé pour désigner une personne de manière non sexuée. C’est ce mot permettant de ne pas trancher entre masculin et féminin que Johanny Bert a choisi pour baptiser le personnage marionnettique qui donne son nom à son nouveau spectacle. Un personnage « qui n’est ni travesti, ni transsexuel, ni transgenre », précise le metteur en scène, mais un être « plein de vie, exubérant, une diva enragée et virile qui s’exprime en chantant l’amour, l’espoir, les corps, la sexualité avec liberté ». Cette créature chimérique (manipulée à vue par Johanny Bert et Anthony Diaz) ne revendique rien ouvertement. C’est par le biais de ses chansons (de Brigitte Fontaine, Serge Gainsbourg, Catherine Ringer, Colette Renard…), de ses actes, de ses identités multiples, de son parcours intime qu’elle s’engage pour une société moins discriminante. Johanny Bert, concepteur et metteur en scène de HEN. Des combats anciens à réinvestir « Cette création s’apparente à un récit musical qui puise ses sources dans le cabaret berlinois des années 1930 et la scène performative queer actuelle, dans le rêve de Björk ou les volutes de fumée de Brigitte Fontaine, explique l’ancien directeur du Centre dramatique national de Montluçon. HEN joue avec les images masculines et féminines grâce à un corps pouvant muter, au gré de ses envies, avec sarcasme et insolence. » Constituée de mousse, de bois, de métal et de latex, la marionnette réalisée par le plasticien et sculpteur Eduardo Felix affirme ainsi une identité multiple en se métamorphosant. « Ce projet fait écho à une communauté discriminée et à des combats anciens, malheureusement toujours à réinvestir politiquement et artistiquement », ajoute Johanny Bert. Une façon, dans notre époque qui tend à vouloir tout définir et catégoriser, de valoriser un personnage hors norme qui s’émancipe des cadres. Manuel Piolat Soleymat Avignon Off. Théâtre du Train bleu, 40 rue Paul-Sain. Du 6 au 24 juillet 2019 à 17h10, les jours pairs. Relâche le 18 juillet. Tél. 04 90 82 39 06. La clowne Hélène Ventoura, conceptrice et interprète d’Ami-Ami. Quand le burlesque sonde la matière de nos vies Qu’est-ce que l’amitié ? Des solitudes qui se rapprochent autant qu’elles peuvent ? À quelle part de soi-même doit-on renoncer pour aller vers les autres ? Pour paraître normal ? Pour être aimé ? Dans la peau d’une femme sans âge, une sorte de clowne vagabonde qui n’a jamais eu d’amis et qui a décidé d’en avoir, Hélène Ventoura éclaire toutes ces questions. Elle se présente à nous, tente de paraître aimable, de nous séduire, révélant à force d’efforts toute la bizarrerie, l’imprévisibilité, voire la dangerosité d’une personnalité manifestement inadaptée à la relation à l’autre. « À travers cette entreprise ratée, explique la créatrice d’Ami-Ami, une clowne s’incarne, fait rire les spectateurs de sa solitude, qui leur rappelle la leur. » Car si cette clowne ne devient pas notre amie, elle parvient malgré tout à se rapprocher de nous, à nous faire ressentir la quête d’absolu qui la transporte et qui l’anime. Manuel Piolat Soleymat Avignon Off. Artéphile, 7 rue du Bourg-Neuf. Du 05 au 27 juillet 2019 à 11h15. Relâche le dimanche. Tél. 04 90 03 01 90. Sylvain Granjon Jean-Louis Fernandez
Ludo Leleu D. R. Joël Dragutin adapte et met en scène Moi, Daniel Blake de Ken Loach. « Ici, le fatum n’est pas porté par les dieux, mais par le système économique et social actuel. » Entretien/Joël Dragutin Moi, Daniel Blake Théâtre des halles/d’après le film de Ken Loach sur un scénario de Paul Laverty/adaptation et mes Joël Dragutin Joël Dragutin adapte pour la scène la palme d’or du festival de Cannes 2016, Moi, Daniel Blake, un film de Ken Loach sur la tragique destinée d’un chômeur anglais. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, que raconte, Moi, Daniel Blake ? Joël Dragutin  : C’est l’histoire de Daniel Blake, chômeur de 59 ans, ancien menuisier, en incapacité physique de travailler. Une contreexpertise médicale l’exclut du système d’indemnisations et l’oblige à retrouver du travail. être là Présence Pasteur/texte et mes Vincent Ecrepont Sur son chemin, il va rencontrer Katie, jeune mère isolée de 25 ans. Ils vont s’épauler dans la galère. Avec les moyens du théâtre, une telle histoire ancrée dans l’Angleterre d’aujourd’hui prend une dimension universelle de tragédie contemporaine. Ici, le fatum n’est pas porté par les dieux, mais par le système économique et social actuel. Comment avez-vous adapté le film ? J. D.  : À part quelques ajustements, j’ai gardé le scénario d’origine écrit par Paul Laverty. Mais sur scène, nous ne cherchons pas le réel cinématographique. Le plateau sera quasi nu, avec peu d’accessoires, et simplement quelques photos et effets de sonorisation. Ce sont surtout les corps, les voix, les mots qui porteront cette histoire. Avec deux acteurs pour les rôles principaux, et cinq autres pour se partager une trentaine de rôles. Nous sommes en pleine actualité, celle d’un monde du tout économique, d’obsession de la rentabilité, où les inégalités sont devenues insupportables. Mais aussi, avec Ken Loach, dans la peinture d’une classe sociale prolétaire où circule une grande solidarité. Propos recueillis par Éric Demey Avignon Off. Théâtre des Halles, rue du Roi- René. Du 5 au 28 juillet 2019 à 16h30. Relâches les mardis 9, 16 et 23. Tél. 04 32 76 24 51. Vincent Ecrepont crée une partition théâtrale à trois voix autour du sujet fondamental du vieillissement de nos proches. être là. Après avoir mis en scène des textes de Jean- Claude Grumberg ou Boris Vian, Vincent Ecrepont revient à l’écriture de plateau, à ce théâtre de l’intime qu’il façonne avec pudeur et délicatesse au cœur de questionnements essentiels de la vie humaine, souvent passés sous silence sur nos scènes – tels la maladie ou la perte d’un enfant. Si son écriture naît de témoignages et d’expériences vécues, elle ne peut cependant se résumer à un théâtre documentaire tant elle assume une théâtralité distanciée, parsemée de trouées poétiques et d’échappées fictives, d’onirisme et parfois d’humour. Entre incarnation et distanciation être là interroge un sujet de société fondamental  : celui du vieillissement de nos proches. Comment être là, lorsque la perte d’autonomie et de mémoire oblige à vivre autrement les relations ? Inspiré par des témoignages recueillis pendant trois ans au pôle gérontologie du CH de Beauvais, le texte articule trois histoires différentes portées par un trio de comédiens, Céline Bellanger, Véronic Joly et Sylvain Savard, qui interprètent à tour de rôle la personne âgée, le référent familial et le référent hospitalier. Entre le présent et les traces du passé, entre la pensée et le ressenti, la mise en scène vise à « universaliser l’intime du propos ». Agnès Santi Avignon Off. Présence Pasteur, 13 rue du Pont-Trouca. Du 5 au 28 juillet 2019 à 16h30. Relâches les mardis. Tél. 04 32 74 18 54. RECONSTITUTION PASCAL RAMBERT Avec Véro Dahuron et Guy Delamotte La Manufacture 2, rue des écoles – 11h40 5 au 14 juillet 2019 Télérama - saisissants de délicatesse, de pudeur, de chagrins ravalés Les Inrockuptibles - un secret révélé au plus intime de nos mémoires L’Humanité - une histoire universelle. Intense, tendre et d’une grande beauté indéfinie. Médiapart - une ode à la vie, à la mort ! Télérama sortir - Véronique et Guy ont vieilli. Ils n’en sont que plus bouleversants. office de diffusion et d'information artistique PANTA-THÉÂTRE - 24, rue de Bretagne - 14000 CAEN - 33 (0)2 31 85 15 07 www.pantatheatre.net Photo Tristan Jeanne-Valès théâtre 59 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148