La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
théâtre 48 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) PHILIPPE DECOUFLÉ DADA MASILO BÉNABAR LE TRIO JOUBRAN ZAZIE BRUBECKS PLAY BRUBECK VICTORIA THIERRÉE CHAPLIN THIERRY ROMANENS YANN LAMBIEL BRIGITTE ROSSET SIDI LARBI CHERKAOUI LÉVON MINASSIAN JONATHAN LAMBERT FLORENT PEYRE CIRQUE ÉLOIZE MUMMENSCHANZ MASSIMO FURLAN LAMBERT WILSON SERGE AIMÉ COULIBALY FAMILIE FLÖZ MARIA DE LA PAZ YVETTE THÉRAULAZ GARRY STEWART GISÈLE VIENNE MAGUY MARIN PIERRE ARDITI ALAIN PLATEL SAISON 19/20 À DÉCOUVRIR SUR WWW.EQUILIBRE-NUITHONIE.CH FRIBOURG-SUISSE Entretien/Jean-Luc Paliès Trapèze au cœur Théâtre du Petit-Chien/de Louise Doutreligne/mes Jean-Luc Paliès Trapèze au cœur, roman-théâtre signé par Louise Doutreligne, auteure contemporaine d’une vingtaine de pièces à succès, est l’histoire d’une renaissance suite à un terrible accident de la vie. Le metteur en scène Jean-Luc Paliès s’est attaché à trouver l’écriture scénique respectueuse du romanesque de l’œuvre. Par quelle envie avez-vous été porté ? Jean-Luc Paliès  : Cette nouvelle création s’inscrit dans un parcours. En tant qu’écrivaine associée d’Influenscènes, compagnie conventionnée à Fontenay-Sous-Bois dont je suis le directeur artistique, Louise Doutreligne a produit une dizaine d’œuvres aux résonances politiques et sociales, sur diverses thématiques, comme par exemple sur l’habitat dans C’est la faute à le Corbusier. Il y avait longtemps que nous souhaitions aborder la question de la santé et de l’hôpital. C’est la toile de fond de Trapèze au cœur. Louise l’aborde par une parole forte et singulière, portée – ce qui aux yeux de l’autrice est essentiel – par des femmes. La pièce est présentée comme étant « un roman-théâtre ». Qu’entendre par là ? J.-L. P  : Dans Trapèze au cœur, la parole s’adresse comme au théâtre et les intrigues s’enchaînent comme dans un roman, presque un polar. Louise Doutreligne et moimême avons compressé l’œuvre originale. Du point de vue de la mise en scène, nous avons voulu préserver quelque chose de l’ordre du récit parallèlement à l’adresse directe. Nous explorons les champs narratifs par l’utilisation de micros, jusqu’au chant. Quant à l’adresse au public, une constante de l’interprétation des comédiennes sur le plateau, elle emprunte ce naturel qui va avec l’interprétation retenue des états émotionnels, fidèle en ce sens à l’écriture « cash » et sans pathos de l’autrice. Quels sont vos choix scénographiques ? J.-L. P  : J’ai voulu que la scénographie soit simple et limpide, faite d’un rideau de fils et de quelques éléments blancs, et surtout d’éclairages pertinents. Le spectacle développe, sur le plateau, un dispositif orchestral pour quatre interprètes dont une chanteuse et un musicien guitariste. Même si la pièce aborde un sujet Jean-Luc Paliès. « La parole s’adresse comme au théâtre et les intrigues s’enchaînent comme dans un roman. » douloureux, elle conserve une dimension humoristique et dynamique, elle porte un message positif et vital que nous entendons bien relever, avec notamment les comédiennes qui incarnent les deux personnages principaux, Laurence Porteil (Lucie, la trapéziste opérée à cœur ouvert en urgence) et Emmanuelle Rivière (Leïla, l’amie et productrice). Toutes deux revisitent leur passé commun, explorent leurs fêlures et sont entraînées dans une étonnante spirale. Marie-Emmanuelle Dulous de Méritens Avignon Off. Théâtre du Petit-Chien, 76 rue Guillaume-Puy. Du 5 au 28 juillet 2019 à 17h10. Relâches les mercredis. Tél. 04 84 51 07 48. La Légende de Bornéo Théâtre des Carmes - André Benedetto/par le collectif L’Avantage du Doute Le collectif L’Avantage du doute explore à travers divers saynètes le monde du travail. Avec humour et finesse, férocité et tendresse. Pourquoi ce titre ? « Parce qu’il y a une légende à Bornéo qui dit que les orangsoutans savent parler mais qu’ils se taisent de peur qu’on les fasse bosser ! » C’est Simon qui explique ce choix intriguant. Simon qui fut acteur du spectacle précédent, Tout ce qui nous reste de la Révolution, c’est Simon, qui questionnait l’engagement politique à partir des événements de mai 68. Simon, aujourd’hui retraité, devenu un peu homme à tout faire. C’est lui qui accueille le public, et propose aux spectateurs d’acheter de délicieuses gaufres dunkerquoises. À nouveau et au fil de saynètes complémentaires, le collectif fait théâtre à partir de notre société, en éclairant cette fois le monde du travail. Sur scène, Simon Bakhouche, Judith Davis, Claire Dumas, Mélanie Bestel et Nadir Legrand. Ils mettent en scène diverses situations de crise aiguë, exacerbée, au sein d’un couple qui analyse froidement son fonctionnement, de la famille avec deux sœurs et un beau-frère qui s’affrontent – la voie du théâtre vs la voie de l’entreprise –, de Pôle Emploi monstrueusement inefficace… Le souffle libre de Walt Whitman Ce qui touche dans leur approche du monde du travail, ce qui en fait tout l’humour et le sel, c’est leur manière de décaler le propos, de le distordre, de l’amplifier, d’interroger ainsi les désaccords et le rapport au réel. Comment s’exercent les contraintes du monde du travail ? Quelle est son influence sur les autres domaines de la vie ? Comment peut-on La Terrasse, premier média arts vivants en France D. R.
Pierre Grosbois Mélanie Moussay Vincent Goethals. « SteveGagnon développe une sorte d’accent épique de l’intime. » Entretien/Vincent Goethals Le Ventre Présence Pasteur/de SteveGagnon/mes Vincent Goethals Dans ce deuxième volet d’un triptyque autour de l’œuvre d’un auteur québecois contemporain, SteveGagnon, Vincent Goethals met en scène Ventre, qui revisite les idéaux amoureux à travers le conflit d’un jeune couple. Qui est SteveGagnon, auteur à partir duquel vous créez trois pièces ? Vincent Goethals  : Lorsque j’étais directeur du Théâtre du Peuple à Bussang, j’ai organisé une année québécoise qui m’a fait découvrir ce jeune auteur. En quelques mots, il est un peu le fils spirituel de Wajdi Mouawad et de Laurent Gaudé. Il développe une écriture crue, parfois triviale, mais parsemée de fulgurances poétiques. Ventre est une pièce intense, pleine de tendresse, violente et sensuelle. Que raconte Ventre ? V. G.  : C’est une pièce intimiste qui se demande si l’on peut encore croire à l’amour Situations de crise dans La Légende de Bornéo. raconter ? Pourquoi ne peut-on pas raconter ? Au-delà de la démonstration ou de la dénonciation, le récit théâtral avec peu de moyens raille, révèle et laisse éclater les conflits, entre désarroi et possibilité d’ouverture. Jouant malicieusement de l’écart amoindri entre personnages et personnes, la pièce invite à se réapproprier les mots, cultive par le jeu une sorte de mise à distance face à toutes les servitudes volontaires de notre société. Contre un langage transformé en instrument de détection et d’évaluation, la pièce fait aujourd’hui. Qui explore comment on s’emprisonne, on s’embourgeoise, comment on ne cherche plus à vivre les choses à 100%. Une jeune femme a trompé son ami mais veut revenir avec lui. Taiseux, blessé, il est cloîtré chez lui, tandis qu’elle, plus construite, plus loquace, tente de panser la blessure. C’est une pièce sans artifice, centrée sur le jeu des acteurs. Qu’est-ce qui vous séduit particulièrement dans l’écriture de Gagnon ? V. G.  : J’ai toujours aimé porter plusieurs pièces d’un même auteur. Je l’ai fait avec Fréchette, Gaudé ou Melquiot. Et puis j’ai un faible pour les écritures francophones. Alors, après Bussang, j’ai eu envie de repartir avec Gagnon. Parce que celui-ci conjugue un art de la construction dramaturgique étonnant avec une qualité de langue que j’apprécie tout particulièrement. Il développe une sorte d’accent épique de l’intime. Une écriture à la fois rapide et abondante, concrète et poétique, qui parle tout particulièrement aux jeunes adultes d’aujourd’hui. Quels seront vos parti pris de mise en scène de ce conflit amoureux ? V. G.  : Je n’aime pas le réalisme. Aussi, la scénographie sera plutôt onirique, centrée sur une baignoire qui apparaîtra comme un bateau à la dérive. On dit de mon théâtre qu’il a une dimension cinématographique, notamment par l’omniprésence de la musique. Ici encore ce sera le cas, avec une composition musicale qui accompagne les acteurs. Comme il s’agit d’un couple, s’est aussi posée la question de la représentation de l’acte amoureux, si bien que j’ai fait appel à Louise Hakim pour chorégraphier leurs évolutions. Propos recueillis par éric Demey Avignon Off. Présence Pasteur, 13 rue Pont-Trouca. Du 5 au 27 juillet 2019 à 20h10. Relâche le lundi. Tél. 04 32 74 18 54. l’éloge d’un langage qui accepte la part de fantaisie de l’humain, sa part de fragilité, de doute et de… créativité. En se souvenant du poète Walt Whitman, qui emporte par son souffle libre… Agnès Santi Avignon Off. Théâtre des Carmes - André Benedetto, 6 place des Carmes. Du 5 au 24 juillet 2019 à 20h35. Relâches les 11 et 18. Tél. 04 90 82 20 47. Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr saison 19 20 Direction Chloé Dabert Artistes associés Les Hommes Approximatifs – Delphine Hecquet Christophe Honoré – Pierre Nouvel Thomas Quillardet – Marie Rémond Temps forts Ouverture de saison/50 ans de maison(s) — 04 & 05 oct. 2019 Festival FAR away, FESTIVAL DES ARTS À REIMS — 30 janv. > 09 fév. 2020 en collaboration avec les scènes culturelles rémoises  : La Cartonnerie, salle de musiques actuelles – Césaré, centre national de création musicale – le FRAC Champagne-Ardenne – le Manège, scène nationale – Nova Villa – L’Opéra de Reims Printemps numérique — 03 > 06 juin 2020 Productions Orphelins Dennis Kelly/Chloé Dabert reprise — 10 > 18 oct. 2019 Iphigénie Jean Racine/Chloé Dabert création 2018 — 05 > 14 déc. 2019 Girls and Boys Dennis Kelly/Chloé Dabert création 2020 — 11 > 20 mars 2020 et en tournée au Théâtre du Rond-Point à Paris du 21 avril au 17 mai 2020 Coproductions La Comédie soutient au titre de la coproduction les spectacles suivants, à voir à la Comédie cette saison et en tournée  : Pelléas et Mélisande Maurice Maeterlinck/Julie Duclos — 16 > 18 oct. Nickel Pauline Haudepin/Mathilde Delahaye — 20 > 22 nov. Nos Solitudes Delphine Hecquet — 09 > 18 jan. L’heure bleue David Clavel — 14 > 18 jan. Le Silence et la peur David Geselson — 04 & 05 fév. Festival FAR away Tout le bien Jan Lauwers — 08 & 09 fév. Festival FAR away Détails Lars Norén/Frédéric Bélier-Garcia — 03 > 06 mars Les Furtifs Frédéric Deslias — 03 > 05 juin Printemps numérique TOUTE LA PROGRAMMATION ET LES TOURNÉES SUR Julie Linotte théâtre 49 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148