La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
théâtre 40 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) ORCHESTRE DE CHAMBRE NOUVELLE- AQUITAINE JEAN-PAUL GASPARIAN SANDRINE BONNAIRE BRUNO FONTAINE MACHINE DE CIRQUE LE LAC DES CYGNES BALLET DE L’OPÉRA NATIONAL DU RHIN RADHOUANE EL MEDDEB LE CV DE DIEU JEAN-LOUIS FOURNIER FRANÇOISE PETIT 3 DUOS & SACRE EMANUEL GAT DANCE PLAIDOIRIES FÉMININES PAULINE BUREAU W.A.M. WE ARE MONCHICHI COMPAGNIE WANG RAMIREZ HÉRITIERS NASSER DJEMAÏ DERNIERS REMORDS AVANT L’OUBLI JEAN-LUC LAGARCE GUILLAUME SÉVERAC- SCHMITZ SAI SON 2019 2020 MAMA TEKNO JULIE DOSSAVI LA CHUTE DES ANGES RAPHAËLLE BOITEL LA FIN DE L’HOMME ROUGE SVETLANA ALEXIEVITCH EMMANUEL MEIRIEU VERTIKAL CCN CRÉTEIL & VAL-DE-MARNE COMPAGNIE KÄFIG MOURAD MERZOUKI JIMMY ET SES SŒURS MIKE KENNY ODILE GROSSET- GRANGE MARIE-JOSÈPHE JUDE DAVID GRIMAL ELECTRO DELUXE RÉTROFUTUR CAMILLE & JULIE BERTHOLLET VINCENT FORESTIER NOCES DE SANG FEDERICO GARCÍA LORCA VINCENT GOETHALS SOPHIE ALOUR TIME FOR LOVE MADEMOISELLE JULIE AUGUST STRINDBERG NILS ÖHLUND CANDIDE VOLTAIRE ARNAUD MEUNIER FEU LA VOUIVRE LA TÊTE DANS LES NUAGES FESTIVAL DE SPECTACLES POUR LES ENFANTS ET LEURS PARENTS ANNE PACEO BRIGHT SHADOWS OMBRES ÉLECTRIQUES COMPAGNIE FLORSCHÜTZ & DÖHNERT LE FILS MARINE BACHELOT NGUYEN DAVID GAUCHARD L’AMOUR VAINQUEUR OLIVIER PY EL ENCUENTRO DAVID CORIA RUY BLAS VICTOR HUGO YVES BEAUNESNE BORBORYGMES COLINE GARCIA ALDO LÓPEZ-GAVILÁN ORCHESTRE DE L’OPÉRA DE LIMOGES L’OPÉRA SUR SES GRANDS AIRS ENTRE CHIEN ET LOUP COMPAGNIE 3 X RIEN L’OCCUPATION ANNIE ERNAUX PIERRE PRADINAS KBW QUATUOR KADENZA DANIEL BUREN JACEK WOZNIAK JEAN-MARIE MACHADO DANZAS PICTURES FOR ORCHESTRA ENCORE LA VIE COLLECTIF PETIT TRAVERS ENSEMBLE TACTUS COSMOS 1969 THIERRY BALASSE COMPAGNIE INOUÏE LE GRAND CHUT. COMPAGNIE LA BOÎTE À SEL www.theatre-angouleme.org 05 45 38 61 61 Entretien/Blandine Savetier L’Odyssée Jardin Ceccano/d’après Homère/adaptation et mes Blandine Savetier Rendez-vous avec le divin Ulysse au jardin Ceccano pour le feuilleton méridien interprété par des compagnons aux multiples voix et visages que dirige Blandine Savetier, capitaine de cette épopée méditerranéenne à suspense. Pourquoi choisir L’Odyssée ? Blandine Savetier  : C’est une commande du festival d’Avignon, que j’ai volontiers faite mienne. Les odyssées sont le fil conducteur du festival cette année. Il était incontournable de revenir à l’origine, au monument d’Homère, texte fondateur qui fait partie de notre imaginaire commun. Pour l’adapter, je me suis concentrée sur les voyages d’Ulysse. Plus que l’histoire du retour d’Ulysse à Ithaque, L’Odyssée que je veux faire entendre est l’épopée du voyage, de la rencontre de l’autre, constitutive et initiatrice pour les humains. Le montage est important pour rendre compte de notre point de vue et, comme dans une série, ouvrir à la fin de chaque épisode sur un suspense, une question. Nous avons aussi cherché à rendre la poésie de ce texte, dans la très belle traduction de Philippe Jaccottet. Qui est Ulysse ? B. S.  : Un être d’une extraordinaire multiplicité. Tour à tour chef militaire, soldat traumatisé par la guerre, roi, envahisseur agressif, sans-abri, poète, pirate, père et mari aimant, amant, athlète, fugitif, constructeur naval, tueur et héros de guerre, voleur et menteur, un être à l’esprit créatif aimant les prises de risque. Ulysse est tout cela parce qu’il doit toujours trouver un moyen de s’en sortir et ne recule devant rien. C’est sa plus grande qualité et sa part d’ombre. Il est héros et antihéros. L’égal des dieux, le plus grand des hommes, et le plus simple dans son dénuement. Cette complexité en fait un héros moderne, auquel nous pou- Le Champ des possibles Théâtre Transversal/texte et jeu élise Noiraud À travers l’arrivée à Paris de la jeune Elise qui quitte le giron familial, élise Noiraud déploie une remarquable épopée, à la fois hilarante et caustique, intime et universelle. « La grande élise », c’est vraiment une grande artiste ! L’autofiction qu’elle déploie autour de ce moment charnière où l’on quitte le toit familial pour commencer à devenir adulte est une merveille de drôlerie et de finesse aussi précises que percutantes. À 19 ans, élise décide en effet de quitter son village de Poitou-Charentes pour s’inscrire en faculté de lettres à La Sorbonne. Ce qu’élise Noiraud, auteure, metteure en scène et interprète de ce seuleen-scène réussit parfaitement, et qui relève d’un équilibre difficile, c’est à travers l’épopée traversée d’humour de toucher à des questions universelles de manière très juste, très subtilement contrastée et exacerbée. Son histoire captive car en questionnant ce que signifie grandir, choisir et sortir de l’enfance, elle interroge aussi l’importance du cadre familial et de tout ce qui façonne l’éducation. Avec des moments de joie intense où pulse toute l’énergie de sa jeunesse, lorsqu’on a la vie devant soi, et d’autres où dominent abattement et tristesse. Le Champ des possibles, une épopée formidable. Satire bien frappée Son jeu restitue ce qui s’exprime par le langage mais aussi ce qui est implicite, ressenti, et qu’elle parvient à condenser en détails saisissants et essentiels. Thème récurrent et majeur, la relation entre la jeune élise et sa mère se découvre sous toutes ses facettes, y compris la plus cruelle, et elle se révèle par strates qui s’accumulent et se répondent. L’amour maternel apparaît prévenant, mais aussi possessif, culpabilisant, envahissant voire totalement paralysant ! On ne s’étonne guère que la comédienne à l’issue du spectacle recueille régulièrement des confidences de spectatrices ou spectateurs à propos de leur mère, tant sa performance peut bousculer les consciences et inciter à réfléchir à ce que signifie grandir et être – relativement – libre… Quelques éclats relèvent de la pure satire bien frappée, à travers notamment certains portraits hilarants et caustiques qui raillent l’arrogance des nantis ou la stupidité de conseillers peu secourables. En une réplique et un hochement de tête, l’interprétation de la mère d’Agamemnon chez qui élise fait du baby-sitting dit autant qu’une étude sociologique ! Nous n’avons pas vu ses deux précédents opus, La Banane américaine sur l’enfance et Pour que tu m’aimes encore à propos de l’adolescence, mais ce troisième volet révèle quant à lui un impressionnant champ des possibles ! Possibles de l’existence, et possibles de la scène… Agnès Santi Avignon Off. Théâtre Transversal, du 5 au 28 juillet 2019 à 18h50. Relâche le mardi. Tél. 04 90 86 17 12. La Terrasse, premier média arts vivants en France D. R.
Pascal Gély Jean-Louis Fernandez Blandine Savetier adapte et met en scène L’Odyssée. « Le voyage comme expérience initiatique et la découverte de l’autre toujours recommencée. » vons nous identifier tout en nous interrogeant sur notre rapport au héros aujourd’hui. Modernité et actualité de l’Odyssée, ditesvous  : dans quelle mesure ? B. S.  : Dans L’Iliade, les héros sont archaïques et en prise avec des dieux déchaînés comme eux. Dans L’Odyssée, Ulysse traverse des îles Jean Alibert, narrateur et acteur. Galilée le mécano Avignon - Reine Blanche/DE Francesco Niccolini, Marco Paolini ET Michela Signori/mes Gloria Paris Nouvelle étape pour la scène parisienne des arts et des sciences, qui ouvre un théâtre à l’occasion du festival. Avec notamment cet instructif spectacle tout public, lors duquel Jean Alibert raconte l’histoire de Galilée, acteur d’une révolution qui doit tout à l’observation empirique et à la force de la pensée. Une révolution essentielle ! Plus importante sans doute que toutes celles qui viennent à l’esprit  : une révolution mondiale qui transforme catégoriquement la vision de l’univers, la connaissance et l’histoire des idées. Une révolution aussi qui s’effectue en environ 365 jours autour de notre astre bien aimé. Ou en quelques dizaines d’heures autour de Jupiter pour les quatre « étoiles Médicées », aujourd’hui appelées « lunes galiléennes », que Galilée observa en janvier 1610 et nomma en l’honneur de Cosme de Médicis. Cette rupture radicale remit en cause le géocentrisme d’Aristote ou Ptolémée que les théologiens catholiques ont érigé en dogme. Ce que nous raconte justement avec un talent consommé Jean Alibert, c’est à travers le cours de la vie du savant Galilée l’amplitude et les résonances de cette révolution. Il rejoint en cela la veine de l’acteur-auteur Marco Paolini, son « frère de masques », figure connue en Italie du « théâtre de narration » dans la lignée de Dario Fo, dont le texte est pour la première mythiques pour revenir à la réalité. Il s’agit pour lui de redevenir humain dans sa petite Ithaque, d’atterrir après dix années de guerre à Troie. Cela lui prendra dix ans d’errance entre mythe et réalité, entre le divin et l’humain. C’est ce qui fait d’Ulysse ce héros-antihéros si proche de nous. La place des femmes aussi révèle une part de modernité. Contrairement à celles de L’Iliade, objets du désir masculin, les femmes de L’Odyssée ont du pouvoir et des désirs qu’elles expriment et mettent en œuvre. Quel lien entretenez-vous avec cette épopée ? B. S.  : Plusieurs. Un lien culturel et affectif très fort me lie à la Méditerranée. De plus, je suis venue au théâtre avec Homère et les tragédies grecques, mais à chaque fois c’est une redécouverte. Qui se souvient que, dans L’Odyssée, le devin Tirésias prédit à Ulysse qu’après être revenu à Ithaque, avoir tué les prétendants, retrouvé les siens, il devra repartir en voyage ? Jusqu’à ce qu’il rencontre un peuple d’agriculteurs qui n’a jamais connu la mer et qui confondra sa rame avec une pelle à vanner. Le voyage comme expérience initiatique et la découverte de l’autre toujours recommencée  : voilà qui me parle particulièrement. Propos recueillis par Catherine Robert Festival d’Avignon. Jardin Ceccano. Du 6 au 20 juillet 2019 à midi. Relâches les 7 et 14 juillet. Durée  : 1h. Tél. 04 90 14 14 14. fois créé en France. Jean Alibert connaît son affaire  : il captive et jouit de son art sans se prendre au sérieux. Avec humour, efficacité et simplicité, il éclaire l’homme, ses découvertes et leurs conséquences, et émaille la narration d’adresses directes au public d’aujourd’hui. Lorsque Galilée annonce à ses parents qu’il abandonne les études de médecine au profit des mathématiques, il lance  : « c’est comme si aujourd’hui on disait je veux devenir acteur ». éloge de la raison et des mathématiques En haut de l’échelle trônent en effet la rhétorique, la scolastique et ses programmes inchangés depuis quatre siècles. Mais Galilée est un mécanicien, pas un rhéteur ! Le comédiennarrateur nous instruit et se délecte en commentant l’illustration de l’ouvrage Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, publié par Galilée en 1632. Il évoque aussi Johannes Kepler, Nicolas Copernic et son œuvre Des révolutions des sphères célestes, que si peu comprirent. Lorsque la pièce explore les enjeux politico-religieux de ces découvertes, le ton se fait grave. Le texte rend hommage à Giordano Bruno, brûlé vif par les Inquisiteurs, et met en scène l’humiliante abjuration de Galilée face au tribunal de l’Inquisition en juin 1633. La leçon admirable que délivre cette révolution initiée par Copernic demeure et traverse le temps  : inventeur de la méthode scientifique et de la physique expérimentale, Galilée regarde le réel tel qu’il est, librement, refusant l’idée de l’adapter à des croyances. La belle et sobre scénographie de Laurent Berger et la mise en scène précise de Gloria Paris contribuent à la réussite de ce spectacle tous publics. Agnès Santi Avignon Off. Avignon - Reine Blanche, 16 rue de la Grande-Fusterie. Du 6 au 26 juillet 2019 à 19h. Relâches les 12 et 19 juillet. Tél. 04 90 85 38 17. Stéphane LARROZE www.stephanelarroze.fr THÉÂTRE VICTOR HUGO - SAISON 2019-2020 THÉÂTRE VICTOR-HUGO - 14 avenue Victor Hugo 92220 Bagneux 01 46 63 96 66 - 01 41 17 48 12 - www.theatrevictorhugo-bagneux.fr Le théâtre Victor Hugo est membre du Groupe Geste(S) SCÈNE PLURIDISCIPLINAIRE C’EST UN JOLI NOM CAMARADE - Thomas Pitiot ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ - Théâtre de l’Argument LES FATALS PICARDS - Espèces menacées LA CONFÉRENCE DES OISEAUX - Jean-Claude Carrière & Guy-Pierre Couleau LE SYNDROME DU BANC DE TOUCHE - Cie Le Grand Chelem L’HERBE DE L’OUBLI - Cie Point Zéro Festival MARTO ! (Belgique) ORCHESTRE NATIONAL D’ÎLE-DE-FRANCE - Un air de printemps ARLEQUIN POLI PAR L’AMOUR - Marivaux & Cie La Piccola Familia Thomas Jolly SHAI MAESTRO - The Dream Thief STEPHANE GUILLON - Premiers adieux SCÈNE DES ARTS DU GESTE LA NUIT DU GESTE - De l’apéro au premier métro Ouverture de la 3 e Biennale des Arts du Mime et du Geste FRACTALES - Cie Libertivore GARDEN PARTY - Cie N°8 ANDRÉ Y DORINE - Kulunka Theatro (Espagne) LAO - Collectif I am a bird now Daniela Labbé-Cabrera & Aurélie Leroux DOCTEUR NEST - Familie Flöz LICHENS (Titre provisoire) - Dame de Pic Cie Karine Pontiès (Belgique) HIHAHUTTE - Cie De Stilte Centre Chor Jeune Public de Breda (Pays-Bas) GAME OVER - Cie Les enfants sauvages AIR (E)S DE COULEURS BLEU - Cie d’À Côté JAZZ AU FÉMININ ! NICOLE JOHÄNNTGEN (Allemagne) - Henry CLAIRE ANTONINI & RENAUD GARCIA FONS - Farangi DUO AIRELLE BESSON ET LIONEL SUAREZ/SOPHIE ALOUR - Exils 20 ANS ! FESTIVAL MARTO. COM Vallée Sud Grand Paris théâtre 41 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148