La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
théâtre 30 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) Granma. Les trombones de La Havane Cloître des Carmes/conception et mes Stéphane Kaegi Spectacle aussi émouvant qu’instructif, Granma. Les Trombones de La Havane confirme la grande qualité du théâtre documentaire du collectif Rimini Protokoll, qui se consacre ici à Cuba. Comment reconstruire du sens, des rêves, des utopies ? Pour les Occidentaux que nous sommes, biberonnés au danger communiste et bercés par le There is no alternative thatchérien dans un climat de fin de l’histoire, la tâche paraît parfois désespérée. Mais pour les quatre jeunes gens sur scène – ils ont entre 25 et 36 ans – qui ont grandi dans les espoirs et le déclin de la Révolution cubaine, la question se pose différemment. Ils s’appellent Christian, Daniel, Diana et Milagro. Ils sont blanc, latino et afro-caribéens. Daniel est petit-fils d’un ancien ministre, Christian d’un militaire, Milagro a été élevée par une grand-mère espionne et militante communiste, Entretien/Amin Maalouf et Diana tient sa passion pour la musique de son grand-père, célèbre chanteur d’orchestre. Stéphane Kaegi et Aljoscha Begrich, le dramaturge du spectacle, les ont choisis parmi plus d’une cinquantaine de personnes rencontrées à Cuba. L’espoir d’une alternative Sur scène, ils ne sont rien qu’eux-mêmes, citoyens cubains engagés dans des vies professionnelles éloignées du théâtre. Ensemble, ils retracent soixante ans d’histoire de l’île, du renversement de Batista à aujourd’hui. L’histoire d’un pays qui a tenté l’aventure communiste et inventé des modes de vie qui lui sont propres. Amin Maalouf, citoyen du monde Né à Beyrouth en 1949, l’écrivain et académicien Amin Maalouf livre dans son dernier essai, Le Naufrage des civilisations (éditions Grasset), une vision très inquiète de notre monde, marquée notamment par une crise du politique, le retour du religieux, les menaces climatiques et environnementales, le défaut d’une solidarité globale ou la perte du principe d’égalité comme référence morale. Nullement adepte du « c’était mieux avant », Amin Maalouf n’est pas devenu réactionnaire mais se fait l’écho d’une lucidité implacable. En ce début de xxi e siècle, quel espoir reste-t-il et qu’en est-il de la place de la culture ? Vous suivez la marche du monde avec une acuité qui n’est pas si fréquente chez les écrivains, au point qu’on pourrait vous qualifier de « Stefan Zweig du Levant ». D’où vous vient cette passion pour l’actualité ? Amin Maalouf  : Mon père était journaliste, il suivait l’actualité d’assez près, et depuis toujours j’ai pris l’habitude de suivre les événements. Cette passion ne s’est jamais démentie. Je suis les événements indépendamment du fait d’écrire sur eux. J’ai été journaliste pendant une quinzaine d’années et je suis l’actualité autant que durant cette période, je la commente dans ma tête et un jour, cela ressort à travers des textes écrits mais je dirais que c’est une pratique quotidienne et quasiment spontanée. Dans votre dernier essai, Le Naufrage des civilisations, vous parlez beaucoup du Levant où vous êtes né. Pour vous, c’est à cet endroit que « les ténèbres ont commencé à se répandre ». Quel est ce Levant que vous avez connu et pourquoi aurait-il pu être un modèle ? A. M.  : Quand je parle du Levant, j’ai à l’esprit deux exemples, qui sont assez différents l’un de l’autre. Le principal est le Liban, où j’ai vécu jusqu’à l’âge de 27 ans, et l’Égypte, qui est le pays de ma famille maternelle. Chacun comportait des aspects fascinants et prometteurs, mais aussi des aspects très critiquables qui ont finalement mené à l’échec de ces modèles. S’agissant de l’Égypte, son modèle a été caractérisé par des communautés étrangères à l’origine d’un foisonnement culturel extraordinaire. Le problème est que ce foisonnement se passait dans un environnement où les relations étaient assez inégalitaires, avec des privilèges accordés aux communautés étrangères mal ressenties par les populations locales. Les tensions ont débouché en 1952 sur la révolution qui a renversé la monarchie et voulait se débarrasser de l’influence britannique. Le modèle libanais vivait d’autres problèmes  : il y avait des communautés considérées comme libanaises même quand elles venaient d’arriver mais on a instauré un système de quotas qui s’est révélé pervers et les a transformées en sorte de satrapies locales. Le sentiment d’appartenance à une communauté nationale n’a pas être créé et le modèle a volé en éclat à partir des années 1970. Ces modèles levantins, qui étaient prometteurs, ont échoué. Or cette région tient une place particulière dans Compétences et métiers techniques Formez-vous ! www.cfpts.com www.cfa-sva.com 01 48 97 25 16 Granma. Les trombones de La Havane. On le sent, tous ne portent pas le même regard sur ce passé qui imprègne leurs vies. Le spectacle fait incessamment le pont avec leurs aînés, vivants ou morts, qui ont vécu les débuts de la Révolution à peu près à l’âge que leurs descendants ont aujourd’hui. Dialogue entre les générations qui assure celui entre le passé et le présent et montre combien l’enracinement dans les particularités cubaines reste fort, Granma pose la question du devenir d’un modèle isolé, que la mondialisation version tourisme et internet est déjà en train de submerger. Entre archives familiales, documents historiques et images vidéo de l’île, dans une scénographie aussi simple que Amin Maalouf. « Le véritable combat est celui pour la promotion d’une véritable appartenance à la nation humaine. (…) Et cela ne peut se faire que par la culture. » l’histoire universelle puisqu’elle est le berceau des trois religions monothéistes principales. Si la coexistence entre ces trois religions avait réussi, ce modèle aurait inspiré d’autres sociétés à travers le monde. Le fait d’avoir l’inverse, avec des communautés qui ne cessent de se battre les unes contre les autres, a eu un effet désastreux sur le reste du monde. Je parle de « ténèbres » car on a érigé des contremodèles au lieu de modèles. Par ailleurs, les phénomènes de violence identitaire comme les attentats du 11-Septembre ont joué un rôle certain dans le changement d’atmosphère politique et intellectuel d’un grand nombre de pays, européens notamment, et les phénomènes migratoires, eux aussi liés aux turbulences du Levant, ont joué ce même rôle. Donc de ce point de vue encore, les turbulences de ma région natale ont provoqué des raidissements dans beaucoup de sociétés à travers le monde et expliquent en partie le climat actuel que je qualifie de « naufrage ». Qu’est-ce qui résiste à ce naufrage ? A. M.  : Le monde passe par une période difficile, inquiétante. Je crois qu’il est important à ce stade d’en prendre conscience. Le premier devoir est un devoir de lucidité. Je ne suis certainement pas de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de solutions. Rien n’est irréversible mais il faut d’abord prendre conscience des problèmes et je n’ai pas l’impression que ce soit le cas  : on éprouve un sentiment de malaise mais on n’a pas conscience de ce qui est en train d’arriver, par exemple qu’il n’y a plus dans le monde un ordre mondial digne de ce nom. Les puissances pratiquent un égoïsme sacré, nous sommes au début d’une nouvelle course J.-F. Paga/Grasset belle, et avec l’appui des trombones dont tous les quatre ont ensemble appris à jouer, Granma, en revisitant son passé, active Cuba comme l’espoir d’une alternative à notre monde qui s’enfonce dans l’impasse. Un espoir aux formes certes indéfinies, fragiles, qui ne tient finalement peut-être qu’à la vitalité, à la particulière beauté de ces quatre personnalités. éric Demey Festival d’Avignon. Cloître des Carmes, place des Carmes. Du 18 au 23 juillet 2019 à 22h. Relâche le 21. Durée  : 2h15. Tél. 04 90 14 14 14. aux armements, il n’y a plus de mécanisme de solidarité pour faire face aux perturbations climatiques, par exemple, et on voit même une méfiance se répandre autour des instances supranationales qui pourraient faire face à de tels périls. Nous en parlons, et certainement il y a chez les jeunes une conscience bien réelle autour des périls climatiques, mais rien n’est fait qui soit à la hauteur du risque. C’est inquiétant. La culture fait-elle aussi partie de ce déclin ? A. M.  : La culture est plus importante aujourd’hui qu’à aucun autre moment. Le problème est avant tout culturel. Il y a eu d’autres périodes de l’histoire où l’humanité faisait face à des problèmes réels qu’elle ne pouvait résoudre, soit parce qu’elle n’avait pas le savoir, soit parce qu’elle n’avait pas les moyens nécessaires. Je pense aux émissions de carbone dans l’atmosphère qui ont commencé pratiquement avec la Révolution industrielle mais dont on a conscience seulement depuis les dernières décennies. Aujourd’hui, nous savons, nous pouvons, nous avons les connaissances, les moyens technologiques et économiques nécessaires. Le véritable combat est celui pour la promotion d’une véritable appartenance à la nation humaine. Ce qui nous manque, c’est la capacité d’établir des relations véritablement étroites et solidaires avec les autres. Par quel moyens pouvonsnous ressentir cette communauté de destins avec l’ensemble de l’humanité ? Je pense que cela ne peut se faire que par la culture, par une connaissance approfondie, intime, des cultures de l’autre (sa littérature, sa musique…), qui permet de dépasser les préjugés. Les humanistes comme vous peuvent-ils encore être heureux ? A. M.  : Vous avez parlé de Stefan Zweig en début d’entretien et vous avez eu raison  : il est pour moi une figure emblématique, avec lequel je sens une sorte de fraternité profonde, une parenté spirituelle réelle. En revanche, quand je lis Le Monde d’hier, autant j’adhère à ses analyses, autant je m’arrête très net aux décisions que Zweig a prises. Je lui en veux même un peu d’avoir fait le choix du suicide qui n’avait pas de sens pour un historien. Il a décidé que la vie ne valait plus la peine d’être vécue, parce qu’il pensait qu’une chape de ténèbres allait s’étendre sur le monde pour un temps indéfini. Or s’il avait attendu six mois, il aurait clairement vu que le nazisme allait être défait. Tout cela pour dire qu’il faut continuer à croire qu’on s’en sortira même si on ne voit pas encore la lumière au bout du tunnel. On la verra un jour. Je crois que la situation aujourd’hui est très grave, probablement ne réagirons-nous pas avant qu’il se produise des secousses majeures, mais alors il y aura un sursaut. On n’a pas le choix. On ne peut pas se permettre de choisir le naufrage, la fin des civilisations. Entretien réalisé par Isabelle Stibbe Mikko Gaestel
réservation 11avignon.com 04 90 89 82 63 FESTIVAL OFF D’AVIGNON 5 › 26 JUILLET I 10H45 11 GILGAMESH BELLEVILLE texte Alexandre Koutchevsky mise en scène Jean Boillot NEST – CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est, avec le soutien du Lycée Saint-Exupéry de Fameck et de l’Ensemble scolaire public Frédéric Mistral à Avignon PRÉSENTATION DE SAISON 7 sept COURT TOUJOURS 20 › 22 sept 10 e festival pluridisciplinaire de formes courtes RÊVES D’OCCIDENT 30 sept › 1er oct Jean-Marie Piemme, Jean Boillot LE ROMAN D’ANTOINE DOINEL création 15 › 17 oct François Truffaut, Antoine Laubin LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD 6 nov Marivaux/Laurent Delvert TEXTES SANS FRONTIÈRES création 17 nov 14 e édition  : Amérique latine DISLEX création 27 nov › 1er déc Isabelle Ronayette MACBETH QUI A PEUR DU LOUP ? création 11 › 14 déc William Shakespeare Christophe Pellet, Matthieu Roy À SUIVRE... nest-theatre.fr +33(0)3 82 82 14 92 NEST – CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est direction Jean Boillot est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Grand Est, la Ville de Thionville et la Région Grand Est THE PAJAMA GAME création 8 janv Jean Lacornerie PARADOXAL 20 › 22 janv Marien Tillet ALORS CARCASSE création 4 › 6 fév Mariette Navarro, Bérangère Vantusso L’EXPRESSION DU TIGRE FACE AU MOUCHERON création 5 › 8 mars Daria Lippi TIMELOSS 17, 18 mars Amir Reza Koohestani SEMAINE EXTRA 28 mars › 1er avril 6 e festival ado Eldorado Dancing, I Kiss You, Du sale !, Conseil de classe, Féminines, Un Homme qui fume c’est plus sain, Antigone, le mythe en 55 min LE SILENCE ET LA PEUR création 12 › 14 mai David Geselson PENTHÉSILÉE création 27 mai Heinrich Von Kleist, Sylvain Maurice ON VOUS EMMÈNE SUITE N°3 « EUROPE » 14 nov, Joris Lacoste Kinneksbond - Centre Culturel Mamer saison 19.20 NEST– CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est direction Jean Boillot



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148